Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 20:56

Voilà c’est fini…

On va pas se dire au revoir comme sur le quai d’une gare…

Je te dis seulement bonjour, et fais gaffe à l’amour,

C’est fini…

Oui JL AUBERT, non classé et sans téléphone, les 35ème championnats d’Europe ont tiré ce dimanche leur révérence.

OUF de soulagement pour les organisateurs nantais : l’énorme navire de l’ETTU sera arrivé à bon port !

OUF de satisfaction pour les cadres de la fédé : les résultats attendus et souhaités des équipes nationales sont là. Et ça tombe super bien, des élections approchent !

OUF de plaisir pour les pongistes français : les équipes filles et garçons auront fait vibrer les murs  du gymnase de Rezé. Ils nous auront mis des paillettes dans les yeux, et des moulures au plafond de la salle de la Trocardière !

Et enfin OUF d’épuisement pour la mascotte NAOPING : il se sera bien donné, avec  50 degrés sous le costume pendant une semaine. Et en ce dimanche il sentait définitivement plus le petit fennec que le chimpanzé.

Merci à Johannes Gohlke photography / Fotografie pour la majeure partie des images qui figurent dans ce bilan, chopées sur son facebook, + quelques-unes sur la page des championnats d’Europe, réalisées par Rémy GROS.

C'était super bien !

C'était super bien !

Les vainqueurs

Sans conteste, et sans surprise : la ROUMANIE l’emporte en filles (contre le Portugal)  et l’ALLEMAGNE en garçons (contre le Portugal également).

Avec un sans faute impressionnant des germaniques : 3Z à tout le monde ! (République Tchèque et Russie en poule, Slovénie en quart, France en demi et Portugal en finale).

Presque pareil pour les filles de Bucarest : 3/0 contre la Slovaquie et l’Espagne en poule, contre la France en quart et le Portugal en finale ; elles n’auront laissé échapper qu’un point contre la Pologne, victoire 3/1 (avec une défaite de Daniela DODEAN MONTEIRO contre la polonaise Qian LI 3/0).

On envoie même des Elfes interviewer les joueuses roumaines

On envoie même des Elfes interviewer les joueuses roumaines

Les Roumaines, ça joue ! Et en plus ça rajoute du glamour, avec le look et la détermination de femmes fatales, le gloss aux lèvres, le chignon nickel. Elizabeta SAMARA, Bernardette SZOCS et Daniela MONTEIRO DODEAN auront d’ailleurs joué toute la semaine en talons aiguilles.

Quand tu entends le tintement de l'or tomber sur ton compte en banque

Quand tu entends le tintement de l'or tomber sur ton compte en banque

Côté allemand, la routine : inaltérables, inamovibles, pour résumer imbattables. Conjuguant durant 6 jours la puissance d’un panzer, la précision d’un scalpel, et l’implacabilité d’un contrôleur URSSAF, qui en plus exerce au Bade Wurtemberg….  Pendant que Timo BOLL topspinait des balles de velours, Dimitri OVTCHAROV et Patrick FRANZISKA frappaient des balles de bowling.  Les Chinois européens.

L’organisation

Franchement, c’était bien.

Pas de trop grosse galère, et les bénévoles auront assuré, dans une bonne humeur sympathique.

La salle était parfaite pour les spectateurs. Certes un peu loin du centre de Nantes, dans une zone et un No Man’s Land sans rien autour. Mais on était là pour jouer au ping ! Et l’écran géant au centre, le petit plus.

La fouille à l’entrée était rapide. Certains auront regretté l’absence de toucher rectal. Petite preuve d’amateurisme.

Le prix des billets était excessif pour certains…Franchement 10€ du mardi au jeudi (avec même des places bradées à 5 puis 2€), puis 25€ du vendredi au dimanche… Pour voir évoluer de 10 heures du matin à 23 heures les meilleurs joueurs européens, et pour certains du monde, avec un spectacle et des échanges incroyables ! A peine 1€ de l’heure ! Avec un placement libre, et la possibilité, en tendant la main de checker la main de Timo BOLL, ou d’éponger (ou de lécher pour les plus fans) la sueur sur son front. A ce prix là c’était cadeau ! Mais ceux qui gueulent sont les mêmes qui vont mettre 70€ pour voir jouer, ou pas, NEYMAR pendant 1h30 sur un stade de foot, ou 120€ pour écouter  du JUL durant 1h au Zénith de Boulzicourt. Tant que les pongistes français ne réaliseront pas que tout ne peut pas, et ne doit pas, toujours être gratuit, on restera un petit sport. Définitivement.

Les exposants étaient parfois cantonnés à de petits espaces exigus ou obscurs, et c’est vrai que la géographie de la salle n’étaient pour eux pas celle de LAS VEGAS.

Les animateurs au micro étaient un petit peu relous. Mais c’est pour ça qu’on leur file le micro. Et on a bien senti qu’ils avaient pris espagnol en première langue. Et qu’ils avaient bien séché les cours d’anglais au collège !

La buvette était correcte, les barmans sympas, et il y avait même des paninis ! On en a chialé... Probablement comme celui qui gueulait pour le prix des places, on imagine, mais lui quand il a vu que les canettes étaient  à 2 euros.

Les loges et salons VIP : punaise, pas d’avis. Malgré nos relations immenses et notre entregent, on n’a pas pu y mettre les pieds. Le physionomiste nous a recalés à l’entrée. On est donc resté assis dans les tribunes avec les gueux.

Des membres de délégations étrangères auront quand même râlé sur la qualité de l’hébergement, de la nourriture, l’exiguité de la salle d’entrainement, l’éclairage éblouissant de la salle principale... C’est bon ça, l’intégration. Après seulement 6 jours ces étrangers se comportent et gueulent maintenant comme de vrais Français !

L'arêne des jeux du cirque nantais

L'arêne des jeux du cirque nantais

Le public

Des pongistes à 95%. Et si on retire les 5% de scolaires restants, un public donc plutôt exigeant de connaisseurs, et d’amateurs, au propre et au figuré. Des spectateurs au spectacle le plus souvent, peu expansifs, mais qui se seront bien enflammés quand leurs équipes nationales évoluaient. Avec quelques épisodes de sueurs froides, de tachycardie puis d’euphorie lors du match pour la sortie de poule des filles, gagné au bout du suspens 3/2 contre le Luxembourg, et le quart de finale des garçons menés 2/0 contre la POLOGNE pour l’emporter au final 3/2.

Bleu Blanc Bouge, la France du ping

Bleu Blanc Bouge, la France du ping

Plaisir également de voir au milieu du public français quelques poignées d’Allemands, et de rares Suédois, Danois et Portugais. Dans une ambiance chaleureuse. Sans une seule échauffourée. Sans même une seule banderole homophobe brandie en tribunes. Et pourtant Patrick CHILA en avait préparé une pour les Teutons.  Le ping-pong c’est quand même le sport tellement au dessus. Et c’est plutôt là que la ministre des sports devrait passer ses après-midis plutôt que des les perdre au foot.

Mais la prochaine fois, on vous nique les allemands !

Mais la prochaine fois, on vous nique les allemands !

Les françaises

Elles auront fait leur compèt en atteignant les ¼ de finale, et le top 8 des équipes européennes après 2 victoires 3/1 sur la Grèce et 3/2 sur le Luxembourg, pour tomber avec les honneurs 3/0 sur les terribles Roumaines. C’est beau, c’est bien. Avec de la fraîcheur, du peps, et de l’enthousiasme. Et une belle disponibilité en tribune, aux selfies et aux autographes : double petit pouce bleu !

Nous aussi on était joie ce soir là !

Nous aussi on était joie ce soir là !

Les français

Pareil, objectif atteint, avec une belle médaille de bronze. On prend ! Après une poule pas trop compliquée et bien négociée, avec deux victoires 3/1 contre l’Espagne puis 3/0 contre la Slovaquie. L’équipe se sera mise dans le rouge en quart après le faux pas de Simon GAUZY contre Madek BADOWSKI. Mais les Français auront fini avec la même couleur sur les joues et dans les globes oculaires après un incroyable come-back, mené 2/0 pour l’emporter 3/2. Ensuite en demi, on se forçait à y croire contre les Allemands. Mais non. Massacrés 3/0…

Une médaille de bronze qui vaut de l'or

Une médaille de bronze qui vaut de l'or

Nos chouchous

Christian PLETEA

Christian PLETEA

L’équipe de Roumanie a lancé dans le grand bain les jeunes Christian PLETEA (2 victoires contre les hongrois MAJOROS 3/1 et LAKATOS 3/0, et une défaite 3/2 à l’arrache contre le suédois Kristian KARLSSON)

Rares SIPOS

Rares SIPOS

et Rares SIPOS (victoire 3/2 sur le hongrois SZUDI et défaite 3/2 contre le vice-champion du monde Mathias FALK 3/2, 12/10 à la belle !). De l’orgueil, de la suffisance, de l’arrogance, on adore ! On va les revoir !

Vladimir SIDORENKO

Vladimir SIDORENKO

L’équipe Russe a également fait débuter le junior Vladimir SIDORENKO (victoire contre le tchèque Tomas POLANSKY 3/1 et défaite 3/1 contre Patrick FRANZISKA après avoir joué crânement sa chance).

Truls MOREGARD

Truls MOREGARD

Que dire également du junior Truls MOREGARD, qui aura aligné des perfs de niveau mondial,  victorieux 3/1 du hongrois LAKATOS, de l’anglais Samuel WALKER 3/1 en quart, et surtout du portugais Joao MONTEIRO 3/1 en demi  dans une tension extrême!

Can AKKUZU

Can AKKUZU

Mention très bien également à Can AKKUZU qui en poule aura bien maîtrisé un client, le défenseur slovaque Yang WANG 3/0 (oui monsieur !), puis le polonais Maciej KUBIK 3/0, dans un contexte difficile en quart, quand l’équipe était menée 2/0. Il se fera  enfin dérouiller en quart par l’intraitable Patrick FRANZISKA 3/1. Mais ça y est, l’équipe de France tient son joueur n°3. Et il pourrait encore monter dans le classement interne. C’est tout le mal qu’on lui souhaite !

Marek BADOWSKI

Marek BADOWSKI

Mais celui qui aura fait sa compétition c’est bien le polonais Marek BADOWSKI. Avec deux victoires contre les serbes Aleksandar KARASEVIC 3/0 et Zsolt PETO 3/1, puis deux autres succès contre les belges Cédric NUYTINCK 3/0 et Florent LAMBIET 3/2. Après sa victoire 3/1 contre Simon GAUZY en quart de finale sa valeur marchande a été multipliée par 5, et il pourra exiger une limou avec chauffeur si d’aventures il venait signer en proA l’an prochain ! Seul Emmanuel LEBESSON aura stoppé son incroyable série, avec une victoire difficile et étriquée 3/1.

Les belles et beaux gosses

Tiago

Tiago

Désolé pour la cinquième année consécutive c’est encore le portugais Tiago APPOLONIA qui l’emporte. Plébiscité par les ménagères de moins de 50 ans. Il aura encore mis enceinte 14 adolescentes dans la salle rien qu’en croisant leurs regards. Et maintenant les pongistes du Marais votent également pour lui.... Donc hors catégorie, définitivement.

Adina

Adina

Grosse lutte chez les filles, mais cette fois c’est une remplaçante, la roumaine Adina Mihaela DIACONU qui décroche la timbale, après avoir mis dans tous leurs états les collégiens et lycéens acnéiformes venus assister à la compétition, ainsi que la majeure partie des prostatiques des loges VIP.

Naoping

La vraie star de cette semaine européenne. Au four, au moulin, dans l’aire de jeu, dans les tribunes. Il aura checké les mains de tous les joueurs et joueuses, échangé quelques pas de danse avec les pom-pom girs (gros chatteux !), puis le préparateur physique de l’équipe de Pologne (il y a une justice !). Il aura déclenché moults clapping, ola, aura twerké et smurfé avec les ramasseurs de balles, et aura fait 2500 fois le tour de la salle avec sa trottinette. Un vrai métier. Avec une formation difficile et un bac+5 avec stage obligatoire chez Eurodisney. Dans un costume de PLUTO.

Petite pensée à lui quand il ira pointer lundi au pôle emploi des mascottes. Dans l’attente des prochains championnats d’Europe.

Il sera encore là.

Nous aussi.

Et quand madame Naoping va tomber sur cette photo....

Et quand madame Naoping va tomber sur cette photo....

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche