Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 06:53

L’important c’est les 3 points

Samedi 18 octobre 2014. 3ème journée et réception de Courbevoie.

Un match couperet entre les courbevoisiens 8ème de la poule avec 2 points, et nous-mêmes (oui, quand on gagne je fais partie de l’équipe), 5ème avec 3 points.

Heureusement les mesures de prévention anti-virus Ebola n’étaient pas encore obligatoires salle Albéric Labaume. Sinon les amiénois n’auraient jamais pu entrer dans le gymnase.

Et peut-être même qu’on les aurait reconduits à la frontière. Et collés dans un avion, direction la Guinée Equatoriale. Oui, l’amiénois était chaud et fiévreux cet après-midi. Sa température rectale devait avoisiner les 40°C.

Mais après un rapide bilan, les grands professeurs américains ont du se rendre à l’évidence : ça n’était au définitif que la fièvre du fight, le fébricule de la victoire.

Les amiénois n’auront été mené 1/0 qu’après la victoire d’entrée de Jérôme VITEL sur Arnaud SELLIER. Stéphane HUCLIEZ, mené 2 sets 0 sur Mehdi BACHELET chauffera la machine et réajustera la mire, pour égaliser à 1 point partout. Puis victoire de Raphaël CHATELAIN 3/0 sur Giovanni BERNARDI, défaite 3/1 de Christophe HARLE sur Bruno PEREZ : 2 points partout. Vient le trou d’air et le petit coup de moins bien mental des courbevoisiens, menés 7/3 après les doubles. Pour terminer par une double victoire de Stéphane HUCLIEZ et Raphaël CHATELAIN, pour clôturer le score à 8/3.

Une belle victoire, qui fait du bien au moral. Et nous replace dans le gras du bide de la poule. Oui le ventre mou. Un peu à distance des deux dernières places, qui propulseront deux malheureux dans le royaume des ténèbres de la Nationale 3 à la fin du mois de décembre.

Mais rien n’est encore acquis. Le chemin est encore long. Place déjà au prochain match. Dans 3 semaines. A l’extérieur. En terre normande, à Grand-Quevilly. Pour tenter de garder notre totem d’invincibilité.

Mais oui, Didier DESCHAMPS : le groupe vit bien. Et tant au niveau tè-ke-ni-que que ta-ke-ti-que, je crois que, il-y-a de-la-qualité.

Les hypothermiques

Jérôme VITEL (n°370, 1 victoire) : Très frais sur son premier match contre Arnaud SELLIER, avec des revers en ligne sirupeux : Vitel-menthe, avec une victoire 3/1. Par contre Stéphane HUCLIEZ ne dira plus : « J’ai battu le capitaine de Courbevoie qui dilue son Havana-Club à l’eau plate», mais : « J’ai rhum-vitel » (défaite 3/0).

Mehdi BACHELET (n°351, 0 victoire) : Un très gros premier match sur Stéphane HUCLIEZ, menant 2 sets à 1 et 8/7. Mais laissera passer sa chance, pour venir s’éteindre 11/9, au 5ème set. Puis finira la rencontre Lost in Translation, comme un Bill MURRAY hagard contre Arnaud SELLIER (défaite 3/1) et Raphaël CHATELAIN (défaite 3/0). Ne dites plus : « Mehdi, smatche les balles dans les séparations Cornilleau !», mais « Bache-les !».

Giovanni BERNARDI (n°443, 0 victoire): Don Giovanni ce soir. Mais aura connu la même fin dramatique que le héros de l’opéra de Mozart: englouti et crâmé dans les flammes de l’enfer. Par les Commandeurs CHATELAIN (3/0), SELLIER (3/1) et HUCLIEZ (3/0).

Bruno PEREZ (n°442, 2 victoires): A Amiens, la tour Perret. A Courbevoie, la tour Perez. La balise aura tout de même guidé ses partenaires dans leur voyage au bout de la nuit picarde. Avec 2 victoires solides, 3/1 sur Christophe HARLE, et 3/2 sur Raphaël CHATELAIN.

Les hyperthermiques

Stéphane HUCLIEZ (n°151, 3 victoires + double) : 26°C dehors, réouverture des marchands de glace, les jeunes filles en fleurs et en minijupes. Oui, Amiens c’était le Cap d’Agde cet après-midi. Stéphane avait donc commencé la rencontre en tongs contre Mehdi BACHELET, et sans retirer ses lunettes de soleil. Puis, mené 2 sets à 0, se retrouva obligé de glisser le bleu de chauffe. Enfin, juste le bermuda. Pour ne plus perdre un set de la rencontre : avec des victoires 3/2 contre Medhi BACHELET, 3/0 contre Jérôme VITEL et Giovanni BERNARDI, et 3/0 dans le double associé à Christophe.

Raphaël CHATELAIN (n°322, 2 victoires (1 victoire score acquis) + double) : Un ratio victoires / heures passées à l’entrainement, assez impressionnant. Un peu comme Benoît VAQUIER, notre autre génie du tennis de table. Avec d’ailleurs des trajectoires assez similaires : Raphi ayant toute la journée le nez plongé dans ses cours de médecine. Benito dans ceux de FIFA 2014.

Arnaud SELLIER (n°445, 1 victoire + double) : Après la séance héroïque « Les deux tours » sur Jérôme VITEL (défaite 3/1), un dernier volet, lyrique et très convaincant contre Mehdi BACHELET : « Le retour du Roi » (victoire 3/1). Oui, tu peux trembler gobelin de la poule de N2F : Aragorn SELLIER is back !

Christophe HARLE (n°639, 1 victoire + double) : Contre l’intraitable Bruno PEREZ, a montré qu’on ne pouvait s’empêcher de vieillir (défaite 3/1). Mais contre Bernardi GIOVANNI a prouvé qu’on pouvait s’empêcher de devenir vieux (victoire 3/1, pleine de fougue, et de panache). Avec une nouvelle très grosse performance. Les Sarrebourgeois s’étaient déjà farcis les pneus du type de la fédération qui a classé Christophe seulement n°639. Giovanni BERNARDI va désormais juste lui cramer sa maison.

Pourtant Jérôme VITEL avait correctement équipé ses coéquipiers.

Pourtant Jérôme VITEL avait correctement équipé ses coéquipiers.

Partager cet article
Repost0

commentaires

jerome 19/10/2014 13:57

merci denis

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche