Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 00:23

Vendredi 6 novembre 2021 et 4ème journée du championnat de proB.

Match à Thorigné Fouillard. En Bretonnie, à côté de Rennes.

L’équipe en forme du moment avec 3 matchs et déjà 3 victoires contre METZ (3/2), ISSY LES MOULINEAUX (3/0) et ROANNE (3/1). Une équipe thoréfoléeenne toujours invaincue et qui le restera encore ce soir. Car malheureusement défaite 3/1 des amiénois, malgré la présence du minikop.

Mais logique sur l’ensemble de la rencontre.

Plus qu’à faire mieux lors du prochain match le mardi 16 novembre contre ARGENTAN. Pour la première fois à la maison. Et pour se régénérer dans le cocon de la salle Labaume. Home sweet home….

 

Les thoréfoléens

Noshad ALAMIYAN (1 victoire): Le Austin POWERS thoréfoléen. Avait transitoirement perdu son mojo contre le docteur DENFER- JEAN (et défaite 3/1). Mais l’aura promptement retrouvé contre un Jesus CANTERO dépité (et triomphe 3/0). Pour donner la victoire à toute une salle et un peuple breton.

Léo DE NODREST (1 victoire) : Hésite encore pour sa reconversion : boucher en top coup droit. Ou charcutier en top revers... Aura entre-temps mené Tomi LAKATOS à l’abattoir ce soir. Et belle victoire 3/2, 9 à la belle.

Vincent PICARD (1 victoire) : Les mois d’octobre et novembre, distribution des prix Nobel. Vincent concourait pour celui de Poésie. Il aura donc passé la soirée à envoyer des Alexandrins, et aussi quelques missiles  à Horacio CIFUENTES. En hommage à Alfred NOBEL, inventeur de la dynamite, il aura en effet surtout balancé de la TNT en coup droit et en revers durant 4 sets. Et victoire 3/1.

 

Les Amiénois

Tomi LAKATOS (1 victoire) : Le triomphe des féministes : il est là l’homme déconstruit ! Avec le jeu et la confiance au service en mille morceaux à 9/9 à la belle. Et défaite frustrante 3/2 contre Léo DE NODREST.

Grégoire JEAN (1 victoire): Son jeu est indexé sur le prix de l’essence. Et donc pour cette soirée, il était au sommet du sommet. Avec une très belle prestation et une énorme victoire contre Noshad ALAMIYAN 3/1. Grégoire, le roi du pétrole ce soir.

Horacio CIFUENTES (0 victoire) : En hommage à ses deux injections de vaccin russe, le célèbre sputnik, Vincent PICARD aura envoyé notre Horacio sur orbite. Et défaite cosmique 3/1.

Jésus CANTERO (0 victoire) : Suite à sa blessure au premier doigt de la main, ne peut même plus dire pouce à son opposant quand ça va mal. Il est désormais obligé de brandir le majeur. Mais c’est mal interprété par l’adversaire. Et l’arbitre... Et défaite 3/0 contre Noshad ALAMIYAN.

Arnaud SELLIER et le minikop (Antoine, Thibaut et Arthur) : Dégoûtés par cette première défaite contre Thorigné-Fouillard, ils ont enfilé direct une chasuble jaune à la fin du match. Et ils bloquent actuellement toujours le premier rond-point à la sortie de Rennes.

Dure soirée pour les amiénois et le minikop. La photo avant le drame. A ce moment de la soirée ils avaient encore leurs chasubles noires. Ils n'avaient pas encore enfilé leurs gilets jaunes.

Dure soirée pour les amiénois et le minikop. La photo avant le drame. A ce moment de la soirée ils avaient encore leurs chasubles noires. Ils n'avaient pas encore enfilé leurs gilets jaunes.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 19:18

Le petit bras. El pequeno brazo. The short arm…Quiconque ne l’a jamais eu, n’est assurément pas un vrai joueur de ping-pong.  

Oui, à ton âge, moi aussi j'avais le petit bras

Oui, à ton âge, moi aussi j'avais le petit bras

Sarah BERNHARDT, non classée mais pleine de classe, affirmait que le trac, ça finissait par venir avec le talent.  Mais au tennis de table le petit bras ne s’observe que rarement chez les joueurs pros et brillants. Oui, le petit bras est surtout l’apanage des tocards. Mais des tocards magnifiques. Qui, un jour, ont tout perdu, en voulant tout gagner.

"Mon Dieu, comme vous n'avez pas de talent..."

"Mon Dieu, comme vous n'avez pas de talent..."

Le petit bras : c’est quoi ?

Le petit bras ça ne se verbalise pas. Ça ne se raconte pas.  Le petit bras, ça se ressent. Et ça se vit. Intensément.

"Ach, noch un klein Arm..."

"Ach, noch un klein Arm..."

Sigmud FREUD, célèbre préparateur mental autrichien du XIXème siècle, l’aurait caractérisé comme un malaise général, un engourdissement global. Avec un rythme cardiaque qui s’accélère. La bouche qui s’assèche (alors qu’on n’est qu’à trois pas de la buvette). Et l’impossibilité de déglutir, comme si il y avait deux balles de ping-pong au fond de la gorge…. Et un bourdonnement sourd, ou un sifflement strident, qui monte entre les deux oreilles. Le sang et les 25 mille milliards de globules rouges qui tapent comme des dingues aux tempes. Les neurones qui se déconnectent les uns après les autres. Puis qui convulsent. Avec les pensées qui se télescopent à deux mille à l’heure. Et à la clé plus aucune réflexion. Ni aucune suite d’idées logiques, raisonnables, ou raisonnées. A la place, un petit singe peut même se mettre à battre des cymbales dans la boîte crânienne…

Le joueur de Hérain à 10/8 à la belle

Le joueur de Hérain à 10/8 à la belle

Le petit bras c’est une attaque totale de panique. Mais en silence. Sidéré comme le petit lapin dans les lumières pleins phares d’une voiture.

On est ridicule quand on a le petit bras

On est ridicule quand on a le petit bras

Et cette sensation terrible d’évoluer au ralenti.  Avec des chaussures de skis aux pieds, et des jambes en coton. Pourtant la ligne d’arrivée a été entrevue, elle est à deux encablures. Mais plus on s’en approche, plus elle s’éloigne…

Tous les partenaires sont pourtant derrière, sur le banc, à encourager,  ou à se demander mais-punaise-qu’est-ce-qu’il-fout…Et pourtant l’Homme au petit bras vit un moment d’extrême solitude. Comme l’enfant abandonné par sa mère. Comme Mowgli dans la jungle. Comme Bambi après que le chasseur ait tué sa mère. Car quand on a la pétoche au ping-pong, on est tout seul. La très très grosse solitude du pongiste de fond.

Quand tu as mené 10/3 et que tu es mené 10/11

Quand tu as mené 10/3 et que tu es mené 10/11

Mais en fait, contrairement à sa dénomination, le bras n’est pas petit. Il ne se raccourcit pas du tout. Par contre, ce membre qui porte la raquette se met  à peser 2 tonnes. Chez certains il peut devenir tout flasque. Chez d’autres il est au contraire ultra-crispé, les muscles saillants et congestionnés, comme ceux de Sylvester STALLONE dans Over the Top (chef d’œuvre méconnu). Mais pour le même résultat : plus aucune sensation dans la balle. L’impression de top-spiner ou de bloquer une pelote de laine. Et ce bas du filet qui se met à attirer systématiquement toutes les balles. Quelle catastrophe…

Avec pour finir, l’apothéose : l’ultra-désagréable sensation de voir l’esprit se détacher de son enveloppe corporelle. Et flotter au plafond de la salle, entre les néons. Pour mieux se regarder jouer avec la dextérité d’une quiche lorraine et la vivacité d’une palourde. Et forcément perdre au final.

Car sans encore voir la grande lumière blanche au bout du tunnel, le joueur au petit bras vit quand même les préliminaires d’une petite mort.

On a aussi la possibilité de servir dans le filet  à 10/11

On a aussi la possibilité de servir dans le filet à 10/11

Le petit bras : c’est quand ?

Le petit bras est un habitué des extrêmes. Il aime bien le début de match. Mais plus encore la fin de set.  Au début de la rencontre, on peut mettre ça sur le compte de la mise en route : le traczir de début de combat. Mais au bout de quelques échanges, ou de quelques points pour les plus laborieux, une fois chaud, c’est bon, il disparaît. Pour nous permettre d’évoluer à notre meilleur niveau. Oui : 812 points.

Les filles, elles, n'ont pas le petit bras

Les filles, elles, n'ont pas le petit bras

Par contre, ce petit bras revient avec une grande appétence, et une réelle perversité, en fin de set.  Quand on est  à 9/9 ou qu’on mène 10-quelque chose. Ce quelque chose s’échelonnant entre 2 et 9. Le moment charnière c’est quand brutalement, l’Homme au petit bras, après avoir caracolé en tête toute la manche, réalise. Et commence à se dire que peut-être, éventuellement, il pourrait gagner ce set et ce match… Et là, boum patatra, c’est fini… La chute brutale de l'Olympe des Victorieux. Pour tomber dans les Abysses des Losers…

L’erreur absolue c’est justement quand le cerveau d’Homo Sapiens se met à refonctionner normalement, et logiquement. Juste pour faire le malin et témoigner de 7 millions d’années d’évolution... Mais putain, il choisit super mal son moment ! Reste en mode reptilien et dinosauresque ! Car en réalisant, que du point A où on se trouve (c’est-à-dire souvent près de 10), au point B de la victoire, et que le chemin qui reste à parcourir est en fait minime, et bien tout l’univers s’effondre… Résultat : on réfléchit, on cogite. Et on chope le petit bras ! On perd tous les points suivants. La manche, puis la rencontre... Merci, bon match…

Invaincu en Hérain

Invaincu en Hérain

Les matchs de ping-pong au niveau amateur, ça ne devrait se jouer qu’avec l’archéo-cortex, le cerveau du Néanderthal. Ne pas réfléchir. Ne surtout pas se poser de questions. Ne  pas tenter de faire une mise au point sur: où on en est dans le match, où on va, sur ce qu’on va regarder à la télé en rentrant ce soir, ou le ah-tiens- la-fille-dans-les-tribunes-a-vraiment-de-jolis-yeux… 

Et surtout, surtout ne pas se voir lever les bras au ciel en cas de victoire. Non. La seule issue est de ne surtout pas penser dans cette fin de set. Et de faire une absolue confiance au cerveau de l’être primitif toujours caché au plus profond de ton être.

En se  réfugiant derrière les automatismes, les coups sûrs: toutes ces limes, ces coupettes, ces poussettes, ou ces grosses tatanes à plat, mille fois répétés. Et qui sont si bien intégrés dans le rhinencéphale. Ne surtout penser qu’à envoyer de gros coups de massues dans la tronche de l’adversaire en face. Pour à la fin, mieux le traîner par les cheveux dans les vestiaires. Pour lui dévorer le cœur, puis jouer aux osselets avec  ses métacarpiens.

Car le ping-pong de fin de set, ça doit rester la Guerre du Feu. Et surtout pas une dissertation philosophique sur l’Etre et le Néant. Sinon on chope les fêlures d’un philosophe existentialiste. Et on se retrouve à payer la tournée du Fanny au bar.

ça c'est tennis de table !

ça c'est tennis de table !

Le petit bras : comment le faire disparaître ?

La bonne longueur des bras, tout le monde est d’accord, c’est quand ils peuvent attraper la canette sur le bar de la buvette. Et cacher la balle au service.

Car on l’a bien compris : le petit bras n’a pas de réalité anatomique. C’est dans la tête que cela se passe.

Alors pour tenter de le faire disparaître, il est possible de se payer des séances de psychothérapie, de sophrologie, de s’allonger sur le divan d’un psychiatre, de faire des retraites dans des monastères, de partir marcher dans le désert de Gobi, de gravir des sommets dans l’Himalaya, et de faire des trucs de fragiles en buvant du thé vert, en faissant du yoga, en écoutant Vincent DELERM, et en mangeant du kinoa et du boulgour. Il est aussi possible de lire des bouquins de préparation mentale, de bien-être, de lutte contre le stress, voire de philosophie. Mais attention aux effets indésirables : lire des livres, ça peut rendre intelligent. Et tu vas exiger de jouer en position forte. Et ça, ça n’était vraiment pas le but au départ.

Non, finalement on préfère rester avec le petit bras

Non, finalement on préfère rester avec le petit bras

Attention, pour remettre en perspective, on ne nie pas que quelques shoguns du tennis de table ne connaissent pas, ou peu, le petit bras. Dans les moments critiques, ils sont même très énervants : ils élèvent leur niveau de jeu. Et ils surjouent en sortant des points incroyables. Et pas de grosses tranches comme nous... Invraisemblable.

Mais, doucement : eux, ils ont deux qualités que les joueurs lambda n’ont pas :

1. déjà, ils s’entraînent…

Et 2. en plus ils ont été touchés par la Grâce…

Ils sont les élus. Il faut l’accepter. A la fin, eux seuls auront le droit d’entrer dans la Matrice.

La team des gros bras

La team des gros bras

Alors pourquoi vouloir supprimer le petit bras ?

Oui, pourquoi vouloir renoncer à ce petit tsunami émotionnel qui est de mener 10/2, puis de se faire remonter point par point, tétanisé comme le mime Marceau, pour se faire coiffer 12/10 à la belle ? La victoire est un soulagement. Mais la défaite est un déchirement psychologique. Brutal, sanglant, horrible. Niveau sensation, il n’y a clairement pas photo.

Une victoire ça s’oublie en 5 minutes. Alors qu’une bonne vieille défaite due au petit bras peut t’empêcher de dormir durant 48 heures. Et peut même te mettre la rage sur le reste de la semaine. Surtout quand Josy de la compta te demande le lendemain à la machine à café « Alors comment c’était la compétition de ping-pong ce week-end ? » : « Ta gueule connasse !!! »

Frimeur

Frimeur

Contrairement aux vrais joueurs de casino et de roulette, au ping-pong on ne joue pas vraiment pour perdre. Ou alors il faut vraiment avoir un esprit bien malade... Mais il est vrai que les sensations en cas de défaite outrepassent largement celles de la victoire. Et on joue aussi, quand même, et avant tout, pour éprouver des sensations.

Mais n’oublions pas qu’en face de l’Homme au petit bras, il y a aussi l’Homme-qui-a la-chatte-de-s’en-sortir-alors-qu’il-était-mené-10/2-à-la-belle. Et ça, ça n’a pas de prix. Surtout que sur des malentendus, on peut tous être l’un et l’autre, à tour de rôle. Ok, pour certains plus l’un que l’autre...

Car au final, nous sommes tous des Janus du tennis de table.

Des dieux aux deux visages.

Et aux deux bras :  le gros, et le petit.

Janus

Janus

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 14:17

Mardi 26 janvier 2021, premier match retour contre TOURS. Avec la cérémonie des vœux.

La bonne année.  Et la très bonne santé pour les amiénois !  

Qui s’imposent brillamment 3/0 à l’extérieur.

Merci aux tourangeaux pour leur organisation, et leur accueil toujours chaleureux.

Mais pas de répit, peu de temps pour savourer les pizzas et le reste, ça enchaînera dès demain pour les amiénois contre Metz, à 17h30.

Les Tourangeaux

Lilian BARDET (n°79)  (0 victoire): Après sa défaite 3/1 contre Tomi LAKATOS, sera reparti dès 8h du matin à la salle de Tours, pour faire du panier et soulever de la fonte. Après avoir couru 20 kilomètres, nagé 5 km, et fait 1 heure de corde à sauter. Attend avec impatience le vaccin anti-covid. Mais n’est pas là de se faire injecter du vaccin anti-seum. Et c’est ça qu’on veut ! Un vrai joueur de tennis de table.

Amin MIRALMASI (n°101) (0 victoire): "Le soft, punaise, c’est hard!". C’est ce qu’Amin aura pensé durant tout au long de son match contre Jesus CANTERO. Boxé et sonné par les claquettes de la plaque coup droit, crênelée et poilue, de Jesus. Et défaite, picotée, 3/1.

Daniel GORAK (n°39(0 victoire): Aura tout donné dans son premier set contre Grégoire JEAN, remporté 20/18. Puis couvre-fuego aussi pour lui. Et se sera tout doucement auto-consumé, auto-confiné, et auto-désabusé. Pour une défaite 3/1.

 

Les Amiénois

Jesus CANTERO (n°47) (1 victoire) : Aura débuté son match contre Amin MIRALMASI à 18h. L’heure du couvre-feu. Aura donc rapidement éteint les ardeurs du fougueux joueur iranien. A coup de lance à incendie et de frappes softées. Pour une belle victoire 3/1. Jesus El bombonero : le pompier espagnol.

Tamas LAKATOS (n°36) (1 victoire) : Guéri ! A définitivement éliminé les dernières particules virales de Covid-19 de son organisme. A enfin retrouvé le goût, du tennis de table. Et l’odorat, pour humer les senteurs de napalm au petit matin. Le parfum de la victoire pour le colonel KILGORE-LAKATOS. Et donc, de fait, l’Apocalypse now, 3/1 pour Lilian BARDET.

Grégoire JEAN (n°65) (1 victoire) : Aura pleinement profité des fêtes de fin d’année pour se laisser pousser un peu plus son man bun (petit chignon pour les français), et le chonmage pour les samouraïs. Aura donc enfilé son kimono, et sorti son long katana contre Daniel GORAK. Pour mieux le découper 3/1. Tout en maîtrise et en précision. Très beau travail Grégoire-san.

Horacio CIFUENTES (n°48) (pas eu le temps de jouer) : Aura rongé son frein tout l’après midi, espérant en découdre également. Mais pas de possibilité de rentrer ce soir. Aurait donc volontiers accompagné Lilian dès 8 heures ce matin à la salle de Tours. Un vrai joueur de ping-pong aussi.

Denis CHATELAIN (président) : Après la victoire aura, parait-il…, ronflé dans la chambre 304 de l’hôtel IBIS. Mais qu’on se rassure, après une défaite, aurait ronflé de la même manière.

Arnaud SELLIER (coach 3.0) : Première victoire 3/0 pour le coach amiénois. Les 3z les amiénois les avaient toujours pris jusqu’alors (2 l’an dernier, et déjà 2 cette année). Mais notre manager trouve finalement le rôle du bourreau définitivement plus plaisant que celui de la victime expiatoire. Naissance d’une vocation…  Et comme Tomi, Arnaud respire désormais tous les matins un mélange de naphtalène-palmitate de sodium et benzène. Pour bien se dégager les narines.

Arnaud SELLIER, mercredi 27 janvier 2021, 7 heures du matin.

Arnaud SELLIER, mercredi 27 janvier 2021, 7 heures du matin.

La feuille match :

TOURS vs AMIENS, 0/3, J10 de la saison 2020-2021 de proB. Le mardi 26 janvier 2021
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 21:24

Samedi 5 décembre 2020: 8ème journée du championnat de proB. Avant d’avoir joué la 5ème. Mais après avoir joué la 9ème journée. Ok, démasqués : on fait juste ça pour rendre dingues les Stakhanovistes de la Logique!

Un match en tout cas pour avoir l’occasion de remonter sur le trapèze. Car manque de magnésie la semaine dernière : les mains ont malencontreusement ripé. Et on s’est méchamment écrasés sur le ciment de la piste aux étoiles de la proBay. Avec une (très) lourde défaite 3/0 contre Roanne. Les os brisés, ça a fait mal partout. Surtout aux os des fesses. Et en plus, la double peine, avec ce 3/0, et le célèbre « Fanny au bar ! ». Alors qu’ils sont tous fermés !

Ce jour donc, il était important de bien remettre les choses dans le bon ordre, dans ce chaos ambiant. Et chose faite, et bien faite, avec une belle victoire 3/1 contre Nantes (après, il est vrai, avoir quand même frôlé le 0/2).

Le navire amiénois enfin remis à flot !

Essayons de ne pas resombrer de nouveau lors du prochain match. Dimanche prochain, le 13 décembre à Issy !

Les Nantais

Mathieu DE SAINTILAN (n°85) : l’un des derniers défenseurs. Avec des chops de mammouth, et de très belles défenses, forcément d’ivoire, contre Jesus CANTERO. Et superbe victoire 3/1. Ensuite se sera malheureusement fait braconner par l’intraitable chasseur, Horacio CIFUENTES, lors de son deuxième match. Et défaite 3/1. Avant de regagner, mortellement blessé, le cimetière des éléphants…

Paul GAUZY (n°69) : Contre Grégoire JEAN, la même sortie de route que Romain GROJEAN à Bahreïn. Sauf que Paul, lui, sera resté dans la voiture... Et donc brûlé vif. Défaite cuisante 3/0.

Julien PIETROPAOLI (n°96): En fait ce n’est pas de la lave en fusion qui coule dans ses veines. Mais du sang corse… Donc en fait beaucoup plus dangereux et explosif ! Et très belle prestation face à Tomi LAKATOS. Au fight, pour une courte défaite 3/2. Mais en n’ayant jamais pris le maquis: I MUVRINI likes this.

Les Amiénois

Tamas LAKATOS (n°36) (1 victoire) : Toujours les séquelles d’un syndrome post-traumatique après Roanne. Avec de petites périodes d’amnésie. Oublie ainsi parfois qu’arrivé à 9 il y a encore deux points à marquer... Mais flash de lucidité à la belle contre Julien PIETROPAOLI, pour l’emporter 11/8. Ouf !...Le coach Arnaud SELLIER aura juste perdu 10 ans d’espérance de vie rien qu’en suivant le dernier set.

Horacio CIFUENTES (n°48) ( 1 victoire): Fracture du crâne la semaine dernière. Mais sera vite sorti de réanimation. Même plus besoin d’un petit tuyau en plastique, ni pour respirer, ni pour uriner. Et match plein contre Mathieu De SAINTILAN. Spectaculaire et de haut niveau. Pour une belle victoire 3/1.

Grégoire JEAN (n°65) (1 victoire) : Sur son match contre Paul GAUZY aura validé son CAP boulangerie. En envoyant des pains et du flan parfum vanille. Et belle victoire 3/0. Oui, maintenant on peut le dire : Bienvenue chez PAUL !

Jesus CANTERO (n°47) (0 victoire): Hommage à Valéry GISCARD D’ESTAING dans son match contre Mathieu De SAINTILAN. Dans le premier set, se sera invité à la table de Mathieu, mais aura trouvé porte close. Avant d’envoyer du diamant dans la seconde manche. Mais n’aura malheureusement investi que dans des avions renifleurs de lose dans les 3ème et 4ème sets. Pour s’incliner 3/1... Avant de devoir prononcer le désormais classique : « Au revoir»…

Arnaud SELLIER (coach) : Coulé au fond de la Loire la semaine dernière à Roanne. Sera courageusement remonté sur la péniche, à la force des bras. Puis aura emprunté le canal de la Seine, puis bifurcation vers le canal du Nord. Jusqu’à Amiens. Notre Christian BARBIER à nous. Définitivement, l’homme du Picardie. C'est sûr, ne se résoudra jamais à décrocher la banderole de l'ancienne région qui trône fièrement salle Labaume.

 

 

Arnaud SELLIER naviguant fièrement à la barre de la péniche amiénoise, sur le fleuve proBay

Arnaud SELLIER naviguant fièrement à la barre de la péniche amiénoise, sur le fleuve proBay

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 00:38

Vendredi 13 novembre 2020 : second match de la saison contre Metz.

Une rencontre initialement prévue le 27 octobre, mais repoussée pour cause de cas-contacts COVID côté lorrain. Mais repousser ce match un Vendredi 13, était-ce vraiment une bonne idée ?

Mais oui pour les amiénois : Victoire 3/1 !

Dans un huis clos au départ  un peu effrayant, la malédiction de Crystal Lake n’aura donc frappé que les messins. Avec, ce soir, dans le rôle du terrible JASON, l’intraitable Horacio CIFUENTES, boucher des joueurs mosellans, fossoyeur des espoirs lorrains,  et auteur d’un superbe et brillant 2/2.

Après une journée de repos, ça enchaînera pour  les Samariens, ce dimanche 15 novembre, à  la maison, à 15h, contre Miramas.

En espérant continuer la saga du vendredi 13, n°2 !

Horacio CIFUENTES, masqué, badigeonné de solution hydro-alcoolique, et respectant les règles de distanciation sociale, de passage à Metz

Horacio CIFUENTES, masqué, badigeonné de solution hydro-alcoolique, et respectant les règles de distanciation sociale, de passage à Metz

Les messins

Diogo CHEN (n°48) (0 victoire): D’entrée contre Horacio CIFUENTES, aura  passé le premier set sous une échelle. Puis dans la seconde manche aura perdu sa collection de trèfles à 4 feuilles. Avant de marcher sur la queue d’un chat noir dans le troisième set. Définitivement pas son jour de chance : et défaite 3/0.

Florian BOURRASSAUD (n°95) (0 victoire) : Du service pioche, du top-spin lourd, bétonné, du service marteau… Florian, l’expert en BTP du tennis de table. Mais sera tombé ce vendredi sur Grégoire JEAN, contremaître dur au mal, et en grande forme. Qui l’aura passé au marteau-piqueur. Et défaite 3/0.

Esteban DORR (n°67 (1 victoire): Contre Jesus, les pieds dans l’eau de la Moselle, le tamis dans la main, aura sorti quelques pépites de la rivière. Et envoyé quelques mines DORR. Pour finir par une belle victoire, brillante et rutilante, 3/0. Dans son deuxième match contre CIFUENTES, de superbes échanges d’orpailleurs. Mais finira vaincu, à la belle, par Horacio, le chercheur DORR. Et défaite 3/2.

Les amiénois

Jesus CANTERO (n°47) (0 victoire) : N’aura pas marché sur l’eau aujourd’hui. Aura même trébuché et bu la tasse dans son premier match. Pour finir crucifié par le cruel Ponce PILATE DORR. Le flanc gauche troué à grands coups de tops spins coups droits. Et défaite 3/0.

Horacio CIFUENTES (n°48) (2 victoires) : Le toréador argentin. Quelques passes de muleta et véroniques dans son premier match contre le petit taureau, Diogo CHEN. Et victoire 3/0. Puis dans sa seconde rencontre contre the Beast, Esteban, d’entrée il piqua DORR. Et malgré quelques jolis coups de cornes de son adversaire, au final, mata DORR. Superbe corrida. Et victoire 3/2… Reparti sur les épaules de ses partenaires, avec les oreilles et la queue de ses adversaires du soir dans son sac Cornilleau.

Grégoire JEAN (n°65) (1 victoire) : N’a pas perdu le goût de la victoire. Ni l’odorat. Oui, Grégoire sent toujours les bons coups. Pas besoin de test PCR contre Florian BOURRASSAUD : pour sûr COVID négatif ! Et 3 sets positifs. Pour une belle victoire 3/0.

La feuille de match

La feuille de match

Vamos Amiens !

Vamos Amiens !

Partager cet article
Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 10:07

Nous aurons le plaisir d’accueillir dans l’équipe de proB pour cette saison 2020-2021 Horacio CIFUENTES !

Horacio CIFUENTES est l’un des meilleurs pongistes sud-américain. Il est le numéro un argentin (il a la double nationalité argentine et espagnole). Formé à Buenos Aires, il s’entraine depuis plusieurs saisons dans le centre national portugais, à Porto. Il a déjà joué une saison en Allemagne en 2017 à Rosenheim, et ces trois dernières années il évoluait pour le club espagnol de Monte Porreiro, le club portugais de Galomar et le club belge du Logis Auderghem. Il est entré dans le top100 mondial depuis la saison passé. Il a déjà remporté les titres de champion sud-américain, panaméricain et a déjà gagné trois opens internationaux dans la catégorie des moins de 21 ans.

Horacio est un jeune joueur, appliqué, sérieux, spectaculaire à mi-distance, et plein de fougue !

Car c’est du sang argentin qui irrigue et brûle ses veines !

Bievenido en Amiens Horacio !

Le Lionel MESSI du ping

Le Lionel MESSI du ping

Prénom : Horacio                                                   Nom : CIFUENTES

Surnom : « Hori » ou « Hora »

Age : 22 ans

Classement : N°70 mondial – n°1 argentin

 

L’âge auquel j’ai commencé à jouer : 11 ans

Mon premier club de tennis de table: Gymnasty club, La plata, Buenos Aires

Mon matériel : sponsorisé DONIC, bois Donic Crest off et plaques Bluefire M1 des 2 côtés

Mon style de jeu : attaquant

Les clubs français dans lesquels j’ai joué: encore aucun !

Les clubs étrangers dans lesquels j’ai joué : Rosenheim (Allemagne 2017, nationale), depuis 2017 Monte Porreiro (Espagne, 1ère ligue), AC Galomar (Portugal, 1ère ligue), Logis Auderghem (Belgique, 1ère ligue)

Mes principaux titres : Champion sud-américain <13, <15, <18, <21, champion ibéro-américain <18, finaliste des championnats panaméricains 2018, 3 victoires en proTour <21 ans

Mon meilleur souvenir au tennis de table: le prochain match que je vais gagner

Mon pire souvenir au tennis de table: le dernier match que j’ai perdu

 

Le questionnaire de Marcel ROUSTE

1- Le principal trait de mon caractère : fighter
2 - La qualité que je préfère chez un pongiste : le fight
3 - La qualité que je préfère chez une pongiste : le fight

4 - Ce que j’apprécie le plus chez mes amis : leur amitié, la chose la plus importante pour moi

5 - Mon principal défaut : supporter l’équipe de foot d’Argentine
6 - Mon occupation préférée en dehors du tennis de table : Le football
7 - Mon rêve de bonheur : Faire des choses qui me plaisent, et si non, je change !

8 - Quel serait mon plus grand malheur ? : Que l’Argentine ne gagne plus jamais une coupe du monde de Football !

9 – Le niveau que je souhaiterais atteindre: Top 20 mondial
10 - Le pays où je désirerais vivre : Barcelone en Espagne
11 – Le bois de raquette que je préfère : le bois Peter KORBEL 

12 – Les plaques que j’aime : Donic Bluefire (je ne peux pas en donner d’autres forcément !)

13 – La salle que je préfère :  N’importe laquelle à partir du moment où il y a une table
14 - Mes acteurs favoris : Rodrigo de La SERNA (acteur argentin qui joue dans la série la Case de Papel)

15 - Mes poètes préférés dans le tennis de table : Hugo CALDERANO
16 - Mes héros dans la fiction : GOKU de Dragonball Z
17 - Mes actrices favorites : Angelina JOLIE
18 - Mes musiciens préférés : Bad BUNNY, j’aime le Reggaetton et les musiques latino

19 - Mes peintres favoris : je n’en ai pas
20 - Mes héros dans la vie réelle : Mes parents
21 - Mes personnages favoris : Lionel MESSI
22 - Ce que je déteste par-dessus tout : L'injustice
23 - Personnages historiques que je méprise le plus : le COVID-19
24 - La truc pongiste que j’aime le plus : ma première compétition internationale universitaire à Taiwan en 2017, c’était comme les jeux olympiques pour moi !

25 - Le don de la nature que je voudrais avoir : Ne jamais perdre un match au tennis de table !
26 - Comment j’aimerais mourir : En dormant !
27 - État présent de mon esprit : Confiné….
28 - Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence : les fautes d’orthographe
29 - Ma devise : « Vas-y, point par point ! »   

 

Le questionnaire de Bernard PRENDRIN-PIVOT

1. Votre mot préféré ? : VAMOS !!
2. Le mot que vous détestez ? : Défaite
3. Votre drogue favorite ? : La nourriture Argentine (la meilleure !)
4. Le son, le bruit que vous aimez ? : Le bruit de la pluie qui tombe, ou le chant des oiseaux (très relaxant)
5. Le son, le bruit que vous détestez ? : Le petit coin de table
6. Votre juron ou blasphème favori quand vous jouez au tennis de table? : LA PUTA MADREEEEE !

7. Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ? : Lionel MESSI !
8. Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ? : Lave-vaisselle
9. La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ? : Un loup
10. Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ? : « Salut Horacio, il faut vraiment que tu progresses en coup droit pour ta prochaine vie ! »

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 09:55

Nous aurons le plaisir d’accueillir dans l’équipe de proB pour cette saison 2020-2021 Jesus CANTERO !

 

Jesus CANTERO est le numéro 2 espagnol. Il a passé ces 7 dernière années dans le club français du SPO Rouen, en proB et en proA, et a largement contribué à leur montée et leur  accession au plus haut niveau. Joueur majeur et historique rouennais, il garde un excellent souvenir de toutes ces années passées dans l’un des tous meilleurs club français.

Jesus est rôdé au plus haut niveau français et a une très grande expérience internationale au sein de l’équipe espagnole. Il a un style de jeu très percutant, en prise porte-plume, et en contre à la table, envoyant caramel sur caramel et forcément, patatas sur patatas.

Et bien sûr, en tant que fier hispanique, il carbure à l’Honneur et à la Grinta !

Vous l’aurez compris l’an prochain la salle Labaume vivra à l’heure latino.

Avec Jesus et ses nouveaux disciples.

Vamos !   Et Hasta pronto !

 

 

 

BIM !

BIM !

Prénom : Jesus                                                   Nom : CANTERO

Surnom : JESUS

Age : 38 ans

Classement : N°171 mondial, n°2 Espagnol, n°46 Français

 

L’âge auquel j’ai commencé à jouer : 9 ans

Mon premier club de tennis de table: AESA  P REAL en Espagne

Mon matériel : Tibhar Speedy Soft XD et Evolution ELP. Bois Stiga Clipper

Mon style de jeu : attaquant

Les clubs français dans lesquels j’ai joué: Rouen (7 ans), Nice

Les clubs étrangers dans lesquels j’ai joué : AESA P Real, Jerez, UCAM Cartagena en Espagne, Roskilde (Dannemark)

Mes principaux titres : Champion d’Espagne, Champion par équipes ligue 1 espagnole, danoise et proB et proA Française

Mon meilleur souvenir au tennis de table: Que des bons souvenirs !

Mon pire souvenir au tennis de table: Pas de mauvais souvenirs !

 

Le questionnaire de Marcel ROUSTE

1- Le principal trait de mon caractère : généreux
2 - La qualité que je préfère chez un pongiste : la constance
3 - La qualité que je préfère chez une pongiste : la vitesse

4 - Ce que j’apprécie le plus chez mes amis : la sincérité

5 - Mon principal défaut : une tendance à faire la tête de cochon
6 - Mon occupation préférée en dehors du tennis de table : Rester avec ma famille
7 - Mon rêve de bonheur : Voir ma famille heureuse

8 - Quel serait mon plus grand malheur ? : Mourir

9 – Le niveau que je souhaiterais atteindre: Top 50 mondial
10 - Le pays où je désirerais vivre : l’Espagne, quelle question !!!
11 – Le bois de raquette que je préfère : Stiga Clipper o Rosewood 

12 – Les plaques que j’aime : Celles que j’utilise actuellement

13 – La salle que je préfère :  Le Kindarena de Rouen
14 - Mes acteurs favoris : Denzel WASHINGTON

15 - Mes poètes préférés dans le tennis de table : HE ZHI Wen
16 - Mes héros dans la fiction : Rocky BALBOA
17 - Mes actrices favorites : Julia ROBERTS
18 - Mes musiciens préférés : Marc ANTHONY et MANA

19 - Mes peintres favoris : Benoît VAQUIER

20 - Mes héros dans la vie réelle : Rafael NADAL
21 - Mes personnages favoris : Mes parents
22 – Ton nome favori : Noa
23 – Ce que tu détestes : les olives

24 - La truc pongiste que j’aime le plus : les Jeux Olympiques

25 - Le don de la nature que je voudrais avoir : avoir du feeling et du toucher !

26 - Comment j’aimerais mourir : Je ne pense jamais à ça
27 - État présent de mon esprit : je me sens fort !
28 - Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence : ça dépend du moment (et si je suis dans une période tête de cochon ou pas !)
29 - Ma devise : « Ce à quoi tu peux rêver n’a pas de limites »   

 

Le questionnaire de Bernard PRENDRIN-PIVOT

1. Votre mot préféré ? : Bonheur
2. Le mot que vous détestez ? : Jalousie
3. Votre drogue favorite ? : Le barbacoa fait maison
4. Le son, le bruit que vous aimez ? : Le bruit du calme et du silence

5. Le son, le bruit que vous détestez ? : Le marteau piqueur
6. Votre juron ou blasphème favori quand vous jouez au tennis de table? : PUTA MADRE!

7. Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ? : Ma famille
8. Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ? : Je peux tout faire !
9. La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ? : Un dauphin
10. Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ? : « Demande lui avant moi !»

 

"Are you talking to me?"

"Are you talking to me?"

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 22:49

Dimanche 17 novembre 2019 : 7ème journée du championnat de proBay et rencontre contre ARGENTAN.

Une rencontre VIPM : Very Importante Pour le Maintien. Un peu le même enjeu que la gaine Playtex de maman.

C’est ça, un match pour continuer à creuser l’écart avec l’équipe actuelle dernière du championnat. La rencontre à 6 points…

Et encore une incroyable victoire 3/1 des amiénois !

Au classement virtuel (les autres matchs auront lieu mardi 19 novembre) l’équipe est actuellement deuxième du championnat. Incroyable…

Notre hommage perso à Raymond POULIDOR...

Les argentanais

Segun TORIOLA ( n°61) (1 victoire) : Le vieux, mais toujours jeune, et incroyable lion, aura encore bien rugi ce soir. Belle victoire d’entrée, pleine de maîtrise, avec de beaux coups de pattes et de griffes, 3/0, sur Alexis MOMMESSIN. Lors de son deuxième match, Tomi LAKATOS, à l’affût, mais pas dans le sens du vent, en bon chasseur, l’aura ensuite bien ajusté dans son viseur. Et défaite 3/1.

Nikita YARUSHIN (n°112) (0 victoire) : En novembre 1956 les chars soviétiques avaient déferlé sur Budapest pour mater l’insurrection Hongroise. Mais 63 ans plus tard, vengeance ! C’est Tomi LAKATOS qui aura roulé sur Nikita YARUSHIN, 3/0.

Viachevlas KRIVOSHEEV (n°53, 0 victoire) : Le pongiste qui venait du froid. Et donc réchauffé durant deux sets par Denislav KODJABASHEV. Avant d’enfiler la tenue de Spetsnaz et de revenir à deux manches partout. Mais dans le cinquième set, erreur fatale dans le dosage du Novitchok. Et auto-intoxication. C’est Denislav qui finira par conclure le match, à 7 à la belle. Belle rencontre, et grosse intensité.

Les amiénois

Alexis MOMMESSIN (n°132) (0 victoire) : En ce week-end anniversaire des gilets jaunes, coincé au rond point, aura pris le sens giratoire dans le mauvais sens. Et deux tirs de LBD bien placés, et 35 tops spin plus tard, aura fini à l’aveugle, éborgné par le CRS Segun TORIOLA, 3/0.

Tomi LAKATOS (n°23) (2 victoires) : Lors de son premier sans faute la semaine dernière, la terre avait déjà tremblé à Miramas, avec une secousse ressentie jusqu’à Montélimar. Magnitude 4.6 sur l’échelle de RICHTER. Ce jour l’épicentre était salle Labaume. Et lors de ses deux prestations XXL, c’est le sol du gymnase amiénois qui se sera carrément ouvert sous les pieds des argentanais. Avec deux énormes victoires contre Nikita YARUSHIN 3/0, et surtout Segun TORIOLA 3/1.

Denislav KODJABASHEV (n°137) (1 victoire) : On peut douter de tout. Mais pas de sa Volkswagen. Et encore moins de Denislav KODJABASHEV !!! Auteur encore aujourd’hui d’un énorme match contre Viachevlas KRIVOSHEEV, avec une très belle victoire, à la belle, 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (convalescent) : Préfère pour le moment laisser du temps de jeu à ses partenaires, en écoutant repousser les fibres musculaires de son muscle grand dorsal gauche. Enfin,… quand le Kop LABAUME fait silence. C’est-à-dire jamais entre 15h et 18h !!!

Christophe LEGOUT (le parrain) : Oui, vraiment LEGOUT des autres. Pongiste au (très) grand cœur, toujours partant et à 2000% pour promouvoir les associations caritatives. Agnès JAOUI, Jean-Pierre BACRI, Louane, ses parents et l’association A pas de Lou, like this ! Grand moment aussi pour tous les jeunes qui auront eu la chance de taper quelques balles avec une légende. Et pour les moins jeunes qui auront enrichi leur collection de selfies. Avec un Philippe L’HOTE encore tout ému…

On ne sait pas quand a été créée la locution Grand MONSIEUR. Mais c’était forcément pour Christophe LEGOUT.

 

A pas de LOU

A pas de LOU

Le détail du match: 

ProB J7: AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE vs ARGENTAN 3/1. Le dimanche 17 novembre 2019.

Le classement:

ProB J7: AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE vs ARGENTAN 3/1. Le dimanche 17 novembre 2019.
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 15:03

Mardi 22 octobre 2019: 4ème journée du championnat de proB. Et déplacement à Nantes.

Quand l’équipe de la ville dans laquelle le créateur du Nautilus a fermé les yeux, se rend chez celle où il les a ouverts... Mais oui, c’est Le JULESVERNICO !!!

Mais pendant que Julio naissait à Nantes et mourrait à Amiens, punaise, …on était parti pour faire exactement l’inverse !

Menés 2/1 après la pause, le médecin légiste Nantais, qui avait rendez-vous en boîte avec deux mannequins suédoises, qui avait encore du travail à la maison, avait commencé à signer et antidater les certificats de décès des amiénois, à 21h30. Mais c’est alors que Grégoire JEAN entrait dans l’arène contre Damien PROVOST pour effectuer un remake du tour du Monde en 80 top-spins (victoire 3/0 et égalité 2/2).  Et avant que Denislav et Tomi, associés en double, ne renvoient Bastien REMBERT et Vincent PICARD 20 000 lieux sous les Mers : victoire 3/2 ! 

Et incroyable victoire finale des amiénois, toujours 3/2, et encore au bout du suspens. A 23 heures.

On a d’ailleurs perdu nos derniers supporters coronariens. Plutôt que le classique tapis roulant, l’Organisation Mondiale de la Santé vient d’ailleurs de valider les matchs de l’ASTT comme ultime épreuve d’effort. C’est ça le ping-pong : un esprit sain dans un muscle cardiaque sain.

Mais cessons cette digression cardiologique…Revenons à cette troisième victoire d’affilée !

En reconnaissant que toutes les séries sont faîtes pour s’arrêter. Sinon on va finir par faire croire à tout le monde qu’on est arrogant (c’est pas faux !), et qu’on joue la montée en proAh Ah Ah (Stéphane HUCLIEZ et l’équipe du SPO Rouen ont d’ailleurs commencé à trembler).

Il va juste falloir continuer à se faire la cerise, ou plutôt la mirabelle (pour rester dans la thématique lorraine), en prévision du prochain gros match contre Metz, à domicile le dimanche 3 novembre, à 15h.

Annule ton repas de famille, ou ton rendez-vous Tinder, c’est salle Labaume qu’il y aura de l’ambiance et du spectacle !!!

 

Les Nantais

Bastien REMBERT n°71 (1 victoire): Nantes, célèbre pour son île des machines. On en aura joué une ce soir. Terminatorembert, qui aura laminé, malaxé et pulvérisé Tomi LAKATOS 3/0, au talent, en vitesse, et surtout,… avec classe.

Damien PROVOST n°59 (1 victoire) : PROVOST cateur dans son premier match contre Denislav KODJABASHEV, et victoire au fight mais logique (3/1). Le regard fier, le menton relevé, en envoyant du gros top-spin coup droit ! Puis PROVOST lone piccante dans sa deuxième rencontre, pasteurisé par notre fromager italien Gregorio JEAN, 3/0.

Vincent PICARD n°103 (0 victoire) : Resté sur le match de rugby de dimanche matin avec Kiki JEANPIERRE aux commentaires. En hommage à France-Galles, aura commencé par prendre un gros raffut dans le premier set contre Grégoire JEAN. Avant de se faire marcher dessus dans le ruck de la seconde manche. Finira par une énorme manchette dans la jugulaire dans la troisième. Avec une défaite 3/0 contre le brutalissime Greg VAHAAMAHINA-JEAN.

 

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (victoire en double) : Dans sa rencontre contre Bastien, se sera penché rapidement, lors de son premier set, sur le cas REMBERT. De Normandie ? Non, de Nantes. Puis dans le deuxième set, pas de place pour la blagounette contre le cas RAMBART. Pour finir par un accident industriel dans la troisième manche, explosé, par le cas RAMBOLAGE. Et lourde défaite 3/0.

Denislav KODJABASHEV (n°137) (victoire en double) : En fier Bulgare, et en hommage au yogourt, aura légèrement brassé dans son premier set contre Damien PROVOST, un peu stressé. Sera bien monté à ébullition dans le second, et aura juste manqué de pot dans le troisième. Avant de finir fermenté dans le 4èmeset.  Défaite 3/1 mais très bons débuts sous le maillot amiénois. Il enverra d’ailleurs de la crème fouettée, puis Chantilly, dans le double associé à Tomi (belle victoire 3/2).

Grégoire JEAN (n°63) (2 victoires) : Du Taraflex rouge au sol, des écrans télés aux quatre coins de l’aire de jeu, la table et les sépas noires des championnats d’Europe par équipes (livrées directement de la salle de la Trocardière) autour de son antre du soir, plus de la retransmission en direct en Eurovision... Tu mets l’environnement, c’est simple, Grégoire s’étalonne direct. Ça jouait donc niveau européen ce soir. Avec deux victoires énormissimes contre Vincent PICARD et Damien PROVOST 3/0... De grâce, ne dîtes plus que c’est le Taraflex nantais sur lequel avait joué Timo BOLL, Dimitri OVCHTAROV, Vladimir SAMSONOV et consorts, en septembre 2019... Dîtes plus simplement que c’est le revêtement sur lequel Grégoire JEAN a évolué ce mardi 22 octobre au soir, et qu’il a délicatement, et magistralement, foulé pour sa master-class !!!

Alexis MOMMESSIN (n°132) (coaching) : Il n’a bu que de l’eau (entre 19h30 et 19h35). Il a refusé l’alcool (entre 19h30 et 19h35). Il s’est absenté aux heures de prières (pour aller fumer sa clope). Il portait un pantalon dont les jambes s’arrêtaient à mi-mollets (un short quoi). Il a arrêté de consommer de la nourriture à base de porc (à partir de 19h30 pour se consacrer pleinement aux barres de céréales et aux petits écoliers). Il s’est laissé pousser intentionnellement la barbe. Il prête ses babouches à Denislav (qui avait oublié ses baskets)…Mais oui, ça ne t’a pas échappé : des signaux faibles de radicalisation !!! L’Université de Cergy Pontoise l’a dénoncé direct à la préfecture en fin de rencontre. On a débuté les démarches pour le faire libérer de GUANTANAMO. En espérant qu'il sera de retour pour le prochain match.

Arnaud SELLIER (coaching) : Penser à lui acheter un défibrillateur portatif pour le prochain match. Et à lui faire débuter un traitement par TRANXENE 20mg, 1 comprimé le soir, trois jours avant.

Nathan SELLIER- Arthur REVAUX- Antoine-tambourine-man HUON : Il était là le mini-kop climatiseur de salle nantaise ! Tant pis pour les tympans délicats de la salle Beaulieu. Mais tant mieux pour l’ambiance ! Et joli battle avec Thomas LEMANSEC à l'animation du camp adverse. Mais qui aura dû s'incliner. Avec les honneurs!

Pour finir, un grand merci aux bénévoles Nantais pour l’accueil et le repas de fin de rencontre. Très sympa, très bon.

Grégoire JEAN aura particulièrement apprécié la confiture de lait qui accompagnait les crêpes.

C’était du caramel au beurre salé ?

Tu as fait deux sur deux, sans perdre un set ce soir ? Non ?  

C’était donc de la confiture de lait...

 

La famille

La famille

La feuille de match:

ProB J4: NANTES vs AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE: 2/3. Le mardi 22 octobre 2019
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2019 4 10 /10 /octobre /2019 18:50

Tu pensais que le ping-pong était le dixième art. Une discipline de peintres de l'esthétisme et de sculpteurs de rêves...

Mais en fait non! C'est un sport de machines! Donc paramétrable.

Et qui obéit à de multiples algorithmes. 

En voici quelques exemples.

Le 10/0

Les algorithmes du tennis de table

Le coaching

Les algorithmes du tennis de table

Les raisons d'une défaite

Les algorithmes du tennis de table

Le capitanat

Les algorithmes du tennis de table

La compo d'équipe

Les algorithmes du tennis de table

Time out

Les algorithmes du tennis de table
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche