Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2024 3 07 /02 /février /2024 16:46

Mardi 6 février 2024, dernière journée de la première phase du championnat de proB, et déplacement à FOURAS pour les Amiénois. Avec la dernière occasion d’assurer la 8ème place et le maintien en proB sans passer par les play-downs. Et ben c’est raté : nouvelle lourde défaite 3/0. Et zéro point pris sur les six possibles dans le money time : l’Amiens Sport Tennis de Table ne savait pas que c’était impossible, alors elle l’a fait…Niveau fédération française de la Lose.

Car après avoir mis trois cartouches dans le barillet contre SAINT DENIS, on en aura remis trois de plus contre FOURAS. Et quand coach SELLIER aura approché le revolver de sa tempe, et appuyé sur la détente, et ben là, forcément, chargeur plein : BOUM !!!

Depuis, les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Sourirait un enfant malade, il fait un somme :

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine

Tranquille : il a un trou rouge au lobe temporal droit…

Oui, toujours bien de relire du Arthur RAMBO quand ça va mal. Et puis c’est bien mieux que le règlement FFTT.

Pour tenter d’analyser à chaud, les raisons de ce tragique incident industriel amiénois sont probablement multiples : mais en un, la qualité des joueurs adverses, déjà. On n’a pas affronté des peintres, mais de vrais joueurs, qui savaient jouer, pendant que nous, et bien on avait un peu oublié. Et puis le stress et la crispation, sournois et insidieux, qui sont montés au fil des rencontres, et qui auront paralysé et raccourci le membre supérieur (el famoso « petit bras »). Et puis comme on a une culture Hérain : les frites trop grasses le midi, les balles trop rondes et trop parfaites, et puis surtout, élément majeur : le manque de chatte !!! Evident. Car oui, on n’a pas réussi à faire 11 filets/coins de table trois sets de suite. Et ça franchement, c’est pas juste.

On se retrouve donc dans la situation qu’on voulait éviter depuis le début (et qu’on ne souhaitait à aucune autre équipe)  dans ce championnat illisible, immensément et hautement débile de proBay : dans la charrette des 4 derniers damnés. Pour jouer la saison, et l’avenir dans la division sur un seul match aller/retour (entre le 28 février et le 3 mars). Contre SAINT-PIERRE:  Priez pour nous !

Les Fourassiens

Andrea LANDRIEU (n°52) (1 victoire) : Le professeur LANDRIEU : aura donné la leçon à Denis DORCESCU. Et quand cet insolent lui aura ravi le 2ème set, châtiment corporel direct : coup de règle sur les doigts. Et Dénis finira les deux derniers sets au coin, sur les genoux, les mains sur la tête. Avec au final une victoire magistrale et indiscutable 3/1.

Marcos MADRID (n°104) (1 victoire) : On connaissait le sous-commandant MARCOS. Mais ce soir on aura découvert le colonel MADRID. Qui aura mis au garde à vous, puis au pas le deuxième classe RASMUSSEN. Qui ne se sera jamais sorti de son parcours du combattant. Et finira mort au champ d’honneur, 3/1.

Paul GAUZY (n°105) (1 victoire) : Le King CHARLES III se met en retrait de la vie publique pour traiter son cancer. Qui pour lui succéder ? Et bien le roi GAUZY !!! Impérial ce soir. Victoire princière 3/0 contre Santiago LORENZO. Qui se sera agenouillé devant son suzerain en demandant grâce : accordée.

Loïc BOBILLIER (coach poker Texas holden) : Aura fait tapis ce soir avec son brelan d’as Andréa/Marcos/Paul. Ça aura suffit. Mais en cas de besoin, il pouvait même aligner le carré : juste en apposant son propre nom sur la feuille de rencontre.

Les Amiénois

Denis DORCESCU (n°123) (0 victoire) : Dénis, notre géographe local nous aura rappelé à plusieurs reprises qu’à FOURAS ça n’était pas la mer, mais l’océan. Il aura donc pris la marée contre l’ostréiculteur Andréa LANDRIEU. Qui, sans avoir eu aucune moule, lui aura jeté des bourriches d’huîtres sur la tête (dont certaines d’ailleurs avec de très jolies perles). Pour mieux s’imposer 3/1. Arnaud SELLIER, en mode Zézette, aura récupéré les coquilles vides pour mieux en faire des cendriers. Il ne fume pas. Mais il va s’y mettre, car il a de sacrées compos de play-downs à rédiger!

Tobias RASMUSSEN (n°81) (0 victoire) : Allongé et ensanglanté, après sa défaite 3/1, il aura juste eu la force d’écrire, sur le sol, en trempant son doigt dans son propre sang, avant de succomber : « Marcos m’a tuer, Marcos m’a dride ». Rien compris… Mais la police française est sur le coup.

Santiago LORENZO (n°107) (0 victoire) : Rossé 3/0, Santi est revenu sur le banc en disant qu’il avait pris une grosse raclée contre Simon GAUZY. Mais non Santi ! C’était bien Paul ! Et c’est lui d’ailleurs qui partira lundi pour Busan en Corée du Sud. Pour remplacer son frère aux Championnats du Monde. Car il a montré ce soir qu’il avait largement le niveau.

Laurent COVA (Pas rentré, pas fessé) : On aura quand même séjourné dans le seul Routier du monde qui sert du jus de fraise au petit déjeuner. Plaisir des sens pour Laurent. Mais vraiment, totalement sous-côté l’hôtel-resto l’Air Marin.

Arnaud SELLIER (Coach dépité x2) : Aura profité du match à Fouras pour visiter LA ROCHELLE et ROCHEFORT, mais comme c’était pour le minibus en panne, ça aura surtout été les concessions RENAULT du coin. Mais en bon mécano aura tout de suite noté que niveau équipe, et bien ça vibrait et ça tremblotait un peu. Mais quand il aura soulevé le capot, trop tard : on avait déjà coulé une bielle…

Denis CHATELAIN (Résumeur) : Aura rédigé beaucoup de comptes-rendus de rencontres. Souvent avec du sang. Parfois avec de la sueur. Mais pour la première fois ce soir : avec des larmes.

Face à la mer,... j'aurais pu mourir,... je me relève, je prends mon dernier rêve...

Face à la mer,... j'aurais pu mourir,... je me relève, je prends mon dernier rêve...

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2023 7 10 /12 /décembre /2023 22:35

Dimanche 10 décembre, 8ème journée du championnat de proB et réception de Berneuil-Compiègne-Lacroix-Venette-Margny-Choisy-au-Bac-Manille-Alger-Salzbourg-San-Juan tennis de table. Oui ils s’y seront mis à plusieurs pour tenter de nous arracher les tentacules.

Mais pas loin de rompre, notre élasticité de mollusque aura pourtant fini par faire la différence : victoire 3/2, au bout du bout de la dernière ventouse.

Bravo los pulpos ! Avec un total de 10 points sur 12 pris sur les 4 derniers matchs, et avec deux belles victoires cette semaine, mardi contre TOURS (3/0) puis ce soir contre COMPIEGNE, l’année se termine bien. Il faudra certes encore sacrément batailler pour le maintien sur les deux derniers matchs.  Mais bon, on verra l’an prochain.

Soufflons un peu. Car entre-temps, on aura 4Kg de foie gras à goinfrer et 12 litres de champagne à boire.

See you en 2024 !

Les compiégnois

Daniel GONZALES (n°65) (2 victoires) : L’homme du dimanche : the Sunday man. Les Portoricains, on en était resté au SHARKS dans WEST SIDE STORY, jouant du couteau avec Georges CHAKIRIS en dansant sur les musiques de Léonard BERNSTEIN (oui, excuse-nous d’apprécier les comédies musicales !). On ne savait pas qu’ils jouaient si bien au ping. Grande rencontre de Daniel. Auteur d’un très beau 2/2 avec de superbes points. Et qui, après un très bon 3/0 contre Tobias RASMUSSEN, contre Santiago LORENZO n’aura montré aucun signe de faiblesse. Et même à la belle, toujours aussi intense, n’aura pas crevé. N’aura donc pas eu besoin, pour rechaper, de passer chez SPEEDY, GONZALEZ. Et Daniel l’emportera brillamment 3/2 dans la plus belle rencontre de la soirée.

Alexander CHEN (n°152) (0 victoire) : Un Alexander royal en début de rencontre, et parti comme SAINT-LOUIS, en menant 1 set/0. Mais au final ce sont Santiago puis Tobias qui lui auront rendu la justice. Sous le grand CHEN, forcément: 3/1 puis 3/0. Décidément pas son soir au jeune autrichien.

Milhane JELLOULI (n°148) (0 victoire) : Gros combat et superbe match contre Denis DORCESCU. Mais à la belle, c’est le sang et les globules rouges roumains de Dénis qui auront parlé et fait la diff : dur au mal, et à l’abnégation. Et défaite 3/2.

Olivier BOCHET (prési-dent presque heureux) : Passé si près d’une nouvelle victoire, la défaite 3/2 lui aura, au final, fait moins mal que sa rage de dents depuis 2 jours. Mais sous antibiotiques, aura de nouveau les crocs la semaine prochaine. Pour mieux mâchouiller les Bruillois.

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°60) (1 victoire) : Le joueur aux deux visages. Docteur RASMUSS sur son premier match, défait à la seringue 3/0 par Daniel GONZALEZ. Mais Mister TOBIAS sur sa seconde rencontre, impérial contre Alexander CHEN. Et belle victoire 3/0 qui nous donne le gain final : Welcome back Tobi !

Santiago LORENZO (n°113) (1 victoire) : Avec le soutien de son coach Gustavo et d’un de ses partenaires albicélestes, il y avait ce soir plus d’Argentins dans la salle que de membres de la plupart des clubs de la Somme pour supporter Santi. Mais merci messieurs d’avoir fait 12 000 km pour voir Senor LORENZO brillamment l’emporter 3/1 contre Alexander CHEN. Puis, sans démériter, s’incliner 3/2 contre Daniel GONZALEZ. Tu pais esta orgulloso de ti Santi : Vamos !

Denis DORCESCU (n°151) (1 victoire) : Après un premier entrainement hier après-midi en Pré-nationale avec l’équipe d’Arnaud (victoire finale 9/5 pour la montée en N3 avec 3 victoires en simples, mais sans le double, Laurent COVA aura noté), aura fait un second practice ce jour, avec une victoire à l’énergie, 3/2, contre Milhane JELLOULI. Car la grande échéance, ce sera ce mardi, pour Dénis. Avec la participation à son premier WTT Feeder en Italie, à Biella (entre Turin et Milan, pour économiser une recherche Google) : Forza Dénis !

Laurent COVA (n°112) (dans son fauteuil de star) : Avait assisté hier soir aux Trophées du ping à Paris, organisés par la fédération. Mais c’est incroyable, ils auront récompensé son beau-frère Félix LEBRUN comme joueur de l’année 2023 ! Il faudrait quand même qu’ils s’intéressent un peu aux matchs d’Amiens…Ou alors qu’ils créent une catégorie spéciale pour récompenser les joueurs dotées de très grosses testicules. On attend avec impatience l’an prochain. Surtout quand il faudra aller chercher sa récompense, torse nu et sans slip, pour Laurent.

Margaux LEBRUN (nouvelle supportrice amiénoise) : Venue encourager l’équipe amiénoise de son chéri Laurent, direct après sa nomination hier soir à Paris, à ces mêmes Trophées du ping. Mais scandaleusement non récompensée, pour l’initiative citoyenne de l’année, et l’apprentissage du ping en langue des signes aux jeunes pongistes sourds montpelliérains... Pas grave elle s’en souviendra quand elle devra héberger l’élite fédérale aux championnats de France à Montpellier en mars prochain (qu’elle organise aussi, félicitations !). Car oui, les cellules humides c’est bon pour les rhumatismes. Les planches de bois en guise de lit c’est super pour les douleurs lombaires chroniques. L’absence de draps, ça fait mieux circuler le sang. Et le pain sec et l’eau, c'est une bonne alternative au classiques champagne et petits fours, et c’est surtout recommandé pour que les officiels fédéraux préparent leur ligne avant l’été. Mais sinon, sans rancune, aucune.

Arnaud SELLIER (expert comptable) : Avec encore deux rencontres à jouer début février, aura lancé son compte à rebours, pour à la fin voir si le compte est bon. Le comte de Monté-Christo aussi. Mais ça n’a vraiment rien à voir (il est tard pour l'écriture de ce résumé, grosse journée, désolé, ça fatigue).

Nathan SELLIER (ambianceur) : Aura assuré l’animation micro ce dimanche. Passant toute la soirée du four de la sono, au moulin du Kop Labaume. Rencontre parfaite. Sur les 3 points de l’équipe, au moins un lui est entièrement dû. Un grand  BRAVO monsieur.

 

Avant les Compiégnois, au menu, c'était porc au caramel.

Avant les Compiégnois, au menu, c'était porc au caramel.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2023 2 05 /12 /décembre /2023 23:31

Mardi 5 décembre, 9ème journée du championnat de proB et déplacement à TOURS, l’un des Ogres du championnat. Donc, partis pour se faire dévorer, dans la forêt tourangelle. Mais le petit POUSELLIER, coach héroïque, prudent, toujours aussi organisé et précautionneux, aura pris soin de bien laisser derrière l’équipe des petits cailloux blancs, et des balles Butter (c’est pareil). Et les Amiénois serons ainsi rentrés, non seulement indemnes à l’hôtel IBIS STYLE (accueil et séjour impeccables : 3 glacières dans le roadbook de la proB), mais surtout victorieux : 3/0 !

Unbelievable ! (pour Tobias). Incredible ! (pour Santiago). Incroyable ! (pour Laurent, Dénis et Arnaud). Mais quelle chatte ! (pour les Tourangeaux).

Oui, c’est pas faux.

Mais ça confirme, une fois de plus, que le ping-pong, ben c’est vraiment n’importe quoi.

Car ça lutte dans le fond du panier pour ne pas descendre, et en deux matchs ça perd 3/2 contre les leaders et ça gagne 3/0 contre les seconds du championnat…

En tout cas, rendez-vous salle Labaume ce dimanche à 15h pour une nouvelle grosse rencontre, cette fois fratricide, contre Compiègne : Euch derby de chés picards !

Allez : à dé !

Les Tourangeaux

Adam SZUDI (n°23) (0 victoire) : D’habitude avec Adam, l’un des meilleurs joueurs du championnat, c’est « Pas de soucis ». Et ça enquille les points. Malheureusement ce soir ça aura plutôt été « Pas de SZUDI ». Et défaite 3/1. Mais contre un super RASMUSS, enfin régénéré.

Hugo DESCHAMPS (n°116) (0 victoire) : Gros combat contre Santiago, mais n’aura pas trouvé la clé, DESCHAMPS. Toujours fougueux et épris de liberté, Hugo finira tout de même embastillé et prisonnier d’une défaite, 3/1.

Amir Seyed HODAEI (n°48) (0 victoire) : Pensait jouer un match pépouze, pieds nus et en bermuda. Mais entré à 0/2 contre TOURS, devant un Laurent COVA survolté, aura pris temps mort à chaque point, pour consulter un sophrologue-médecine douce à l’hôpital BRETONNEAU tout proche (20 minutes aller et retour entre chaque échange quand même)... Mais ça n’aura pas suffit. Et finira, comme toute l’équipe tourangelle, en dépression absolue, et sous perfusion de Vivalan, avec une défaite 3/2.

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°60) (1 victoire) : Entré au paradis par la grande porte, aura commencé par fesser ADAM 3/1, avant de manger la pomme, de tabasser le serpent, et de repartir avec EVE, bras dessus, bras dessous. Sans oublier de graver, avec son manche de raquette, sur la porte de l’arche de Noé « RASMUSSEN was here ». Oui, un Tobias biblique ce soir.

Santiago LORENZO (n°113) (1 victoire) : Soirée de gala oblige, aura mis son nœud  papillon, et enfilé son plus beau costume de ville. Tandis qu’Hugo mettait son bleu de chauffe et son habit de travail DESCHAMPS. Mais Santi aura encore plus mouillé la chemise, pour au final superbement l’emporter 3/1.

Laurent COVA (n°112) (1 victoire) : En position d’attente son arrière train danse désormais la samba. Et ce soir, c’était vraiment fiesta, maracana et paillettes : si Senhor, Laurent DO BRAZIL. Avec une énorme victoire 3/2 contre Amir HODAEI. A déjà sa place réservée sur le premier char pour l’ouverture du carnaval de RIO le 9 février 2024. Mais maintenant plus qu’à lui trouver un string qui parvienne à cacher ses énormes testicules… Pas gagné d’avance.

Coach SELLIER (1+1+1) : L’important c’est les 3 points. L’important c’est les 3 points. L’important c’est les 3 points. L’important c’est les 3 points. L’important c’est les 3 points…Le leitmotiv et son slogan jusque début février.

 

Au dessus du selfie: le selftours

Au dessus du selfie: le selftours

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2023 7 26 /11 /novembre /2023 20:35

Dimanche 26 novembre 2023 et J7 de proB. Après le très bon résultat deux jours auparavant et la courte défaite 3/2 contre ROANNE (plus que prétendants à la montée en proA, après leur victoire 3/1 contre TOURS ce jour, et désormais leaders de la poule), ce dimanche c’était réception de MIRAMAS.

On s’était pris à rêver après le songe roannais. Mais retour brutal dans la vraie vie. Et carrément fracassés sur le sol de la salle Labaume, et la dure réalité, par les Miramassiens. Avec une nouvelle défaite, d'une courte tête, 3/2.

Bon, quatre points en trois jours, « Ok, c’est pas si mal » comme on l’a répété, accoudés au bar du BALTO, devant un pastis 102 (oui, deux doses de 51 : l’alcoolisme ça fait progresser en calcul mental). Mais malgré cela, on n’arrive pas à se décrocher du fond de la nasse, et on reste englués, et quand même à la lisière de la zone rouge avec une 7ème place provisoire. Tout se jouera à la fin à 1 ou 2 points près. On le sait. C’est écrit depuis le début. Et les comptes d’apothicaire ont déjà débuté alors qu’il reste 4 rencontres.  Mais si vous cherchiez les nouveaux épiciers de la proB, ne cherchez plus : ils sont à Amiens.

Les Miramassiens

ZHENG Junge (n°86) (1 victoire) : Un adepte de la philosophie et du ping pong minimalistes. Petit service court. Et puis ça claquette softé et ça moujette coup droit. Ça aura coincé contre le roi Santiago ce soir (et défaite 3/1). Mais ça aura déroulé, avec toutefois des difficultés (et un coup de frayeur avec une balle de 2/1 contre lui) pour finir par l’emporter 3 sets à 1 contre le malheureux Laurent COVA. Etre ZEN : état de la recherche d'harmonie et de sérénité, en premier lieu, en soi et puis en toute chose. Etre ZHENG : pareil, mais à la fin, dans la rencontre décisive, ça gagne au ping-pong.

HE Zhiwen (n°65) (1 victoire) : Le tennis de table c’est super simple : un énorme service, une remise en ligne, puis ça part direct dans l’autre diago. Et pour passer le temps, parfois, une petite claquette coup droit. Voilà, ça fait 62 ans que ça dure... Laurent COVA en aura encore fait les frais ce soir (défaite 3/0). Mais Santiago LORENZO, lui, aura réussi à faire vaciller la statue du commandeur (et défaite 3/1). Bravo à Santi ! Mais on s’incline toujours bien bas devant la Légende HZW.

Paul LAVERGNE (n°101) (1 victoire) : Arrivé comme un convalescent (après sa longue blessure au dos), il sera reparti comme un Prince de la salle Labaume. Après son triomphe contre Tobias RASMUSSEN 3/2. Mais surtout avec le geste de la soirée : remettant une balle de set gagnée par lui-même au troisième. Gérard PHILIPPE aura été enterré avec le costume de scène de Don RODRIGUE du Cid. Quand je meurs, enterrez-moi donc dans le tee-shirt de Paul LAVERGNE. Pas obligé de le laver, merci! 

Les Amiénois

Santiago LORENZO (n°113) (2 victoires) : Il aura porté l’équipe amiénoise à bout de bras ce soir avec deux magnifiques victoires 3/1 contre ZHENG Junge et HE Zhiwen. Coach SELLIER aura bien essayé de lui faire jouer un troisième match, pour avoir une chance de l’emporter. Mais les arbitres auront été vigilants. Ça n’aura pas vu les balles let de la soirée, mais par contre la main gauche de Laurent sur la table, son petit smash de seum/carton jaune, et Santiago grimé en COVA à 2/2, ils auront été impitoyables. Damned !

Tobias RASMUSSEN (n°72) (0 victoire) : C’était son anniversaire ce jour. Plutôt que de souffler ses bougies, il aura surtout soufflé, et souffert, devant la table, contre Paul LAVERGNE. Qui, grand seigneur, en guise de cadeau, lui aura quand même offert un point aux avantages du troisième set. Mais ça n’aura pas suffi. Et nouvelle défaite 3/2... Une dure entrée dans sa vingt-septième année. Mais ce soir Tobias avait plutôt l’impression d’avoir 74 ans…

Laurent COVA (n°112) (0 victoire) : Deux défaites ce soir : 3/0 contre HE Zhiwen après avoir mangé plus de services que de croque-monsieurs à l’après match. Puis nouvelle défaite 3/1 contre ZHENG Junge, sans démériter, avec de l’engagement et de l’enthousiasme, et même une balle pour mener 2 sets à 1… Mais le ping-pong, on le sait tous, ben c’est pas juste... Surtout après avoir fait 3+double en PN la veille au soir. Et défaite 3/1 au final, pour sombrer dés 18h45 dans la mélancolie et la déprime. De retour à la maison on lui aura retiré ses lacets et sa ceinture, puis donné un pyjama en papier à usage unique, ainsi que des draps indéchirables. Pour éviter tout risque de pendaison. Avant de lui mettre dans le bras droit une perfusion d’anti-dépresseurs. Et de lui projeter toute la compil des Benny HILL.

Arnaud SELLIER (geek) : En train de créer un tableau Excel de calculs statistiques avec toutes les compos possibles des autres équipes de proB, pour une simulation des quatre derniers matchs de la saison. Le problème c’est qu’il faut utiliser des variables aléatoires calculées à partir de données d’échantillons et utilisées dans un test d’hypothèses, en déterminant si l’hypothèse nulle doit être rejetée, et en divisant le nombre d’évènements favorables par le nombre total d’évènements possibles…Putain, on n’a rien compris… Finalement on va peut-être commencer par jouer les matchs d’abord. On comptera ensuite. C’est plus simple. Plus sage. Et ça fera moins mal à la tête.

De gauche à droite: John RAMBO-CESCU, un lapin, un chasseur qui a attrapé un lapin, un joueur qui fait le V de "Vachej'aifaitzéro" et un argentin bien posé, tranquille, qui a fait 2/2.

De gauche à droite: John RAMBO-CESCU, un lapin, un chasseur qui a attrapé un lapin, un joueur qui fait le V de "Vachej'aifaitzéro" et un argentin bien posé, tranquille, qui a fait 2/2.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2023 6 11 /11 /novembre /2023 23:04

Samedi 11 novembre 2023, 5ème rencontre de proB et accueil de BRUILLE, mais pour une troisième journée en retard. Avec cependant des Bruillois très en avance : pas de quartier, pas de détail : victoire 3/0 des Nordistes. Avec juste 2 sets remportés par les Amiénois. A 20h on était déjà torse nu, et sans slip.

Et une nouvelle mauvaise opération niveau comptable pour les Amiénois. Après le zéro contre Nice, nouveau zéro contre BRUILLE. Et on le sait tous : 0+0, et bien, égal cette fois la tête à Nono.

Il va falloir essayer de redresser le tir le vendredi 24 novembre à ROANNE, mais ce sera encore compliqué contre un autre très gros prétendant à la montée en proA. Vamos les gars !

Car après avoir pris deux grosses équipes en pleine face, et vu deux fois la grande lumière blanche, nous allons forcément tout doucement sortir du coma. Rouvrir une paupière, puis une autre. Réapprendre à respirer sans le petit tube en plastique enfoncé au fond de notre gorge et de notre trachée. Puis refaire un pas, puis un second. Et nous allons, tous ensemble, réapprendre à scorer 1 point en match, puis un deuxième, puis un troisième ! Pour enfin, un jour, remporter de nouveau une rencontre. Car c’est notre destin.

Car oui, on a tous regardé assez de films américains pour savoir qu’à la fin, et bien, tout finit toujours bien !

Les Bruillois

Flavien COTON (n°106) (1 victoire) : Aura dignement fêté son premier anniversaire en proB contre Santiago LORENZO. Un Bruillois et un Amiénois unis pour le meilleur et pour le pire, dans ce championnat de deuxième division, et de quatorzième catégorie, illisible et méprisé par l’élite fédérationnesque. Certes la mariée était trop belle aujourd’hui, mais elle aura quand même été étrillée 3/0. Et une belle rencontre et un beau résultat pour ces noces de Coton.

Izaac QUEK YONG (n°17) (1 victoire) : Jeune, brillant peut-être un tout petit peu nonchalant, mais ça va de pair avec le talent, il vient de Singapour. Et pourtant Laurent COVA était Singacontre. Mais Izaac aura déroulé, tranquille, facile. Et belle victoire 3/0.

Nandor ESCEKI (n°65) (1 victoire) : En début de rencontre, Nandor aura eu du mal à se réveiller. Mais une fois la sonnerie de la révolte entendue contre Tobias RASMUSSEN, il ne lâchera plus rien. Notamment à 9/9 à la belle. Pour l’emporter 3/2 et plonger les Amiénois dans le grand sommeil, en scellant notre funeste destin.  

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°72) (0 victoire) : Toujours pas de victoire. Et toujours pas de grand sourire à la fin d’un match. Et là, encore plus cruel que d’habitude, Nandor ESCEKI l’aura fait espérer jusqu’à 9/9 à la belle. Pour mieux l’enterrer sous l’arc de triomphe, au fond de la salle Labaume. Dans le petit caveau du pongiste non reconnu. Avec, en surface, la flamme qui y brûle jour et nuit. Alimentée par un petit pot de colle rapide. Et toutes les balles Cornilleau que Tomi LAKATOS y aura jeté, années après années.

 Santiago LORENZO (n°113) (0 victoire) : Le jour de l’Armistice n’aura pas envoyé la foudre, ni la poudre contre Flavien COTON. Mais aura au contraire rapidement agité le petit drapeau blanc, en guise de signe de paix et d’amitié. Mais le petit Flavien est déjà un pur guerrier.  Et il le finira sauvagement, 3/0. Au corps à corps, et à la baïonnette.

Laurent COVA (n°112) (0 victoire) : Plein d’envie et de fougue dans son début de rencontre contre un QUEK peu comestible, très à l’aise, Laurent aura rapidement posé ses énormes testicules sur la table. Mais, malheureusement, plus le match aura avancé, plus elles auront pris la forme de petites noix de cajou. Car Izaac aura plus soufflé le froid, que le chaud, salle Labaume. Et défaite épididymaire, rétractée, mais logique, 3/0.  

Denis DORCESCU (n°151) (chaud) : La vraie rencontre aura commencé pour lui dans le quartier Saint Leu , au Rétroviseur, aux alentours de minuit.

BEN (scoreur) : Sa densité osseuse l’entraine au fond de la piscine lors des épreuves de STAPS. Mais elle lui aura tout de même permis de surnager pour assurer le live-scoring de la FFTT, puis l’animation dans le club house. Merci mon ami Ben.

Arnaud SELLIER (vis ma vie de poilu) : Au fond de sa tranchée, après s’être fait gazer par les Niçois il y a 15 jours, se sera fait bombarder et laminer ce samedi par les Bruillois. La salle Labaume, pour Arnaud, ce soir, c’était Verdun. Et c’était dur. Mais les 200 spectateurs (merci à eux pour leur venue ce samedi, notamment les clubs de Bruille, Doullens-Bernaville, Moreuil, Eu, Montidier, Léo Lagrange, et tous les autres), lui auront redonné un peu de foi et d'espoir, en retour de tout cet investissement considérable pour le club et l'équipe. Et c'est bien là l'essentiel.

La feuille de match

Santiago LORENZO (n°113) perd Flavien COTON (n°106) 3/0 (-6, -4, -9).

Laurent COVA (n°112) perd Izaak QUEK (n°17) 3/0 (-9,-8, -6 ).

Tobias RASMUSSEN (n°72) perd Nandor ECSEKI (n°65), 3/2 (4, -8, -8, 9   -9 ).

La question qu'on pose à tous les présidents amiénois en ce moment

La question qu'on pose à tous les présidents amiénois en ce moment

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2023 7 22 /10 /octobre /2023 19:04

Dimanche 22 octobre 2023, 5ème journée du championnat de proB et accueil de NICE.

Ça partait pourtant bien. La pluie s’était arrêtée dehors, et dans la salle. Les oiseaux et le Kop Labaume chantaient, dehors et dans la salle. Il faisait 19°C dans le gymnase Labaume. Arnaud SELLIER allait se mettre en tee-shirt pendant qu’Olivier MAERO ré-enfilait un deuxième blouson de sport d’hiver. Les costumes de poulpes étaient de sortie. Tout allait bien. Mais tout ça c’était avant le drame…

C’était avant qu’on ne prenne un 3/0 cinglant. Trois matchs, trois belles, et trois doudounes. Merci. Bon match. Et coup d’arrêt dans notre course effrénée aux points de la proBay.  Mais c’est vrai que quand on se frotte aux Cadors du haut de tableau, et bien ça brûle.

Il faudra tenter de faire mieux contre BRUILLE le samedi 11 novembre. Le jour de l’Armistice et de la paix des Braves. Probablement notre seule chance contre encore une très grosse équipe, également taillée pour l’étage supérieur de la proA.

Les Niçois

KWAN Man Ho (n°84) (1 victoire) : En entrant salle Labaume, avec sa célèbre façade en briques rouges style maison amiénoise, il s’était posé la question de savoir s’il allait jouer dans la salle à manger. Mais tout de suite très à l’aise, il aura enfilé direct les charentaises d’Arnaud SELLIER, et joué en pantoufles. Avec une très belle victoire, tranquille à la belle, contre Santiago LORENZO, 3/2.

Hunor SZOCS (n°61) (1 victoire) : Un peu inquiet quand il découvrit qu’on jouait en balles Nittaku et non DHS, le regard hagard d’Hunor stimula notre contrôleur Tobias RASMUSSEN. Mais Huni finira par l’emporter d’un court wagon, 11/8 à la belle. Après quelques coups stratosphériques, en survitesse TGV.

Jérémy PETIOT (n°85) (1 victoire) : Se sera préparé en allant à la pêche tous les matins, en tapant la balle au Padel avec Didier DESCHAMPS, et en jetant quelques boules métalliques pour le mondial de pétanque la semaine prochaine. Entretemps il aura, pour le loisir, écartelé Denis DORCESCU, 3/2, complètement relâché à la belle.

Olivier MAERO (coach) : Il avait bien ses tongs fétiches et son bermuda porte-bonheur (le même qu’il porte depuis les play-off de N3 de 1999) mais recouverts par trois épaisseurs de Damart. Et après avoir prié Saint Jacques MEDECIN et Saint Christian ESTROSI, il aura soumis les joueurs Amiénois. Défaits 3/0. Et ce sont eux d’ailleurs qui en pénitence, feront le ménage dans son Airbnb de location avant son départ.

Les Amiénois

Santiago LORENZO (n°113) (0 victoire) : En mode Pumas, se sera fait marcher dessus par le All black Hong-kongais KWAN Man Ho à la belle. Et défaite 3/2. La tête écrasée dans les rucks.

Tobias RASMUSSEN (n°72) (0 victoire) : Du mieux dans le jeu et la tête de Tobias. Hunor SZOCS aurait même pu le remettre en selle, s’il avait lâché à la belle. Mais monsieur SZOCS n’est pas le père Noël. Plus le style père Fouettard. Et, au cinquième set, il aura cinglé Tobias avec quelques tops au rebond venus de l’Espace, ou de Laponie. On ne sait plus trop. En tout cas, venus de très loin… Et défaite 3/2.

Denis DORCESCU (n°151) (0 victoire) : Il aura joué le polyvalent Jérémy, pêcheur-pétanqueur-padeleur. Mais aussi monstre physique. Et ce soir c’est comme si il s’était heurté à un troisième ligne Sud-Africain. De manière frontale. Avec le même résultat. Protocole commotion au cinquième set, intubé et ventilé. Et défaite 3/2. Le soutien du peuple Eu-sur-Mers-Le-Tréport, venu en nombre, n’aura malheureusement pas suffit. Mais merci pour la venue, et le combo champagne / gâteau battu (notre nouveau symbole), à l’après-match !

Laurent COVA (n°113) (0 victoire mais c'est normal il était sur le banc) :  Après le spray pour la gorge, aura continué  à vider la pharmacie du président, à la recherche de Smecta, de Spasfon, d'Imodium, et d'ultra-levure. Les WC savent pourquoi. Mais c'est bien, ces séjours à répétition dans le Nord, stimulent son immunité. Bientôt il aura un taux de globules blancs suffisant pour survivre dans la jungle amiénoise.

Arnaud SELLIER (coach 0 dans ta face) : C’est dur. C’est tennis de table. On avait 8 points avant de commencer le match. Ce qui est bien c’est qu’on n’a pas besoin d’avoir fait maths sup ni d’utiliser une calculatrice CASIO FX-92 pour mesurer combien on a de points en plus après cette rencontre contre Nice. Oui, zéro + zéro = la tête à Maero.

Les joueurs amiénois à 18h

Les joueurs amiénois à 18h

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2023 7 15 /10 /octobre /2023 18:32

Dimanche 15 octobre 2023, J1 en retard du championnat de proB et accueil de LILLE.

Le monde devient fou, ça massacre, ça assassine, et puis nous, et bien on fait des matchs de ping-pong. Choquant ? Non, ça n’est pas le bon terme.  Déplacé ? Certainement pas.

Ça montre aussi qu’on continue à vivre normalement, et que la terreur n’a pas de prise. Et puis aussi que la terre irait bien mieux si tout le monde jouait un peu plus au ping-pong, plutôt qu’avec des Kalashnikov ou dec couteaux.

Et les Amiénois l’auront plutôt bien fait ce soir, en l’emportant brillamment 3/1 contre LILLE : 2 victoires, 1 défaite, 8 points sur 9. On est bien hein Tintin ? Certes, oui Pascal SEVRAN. Mais Il faudra confirmer la semaine prochaine, toujours à la maison, en accueillant la Big Maero team niçoise. Gros match en perspective.

Les Lillois

Tamas LAKATOS (n°67) (1 victoire) : De retour dans son ancienne maison, Tomi n’aura pas tardé à retrouver ses pantoufles, pour l’emporter solidement, 3/1, dans son premier match contre Tobias RASMUSSEN. Mais dans sa seconde rencontre, glissade sur ses charentaises mal ajustée, et lourde chute sur le dos, pour s’incliner 3/1 contre un Santiago LORENZO accrocheur et volontaire.

Fabio RAKOTOARIMANANA (n°115) (0 victoire) : Très affûté, régime bien suivi, aura bien débuté sa rencontre contre Santiago LORENZO en emportant le premier set. Mais quelques top spins coups droits plus loin, aura fini par manger gras. Avec un nutriscore E rendu par notre diététicien argentin. Et défaite 3/1.

Tom CLOSSET (n°310) (0 victoire) : Ce sera un grand joueur. Mais aujourd’hui sera tombé sur encore plus grand. L’immense Laurent COVA. Auteur d’un match presque parfait. Et défaite 3/0.

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°72) (0 victoire) : Le Danemark aura gagné 3/1 contre le Kazakhstan hier soir au foot. Malheureusement c’est sur ce score que Tobias s’inclinera contre un très bon Tamas LAKATOS, solide et concentré. Notre viking aura pourtant essayé. Mais quand ça veut pas, ça veut pas. De retour chez lui, plongera nu dans les eaux glacées de la Baltique. Puis se fouettera le dos avec des branches de bouleaux frais. Pour mieux se régénérer le corps et le cerveau.

Santiago LORENZO (n°113) (2 victoires) : Fin de la distribution des prix Nobel la semaine dernière à Stockholm. Ils en auront juste oublié un. Celui du fight et de la détermination. Décerné sans aucune rivalité ni opposition possible à Santiago. El hombre de la tarde, avec deux belles victoires contre Fabio RAKOTOARIMANANA et Tomi LAKATOS, 3/1.

Laurent COVA (n°112) (1 victoire) : Un match gonadique. Impressionnant en survitesse et en revers en ligne. Etait en feu. Ce soir c’était vraiment Great balls of fire. Jerry Lee LEWIS aurait forcément apprécié.

Arnaud SELLIER (coach heureux) : Ça gagne, et en plus ça gagne contre Lille, pour rester encore une fois le roi du derby des Hauts de France. Aura célébré ça avec un petit expresso, sans touillette. Le George CLOONEY du ping amiénois. What else ?

Les grandes victoires se forgent toujours dans des vestiaires au carrelage moche

Les grandes victoires se forgent toujours dans des vestiaires au carrelage moche

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2023 2 26 /09 /septembre /2023 23:49

Mardi 26 novembre 2023. La rentrée des classes pour l’AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE. A la bourre en plus, tout le monde ayant déjà rejoint les salles de cours depuis la semaine dernière.

Mais les cancres amiénois, pour cause de match décalé contre LILLE, étaient encore ce mardi 26 septembre au soir, sous le préau de SAINT PIERRE LES ELBOEUF,  les genoux tremblotants, et le dos plié par le lourd cartable DONIC. Attendant que la sonnerie ne retentisse…

Avec au final, une première journée d’école dure, pleine, et intense. Mais qui se sera bien terminée. Avec une victoire 3/1. Et les félicitations du proviseur SELLIER. C’est déjà ça.

La suite, le mardi 10 octobre à VILLENEUVE SUR LOT. Pour déjà le brevet des collèges.

Les Saint Pierrais

Célian BESNIER (n°159) (0 victoire) : De l’envie, du fight, de la ténacité. Gros match contre Santiago LORENZO. Mais aura regretté d’avoir pris allemand première langue. Et restera de fait bloqué à ocho-siete à la belle. Heureusement pour nous... Et défaite 3/2.

Guillaume ALCAYDE (n°192) (1 victoire) : Du toucher et de l’abnégation ce jour. Sur presque toutes les balles, en ayant encore plus varié que les taux d’intérêts immobiliers ou le prix de l’essence en cette fin d’année. Et ça aura bien payé contre Tobias RASMUSSEN (belle victoire 3/2) ; et ça aurait presque pu payer contre Santiago LORENZO (mais défaite 3/1).

Martin BAECHLER (n°227) (0 victoire) : Saint-Pierre, priez pour nous. Mais ça n’aura pas suffit contre ce diable de Denis DORCESCU. Et défaite satanique 3/1.

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°72) (0 victoire) : Aura fini au coin, les deux genoux sur une règle. A l’ancienne, après sa défaite 3/2 contre un Guillaume ALCAYDE de gala, qui n’aura rien lâché.

Santiago LORENZO (n°113) (2 victoires) : Le pape François, également Argentin, lui aura ouvert la voie en ce début de semaine à Marseille. Et Santi aura alors continué d’évangéliser en Normandie. A grands coups de tops frappés dans la face de Célian BESNIER (victoire 3/2) puis de Guillaume ALCAYDE (et victoire 3/1). Un perfect ce mardi soir. Alleluia Santi !

Denis DORCESCU (n°151) (1 victoire) : Se sera assis direct au premier rang. Le chouchou de la maîtresse. Tiré à 4 épingles, la mèche sur le côté. Et n’aura pas laissé Martin BAECHLER copier sur lui une seule seconde. Et belle victoire 3/1.

Laurent COVA (n°112) : Tellement sous côté qu’il en aura été oublié lors de la présentation des équipes par le speaker local. Pas grave. Lui aura gravé son nom et son prénom sur les portes de son coupé Mercedes, au tournevis, en sortant. Et en lui crevant les 4 pneus, en ami. En souvenir de cette belle petite première en proB.

Arnaud SELLIER (coach) : Sa tension artérielle sera encore montée à 34/12. Et ses pulsations cardiaques à 388 battements par minute. Mais après 4 heures de match, on est bien là…

Kop Labaume : le soutien de la famille : Merci !

 

La famille Labaume

La famille Labaume

ENTENTE SAINT PIERRAISE vs AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE (1/3). ProB J1 saison 2023/2024
Partager cet article
Repost0
4 juin 2023 7 04 /06 /juin /2023 15:02

Samedi 3 juin 2023 : match de classement contre MIRAMAS pour les places 3 et 4 de la proB, et la dernière rencontre du championnat 2022/2023.

Une saison pleine de trous et de périodes interminables sans jouer, avec des matchs décalés à n’en plus finir, et un championnat totalement débistraque et n’importenawak, illisible dans sa formule et son déroulé. Et qui n’aura ressemblé à rien. L’essentiel était que MONTPELLIER monte en proA. C’est fait, et c’est amplement mérité.

Passons maintenant à la saison prochaine, et espérons désormais un championnat plus raisonné, plus raisonnable, plus régulier, et surtout plus compréhensible. En matchs aller et retour, avec des play-off à la fin... Mais bon, on s’attend à tout de la part de la commission sportive du MORDOR. Quand le grand SAROUMANE du ping va nous sortir que « J’ai rêvé d’un championnat complètement con en proB pour la saison 2023/2024. Mais comme il faut toujours croire en ses rêves : et ben, on va l’appliquer ! ».

Dans l’intervalle, pour cette dernière à Miramas, les Amiénois auront fini par l’emporter 3/2, au bout du bout de la dernière rencontre, 11/9 à la belle. Oui, quand ce sont des matchs en bois, on ne lâche rien, à la différence des matchs à enjeu...

On finit troisième, et on aura savouré jusqu’à l’extrême limite cette proBay. Et c’est ce qui fait vraiment tout le charme et l’intérêt du ping-pong.

A la saison prochaine !

Les Miramassiens

ZHENG Junge  (n°10795) (1 victoire) : Arrivé tranquille, en tongs et bermuda, peut être même sans savoir contre qui il allait jouer ce jour. Aura fait chauffer le diésel contre Tobias RASMUSSEN, pour s’incliner 3/0. Avant de retrouver la pleine mesure de son ping-pong et s’imposer, brillamment, 3/1 contre Tomi LAKATOS. Niveau tennis de table coach SELLIER n’a vraiment rien à lui enseigner, mais il lui aura quand même appris que la finale de proB opposait cette année TOURS à MONTPELLIER.

Paul LAVERGNE (n°96) (0 victoire) : Du grand monsieur LAVERGNE aujourd’hui. Paul position contre Tomi LAKATOS, mais aura mal accroché sa ceinture, et sortie de route au bout de quatre sets pour s’incliner 3/1, au terme de superbes échanges. Puis contre Tobias RASMUSSEN, Paul dance : aura tournoyé autour de sa barre de métal avec fougue, remontant un handicap de 2 sets à 0, sauvant une balle de match au troisième, mais pour s’incliner, par la plus courte des marges 11/9 à la belle. Chapeau quand même, l’artiste.

HE ZHIWEN (n°63) (1 victoire) : Il est la preuve vivante qu’on peut bosser sans problème jusqu’à 64 ans. Aura encore châtié ce jour un joueur du top 200 mondial, la victime : Eric JOUTI, 3/2, 12/10 au 5ème set, non sans avoir sauvé une balle de match à 9-10 à la belle. Après moult pivots, services, coups de softs en ligne, et claquettes coup droit. Convoqué ce jour par Elisabeth BORNE pour faire une photo promotionnelle sur le perron de Matignon. Pour bien montrer à tous ces fainéants de Français que l’âge pour la retraite, et bien ce n’est qu’un chiffre.

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°64) (2 victoires) : Du soleil, une température extérieure supérieure à 25°C : le joueur Danois aurait pu entrer en combustion direct. Et c’est ce qu’il aura fait. En feu sur ses deux matchs contre ZHENG Junge (victoire 3/0), puis Paul LAVERGNE (victoire 3/2, 9 à la belle au bout du suspens). L’homme du match, à la peau d’albinos, pleine de coups de soleil en cette fin de week-end!

Tamas LAKATOS (n°73) (1 victoire) : Une rencontre typique, un condensé de ses quatre saisons amiénoises. Docteur LAKATOS sur son premier match : irrésistible contre Paul LAVERGNE, avec des revers exceptionnels, et une victoire brillante 3/1. Puis Mister Tomi contre ZHENG Junge, après un début fracassant, perdra le fil et son ping-pong, pour doucement s’éteindre 3/1. Ça va mieux, mais n’a pas encore totalement vaincu tous ses vieux démons, qui lui hurlent encore par intermittence dans la tête, comme ça, à l’improviste, de brutalement faire n’importe quoi en plein match.

Eric JOUTI (n°44) (0 victoire) : Toujours un peu bougon et en doute sur ses capacités pongistes, et ça n’est certainement pas Monsieur HE ZHIWEN qui était là pour le remettre en confiance ce jour. Et défaite 3/2, mais après avoir tout de même eu balle de match à la belle. Aura de nouveau quitté Miramas avec un petit mal de crâne.

Arnaud SELLIER (coach émérite) : Parti pour jouer un match en carton, sans aucun intérêt, avec 20 heures de minibus sur le week-end, 3 granola et 2 barres de céréales mangées sur les aires d’autoroute .Et toujours une plaie purulente en regard du cœur, et qui continue de suinter, pour ne pas avoir joué la grande finale contre MONTPELLIER. Mais bon, coach SELLIER aura tout de même trouvé le moyen de s’exciter et de s’enflammer sur la rencontre, notamment sur l’ultime set de Tobias. C’est ça qu’on veut. Quand du pur ping-pong coule dans les veines...

La belle équipe.

La belle équipe.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2023 7 16 /04 /avril /2023 22:20

Dimanche 16 avril 2023, J6 des play off et déplacement à TOURS.

Le match décisif pour la première place du groupe, et se donner une chance de prendre la très grosse branlée par la LEBRUN Connection, lors de la grande finale pour la proA !

Mais aujourd’hui l’Amiens Sport Tennis de Table est mort.

Ou peut être hier, je ne sais pas.

J’ai reçu un télégramme, «  Equipe décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués ».

Cela ne veut rien dire, c’était peut être hier…

Oui monsieur CAMUS :  on s’est fait déchiqueter ce dimanche, 3/0.

Mangés par l’enjeu. Et Terminado la rigolada.

Pourtant, avant la rencontre, on pouvait presque jouer une main dans le slip avec nos deux points d’avance. En fait on aura surtout joué sans culotte, mais cette fois avec en plus, le petit bras.

Et de nouveau, après Villeneuve sur Lot, une autre terrible fessée. Le deuxième 3/0 de la saison. Mais au pire moment… Passés à côté. Comme quand tu montes dans un train pour MONTPELLIER. Mais que tu te trompes de quai, pour mieux te retrouver à TAIZIEUXPOURPLEURER.

Oui, nous aurons traversé l'aire des jeux comme des fantômes, avec un seul set gagné en trois rencontres. Ce soir on ne méritait pas.

C’est comme ça, c’est ping-pong.

Et parfois le ping-pong, et ben c’est dur…

Les Tourangeaux

Lilian BARDET (n°81) (1 victoire) : Les crocs, la langue pendante, l’écume aux lèvres. Lilian avait bien plus faim que les Amiénois ce jour. Et n’aura fait qu’une bouchée de Tobias RASMUSSEN, 3/0. Mais des bouchées, goûtues, trois étoiles. Comme à la table de son homologue Jean BARDET, au 46 rue de la Barachonnerie, 37300 Joué les Tours.

Yehven PRYSCHEPA (n°66)  (1 victoire) : N’aura pas dansé la samba avec Eric JOUTI Do Brazil. Mais l’aura rapidement mis au pas, 3/1, notre petit brésilien, un peu raide et crispé ce soir.

Seyed Amir HOADEI (n°41) (1 victoire) : Aura joué sur une jambe. Mais comme Keyser SOZE. Avec un emplâtre sur la cuisse droite, et la même détermination que ce tueur sanguinaire. Pour mieux exécuter Tomi LAKATOS 3/0. Dont le cadavre flotte toujours sur la Loire. Probablement à hauteur de Chinon quand vous lirez ce résumé.

Les Amiénois

Tobias RASMUSSEN (n°64) (0 victoire) : Aujourd’hui mal à l’aise et à côté de la plaque, notre viking n’aura pas bu le sang de ces adversaires dans son calice. Ça aura même été l’inverse d’ailleurs. Goût navet d’après Lilian BARDET. Et terrible défaite pour Tobi, exsangue, 3/0.

Eric JOUTI (n°44) (0 victoire) : D’habitude aérien, semblait avoir chaussé avant le match les chaussures d’un scaphandrier, contre le nageur de combat Yehven PRYSCHEPA. Forcément, le pas lourd, ça va moins bien. Et défaite 3/1, au tréfonds des profondeurs du CHER.

Tamas LAKATOS  (n°73) (0 victoire) : Aujourd’hui le ciel bas et lourd aura pesé comme un couvercle, sur son moral et son bras droit. Pas inspiré et en panne de tops revers. Et comme tout le monde, grosse défaite 3/0 contre Seyed Amir HOADEI. Et gros mal de crâne. Comme tout le monde.

Jesus CANTERO n°65 (on time) : Coach SELLIER à 150 km/h sur l’autoroute, Jésus aura réussi in extremis à avoir son vol de 22h30 à l’aéroport de Beauvais. Notre seule victoire de la journée…

Arnaud SELLIER (coach abasourdi) : La même semaine il aura appris qu’il allait devoir trimer, et coacher,  jusque 65 ans, et qu’en plus il n’accueillerait pas MONTPEUL salle Labaume. Amiens, la seule équipe de proB à réussir le grand chelem : ne pas accueillir Montpellier et se farcir tous les déplacements dans tous les clubs du sud… Roulés en boule et en position fœtale ils auront pleuré dans les bras l’un de l’autre, avec le trésorier. Qui lui, ce dimanche soir, voyait brutalement disparaître la finale virtuelle contre la plus grande équipe de proB de tous les temps, et le gain de la buvette du siècle, au 304 de la rue Gaulthier de Rumilly…

Sonia SELLIER (madame SELLIER) : Pas de bol, pour une fois qu’elle venait en déplacement elle aura voyagé sur un strapontin, dans le silence d’un minibus-couchettes à 6 heures du matin, puis dans celui d’un corbillard à 18 heures, sur le (très/trop) long chemin du retour…

 

Le mini Kop Labaume, encore heureux. Photo prise juste avant le drame.

Le mini Kop Labaume, encore heureux. Photo prise juste avant le drame.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche