Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 17:22

Noël 2020. L’heure du demi-bilan pour l’équipe de l’Amiens Sport Tennis de Table.

A mi-championnat, au milieu du gué de la rivière proBay.

La belle équipe

La belle équipe

Pour résumer (si ça te fatigue de lire jusqu’au bout, que tu es encore à 2 grammes, et/ou que tu as encore un mécano et une maison Barbie à monter pour les enfants, et/ou des piles à aller racheter (car pas fournies, et tu n’avais que des LR6 alors qu’il faut des LR14, putain de fabricant !) : un bilan très positif pour Amiens, avec 7 victoires, 2 défaites, et des amiénois 4ème au classement provisoire.

Malgré cette année covidique bien compliquée, tous les matchs de première phase auront pu se jouer côté samarien. On n’aura ni noyé, ni perdu, personne au fond du fleuve probéen.

Les amiénois solides, tout en contrôle sur le fleuve ProBay

Les amiénois solides, tout en contrôle sur le fleuve ProBay

Avec un calendrier un peu perturbé par la crise sanitaire, des covidés dans certaines équipes ou des cas-contact ayant obligé à reporter des matchs, avec en plus le souhait pour la FFTT d’avancer les deux derniers matchs de la première phase (qui devaient normalement se jouer en janvier 2021) au mois de décembre 2020. Bon…mission presqu’accomplie. Car finalement Roanne et Miramas n’auront pas trouvé de date (le match se déroulera comme prévu initialement le 10 janvier 2021), et la rencontre Tours/Argentan aura été reportée au 15 janvier 2021 pour cause de joueurs coronavirussés. Espérons que tout cela ira mieux quand on aura le vaccin…

En proB, associé au vaccin contre le Covid-19, un additif anti-seum

En proB, associé au vaccin contre le Covid-19, un additif anti-seum

Pour la rétro amiénoise : 7 victoires (5 victoires 3/2, et 2 victoires 3/1) pour 2 défaites (3/0).

Dimanche 18 octobre 2020, J1 et victoire 3/2 contre TOURS:

Vendredi 13 novembre 2020, J2 et victoire 3/1 contre METZ :

Dimanche 15 novembre 2020, J3 et victoire 3/2 contre MIRAMAS :

Dimanche 22 novembre 2020, J4 et victoire 3/2 contre ARGENTAN :

Vendredi 27 novembre 2020, J9 et défaite 3/0 contre ROANNE :

Samedi 5 décembre 2020, J8 et victoire 3/1 contre NANTES :

Dimanche 13 décembre 2020, J5 et victoire 3/2 contre ISSY :

Dimanche 20 décembre 2020, J6 et défaite 3/0 contre CHARTRES :

Mardi 22 décembre 2020, J7 et victoire 3/2 contre THORIGNE-FOUILLARD :

Les leçons de cette première phase :

- Aucun match facile : Amiens aura galéré sur toutes les équipes, y compris contre les, provisoirement, derniers du groupe, et contre lesquels on aurait pu se retrouver très mal embarqués. Et dans toutes les rencontres, beaucoup de surprises sur les confrontations directes au niveau individuel. Moralité : (presque) tout le monde peut battre (presque) tout le monde.

Parfois, ça perd.

Parfois, ça perd.

- Les chatteux d’Amiens : un bilan donc confortable pour les amiénois avec 7 victoires, mais dont 5 obtenues dans le match décisif ! Les doubles auront toujours tourné pour nous ! Du 100%. Mais grâce à notre homme de base, un très grand Grégoire JEAN en double, plus une très bonne et très belle cohésion d’équipe.

Mais parfois, ça gagne !

Mais parfois, ça gagne !

- Des amiénois (relativement) forts avec les faibles, mais (trop) faibles avec les forts. Avec deux roustes 3/0 contre les grandissimes favoris pour la montée en proA, ROANNE et CHARTRES. Autant contre Chartres le score est sévère, car il y aura eu match, et ça n’aura pas tourné en notre faveur. Autant contre Roanne on s’est fait déchiqueter, amorphes, et sans réaction. Le regard vide, la raquette lourde. Un match « sans » collectivement. Et donc vraiment pas photo sur cette rencontre. Mais cela permet de mesurer la différence entre les bonnes équipes, et les TRÉS bonnes équipes.

Du très très lourd (2.5 tonnes roanno-chartraises) sur la photo.

Du très très lourd (2.5 tonnes roanno-chartraises) sur la photo.

- La montée en proA : rien n’est encore joué, même si CHARTRES se détache avec deux points sur THORIGNE et sur ROANNE (mais attention avec un match en retard contre MIRAMAS). Le match retour CHARTRES/ROANNE devrait décider du montant. Avec potentiellement quelques équipes qui pourraient venir perturber et jouer les arbitres, comme THORIGNE et AMIENS. Mais vigilance contre TOURS également, s’ils récupèrent un jour SHAN Meng (actuellement en Chine) ; ARGENTAN avec le duo désormais recomposé GUSEV/GADIEV, ultra-dangereux. Sans oublier non plus MIRAMAS, avec des styles de jeu très atypiques et variés, et la légende HE Zhiwen, toujours aussi performant.

- Pour la descente en N1 : rien de fait non plus. Même si NANTES est pour le moment à la peine, et mal embringué, avec déjà 6 points de retard sur le 9ème ISSY. Mais bon, le championnat est encore long et tout peut encore arriver.

Le championnat, allégorie.

Le championnat, allégorie.

- Les matchs à huis clos : évidemment, catastrophiques pour l’ambiance. Même si la présence d’une poignée de bénévoles, plus bruyants que la moyenne, permet parfois de donner, légèrement, le change. Problématique également pour certains clubs et la perte financière de l’absence de billetterie, de buvette et de possibilité d’inviter des partenaires. Rédhibitoire enfin pour l’engouement que la division pro pourrait apporter au sein de la communauté pongiste, et au-delà, pour promouvoir la discipline. Mais le petit virus en a décidé autrement cette année... Et espérons le, que pour cette année…

Ambiance Maracana salle Labaume

Ambiance Maracana salle Labaume

- L’ambiance et l’atmosphère entre les clubs de la poule : bonnes. Oui, chacun fait des efforts pour l’accueil, la réception des équipes adverses et l’organisation des rencontres. Chaque club aura fait des concessions pour trouver de nouvelles dates et faire en sorte que la première phase du championnat soit quasi finie avant Noël. Surtout, chaque association aura mis en place des mesures pour réaliser une retransmission des rencontres, souvent par le biais d’un facebook live (avec parfois les galères inhérentes, par manque de matériel adéquat, de compétences informatiques, surtout de réseau et de débit internet dans les salles de ping). Mais bel effort, et louable, qui permet désormais à tous les fans (parfois étrangers) de suivre quasiment toutes les rencontres (entre 100 et 200 vues par matchs, et entre 2000 et 3000 par rencontre). Très bien pour la promotion de la division en France et à l’étranger. Et probablement à maintenir à l’avenir. Au passage, un très grand bravo à Chartres, définitivement hors catégorie, avec des retransmissions ultra-pros, dignes de Bein Sport ou du festival de Cannes.

Des retransmissions qui laissaient parfois à désirer, parfois brouillées ou parasitées, mais on s'est accroché, le spectacle était toujours au rendez-vous

Des retransmissions qui laissaient parfois à désirer, parfois brouillées ou parasitées, mais on s'est accroché, le spectacle était toujours au rendez-vous

Le bilan individuel pour les amiénois

Jesus

Jesus

Jesus CANTERO (2 victoires, 5 défaites, 29% de victoires, 5 contres, 1 perf, impliqué dans 11% des points gagnés par l’équipe et 38% des points perdus par l’équipe) : Un Jésus cette saison en plein doute. Comme son alter ego sur la croix se sera demandé à chaque fois, « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Malgré un vécu et une expérience incroyable se sera retrouvé souvent dans la position de celui qui, à 8 ans, arrive à l’école en pyjama ou en pantoufles. Oui pur cauchemar. Plusieurs matchs perdus à la belle après avoir mené chaque fois d’un wagon. N’aura pas marché sur l’eau pour une fois, mais plutôt tantôt sur des œufs ou sur des charbons ardents. Mais aura tout de même fini l’année sur une note positive, avec une belle victoire, et en perf sur Noshad ALAMIYAN. Preuve que les grands champions ne meurent jamais. 2021, pour sûr, le retour du messie, le come back de Jesus !

Horacio

Horacio

Horacio CIFUENTES (6 victoires, 6 défaites, 50% de victoires, 2 contres, 0 perf, impliqué dans 50% des points gagnés par l’équipe et 33% des points perdus par l’équipe) : La petite pépite argentine. Peu connu en début de saison, mais aura été rapidement reconnu. Et comme tout bon argentin, ne se nourrit que de viande crue, et ne boit que du sang frais. En taillant quelques croupières à ses adversaires. Néanmoins encore quelques défaillances, par manque de variétés dans son jeu, et avec des rencontres concédées à la belle. Mais toujours en livrant de titanesques combats. Une marge de progression encore très intéressante : mais déjà, Muy bien Senor Horacio !

Tomi

Tomi

Tamas LAKATOS (4 victoires, 3 défaites, 57% de victoires, 3 contres, 0 perf, impliqué dans 27% des points gagnés par l’équipe et 20% des points perdus par l’équipe) : Un Tomi en demi-teinte. Pas le rayonnement et les fulgurances de l’an dernier, mais en rapport avec des enchaînements blessure au genou-Covid +++. Vit toutefois sur ses acquis, avec un incroyable toucher de balle et un revers fulgurant. Mais poussé dans ses retranchements, et lors de matchs de haut niveau, se perturbe tout seul très rapidement psychologiquement, et lâche trop souvent mentalement. Repartira donc en stage en début d’année avec maître YODA, avec du practice à la raquette laser : Tomi, Jedi un jour, Jedi toujours !

Greg

Greg

Grégoire JEAN (4 victoires, 4 défaites, 50% de victoires, 0 contre, 1 perf, impliqué dans 19% des points gagnés par l’équipe, et 27% des points perdus, mais invaincu en double 5/5) : La très belle satisfaction de cette première moitié de saison. : JEAN sans peur. Plus fort qu’un duc de Bourgogne. Aura joué son niveau, et même au dessus, en terrassant Noshad ALAMIYAN lors de l’ultime journée. Extraordinaire joueur de double, aura en plus 5 fois était l’un des grands artisans du point décisif, tantôt associé à Jesus CANTERO ou Horacio CIFUENTES. Va continuer à cartonner en seconde phase : JEAN veut encore !

Arnaud

Arnaud

Arnaud SELLIER (coach) : Aura commencé la saison avec un petit « My tailor is rich and Bryan is in the kitchen ». Mais aura realisé des progrès incroyables pour désormais mener des causeries d’avant-match et des debriefing de rencontres en anglais avec les joueurs ! Devrait maintenant se mettre à l’espagnol dès janvier pour commencer à piper les insultes de Jesus.

Nathan

Nathan

Nathan SELLIER (Kop Labaume) : Vit les rencontres à 1000%. Euphorique quand ça gagne, désespéré et au bord du suicide quand ça perd (heureusement exceptionnellement). Inculque un peu de supportérisme footballistique, mais surtout de la vie et de l'enthousiasme, dans un ping-pong habituellement trop  calme et policé. La mascotte du groupe, et grand créateur du chalala victorieux (et prochainement du ouillouillouille de la défaite, pour équilibrer). L’âme de l’équipe, le supporter de l’extrême. Les kilomètres ne lui font pas peur... S’il n’en reste qu’un, un jour, il sera celui là.

Le classement provisoire à l'issue de la première phase :

Le demi-bilan de l’équipe amiénoise à mi-championnat, en proB, saison 2020-2021
Oui, bravo les gars: énorme première phase !

Oui, bravo les gars: énorme première phase !

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 10:21

Mardi 22 décembre 2020 : 7ème journée et  dernière de la phase et de l’année en proB. Match contre Thorigné Fouillard, près de Rennes. Une rencontre pour la 3ème place et pour rester sur le podium. Un déplacement dans le vent et la pluie. La Bretagne quoi.

Et la Bretagne, ça nous gagne : victoire 3/2 !

Un match incroyable, et à rebondissement.

François TRUFFAUT avait coutume de dire que le cinéma c’est mieux que la vie.

Le ping-pong aussi.

Les Thoréfoléens

Noshad ALAMYAN (n°25) (0 victoire) : A dû, dans la nuit de lundi à mardi, se faire mordre par une chauve-souris qui avait auparavant mordu un pangolin, qui avait lui-même mordu Tomi LAKATOS… Un Noshad forcément en période d’incubation virale. Car pas du tout dans son assiette, et loin de son rayonnement habituel. Avec deux défaites 3/0 contre Grégoire JEAN et Jesus CANTERO.

Léo DE NODREST (n°62) (1 victoire) : Privé de ping-pong depuis plusieurs mois en raison de blessures à répétition, avait emmagasiné une boule de feu de top frappés et au rebond, dans son cœur, et son bras gauche. Aura tout délivré d’un coup contre Horacio CIFUENTES. Et très belle victoire 3/2, 12/10 à la belle après avoir sauvé 2 balles de match.

Damien PROVOST n°73 (1 victoire) : La « Castex touch ». Aura déconfiné Tomi LAKATOS au premier set, pour mieux l’auto-confiner au second, puis le mettre définitivement sous couvre-feu au 3ème set, à partir de 17h15. Et belle victoire premierministresque 3/0.

Les amiénois

Grégoire JEAN (n°65) (1 victoire + double) : Son nouveau look à base de bandana et de petite barbiche d’Artagnesque lui confère de faux airs de Robert de NIRO (dans Voyage au bout de l’enfer), et de Keanu REEVES (pour les filles). Et il aura donc, dans son premier match, sulfaté Noshad ALAMIYAN 3/0 sans lui laisser aucune chance. Avant de dynamiter le double thoréfoléen... L’homme du match. Le John WICK amiénois.

Jesus CANTERO (n°47) (1 victoire): Après avoir passé 40 jours dans le désert de la lose, Jesus aura enfin ressuscité contre Noshad ALAMIYAN (n°23) ! Il est enfin là le fils de Dieu ! Enorme victoire 3/0 à base de gnaque, de grinta et de claquettes coup droit. Alleluia !

Horacio CIFUENTES (n°48) (victoire en double): Très gros match contre Léo DE NODREST, mais défaite 12/10 à la belle. Devrait se faire injecter le vaccin russe fin décembre, dès son retour en Argentine. A base d’ARN de Vladimir POUTINE et d’ADN de  tueur du KGB. C’est très bien, ça devrait lui conférer le caractère froid et impitoyable qui lui permettra à la rentrée de concrétiser ses balles de match pour s’imposer à la belle. On devra par contre lui filer de la vodka et plus d’eau à la fin de chaque set. Adaptation.

Tamas LAKATOS (n°35) (0 victoire): Covidé à 1000% en septembre avec 3 tests PCR positifs de suite. N’a malheureusement toujours pas retrouvé le goût, notamment du ping-pong, ni l’odorat. N’aura donc même pas pu humer que ça sentait le pâté, puis le sapin sur Damien PROVOST (n°78). Et défaite coronavirussienne, sans contestation aucune, 3/0.

Arnaud SELLIER (coach marin-pêcheur) : A l’issue du match, aura fait sienne cette devise : « Donne un poisson à un breton, tu le nourris pour un jour. Apprends-lui à pêcher, il se nourrira toute sa vie. »

 

Le vaccin universel: anti-morosité et anti-lose. A base de gouttes de sueur de Grégoire JEAN.

Le vaccin universel: anti-morosité et anti-lose. A base de gouttes de sueur de Grégoire JEAN.

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 21:09

Dimanche 20 décembre 2020, 6ème journée du championnat de proB, et réception de CHARTRES.

Du solide. Du lourd. Du blindé. Plus char-d’assaut et char-tigre, que chartrain ce dimanche.

Montés sur chenilles, ils nous auront roulé dessus. Et défaite amiénoise 3/0.

Ça aura pourtant lutté côté samarien. Du corps à corps, dans chaque bosquet. De la guérilla dans chaque set.  Mais au final, on prend une grosse rouste... Comme en 14. Comme en 40…

Après cette Bérézina, retraite de Russie dès demain. En passant par Thorigné. Avec un nouveau gros match dès mardi 17h. Pour se donner une chance de rester sur le podium.

Avant l’arrivée du petit papa Noël. Qui nous réconfortera tous après cette année covidique.

Les Chartrains

Bence MAJOROS (n°20) (1 victoire) : Malmené par les claquettes et le fight de Jesus CANTERO toute la partie. Aura quand même trouvé l’énergie pour scorer les deux derniers points, 13/11 à la belle. Et victoire sur le fil. Obligeant les amiénois à composer le numéro vert, SOS Détresse amitié, pour un Jesus dépité et désespéré.

Vitor ISHIY (n°49) (1 victoire): Très gros match contre Horacio CIFUENTES. C’était carnaval. C’était samba. Un peu Vitor ISCHATTE au 2ème set et à la belle, avec pas mal de réussite, de la tranchette, des petits filets et des petits coins de table. Mais du très grand Vitor ISHOW toute la rencontre. Et belle victoire 3/2.

Irvin BERTRAND (n°83) (1 victoire) : Il est là le responsable du réchauffement climatique de la planète. Depuis l’an dernier ses top spins ont pris 150 km/h. Sur chaque impact la balle est désormais chauffée à blanc. Tomi LAKATOS aura passé la partie à ramasser les billes dans les séparations, avec des gants ignifugés. Et belle victoire, nette, mais hyperthermique, et sans protection de la couche d’ozone, 3/0 (Barbara POMPILI does not approve this).

Les amiénois

Jesus CANTERO (n°47) (0 victoire): On y a cru. Comme avec miss Picardie… Jesus à deux doigts de la très grosse performance. Mais victime de la même cruelle injustice contre Bence MAJOROS, que Tara de METS lors du concours On-a-tout-fait-pour-faire-gagner-miss-Normandie… Et défaite 3/2.

Horacio CIFUENTES (n°47) (0 victoire): Très gros match contre Vitor ISHIY. Une lutte à mort pour le titre de mister proB. Malheureusement Horacio aura raté l’épreuve du bikini. Et se sera retrouvé sans slip au 5ème set... Et défaite 3/2. Mais quelle rencontre !

Tomi LAKATOS (n°36) (0 victoire): La même détermination que miss Limousin avec de belles fulgurances. Mais par instant le même niveau de jeu, et de concentration, que Jean-Pierre FOUCAULT…. Et lourde défaite 3/0 contre Irvin BERTRAND.

Quand tu apprends qu'Amiens s'est fait déchiqueter 3/0 par Chartres

Quand tu apprends qu'Amiens s'est fait déchiqueter 3/0 par Chartres

AMIENS vs CHARTRES 0/3. J6 de la saison 2020/2021 de proB. Le dimanche 20 décembre 2020.
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 21:24

Samedi 5 décembre 2020: 8ème journée du championnat de proB. Avant d’avoir joué la 5ème. Mais après avoir joué la 9ème journée. Ok, démasqués : on fait juste ça pour rendre dingues les Stakhanovistes de la Logique!

Un match en tout cas pour avoir l’occasion de remonter sur le trapèze. Car manque de magnésie la semaine dernière : les mains ont malencontreusement ripé. Et on s’est méchamment écrasés sur le ciment de la piste aux étoiles de la proBay. Avec une (très) lourde défaite 3/0 contre Roanne. Les os brisés, ça a fait mal partout. Surtout aux os des fesses. Et en plus, la double peine, avec ce 3/0, et le célèbre « Fanny au bar ! ». Alors qu’ils sont tous fermés !

Ce jour donc, il était important de bien remettre les choses dans le bon ordre, dans ce chaos ambiant. Et chose faite, et bien faite, avec une belle victoire 3/1 contre Nantes (après, il est vrai, avoir quand même frôlé le 0/2).

Le navire amiénois enfin remis à flot !

Essayons de ne pas resombrer de nouveau lors du prochain match. Dimanche prochain, le 13 décembre à Issy !

Les Nantais

Mathieu DE SAINTILAN (n°85) : l’un des derniers défenseurs. Avec des chops de mammouth, et de très belles défenses, forcément d’ivoire, contre Jesus CANTERO. Et superbe victoire 3/1. Ensuite se sera malheureusement fait braconner par l’intraitable chasseur, Horacio CIFUENTES, lors de son deuxième match. Et défaite 3/1. Avant de regagner, mortellement blessé, le cimetière des éléphants…

Paul GAUZY (n°69) : Contre Grégoire JEAN, la même sortie de route que Romain GROJEAN à Bahreïn. Sauf que Paul, lui, sera resté dans la voiture... Et donc brûlé vif. Défaite cuisante 3/0.

Julien PIETROPAOLI (n°96): En fait ce n’est pas de la lave en fusion qui coule dans ses veines. Mais du sang corse… Donc en fait beaucoup plus dangereux et explosif ! Et très belle prestation face à Tomi LAKATOS. Au fight, pour une courte défaite 3/2. Mais en n’ayant jamais pris le maquis: I MUVRINI likes this.

Les Amiénois

Tamas LAKATOS (n°36) (1 victoire) : Toujours les séquelles d’un syndrome post-traumatique après Roanne. Avec de petites périodes d’amnésie. Oublie ainsi parfois qu’arrivé à 9 il y a encore deux points à marquer... Mais flash de lucidité à la belle contre Julien PIETROPAOLI, pour l’emporter 11/8. Ouf !...Le coach Arnaud SELLIER aura juste perdu 10 ans d’espérance de vie rien qu’en suivant le dernier set.

Horacio CIFUENTES (n°48) ( 1 victoire): Fracture du crâne la semaine dernière. Mais sera vite sorti de réanimation. Même plus besoin d’un petit tuyau en plastique, ni pour respirer, ni pour uriner. Et match plein contre Mathieu De SAINTILAN. Spectaculaire et de haut niveau. Pour une belle victoire 3/1.

Grégoire JEAN (n°65) (1 victoire) : Sur son match contre Paul GAUZY aura validé son CAP boulangerie. En envoyant des pains et du flan parfum vanille. Et belle victoire 3/0. Oui, maintenant on peut le dire : Bienvenue chez PAUL !

Jesus CANTERO (n°47) (0 victoire): Hommage à Valéry GISCARD D’ESTAING dans son match contre Mathieu De SAINTILAN. Dans le premier set, se sera invité à la table de Mathieu, mais aura trouvé porte close. Avant d’envoyer du diamant dans la seconde manche. Mais n’aura malheureusement investi que dans des avions renifleurs de lose dans les 3ème et 4ème sets. Pour s’incliner 3/1... Avant de devoir prononcer le désormais classique : « Au revoir»…

Arnaud SELLIER (coach) : Coulé au fond de la Loire la semaine dernière à Roanne. Sera courageusement remonté sur la péniche, à la force des bras. Puis aura emprunté le canal de la Seine, puis bifurcation vers le canal du Nord. Jusqu’à Amiens. Notre Christian BARBIER à nous. Définitivement, l’homme du Picardie. C'est sûr, ne se résoudra jamais à décrocher la banderole de l'ancienne région qui trône fièrement salle Labaume.

 

 

Arnaud SELLIER naviguant fièrement à la barre de la péniche amiénoise, sur le fleuve proBay

Arnaud SELLIER naviguant fièrement à la barre de la péniche amiénoise, sur le fleuve proBay

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 22:10

Dimanche 15 novembre, troisième match de la saison, à la maison, contre MIRAMAS. Après deux succès contre Tours (3/2) et Metz (3/1).

Malheureusement, à domicile, le chaudron de la salle Labaume est désormais presqu’aussi vide qu’un plat de pâtes après un premier passage de Tomi LAKATOS... Oui, le COVID-19 aura, indirectement, dépeuplé le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly 80000 Amiens, de sa foule en liesse. Huis-clos… Quel vilain mot... Les socios amiénois ne peuvent plus agiter leur mouchoir blanc dans les tribunes. Ni les jeunes filles jeter leurs soutiens-gorge dans l’aire de jeu… Infinie tristesse… Notamment pour les soutiens-gorge.

Un match donc avec le bruit et la fureur habituellement réservée à une bibliothèque. Sauf que là, la seule chose qu’on avait à lire, et bien c’était le marqueur de la table n°1 !

Mais quelle lecture ! Et quel match !  Et quels incroyables échanges tout l’après-midi !

Et très belle victoire amiénoise, 3/2 au bout du suspens.

Avec le soutien et les encouragements de tout un peuple.

Car si nous partîmes cinq, par un prompt renfort (du live facebook) nous nous vîmes trois mille en arrivant au port... Pierre Corneille likes this !

Seconde lecture la semaine prochaine, dimanche 22 novembre contre ARGENTAN, et son armada russe. Encore un gros match en perspective.

 

Les miramassiens

Dorian ZHENG (n°111) (0 victoire) : L’homme, mais malheureux, du match. Auteur de deux très très grosses rencontres contre Tomi LAKATOS puis Horacio CIFUENTES. Et aurait assurément mérité un meilleur sort que ses deux défaites 3/1... Comme Donald TRUMP aura donc demandé un recomptage des points. Mais les juges-arbitres de la cour suprême de la salle Labaume n’en auront pas démordu.

HE Zhiwen (n°38) (1 victoire) : Dans la liste des produits essentiels, le gouvernement a oublié le HE Zhiwen. Incroyable longévité. Incroyable joueur. Le Benjamin BUTTON du ping. Plus il joue, plus il rajeunit. Toujours aussi impressionnant au service, en contre, et sur le jeu court. Et ce soir, c’est un junior 2 que Grégoire JEAN aura donc affronté... Et victoire 3/1.

ZHENG Junge (n°74) (1 victoire): Est-ce que le général de GAULLE, lui, aurait envoyé de la claquette softée sur tous les top-spins d’Horacio CIFUENTES ? C'est certain, le général non. Mais Junge si ! Et belle victoire 3/2 contre Horacio.

 

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°36) (1 victoire): Si l’antre du tennis de table français sonnait creux ce dimanche, Tomi, lui, aura sonné le glas des espoirs de l’espoir Dorian ZHENG. Et victoire 3/1... Retour gagnant pour Tamas après son triathlon confinement-COVID-blessure au genou. Welcome back monsieur LAKATOS !

Jesus CANTERO (n°47) (double) : Le John Mac ENROE amiénois. En fait, que les arbitres continuent à le faire suer dès la deuxième balle sur son service : « Are you serious man ?!? »…. Ça le met dans une rage folle et il se met à envoyer de la claquette à tout bout de champ! Et superbe double avec Grégoire, pour l’emporter 3/1 contre HE Zhiwen et ZHENG Junge.

Horacio CIFUENTES (n°48) (1 victoire) : Quatre jours après le 11 novembre, à la recherche d’un second souffle mental et physique, aura demandé un nouvel armistice à ZHENG Junge... En pure perte: fauché, impitoyablement, par la mitrailleuse du miramassien. Et douloureuse défaite 3/2… Après la pause, obligé donc de remonter au combat et à l’assaut de la tranchée de Dorian ZHENG. Pas de quartier, et baïonnette au canon… Pour une superbe victoire 3/1 avec des tirs et des échanges époustouflants.

Grégoire JEAN (n°65) (double) : Plutôt que le monstre HE Zhiwen, aurait sûrement préféré affronter cet après-midi le COVID-19. Mais à mains nues, sans solution hydro-alcoolique, torse poil, et sans masque. Mais malheureusement, c’était le célèbre "Juanito" au programme pour Grégoire. Et défaite 3/1…. Heureusement il reviendra vacciné et immunisé dans le double. Et très belle victoire, associé à Jesus, 3/1.

 

 

C'est quoi déjà votre place, les amiénois ?

C'est quoi déjà votre place, les amiénois ?

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 22:10

Dimanche 18 octobre 2020. Reprise de la saison de proB.

Après un arrêt covidique de 7 mois, 3 jours, 12 heures, 24 minutes, 32 secondes.

Pourtant, il paraît que quand on aime on ne doit pas compter. Il paraît…

Donc, ce dimanche: back to the office, back to the business, back to le bruit et la fureur!

Mais dans le respect des normes sanitaires.

Avec une belle victoire 3/2 !

Contre des Tourangeaux certes diminués par l’absence de SHAN Meng, retenu en Chine par le coronavirus, mais avec un Daniel GORAK de gala. Qui nous aura aspergés tout l’après midi de son talent, et de solution hydro-alcoolique.  Mais l’homogénéité et la compactitude (ce mot n’existe pas, et c’est bien dommage) amiénoise auront fait la différence en fin de rencontre.

Bons débuts ! Et bon départ dans ce qui s’annonce être une nouvelle année de galère probayenne, avec déjà quelques matchs déjà décalés, et ce dès la première journée... Mais gardons le moral. Et des voies aériennes supérieures dégagées…

Et rendez-vous dans 15 jours, à Metz, pour la deuxième journée !

Les tourangeaux

Daniel GORAK (n°39) (2 victoires): Depuis le début de la pandémie, Daniel ne verse plus de la vodka mais de la solution hydro-alcoolique, directement, sur les plaies de ses adversaires. Un peu pour désinfecter. Mais surtout parce que ça pique. Il peut ainsi mieux se délecter de regarder ses opposants se tordre de douleurs... Avec deux belles victoires, antiseptique, 3/1 contre Grégoire JEAN, puis détergente, 3/0 contre Horacio CIFUENTES.

Lilian BARDET (n°79) (0 victoire) : A Paris le couvre-feu c’est entre 21h et 6 heures du matin. A Amiens c’est entre 16h30 et 17h. Mais c’est Horacio CIFUENTES qui le fait respecter. En plongeant Lilian sous l’éteignoir. Avec une défaite, dans la pénombre, 3/0.

Clément DEBRUYERES (n°125) (0 victoire) : Quand tu joues Jésus, forcément ça ne peut finir qu’en crucifixion. Clément aura donc trimballé sa croix pendant 3 sets. Avant de finir cloué, non pas sur le mont Golgotha, mais sur la porte d’entrée de la salle Labaume. Et défaite 3/0 contre el senor CANTERO.

Les amiénois

Jesus CANTERO (n°47) (1 victoire + double): Le regarder envoyer des tatanes avec son soft coup droit augmente ta sécrétion naturelle d’endorphines. Oui, en 2020,il est assurément le meilleur remède contre la dépression. Et à partir de janvier 2021, ses prestations seront probablement directement remboursées par la sécurité sociale. Avec, ce jour, sur l’ordonnance, une victoire 3/0 contre Clément DEBRUYERES. Et une victoire 3/0 en double associé à Grégoire JEAN contre la paire Lilian BARDET/Clément DEBRUYERES.

Horacio CIFUENTES (n°48) (1 victoire) : Toujours au top des protocoles sanitaires. Dans son premier match contre Lilian BARDET, lui aura fait respecter la distanciation sociale, en le promenant, de droite à gauche, d'avant en arrière, puis dans les bâches. Et victoire 3/0... Mais dans son deuxième match, c’est Daniel GORAK qui lui aura fait respecter le sens de circulation. En le dirigeant directement vers la sortie, proche du dépitarium. Et défaite 3/0.

Grégoire JEAN (n°65) (Double) : La barbe, la moustache, et la chevelure de d’ARTAGNAN. Et notre mousquetaire se sera effectivement bien escrimé contre Daniel GORAK. Avec de superbes passes d’armes. Mais finira quand même embroché, 3/1. Avant de revenir porter l’estoquade, dans le double, avec Athos Cantero. Et belle victoire 3/0.

Tamas LAKATOS (n°36) (en convalescence) : Deux fois positif au COVID le mois dernier, juste pour montrer qu’il était deux fois plus fort que le virus... Mais à l’arrêt pongistique total durant un mois. Aura perdu un peu de toucher de balle, mais pas son toucher de fourchette. Et on confirme à la cantoche de la fédération hongroise: Tomi a pleinement retrouvé le goût et l’odorat. Le cuistot peut dès demain refaire son stock, et ses réserves de bouffe !

Arnaud SELLIER (coach) : Superbe causerie, en anglais, avant le match. Yes sir ! Depuis, boit du thé tous les jours à 17 heures, avec un nuage de lait, et en y trempant quelques scones.

 

Moins de 6 joueurs : photo d'équipe validée par Emmanuel MACRON

Moins de 6 joueurs : photo d'équipe validée par Emmanuel MACRON

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
28 mai 2019 2 28 /05 /mai /2019 19:42

Dimanche 26 mai. Denier match des play off, contre Nice. Le gros combat attendu par tout un peuple depuis un an : The final ! En français, la finale…

L’avenir se jouant sur un match de 3 heures.  Une sacrée partie de roulette russe.

Nice aura joué avec 4 balles dans le barillet. Et Amiens avec 8.

Et au final superbe victoire amiénoise :  8/4.

Les play off, c'était chaud quand même !

Les play off, c'était chaud quand même !

Un vrai bon gros match. Avec de l’intensité, de la grinta, du petit bras, du gros bras, de la chique, du molard, de l’embrouille, dans une ambiance de kermesse et de saucisses/frites. Du vrai ping quoi !

La rencontre aura basculé sur deux matchs : Viktor BRODD sauvant balle de match sur Dorian NICOLLE, et Eric JOUTI effectuant une remontada sur Anastasios RINIOTIS, mené 2 sets à 1 et 5/0. Deux rencontres gagnées simultanément, et à la belle. Madame CHATTOUNE avait choisi le camp amiénois cette année…

La porte de la proB s’est alors enfin ouverte. Comme celle du Paradis.

Punaise, la proB c'est quand même magnifique !

Punaise, la proB c'est quand même magnifique !

Entre les cris du Kop amiénois, ses roulements de tambour et coups de trompette, on aura même entendu fugacement un petit solo de harpe et les anges chanter…

Une nouvelle aventure, cette fois en PROBEY commencera dès septembre !

Un grand merci en tout cas à tous les supporters qui nous auront soutenu de près, dans la salle, ou de loin, derrière leurs ordi ou leurs smartphones.

Forcément un immense merci aux joueurs (Yannick VOSTES, Viktor BRODD, Eric JOUTI, Michal OBESLO, Alexis MOMMESSIN, Clément CHOBEAU), et aux anciens membres de l’équipe (Raphaël CHATELAIN, Stéphane HUCLIEZ, Julien INDEHERBERG, Arthur BILAS, Jesper HEDLUND, Arnaud SELLIER, Christophe HARLE et Benoît VAQUIER) qui auront tant œuvré pour en arriver là. Pour cette apothéose à Saint Egrève.

Nous sommes AMIS. Nous sommes AMIENS !

Ils sont tous là !

Ils sont tous là !

Les Niçois

Plus les adversaires sont grands, plus la victoire est immense

Plus les adversaires sont grands, plus la victoire est immense

Simon ARVIDSSON  n°57 (1 victoire + double) : Le calme et la froideur d’un lac suédois contre Yannick VOSTES (et victoire 3/1). Mais Eric JOUTI, insupportable, commencera à y jeter des galets et à y faire des ricochets en surface (et défaite 3/0). Avant que Viktor BRODD ne finisse par y jeter de grosses briques (et défaite 3/2).

Jérémy PETIOT n° 61 (1 victoire) : Une rencontre à la Vincent LAMBERT. En mode courant alternatif. D’entrée les réanimateurs amiénois l’auront débranché. Et défaite 3/1 contre Viktor BRODD. Puis le professeur MAERO l’aura reconnecté. Et victoire 3/1 contre Michal OBESLO. Puis nouvel arrêt de la nutrition parentérale et de la ventilation artificielle par Eric JOUTI. Et défaite 3/0.

Dorian NICOLLE n°106 (1 victoire) : Dimanche 26 mai, jour des élections européennes. Son bulletin pour les écolos : et forcément tous les signaux au vert contre Michal OBESLO. Et victoire 3/1. Dans son deuxième match : bourrage des urnes. En ballotage favorable à 2 sets partout, 11/10 contre le politricard Viktor BRODD. Mais Dorian finira par s’incliner de deux petites voix. Et défaite 3/2.

Anastasios RINIOTIS n°80 (0 victoire + double) : La température corporelle du pongiste moyen est de 37°C. Mais pas celle d’Anastasios. Elle oscille entre 70°C et 1600°C. Oui, il a le sang toujours chaud. Hyperchaud même. Le métabolisme grec… Il aura commencé à monter en degré Celsius et Fahrenheit contre Yannick VOSTES, avec au final une défaite 3/1. Mais dans sa deuxième rencontre contre Eric JOUTI ses globules rouges et son plasma seront entrés en ébullition. Le couvercle de la cocotte-minute aura même explosé dans le 4ème set, à 5/0 sur un petit service qu’il avait jugé net. Et défaite 3/2.

Les amiénois

Yannick KARA

Yannick KARA

Yannick VOSTES n°63 (1 victoire + double) : Le Serge KARAMAZOV amiénois. Entré dans cette finale comme dans la Cité de la Peur. La main tremblante, aura commencé par manger des gencives de porc, sur leur lit de moussaka, contre Anastasios RINIOTIS. Mais victoire finale 3/1. Puis, après avoir tenté de tromper une fois mille PERSSON, aura essayé de tromper mille fois ARVIDSSON. Mais en vain. Et défaite 3/1... Mais il restera à jamais notre capitaine et notre leader emblématique. Il finira d’ailleurs la soirée en dansant la Carioca. Avec tous les supporters amiénois. Puis finira sur le chemin du retour par un émouvant pas de deux, sur une aire d’autoroute, au milieu de la nuit, avec son partenaire de toujours, Julien INDEHERBERG.

Viktor Playoffator

Viktor Playoffator

Viktor BRODD n°79 (3 victoires + double) : Ce soir aurait pu jouer John WICK et Denzel WASHINGTON, The Equalizer. Il aurait mis la branlée à tout le monde ! La convention de Genève n’a d’ailleurs pas validé son après-midi. D’ailleurs, après ses trois victoires sanglantes contre Jérémy PETIOT 3/1, Dorian NICOLLE 3/2 et Simon ARVIDSSON 3/2, la Ligue des Droits de l’Homme a posé une réserve. Mais Viktor restera dans la Légende des Siècles comme le joueur qui aura scoré le dernier point, le plus important de ces 15 dernières années, nous propulsant en proB !

Le sourire retrouvé de Michal !

Le sourire retrouvé de Michal !

Michal OBESLO n°55 (0 victoire) : Encore plus carbo que tes pâtes, et défaite 3/1 contre Dorian NICOLLE. Encore plus rôti que ton poulet, et défaite 3/1 contre Jérémy PETIOT. Est entré direct en dépression quand à 16 heures a appris que la firme LU arrêtait en plus la fabrication de ses BN adorés. Ça n’était vraiment pas ses play-off ! Un peu perdu et dans le mal tout le week-end à St Egrève. Mais pour l’ensemble de son œuvre et de ses saisons passées à Amiens, merci Michal !

Escherichia JOUTI

Escherichia JOUTI

Eric JOUTI n°12 (3 victoires + double) : On connaissait la grippe espagnole et le SRAS asiatique. Mais ce dimanche après-midi on a découvert la rage brésilienne. La nouvelle pandémie du XXIème siècle pongiste. Les symptômes ? L’écume aux lèvres, les yeux exorbités, tachycardie, et on se met à toper comme un fou, en courant comme un dératé dans toute l’aire de jeu. Pour finir par trois victoires fiévreuses et virales contre Simon ARVIDSSON 3/0, Anastasios RINIOTIS 3/2 et Jérémy PETIOT 3/0. Par crainte de la contagion et de la contamination, Anastasios n’aura d’ailleurs pas voulu lui serrer la main à la fin du match. Alors que tous les amiénois, ces inconscients, auront tous embrassé Eric sur la bouche à la fin de la rencontre !

Les amigos d'amiens

Les amigos d'amiens

Alexis MOMMESSIN (n°129) et Clément CHOBEAU (n°139) : Irréprochables sur le banc nos coachs du week-end. Mais encore plus de stress et d'angoisses à regarder et à conseiller, qu'à jouer. Après ce week-end de dingues, auront bien mérité leur ricard-détox et leur whisky-vegan du dimanche soir!

Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 21:46

Samedi 25 mai. Second match de la trilogie des play off 2019. Match contre Levallois.

Enorme association sportive au passé prestigieux. Et au présent, et bien toujours présent !  

Leur qualification dans ces play-off confirme, et prouve, que décidément les grands clubs ne meurent jamais.

Mais ce soir, les parisiens auront pris de plein fouet la comète amiénoise. Après avoir déjà été percuté hier par la météorite niçoise, avec une lourde défaite 8/1.

Même tarif ce soir: 8/1 contre les amiénois. Mais la sévérité du score ne traduit pas l’âpreté des combats. Ni les litres de sueur amiénoise déversés pour neutraliser les joueurs de Paname.

Avec des conditions de jeu difficiles pour les deux équipes, au fond de la salle à gauche, la condensation, les balles G40 en osier... Des matchs placés le plus loin possible du public et des supporters (qui auront quand même fait 9 heures de route), des joueurs collés au mur, mais près des toilettes. Quelques arbitres zélés à la limite de créer des problèmes là où il n'y en a pas. Mais ça aurait pu être pire, au sacrosaint tirage au sort juge-arbitral: on aurait pu choper les tables sur le parking. Ou celles de la cellule sans oxygène de la proB féminine...On joue les finales nationales par classement du championnat amateur. Et c'est vrai. Ce qu'il faut surtout retenir au final, c'est le dernier mot.

Mais le kop amiénois était là pour pousser et donner de la voix. Merci à eux !

Donc après cette seconde victoire, la finale prévue, et attendue, demain contre Nice. A 13h30.

Si tu es communiste : la lutte finale.

Si tu es pongiste : la lutte à mort…

Car à la fin, il ne pourra en rester qu’un.

Les parisiens

Julien PIETROPAOLI n°96 (0 victoire): Le petit Catogan de samouraï noué sur la nuque, la raquette-katana dans la main gauche : c’est clair, les play-off sont sa compét ! Julien se sera bien échauffé la voix contre Yannick VOSTES (mais défaite 3/1), avant de se chauffer plus directement avec le kop amiénois, dans sa deuxième rencontre contre Eric JOUTI. Avec au final une défaite 3/2, 9 à la belle. Mais cette bonne odeur playoffienne de fight, de grinta, de testostérone, et de mauvaise foi,…C’est ça qui est bon !

Hugo BATOCCHI n°143 (0 victoire): Depuis hier, toujours de très bons débuts de rencontres : ça envoie fort et ça fait la course en tête, mais petit manque de réalisme. Et toujours du mal à conclure. Le Jean Claude DUSSE de Levallois. Peut-être l’effet de l’altitude et du manque d’oxygène, ici à Grenoble, à l’approche de la Haute Montagne. Avec encore deux défaites ce soir contre Eric JOUTI 3/1 et Yannick VOSTES 3/0.

Alexis GAGNOL n°332 (1 victoire): Aura gagnolé sa soirée après sa victoire et sa grosse perf 3/1 contre Michal OBESLO. Aura ainsi directement gagné le droit de s’asseoir sur le trône de fer. Mais transitoirement. Car très vite délogé par Viktor BRODD LANNISTER dès la rencontre suivante, et une défaite sèche, 3/0.

Théophile DRAULT n°259 (0 victoire) : Contre Viktor BRODD aura eu du mal à faire mouche : Drault so feel. Et défaite 3/0. Puis, à 9/9 à la belle contre Michal OBESLO aura finalement joué comme un chameau. Et défaite 3/2.  A peu de chose près Michal aurait pu dire que DRAULT m’a daire. Même si ça ne veut rien dire en français. En tchèque... on n’est pas sûr non plus.

Les amiénois

Yannick VOSTES n°63 (2 victoires + double) : Seuls 13% des français ont rédigé leurs directives anticipées pour leur fin de vie. Quand tu joues Yannick VOSTES ça devrait te stimuler pour écrire et clore le dossier : encore deux victoires sans pitié ce jour contre Julien PIETROPAOLI 3/1 et Hugo BATOCCHI 3/0.

Viktor BRODD n°79 (2 victoires + double) : La fin du festival de Cannes ce samedi. Et la palme d’or de l’efficacité pour Viktor, avec deux victoires 3/0 contre Alexis GAGNOL et Théophile DRAULT.

Michal OBESLO n°55 (1 victoire + double) : Dur dur : 78 ans sur son premier match. Et Alexis GAGNOL l’aura reconduit à la porte de l’EHPAD, 3/1. Dans sa deuxième rencontre aura pu lâcher son déambulateur pour l’emporter 3/2, à l’arrache, 9 à la belle contre Théophile DRAULT, qui aura fait son match. Plus qu’à boire un double élixir de jeunesse cette nuit, en prévision du gros combat de demain.

Eric JOUTI n°12 (2 victoires + double) : La Bible se trompe en disant que la perfection n’est pas de ce monde. Elle est brésilienne ! Encore un sans faute pour le natif de Sao Paulo ce jour, avec deux victoires contre Hugo BATTOCHI 3/1, et contre Julien PIETROPAOLI 3/2.

L'équipe amiénoise et une partie du kop à l'arrière plan

L'équipe amiénoise et une partie du kop à l'arrière plan

Partager cet article
Repost0
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 21:59

Samedi 6 avril, 5ème journée du championnat de Nationale 1 de la seconde phase 2018/2019.

Et match contre Abbeville : 40 km en aval sur la Somme.

Le derby des écluses : place donc au Pénichico !

Les abbevillois n’auront donc eu qu’à monter sur leurs canots. Et à pagayer en remontant le fleuve jusqu’à Amiens. Mais l’homme du Picardy, le capitaine VOSTES, aura fait barrage. En plaçant la caravelle amiénoise en travers des voies de navigation. Et aura fait donner le canon.

Au final ça aura pas mal ramé pour les abbevillois : N1, touché puis M1, coulé. Pour une victoire amiénoise 8/2 !

Nos adversaires du jour auront bien tenté de rester à flot comme Leonardo Di CAPRIO près du TITANIC. Mais ils partageront au final la même fin funeste : envoyés direct par le fond…

Le dernier match pour les amiénois aura donc lieu à la fin du mois contre Romans sur Isère.

La finale du groupe à la montagne. Reste plus qu’à ne pas dévisser dans une crevasse.

Pour planter notre petit drapeau au sommet de la poule A.

Et s’envoler, espérons-le, vers les play-off…

Les Abbevillois

Lucian MUNTEANU n°107 (1 victoire) : Né sous le signe de la pleine lune. Et Moon t’es à nous contre Viktor BRODD (défaite 3/0).  Puis Moon t’es à vous contre Clément CHOBEAU (belle victoire 3/0).

Daniel TRASCU n°231 (0 victoire) : Descendu à la mine contre les amiénois Mais malheureusement Trascu de grisou. Et deux défaites piquantes contre le porion Yannick VOSTES 3/0, puis contre le galibot Eric JOUTI 3/0.

Frédéric SONNET n°95 (0 victoire) : Bien parti pour SONNET les matines du frère VOSTES, mas DING DING DONG défaite 3/2 après un match plein d’intensité. Plus difficile contre Eric JOUTI, parti 3/0, sur la pointe des pieds : SONNET qu’un au revoir.

Cristian GRIGORE n°325 (1 victoire) : D’entrée Grigore d’HOSSEGOR contre Clément CHOBEAU. Et belle victoire, sur le sable, 3/0.  Sera par contre ensuite tombé de sa planche de surf contre BRODD de BROTTES. Et défaite sèche 3/0.

Les Amiéniois

Yannick VOSTES (n°63) (2 victoires + double) : On nous demande souvent avec quel matériel joue Yannick VOSTES... Mais punaise les gars, regardez un peu : c’est avec EXCALIBUR !!! Encore deux belles victoires aujourd’hui du roi Arthur VOSTES contre Daniel TRASCU 3/0, puis contre le chevalier de la table ronde Frédéric SONNET 3/2. A l’énergie, et au fight. En brandissant bien haut son arme de destruction massive. Vraiment pas de la Kaamelott ce monsieur VOSTES ce jour !

Viktor BRODD (n°79) (2 victoires + double) : Le polyéthylène basse densité et le polychlorure de vinyle lui coulent dans les veines. Il n’aura pas sué des gouttes d’eau ce jour. Mais de plastique. Il ne joue pas au tennis de table : il est tennis de table... Avec deux victoires indiscutables et indiscutées ce jour contre Lucian MONTEANU et Cristian GRIGORE 3/0.

Clément CHOBEAU (n°139) (0 victoire + double) : Comme un Boeing 737, aura par erreur désactivé le système anti-décrochage cet après-midi. Parti d’entrée en piqué contre Cristian GRIGORE, et crash 3/0. Puis double looping avant d’exploser en plein vol contre Lucian MUNTEANU 3/0.

Eric JOUTI (n°12) (2 victoires + double) : Malgré le décès de Jean-Lou DAVID cette semaine, n’aura pas découpé les cheveux en 4, mais les abbevillois en 2. Aura donc bien shampouiné Frédéric SONNET 3/0 d'entrée. Puis aura ensuite enchainé par une petite mise en plis avec couleurs sur  Daniel TRASCU, et victoire 3/0.

Les bateliers amiénois

Les bateliers amiénois

Partager cet article
Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 07:45

Samedi 9 mars : 3ème journée de la seconde phase 2018/2019 et destination METZ. Pour un grand test dans le grand Est.  Avec moult QCM. Mais avec toujours une réponse simple de la part du professeur VOSTES : de grands top-spins frappés dans la face à tout le monde !

Courte délibération et carton plein pour les étudiants amiénois : victoire 8/1. Reçus avec les félicitations du jury, et de son président es hardbat Francis LEIBENGUTH, invité à la soutenance.

Dans 15 jours derby contre Saint Quentin : le picardico. A suivre !

Les messins

Alejandro TORANZOS n°111 (0 victoire) : Le seul féministe de l’après-midi. En hommage à la journée de la femme aura donc commencé par laver les tee-shirts de Viktor BRODD. Avant de passer l’aspirateur sous la table de Yannick VOSTES. Mais pas récompensé: avec au final deux défaites 3/0 et 3/1.

Corentin MAZAUD n°283 (1 victoire) : Coco MAZE sur Alexis MOMMESSIN : avec une victoire brillante, 3/0. Que n’aurait pas renié Michael, son alter égo, mais gaucher, et Danois. Puis Kiki MASO sur Michal OBESLO : aura tellement aimé se faire mal par deux fois, à deux points du match, au 4ème puis au 5ème set. Mais défaite fouettée, 3/2. Gardera sa tenue en latex noir, et cloutée, encore quelques temps.

Jasper MERCKX n°278 (0 victoire) : Comme son homologue Eddy, à fond et en mode cannibale. Mais aura déraillé dans la descente contre Alexis MOMMESSIN (défaite 3/1). Puis aura fini dans le décor contre Michal OBESLO (défaite 3/0).

Damien LLORCA n°162 (0 victoire): Pas de revanche de Damien contre d’Amiens ce jour. Aura pourtant envoyé autant de rimes et d’alexandrins que son homonyme Frederico Garcia. Mais finira comme lui. Tristement exécuté par les miliciens franquistes VOSTES et BRODD, 3/1 et 3/0. Des poètes aussi pourtant. Mais dans un autre style.

Arbitrage : Grand honneur que d’avoir derrière les marqueurs cet après-midi Carole GRUNDISCH championne de France 2005, 2007 et 2011. Et Esteban DORR champion de France 2020, 2021 et 2022 (oui, divination: on ne lit pas l'avenir dans les boules de cristal mais dans les balles butterfly. Vous l'aurez lu ici pour la première fois). Merci à eux !

Les amiénois

Viktor BRODD (N°79) (2 victoires + double) : Grosse polémique : l’heure d’été ou l’heure d’hiver pour Viktor ? Aucune importance. Lui est toujours à l’heure du fight. Et le seul moment qui importe vraiment, c’est l’heure de manger. Aura donc dévoré Alejandro TORANZOS et Damien LLORCA 3/0. Sans laisser de miettes.

Alexis MOMMESSIN n°129 (1 victoire + double) : Fier titi parisien. Et forcément en mode PSG cet après-midi. S’imposera donc avec autorité lors de la première rencontre, 3/1 contre Jasper MERCKX. Puis la cata au match retour. Remontadé et déculotté 3/0 par Corentin MAZAUD.

Yannick VOSTES n°63 (2 victoires + double) : Après ses deux victoires du jour contre Damien LLORCA et Alejandro TORANZOS, 3/1, aura pris son clairon. Et aura entonné la sonnerie aux morts. Pour bien faire comprendre à ses adversaires du jour qu’il était temps de rendre les armes, de reprendre leurs déambulateurs, et de rejoindre leur EPHAD. Oui, c'est ça le METZ son de retraite.

Michal OBESLO n°55 (2 victoires + double) : Une après-midi au Giléjaunistan. Aura commencé par difficilement gazer l’anarchiste Corentin MAZAUD, 3/2. Et ses yeux, mal protégés, auront bien piqué, par deux fois à 9/9 au 4ème puis au 5ème set. Mais le street medics VOSTES lui apportera un peu de sérum physiologique, pour s’imposer au final 11/9. Dans sa deuxième manifestation de l'après-midi, bien chauffé, enverra du flashball à foison contre le Black Bloc Jasper MERCKX. Pour l’emporter 3/0.

 

Les sorciers amiénois avec au moins deux adeptes de Metz noir.

Les sorciers amiénois avec au moins deux adeptes de Metz noir.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche