Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 14:41

Stéphane HUCLIEZ (n°142)

Les stats : 19 matchs joués, 13 victoires, 6 défaites, 1 perf, 6 contres, 68% de matchs gagnés, 8% de perfs dans les victoires, 100% de contres dans les défaites.

Le vieux Lion aura souffert. Mais rugit encore… Surtout si à 9/9 tu montes une cathédrale, puis te permets d’enchaîner en collant un service dans le filet… Le dos en charpie, le bras droit en mousse, Stéf aura serré les dents toute la phase. Mais bon, c’est finalement rassurant... Quand à son âge tu te réveilles le matin et que tu n’as plus mal nulle part... Ben, c’est que tu es mort !!!

LA RETRO DE STEF :

J1 : AMIENS / BOULOGNE SUR MER : 8/1

Stéphane HUCLIEZ (n°142) (2 victoires + double) : La limitation de la durée des sets à 7 minutes ? Il valide. C’est de toute façon la durée approximative de la totalité de ses matchs. Avec deux victoires expéditives, au chronomètre, contre Frédéric WILLER (3/0) et Tony PRINCE (3/1).

J2 : SARREBOURG 8 / AMIENS 4

Stéphane HUCLIEZ (n°142) (1 victoire + double) : Un bras en mousse avec deux défaites contre Ludovic REMY (3/0) et Cyril SALAT (3/2). Pour une victoire 3/0 contre Pascal STADLER. Mais ça va, il peut encore porter une bière à ses lèvres : c’est quand même le minimum vital requis pour survivre dans le Nord-Pas-de-Calais. Si ça ne s’arrange pas on tentera peut-être une greffe avec un bras bionique. On a en effet vu dans un documentaire, vachement bien fait, que les américains l’ont déjà fait en 1977 avec un homme. Le colonel Steve AUSTIN. Donc plus que 3 milliards à trouver.

J3 : CHARLEVILLE MEZIERES 4 AMIENS 8

Stéphane HUCLIEZ (n°142) (1 victoire + double) : Le néo-vénitien a bien fait d’aller se recueillir lors de sa semaine italienne dans la Basilica di San Marco. Pour y déposer un cierge. A 2 sets 0, et 4/0 pour Paul SOUCHON, Dieu aura posé sa main sur l’épaule de son nouvel ami Stéf. Et retenu celle de Paulo. Pour lui permettre d’inverser la tendance et de l’emporter 3/2. Aura par contre beaucoup ramé et soufflé dans ses deux dernières rencontres, coincé sous le tunnel des soupirs contre Guillaume GALLOIS (défaite 3/1) et Cyril MAYEUX (défaite 3/2). Mais attention…Le Vésuve pourrait de nouveau entrer en éruption. Et ce, dès le 7 mars. Oui Jacques BREL, wallon, série A, a déjà prévenu, dans son opus « Ne me quitte pas, 1959 » : On a vu, souvent, rejaillir le feu d’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux !

J4 : AMIENS 8 / CAEN 6

Stéphane HUCLIEZ (2 victoires + double) : Après avoir vu la prestation de Benoît VAQUIER et Vincent LETESSE en R1, puis en comparaison celle de Jimmy en N2, pensa qu’il échangerait volontiers ces deux chèvres contre DEVAUX. Mais après avoir dominé à coups d’arabesques Guillaume MARTIN (3/1) et Simon PERROT (3/2), n’a malheureusement pas vu arriver le petit ZHENG au volant de son bulldozer. Oui la période est à la destruction brutale des œuvres d’art. Le jeune Dorian a donc fini par mettre au sol la statue du Commandeur. Pour la pulvériser méthodiquement 3/2.

J5 : METZ 4 / AMIENS 8

Stéphane HUCLIEZ (3 victoires + double) : Jésus marchait sur l’eau. Le messie amiénois lui, court sur la bière : toujours la culture chtimi… Et donc à la fin du repas messin, il prit les pains. Et les envoya aux quatre coins des tables de ses adversaires, en leur disant : « Prenez et mangez-en tous, ceci est mon corps, donné pour vous… » Et trois victoires eucharistiques contre Alban LONARDI (3/1), Benjamin KREDER (3/0) et Thibault HEIN (3/0) !

J6 : AMIENS 8 /BRUILLE 2

Stéphane HUCLIEZ (2 victoires + double) : La Victoire ou la Mort ? La victoire bien sûr ! Avec deux triomphes contre Julien INDEHERBERG (3/1) et Mickael MARTINEZ (3/0). Et un optimisme à toute épreuve. Y compris quand à l’évolution stressante du score de la rencontre Caen / Sarrebourg, à distance. Pourrait assurément partir faire passer les tests psychiatriques à tout l’aéropage de la Lufthansa dès lundi.

J7 : CHALONS EN CHAMPAGNE 4 / AMIENS 8

Stéphane HUCLIEZ (n°142) (2 victoires + double) : Aura encore montré ce soir qu’être vieux c’est en fait être jeune depuis bien plus longtemps que les autres. Le Benjamin BUTTON amiénois. Avec la fougue d’un junior contre Benjamin MALINGRE (victoire 3/0). L’envie d’un cadet contre Louis AUDOUIN (victoire 3/0). Mais malheureusement pour finir avec la puissance d’un benjamin contre Vincent PERIGNON (défaite 3/0).

Non, le LION n'est pas mort ce soir!

Non, le LION n'est pas mort ce soir!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche