Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 06:05

Jeudi 9 décembre, rencontre contre MIRAMAS. Les joueurs du Sud n’auront pas ramené le soleil. Mais du talent. Et malgré les températures hivernales, il aura fait très très chaud salle Labaume, après une rencontre incandescente. Même si ce jeudi il aura beaucoup plu sur la verrière de la salle Labaume, et dans nos cœurs, après une défaite amiénoise 3/2, après 3h30 de gros combats…

Car après avoir été menés 2/0 et à 2 points du 3/0, après avoir égalisé à 2/2 et sauvé une première balle de rencontre dans le double, on s’était vu l’emporter 3/2… Mais ça ça n’arrive que dans les films américains ! Défaite 3/2 donc.

Mais avec les honneurs. Et des émotions. Beaucoup d’émotions. Et c’est au final quand même pour ça qu’on joue, et qu’on regarde ce sport.  Même si ces matchs de proB devraient plutôt se jouer entre une unité de réanimation cardiologique, et des urgences psychiatriques.

Les Miramassiens

ZHENG Junge n°68 (1 victoire) : Il aura beaucoup toussé toute la soirée. Et partira passer un test PCR ce jour. Mais si jamais il est COVID+, tout le monde va demander à choper le coronavirus ! Car quels matchs! Il aura commencé par détruitre Grégoire JEAN 3/2 et ne sera pas loin de ré-éditer la même performance contre Tomi LAKATOS (mais défaite 3/2). Le variant miramassien Zhengjugien nous aura fait très mal ce soir.

Paul LAVERGNE n°101 français (1 victoire) : Il avait déjà le talent. Il a maintenant la puissance. Et Paul aura sévèrement boxé Tomi LAKATOS, débordé, et groggy dans les cordes. Du punch et de l’uppercut pour Paulot BALBOA. Oui, ROCKY LAVERGNE III, le retour. Et très belle victoire 3/2.

HE CHENG Zhiwen n°44 (0 victoire) : « Quand la Légende est plus belle que la réalité, imprime la Légende » (L’homme qui tua Liberty Valance, John FORD, 1962). Un monstre. De 60 ans. Il aura tout connu : les sets de 21 points, les balles de 38, la colle rapide, les balles plastiques. Oui, quand on y repense, Monsieur ZHE WEN a mis du talc sur les fesses, puis langé Jan Owe WALDNER… Et encore une énorme prestation ce soir. Il ne cédera que 13/11 à la belle contre un Horacio CIFUENTES de gala. Mais quel match encore... Monsieur Zhiwen joue encore mieux que l’an dernier. Et il continue à progresser. A l’âge auquel les gens normaux prennent une carte vermeil, regardent les chiffres et les lettres, et partent à la pêche. Respect… Immense.

Les Amiénois

Grégoire JEAN (n°77) (0 victoire) : Pas trop dans son assiette ce jour. Avec de petites douleurs au bide depuis le matin. Et le docteur ZHENG Junge n’aura pas arrangé les affaires avec sa consultation. Séance d’acupuncture sur Grégoire. Et ça aura piqué ! Les yeux, puis la tête, avant les fesses. Et défaite 3/2.

Tamas LAKATOS (n°46) (1 victoire) : Sur l’autoroute de la lose, s’était directement mis sur la file du télépéage dans son premier match contre Paul LAVERGNE. Et défaite 3/2. Avant, dans sa deuxième rencontre, de rouler pleins phares sur la file de gauche. Juste pour empêcher ZHENG Junge de le doubler. Et victoire 3/2. Comme un chauffard. Mais on prend !

Horacio CIFUENTES (n°59) (1 victoire) : L’équipe était mené 2/0 quand on lui a demandé de descendre à la mine. Avec l’ingénieur HE Zhiwen. Et bien monsieur CIFUENTES est parti au charbon. A l’ancienne, en poussant les wagonnets. Un Horacio passé pas loin du coup de grisou à 10/10 à la belle. Mais trois coups de pioche plus loin, il s’imposera 13/11, le visage noirci mais irradiant de bonheur. Une victoire silicosique qui aura fait beaucoup de bien. Le match de la soirée.

Jesus CANTERO (n°61) (défaite en double) : On va demander à madame CANTERO qu’elle arrête ses légumes verts et la mise au régime de Jesus. Qu’on lui redonne à manger de la chair fraîche et des fœtus !!! Anémié, Jesus n’aura rien pu faire avec Grégoire, contre les polyglobuliques Paul LAVERGNE et HE Zhiwen. Et défaite 3/2.

Arnaud SELLIER (coach) : Dans sa liste logistique a déjà rajouté une paire de chaussettes propres supplémentaires. Et s’est déjà inscrit dans un CAP d’Orfèvrerie pour réparer les bracelets porte-bonheur qui se brisent juste avant les matchs. Va également probablement débuter un BTS d’expert en soutien psychologique et médecine de catastrophe. Mais doit se mettre au Hongrois avant. Oui, encore beaucoup de pain sur la planche pour coach Arnaud!

 

Mais oui HORI!

Mais oui HORI!

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2021 3 08 /12 /décembre /2021 13:19

Mardi  7 décembre 19h, match contre TOURS. Une redoutable équipe avec trois joueurs top 30. Une team de proA en proBay : les Ogres de la poule.

Mais les petits poucets amiénois, en semant régulièrement des Butterfly 3* sur leur chemin, (l’équivalent de petits cailloux pour Tomi LAKATOS), ne se seront pas perdus dans la forêt tourangelle.

Loin de là. A la surprise générale, ils finiront même par terrasser les géants adverses.

Enorme victoire 3/0 ! Comme dans un conte de fées.

Restera toutefois  à confirmer ce jeudi contre les sorciers, et habituels briseurs de rêves, de MIRAMAS.

Les Tourangeaux

Gustavo TSUBOI (n°2) (0 victoire) : Pas la soirée samba brésilienne ce jour pour Gustavo. Mais plutôt la figure imposée « Paso doble ». Brutalement emmené dans un pas de deux, infernal et diabolique, par le fier Hidalgo Jesus CANTERO. Pour finir par une sortie de piste, et un scratch sur la feuille de note des juges de la danse de salon. Et une défaite 3/1.

Enzo ANGLES n°30 français (0 victoire) : Un peu chafouin sur son premier set sur Tomi LAKATOS : Angles obtus. Puis régénéré et très tranchant dans les deux manches suivantes : Angles aigu. Pour finir par craquer dans les deux derniers sets, avec une défaite 12/10 à la belle : Angles mort.

Yevhen PRYSHCHEPA n°34 (0 victoire) : A l’approche du 25 décembre, parti pour faire ses cadeaux de Noël. Se sera dépensé et aura dépensé sans compter. Combien ? Le  prix chais pas. Mais au final aura pris tarif sur Horacio CIFUENTES, le père Fouettard amiénois. Qui lui aura choucrouté tous ses présents sous le sapin. Et défaite cruelle, 13/11 à la belle.

Lilian BARDET (n°78) : Blessé au bras. N’aura pu distribuer des patates que près de l’appareil à raclette. En attendant d’en renvoyer de très grosses devant la table !

Bruno SIMON et le DJ : Grosse prestation, grosse organisation : bravo. Pour qu’à jamais TOURS ne disque. Et merci pour l’accueil et le repas du soir.

Les Amiénois

Jesus CANTERO (n°61) (1 victoire) : Mis au régime depuis 15 jours par madame CANTERO. N’envoie plus désormais que des petits pois et des haricots verts. A la vapeur. Aura donc trainé ce soir Gustavo TSUBOI à sa réunion Weight Watchers. Avec le résultat sur la balance : énorme victoire 3/1 ! Mais dès la fin de rencontre, les Tourangeaux avaient déjà commencé à préparer le match retour : c’était soirée raclette. Juste pour faire replonger Jesus : à la limite du fair-play. Mais ça joue !

Tamas LAKATOS (n°46) (1 victoire) : So british. Tout le flegme et la nonchalance britannique lors de son énorme match contre Enzo. En finesse, sensibilité, et puissance : Tomi aura joué le petit doigt en l’air, en trempant ses scones dans sa tasse de thé, dans laquelle flottait négligemment un nuage de lait... Et superbe victoire 3/2, 12/10 à la belle. Aura fait retoucher à Angles terre. Et forcément, anobli direct dans la foulée par Arnaud SELLIER et la Queen Elisabeth II.

Horacio CIFUENTES (n°59) (1 victoire) : Lionel MESSI, son compatriote, lui aura montré la voie cette semaine avec son ballon d’or. Mais notre orfèvre amiénois lui, aura travaillé une autre matière. Pour se fondre des nerfs d’acier et des testicules du même métal. Et une très belle victoire, à la mine et à la forge, sur Yehven PRYSCHEPA 3/2, 13/11 à la belle.

Grégoire JEAN (n°77) : Pas eu le temps de rentrer pour Grégoire. Mais stratégique : aura glissé de la place sur le banc de touche à celle à côté de l’appareil à raclette. On aura en tout cas pu apprécier son toucher de spatule et sa coupe de fromage fondu. Toujours le pur talent du joueur gaucher !

Arnaud SELLIER (coach) : Créateur de sujets pour le bac philo cette année : « Le ping-pong, c’est vraiment n’importe quoi ». Vous avez 4 heures.

Tours de magie

Tours de magie

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2021 3 17 /11 /novembre /2021 05:59

Mardi 16 novembre 19h, 5ème match du championnat de proB, et réception d’ARGENTAN.

Le premier match de la saison à domicile : enfin ! Et avec du public !

Mais bon, malgré tout, pas un match en pantoufles : le Kop Labaume était là. En place. En feu !

Et les supporters de l'ASTT auront embrasé la salle Labaume et les Argentanais. Avec une belle victoire 3/1 !

Les Amiénois avec 10 points en 4 matchs se replacent dans le groupe de tête, et occupent désormais la 3ème place de la poule.

Avant la prochaine rencontre le 7 décembre à l’extérieur, avec le gros match contre TOURS.

 

Les Argentanais

Vildan GADIEV (n°66) (1 victoire) : Bien revenu de sa blessure à la main, en aura profité pour vacciner Grégoire.  Forcément au Sputnik. Mais à la russe : avec deux injections simultanées dans chaque bras, et le rappel en plein cœur.  Et belle victoire, sanitaire, 3/1.

Arseny GUSEV (n°82) (0 victoire) : Le système immunitaire défaillant ce soir. Avec les globules blancs en déroute et en panique dans sa première rencontre, contre Jesus CANTERO. Et moins immuno que déprimé, après une lourde défaite 3/0. Dans son deuxième match contre Tomi LAKATOS, régénéré, aura recommencé à fabriquer de l’anticorps. Mais épuisement de ses plasmocytes après avoir mené 2 sets à 0. Et défaite, immunologique, 3/2.

Maksim KISELEV (n°105) (0 victoire) : Encore un petit reliquat d’Halloween dans son match contre Tomi LAKATOS. Aura donc commencé par envoyer et distribuer quelques bonbons. Mais notre dentiste amiénois l’aura vite rappelé à l’ordre: examen bucco-dentaire énergique. Et gros détartrage. Pour une défaite, incisive, 3/0.

 

Les Amiénois

Jesus CANTERO (n°61) (1 victoire) : Match plein de Jesus, enfin ressuscité, dans la première rencontre de la soirée, contre le leader argentanais Arseny GUSEV. C’était opération portes ouvertes pour CANTERO. Qui sera rentré dans le jeu puis dans la tête de Arseny, comme dans une auberge. Forcément espagnole. Et victoire nette, service compris, 3/0.

Grégoire JEAN (n°77) (0 victoire) : Les Américains voulaient construire un mur à la frontière avec le Mexique;  les Polonais voudraient bien, eux, en ériger un devant la Biélorussie. Et donc Grégoire, dans le move actuel, aura commencé par monter quelques parpaings contre Valdin GUSEV. Mais manque de ciment. Et aura pris quelques coups de truelle. Avant que le maçon soviétique ne finisse par faire voler en éclat son début de construction. Et défaite 3/1.

Tamas LAKATOS (n°46) (2 victoires) : Enfin à la maison pour Tomi. Aura donc joué son premier match contre Maksim KISELEV en charentaises. Avec encore la marque de l’oreiller sur la joue. Et victoire tranquille, 3/0. Mais dans son deuxième match contre Arseny GUSEV, après un début les yeux collés et la bouche pâteuse, aura fini par faire sonner son réveil une fois mené 2 sets à 0. Pour le come back de la soirée. Et un beau succès, somnanbulique, 3/2 de l'Homme de la soirée. Offrant une superbe victoire aux Amiénois !

Le Kop Labaume (cœur sur vous) : Le chef Nathan aura fait monter la température à 1000 degrés salle Labaume. Avec forcément, direct une mise en demeure et une remontée de bretelles par la COP 26. Et la mise en PLS de l’activiste Greta THUNBERG qui avait déjà commencé à convulser. Mais ça valait le coup !

Merci aux supporters et à tous les bénévoles !

 

Mesdames et Messieurs, le KOP !

Mesdames et Messieurs, le KOP !

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 00:23

Vendredi 6 novembre 2021 et 4ème journée du championnat de proB.

Match à Thorigné Fouillard. En Bretonnie, à côté de Rennes.

L’équipe en forme du moment avec 3 matchs et déjà 3 victoires contre METZ (3/2), ISSY LES MOULINEAUX (3/0) et ROANNE (3/1). Une équipe thoréfoléeenne toujours invaincue et qui le restera encore ce soir. Car malheureusement défaite 3/1 des amiénois, malgré la présence du minikop.

Mais logique sur l’ensemble de la rencontre.

Plus qu’à faire mieux lors du prochain match le mardi 16 novembre contre ARGENTAN. Pour la première fois à la maison. Et pour se régénérer dans le cocon de la salle Labaume. Home sweet home….

 

Les thoréfoléens

Noshad ALAMIYAN (1 victoire): Le Austin POWERS thoréfoléen. Avait transitoirement perdu son mojo contre le docteur DENFER- JEAN (et défaite 3/1). Mais l’aura promptement retrouvé contre un Jesus CANTERO dépité (et triomphe 3/0). Pour donner la victoire à toute une salle et un peuple breton.

Léo DE NODREST (1 victoire) : Hésite encore pour sa reconversion : boucher en top coup droit. Ou charcutier en top revers... Aura entre-temps mené Tomi LAKATOS à l’abattoir ce soir. Et belle victoire 3/2, 9 à la belle.

Vincent PICARD (1 victoire) : Les mois d’octobre et novembre, distribution des prix Nobel. Vincent concourait pour celui de Poésie. Il aura donc passé la soirée à envoyer des Alexandrins, et aussi quelques missiles  à Horacio CIFUENTES. En hommage à Alfred NOBEL, inventeur de la dynamite, il aura en effet surtout balancé de la TNT en coup droit et en revers durant 4 sets. Et victoire 3/1.

 

Les Amiénois

Tomi LAKATOS (1 victoire) : Le triomphe des féministes : il est là l’homme déconstruit ! Avec le jeu et la confiance au service en mille morceaux à 9/9 à la belle. Et défaite frustrante 3/2 contre Léo DE NODREST.

Grégoire JEAN (1 victoire): Son jeu est indexé sur le prix de l’essence. Et donc pour cette soirée, il était au sommet du sommet. Avec une très belle prestation et une énorme victoire contre Noshad ALAMIYAN 3/1. Grégoire, le roi du pétrole ce soir.

Horacio CIFUENTES (0 victoire) : En hommage à ses deux injections de vaccin russe, le célèbre sputnik, Vincent PICARD aura envoyé notre Horacio sur orbite. Et défaite cosmique 3/1.

Jésus CANTERO (0 victoire) : Suite à sa blessure au premier doigt de la main, ne peut même plus dire pouce à son opposant quand ça va mal. Il est désormais obligé de brandir le majeur. Mais c’est mal interprété par l’adversaire. Et l’arbitre... Et défaite 3/0 contre Noshad ALAMIYAN.

Arnaud SELLIER et le minikop (Antoine, Thibaut et Arthur) : Dégoûtés par cette première défaite contre Thorigné-Fouillard, ils ont enfilé direct une chasuble jaune à la fin du match. Et ils bloquent actuellement toujours le premier rond-point à la sortie de Rennes.

Dure soirée pour les amiénois et le minikop. La photo avant le drame. A ce moment de la soirée ils avaient encore leurs chasubles noires. Ils n'avaient pas encore enfilé leurs gilets jaunes.

Dure soirée pour les amiénois et le minikop. La photo avant le drame. A ce moment de la soirée ils avaient encore leurs chasubles noires. Ils n'avaient pas encore enfilé leurs gilets jaunes.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 23:48

Mercredi 3 novembre. Troisième journée du championnat de proB contre Lille. 

Et du coup (nous aussi on a des bases de chti) place au derby des Hauts de France, cher à coach SELLIER.

Car avec la fusion des Régions, le Nord Pas de Calais aura tout confisqué à la Picardie : le pouvoir politico-économico-culturel, le pôle espoir, nos derniers espoirs et désespoirs, et  la première place au classement de la cirrhose.

Mais pas la victoire au ping !  

Et beau triomphe 3/0 des amiénois ce soir. Avec le soutien de tout un peuple : le célèbre kop Labaume, qui aura fait le déplacement. Et recréé l’ambiance du Maracana. Bravo à tous.

 

Les Lillois

Romain LORENTZ  (0 victoire) : Grosse bataille tactique, de service/remise, et de petit jeu contre Tomi LAKATOS. Avec un Lorentz impérial, et de marbre, dans les 3 premiers sets. Mais qui aura cédé dans les 2 derniers : la chute de l’empereur Romain. Et défaite 3/2.

Jordy PICCOLIN (0 victoire): Aura découvert ce qu’était vraiment l’Enfer du Nord. Après le secteur pavé d’Arenberg, en aura pris trois sur la tête par Horacio CIFUENTES. Et défaite paris-roubaiesque, 3/0.

Bastien DUPONT  (0 victoire) : Pensait que Grégoire JEAN, son partenaire à Villeneuve sur Lot, allait jouer comme à l’entrainement. Et non, pas de bol : Greg aura, ce soir, joué de la main gauche ! Et défaite 3/0.

Les Lillois : très bon accueil, merci. Direct 3 glacières dans le green-book de coach SELLIER. Qui aura repris de tout, deux fois. Pour tous ceux qui se demandent pourquoi ils n’ont pas eu de fondant chocolat aux spéculos. Voilà. C’est simple.

Philippe STRICANE (Hérain for ever) : 40 ans après, l’ancien amiénois n’aura pas changé ! Le ping-pong ça conserve.

 

Les Amiénois

Tomi LAKATOS (1 victoire) : Le retour gagnant de l’enfant de Budapest. Hongrois que ça ne passera pas. Et erreur. Match plein, hyperconcentré et tactique de Tomi. Et très belle victoire, 3/2, contre un gros client, Romain LORENTZ.

Grégoire JEAN (1 victoire): Le mois dernier on fêtait les 40 ans de l’abolition de la peine de mort. Mais Grégoire JEAN, ce soir, l’aura remise à l’ordre du jour. En plaçant la tête de Bastien DUPONT sur le billot. Puis en activant sa guillotine revers. Avec une belle victoire, tranchante, 3/0.

Horacio CIFUENTES (1 victoire) : Ce mercredi aura vraiment gagné sa place, et son rond de serviette, à la table de John WICK et de Denzel WASHINGTON- the Equalizer. Dans un match brutal, impitoyable, et bourré d’ultraviolence, contre Jordy PICCOLIN. Enorme rencontre, et très belle victoire 3/0. Sans contestation aucune. L’inconscient qui aurait levé le doigt pour protester se serait de toute façon fait briser les os. Un par un.

Kop Labaume : gros cœur sur vous.

La famille amiénoise

La famille amiénoise

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 17:11

Mercredi 6 octobre 19h : début du championnat de proB 2021/2022 pour les Amiénois.

Pur bonheur après ces deux années covidiques. Plaisir de retrouver tout le monde, les salles, l’ambiance, le bruit, la fureur. Et l’odeur de chaussettes mal lavées, ou pas lavées du tout.

Et d’emblée, un premier déplacement risqué, et ultra-dangereux pour les Samariens : Roanne. Un nom qui sonne comme le rugissement du tigre floqué sur leur blason.

Une équipe qui nous avait charcutés à deux reprises 3/0 l’an dernier. Pas pour rien d’ailleurs que leur salle porte désormais le nom d’Hélène BOUCHER....  Mais ça a fait plaisir de revoir qu’une partie de nos tripes séchaient  toujours là, dans le gymnase depuis un an, pendues aux néons. Et on en a profité pour les récupérer ! Surtout pour Horacio, victime de problèmes gastriques en plein match contre Ibrahima DIAW.

 Et donc, au final, belle victoire, digestive, 3/2 des amiénois.

En profitant certes de l’absence du leader roannais Harmet DESAI, retenu en Inde suite à des soucis administratifs. Mais Ibrahima DIAW, costaud, aura fait le boulot côté Roanne avec un solide 2/2 sur Jesus et Horacio.

Un championnat parti donc tambour battant. Et bien parti pour être un sacré souk, avec déjà de multiples surprises dès la première journée, notamment l’étonnante défaite du Goliath TOURS contre le David MIRAMAS….

 Un championnat finalement à l’unisson, et à l’image, des systèmes informatiques de la fédération, GIRPE et SPID2 : folklorique.

 

Les Roannais

Martin ALLEGRO (n°42) (0 victoire) : Bien parti contre Horacio, aura eu la maîtrise et la possession. Mais l’argentin, en mode français, aura bétonné en défense. Et ne l’aura emporté d’une courte tête, à la Umtiti, 3/2, 11/9 à la belle.

Ibrahima DIAW (n°60) (2 victoires) : Le dernier qu’on a vu frétiller comme ça à la vue du sang frais, vivait dans les Carpathes, pendu au plafond, la tête à l’envers, avec une hypertrophie des canines. Jesus CANTERO aura donc essayé en vain les gousses d’ail : mais victoire 3/2 de DIAW. Horacio CIFUENTES lui, aura tenté le pieu en bois planté dans le cœur. Mais Ibrahima se sera curé les dents avec. Et victoire 3/2.

Louis LAFFINEUR (n°150) (0 victoire) : Aura envoyé bien plus de bûches qu’un bûcheron canadien. Qu’on le fasse donc jouer avec une chemise à carreaux ! Mais c’est Grégoire JEAN qui finira par faire du petit bois en fin de belle. Et défaite 3/2. Mais très belle prestation pour une première en proB. Et pour sûr ses prochains adversaires se feront débiter à la hache.

 

Les Amiénois

Horacio CIFUENTES (n°59) (1 victoire): Toujours pas végétarien, et encore moins vegan. Aura ramené un peu de charbon de bois au milieu de la salle, en y jetant un allume feu. Pour y déguster les côtelettes de Martin ALLEGRO, après sa victoire 3/2. Mais indigestion au match suivant. Et Ibrahima DIAW lui jettera alors de grands seaux d’eau sur la tête pour éteindre son barbecue improvisé. Et défaite 3/2.

Jesus CANTERO (n°61) (double): Un Jésus toujours en souffrance, à la peine, et martyrisé sur son chemin de croix en simple. Avec une défaite 3/2 contre Ibrahima DIAW. Mais à l’inverse, solaire et rayonnant en double avec son disciple, Grégoire. Et belle victoire 3/0 contre les centurions roannais, pour nous donner la gagne !

Grégoire JEAN (n°77) (1 victoire + double) : Carton plein pour le shogun amiénois : un simple, un double. S’est mis aux sushis. N’a plus qu’à se mettre au Japonais. Pour mieux échanger à l’avenir avec ses confrères, et alter ego, samouraïs.

Arnaud SELLIER  (coach) : 14 heures de minibus, 3 heures de sommeil, 12 ongles rongés (10 ongles de main + 2 des pieds, avait commencé à attaquer les orteils), 14 grany, 8 pâtes de fruit, et 5 heures de troubles du rythme cardiaque sur le banc. Mais « Le retour c’est quand même tout de suite plus sympa quand on a gagné ».

 

Team Amiens

Team Amiens

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 09:21

21 mai 2021, 20h47, fin de la ligue de proB. Une saison débutée le dimanche 18 octobre à 15 heures.

Une saison qui aura surtout pu se jouer au niveau professionnel. La chance. Alors qu’au niveau amateur on s’enquillait la deuxième saison blanche de suite.

Mais les bilans, ce sont d’abord des chiffres : 5 mois 26 jours 19 heures 13 minutes de compétition, 1 pandémie virale, un joueur covidé, une fracture du pouce, 64 tests PCR, 3212 œufs pour le petit déjeuner de Tomi LAKATOS, 8 litres de solution hydro-alcoolique, 18 kilos de pâtes sauce carbo, 45 litres de bière, 213 masques… Tout ça pour  12 victoires,  6 défaites et 40 points pour les Amiénois. Et une belle place de 4ème au classement.

Maintien et présence dans le top 5 de la proB pour les Samariens : Mission acomplished.

Alors certes, toujours moyen de faire mieux. Mais aussi, également, possibilité de faire pire…

D’ailleurs, « Le mieux est-il vraiment toujours l’ennemi du Bien ? ».  Oui, sujet du bac philo 2021 : vous avez 4 heures. Ça rigole tout de suite moins là.

L'école de Philosophe amiénoise en proB

L'école de Philosophe amiénoise en proB

Le classement final

LE BILAN DE LA SAISON 2020/2021 EN PROB

Homogénéité et haut niveau

Ce qui aura surtout marqué cette saison, en dehors du petit salopiaud de Covid-19, c’est l’homogénéité de la poule. Et le niveau global des joueurs et des équipes qui ne va qu’ascensionnant.

Ainsi les malheureux mais valeureux derniers (NANTES) auront battu deux équipes du top 4 : les seconds (ROANNE) et les 4ème (NOUS!). Preuve de l’étroitesse du mouchoir dans lesquels ont évolué toutes la saison les équipes de la division.

Le mouchoir de poche de la proBAY :  ultra-classe.

Le mouchoir de poche de la proBAY : ultra-classe.

Une saison intense

Jusqu’à l’ultime journée, les jeux n’étaient fait, ni pour la montée, ni pour la descente. Et pourtant il paraît qu’on se fait suer en proB. Ben pas nous !

- L’exfiltration en N1 ne se sera décidée que lors de l’ultime match ISSY/NANTES, remporté 3/0 par les Isséens. Dans le match de la peur et de l’honneur. Avec au crédit des Nantais, en coma végétatif et donnés pour mort en décembre par les experts des forums et les grands professeurs des réseaux sociaux, un extraordinaire come-back au cours de la seconde phase. Ils avaient refait leur handicap d’une dizaine de points et étaient revenus à la hauteur d’Issy à une journée de la fin.

LE BILAN DE LA SAISON 2020/2021 EN PROB

- Pour la montée en proA, Chartres et Roanne 49 points chacun ne se sont départagés qu’au goal average particulier (2 victoires 3/1 de CHARTRES sur ROANNE). Des chartrains au final plus réguliers et constants sur l’année. Plus compacts aussi, s’appuyant sur 4 joueurs très costauds du gotha mondial. Mais humains, et exceptionnellement capables aussi de sorties de route : avec des défaites 3/0 contre THORIGNE et 3/1 contre Miramas. Mais ils auront châtié deux fois leurs adversaires directs, les Roannais, à la régulière. Et cette accession en proA récompense au final leur montée avortée de l’an dernier pour cause de Covid. Tout est bien qui finit bien pour Chartres. Les Roannais sont un peu moins raccord avec cette maxime.

La montée au filet et en proA des Chartrains

La montée au filet et en proA des Chartrains

L’enseignement c’est que la montée nécessite un recrutement 3 étoiles et un budget 4 étoiles. Déjà de niveau proA comme pour CHARTRES et ROANNE. Logique et normal, les deux étant intimement liés. La transition à l’échelon supérieur s’avère alors moins brutale, économiquement et sportivement. Mais ce projet doit être mûri, pensé, anticipé, budgetisé, programmé. Et des impondérables peuvent toujours survenir : pandémie mondiale, défaillances, blessures, la raquette ou les baskets oubliées à la maison, le minibus qui ne démarre pas le jour du match... Mais c’est ça le très haut niveau : prévoir l’imprévisible (dédicace à monsieur Sellier).

L’organisation du débarquement en Normandie le 6 juin 44 à côté d’une montée en proA, on peut le dire maintenant : c’est de la rigolade.

Quand tu prépares la montée en proA

Quand tu prépares la montée en proA

Un calendrier 2020/2021 débistraque

Au départ c’était cadré. Propre. Mais le COVID est passé par là. Les malades et les cas contacts se sont multipliés dans les équipes obligeant à décaler ou à reporter moult rencontres. Les responsables sportifs de la FFTT auront été conciliants et compréhensifs. Merci encore à eux. Même si quelques reports de matchs auront été limites. Mais à la marge. C’est ça aussi le tennis de table, et les rapports à l’autorité : tu accordes >, les clubs prennent >>>. Mais c’est ça qu’on aime.

Résultats de ce calendrier perturbé : à partir de février il n’aura plus ressemblé à rien. Plus aucune lisibilité. Certaines équipes auront compté jusqu’à 4 ou 5 matchs d’avance sur d’autres. Mais tant mieux. Ça aura au moins permis aux Amiénois de passer artificiellement quelques semaines à la première place du groupe. Et de fanfaronner. Après tout c’était bien là l’essentiel.

Le calendrier de la saison 2020 2021, inutilisable, et reconverti en cible pour flêchettes au siège de la fédération

Le calendrier de la saison 2020 2021, inutilisable, et reconverti en cible pour flêchettes au siège de la fédération

L’absence du public

A part le premier et le dernier match, toutes les rencontres se seront jouées à huis clos. Parfois relatif. Pour le coup on dépassait souvent le huit clos. Mais bon globalement ça n’aura jamais excédé les 30 personnes. Et le protocole sanitaire aura été respecté. Et tout était toujours très bien durant toute la durée de la rencontre: les masques, la distanciation sociale, la solution hydro-alcoolique. Mais ça, jusqu’au pot d’après match. Ou là : Boum patatras... A l’ancienne... Les masques dans la poche. Et prosit !... Pour le plus grand bonheur du COVID. On a dit qu’il avait été créé en Chine. Mais nous on pense que c’est plutôt en France : il aime trop trainer à la buvette !

L’absence de spectateurs aura cependant contenté certains joueurs. Ceux qui adorent évoluer dans les cimetières ou les cathédrales. Pour mieux se concentrer sur le silence de leur jeu triste. Mais d’autres athlètes en auront souffert. Notamment ceux qui ont besoin de l’électricité de la foule, qui s’auto-alimentent des vivas! et des olés! du public, et qui vampirisent les encouragements. Pour mieux mettre à mort leur adversaire du jour. Cette absence de spectateurs dans les salles aura été préjudiciable au show et à l’effet attractif et séducteur du spectacle proposé. C’est aussi pour ça qu’on se casse le tronc. No fumi, no party = No spectateur, no ferveur.

Une salle de ping en proBay durant la saison 2020/2021

Une salle de ping en proBay durant la saison 2020/2021

Le seul point positif aura été le fait que tous les clubs sans exception se sont mis au Facebook-live, un peu contraint, pour mieux faire partager et diffuser l’intensité des rencontres. Avec même pour certains perfectionnistes l’incrustation du score en live, et l’apport de commentateurs. Toujours avec l’objectif inatteignable d’égaler les maîtres chartrains, auteurs de retransmissions et de débrief post-matchs d'une qualité stratosphérique, dignes du Superbowl… Espérons que cette couverture médiatique perdurera dans les saisons à venir ! Elle permet aux supporters lointains, et parfois au-delà des mers, de suivre les rencontres. Pour l’image et la renommée de la discipline, c’est bieng.

Une journée de proBay l'an prochain

Une journée de proBay l'an prochain

Les pépites de la proBAY

Dans la droite ligne de leurs déjà excellents résultats de l’an dernier nous avons :

Irvin BERTRAND (n°83, Chartres) : 17 matchs joués, 82% de victoires, 8 perfs, 57% de perfs sur les matchs joués

Lilian BARDET (n°79, Tours) : 21 matchs joués, 67% de victoires, 6  perfs, 43% de perfs sur les matchs gagnés

Jules ROLLAND (n°61, Thorigné) : 12 matchs joués, 67% de victoires, 5 perfs, 63% de perfs sur les matchs gagnés

Esteban DORR (n°67, Metz) : 22 matchs joués, 55% de victoires, 6 perfs, 50% de perfs sur le matchs gagnés

Dorian ZHENG (n°111, Miramas) : 22 matchs joués, 45% de victoires, 8 perfs, 90% de perfs sur les matchs gagnés

Léo DE NODREST (n°62, Thorigné) : 11 matchs joués, 55% de victoires, 2 perfs, 33% de perfs sur matchs gagnés

Florian BOURRASSAUD (n°95, Metz) : 18 matchs joués, 39% de victoires, 7 perfs, 100% de perfs sur les matchs gagnés

Oui, on peut le dire, les jeunes français se débrouillent plutôt pas mal en proB!

LE BILAN DE LA SAISON 2020/2021 EN PROB

L’équipe qui fait peur

Sans aucun doute MIRAMAS. L’équipe qui file tout autant les jetons que de l’urticaire à tous les joueurs. En cause, des styles atypiques mais redoutablement performants. Avec un He ZHIWEN au jeu toujours aussi dingue, malgré ses 114 ans (il ne boit pas d’eau au changement de set mais de l’élixir de jouvence et du formol) ; un ZHENG Jung revenu du diable vauvert à son meilleur niveau ; et un Dorian ZHENG explosif. Ils auront réussi l’exploit de battre les leaders CHARTRES (3/1), et les 3ème THORIGNE (3/1). Ne s’inclinant que deux fois 3/2 contre les seconds ROANNE et les 4ème AMIENS. Ils finissent à une très belle 5ème place avec 9 victoires pour 9 défaites.

Le comité d’accueil à la porte des Enfers du ping

Le comité d’accueil à la porte des Enfers du ping

Les amiénois

Le bilan de l’équipe

Une très belle saison pour les amiénois. Tout à fait correcte avec 67% de triomphes (12 victoires pour 6 défaites). Une phase tout de même de chatteux avec 7 victoires amiénoises à l’arrache 3/2 (contre Tours, Miramas x2, Argentan, Issy, Thorigné, Metz) pour une seule défaite 3/2 contre Argentan. Des différences qui auront été faites sur le double final: témoin officiel du bon esprit et de la bonne entente entre les joueurs; et officieusement en rapport avec une belle complémentarité de tous nos droitiers avec notre excellent gaucher Grégoire JEAN, titulaire lui d’un master II dans l’exercice doublesque.

Mais heureusement que la saison s’achevait car petit essoufflement côté amiénois et point de côté à partir d’avril. Avec trois défaites sur les 4 derniers matchs. Dont une belle contre-performance avec une défaite 3/1 contre NANTES. Après, objectivement, pas trop de regrets non plus contre les premiers : CHARTRES nous aura dérouillé deux fois, 3/0 et 3/1 ; et ROANNE deux fois 3/0. Bon… C’est net. Même si les matchs auront été accrochés. AMIENS aura au final était fort avec les faibles, et faible avec les forts. Une belle attitude de fourbes, ça. C’est aussi ça qu’on aime dans le tennis de table.

Le bilan individuel

Grégoire JEAN (n°65, 18 matchs joués, 50% de victoires, 3 perfs, 3 contres)  : Une très bonne saison. Toujours concentré et très impliqué. Solide, fiable. Il dit qu’il vient du Sud de la France et de Montpellier. Mais pour nous, c’est sûr, il a forcément des origines allemandes. Son vrai nom c’est forcément Gregor JOHANN : La Deutsch Qualität.

Horacio CIFUENTES (n°48, 22 matchs joués, 55% de victoires, 2 perfs, 7 contres) : El pequeno, le petit. Mais grand par le talent et le potentiel. Encore un certain manque d’expérience, mais l’an prochain il aura grandi. Le jeune chien fou se sera transformé en pitbull impitoyable : Hori, le dogue argentin amiénois.

Tomi LAKATOS (n°35, 16 matchs joués, 50% de victoires, 0 perf, 8 contres): Aura mal digéré son Covid du mois de septembre. Avec depuis, des coups de pompe. Et parfois à côté des siennes. Des absences. Parfois un petit manque d’investissement, et un peu trop Lacalmos sur certains matchs... Devra donc se faire violence cet été pour retourner à la mine puis au charbon et retrouver son meilleur niveau. Il le peut ; maintenant il faut qu’il le veut (oui on sait, normalement on aurait dû écrire  « veuille ». Mais ça ne rimait pas).

Jesus CANTERO (n°47, 11 matchs joués, 36% de victoires, 1 perf, 5 contres) : Beaucoup de casquettes désormais pour le fier ibérique : directeur de centre, coach, joueur, père de famille, padre de l’équipe… Mais un déficit de confiance en début de saison. Et un pouce hypersollicité, à force de mettre des like à tout le monde. Et de jouer à la Play Station avec Horacio. Usé, se l’est fracturé au tournoi de qualification olympique où il avait montré son meilleur visage, avec des perfs de niveau mondial. Devrait avoir consolidé pour septembre. Et reviendra gonflé à bloc. Avec un pouce gauche lui, enfin dégonflé.

 

Dream team

Dream team

La saison prochaine

Difficile de se projeter, les recrutements pourront courir jusqu’au mois d’août et les compositions de nombre d’équipes sont encore incertaines.

Le montant de N1 ne sera connu qu’au soir du 6 juin, à la fin des play-off à 7 équipes, si le CREPS de Bourges ne se transforme pas d’ici là en palais du COVID.

L’équipe d’ISTRES, descendant de proA viendra elle grossir les rangs de la proB, c'est acté.

Mais c’est l’équipe de TOURS qui a déjà frappé un grand coup de poing sur la table de ping! En ayant d’ores et déjà annoncé la couleur en recrutant deux joueurs de niveau proA : l’ex Istréen Enzo ANGLES (n°39) et l’ex villeneuvois et ukrainien Yehven PRYSCHEPA (n°53). Ils arrivent en terre tourangelle pour enquiller les victoires et monter à l’étage supérieur. Et certainement pas pour faire des crêpes. C’est certain. Gros combat donc en perspective avec ROANNE qui conserve le même effectif (Harmeet DESAI-Martin ALLEGRO-Ibrahima DIAW), en comptant sur l’arrivée d’un jeune joueur belge, talentueux et prometteur, Louis LAFFINEUR.

L’équipe amiénoise restera, elle, à l’identique. Avec toujours le même objectif : maintien. Espérant finir dans le top 5. Préférentiellement du haut de la poule. Plutôt que le taupe 5 du bas de la division…Mais bon, la tâche sera rude. Car l’an prochain, tout le monde aura pris une année supplémentaire. D’expérience pour les uns ; et pour les autres de dépôts athéromateux dans les artères, de surcharges lipidiques dans le gras du bide, et d’accumulation d’arthrose dans les articulations. Il faudra encore bien s’arracher. Obligé.

Au bout du chemin, quelque part en Tourraine, c’est la proA

Au bout du chemin, quelque part en Tourraine, c’est la proA

L’avenir

Des systèmes différents en proA et en proB

 Il n’aura échappé à personne que la proA garçons fonctionne sur un mode de compétition différent de la proB (double en proB le leader jouant deux simples ; pas de double en proA, les n°1 et 2 jouant deux simples). Sans parler de la proA dames avec un système de poules puis de play off.

Il conviendra d’homogénéiser cela rapidement maintenant. La période d’essai de un an de ces 2 systèmes est maintenant largement dépassée et périmée. Homogénéisons. Pour la lisibilité de la discipline notamment par les partenaires et médias. Et pour son attractivité.

La durée des rencontres

Les rencontres sont souvent trop longues. Des JA s’endorment, des spectateurs décèdent de vieillesse. Les solutions ?

- Limiter les rencontres à 4 matchs en supprimant le double ? Cela permettrait de nouveau des matchs nuls, mais pourquoi pas. Comme effet pervers, cela faciliterait le maintien des équipes n’ayant recruté qu’un tueur avec deux trompettes, avec au minimum 2 points d’enquillés à chaque fois par le leader. Mais, bon, finalement c’est déjà un peu le cas actuellement.

- Passer à deux sets gagnants au lieu de 3 ? Mais avec le risque de dénaturer la discipline.
- Passer à une belle en 6 points ? Comme expérimenté en coupe d’Europe : pas mal au demeurant, ça remet du peps dans la dernière manche, tout en la raccourcissant. Mais pareil, pour certains ça dénature la discipline.

- Surtout accélérer le temps de jeu en limitant le temps pris par les joueurs entre deux points ! La parade : leur  coller des électrodes sur les testicules, que l’arbitre pourra électriser en appuyant sur un bouton si le temps imparti est dépassé. Voilà, avec nous pas de problèmes. Que des solutions...

Des play off en proB

Neuf matchs à domicile, sur toute une année, c’est bien peu pour les supporters et les adhérents des clubs. Une manière simple et attractive d’augmenter le nombre de matchs serait de terminer la saison sur des play-off montant et descendant, dans un tableau final fonction du classement de la saison régulière. Et en matchs aller et retour. Avec à la clé une intensité et une ferveur sans pareil dans les clubs, qui joueraient leur (sur)vie sur des matchs couperets.

Le (non) brassage

Une montée, une descente, en proA et en proB. On respecte à la lettre la distanciation sociale dans les ligues professionnelles. Quasi fermées. Un peu d’air et d’oxygène, bref de ventilation, seraient les bienvenus. Avec deux montées et deux descentes. Ce qui au passage entrebaillerait la porte à un club supplémentaire de N1 (toujours une montée pour 32 clubs chez les gueux de la Hénain).

Le système de comptage des points

Tous les points gagnés, et donc chaque match remporté, comptent. Ce qui limite le risque de choix des rencontres, pouvant conduire à balancer les matchs injouables « contre les plus forts » pour au contraire mieux blinder et se concentrer « contre les plus faibles », notamment pour assurer le maintien. Et c’est plutôt bien. Mais il n’y a de ce fait pas de prime à la victoire. Un petit +1 point en cas de triomphe serait peut-être intéressant. Mais notons que le système actuel fait que les écarts sont de fait, très durs à creuser. Toutes les équipes restent au contact. Ce qui donne un championnat serré. Et au final intense et plutôt intéressant.

L’allongement de la liste des joueurs pro

C’est acté. La liste s’allonge. Comme le nez de Pinocchio. Elle passera à 5 ou 6 joueurs au lieu de 4. Espérons qu’on leur fera alors à tous des contrats professionnels salariés. En tout cas très bon pour attirer des joueurs dans un club en leur faisant miroiter le miroir aux alouettes de la pro. Les équipes de N1 à N3 adverses n’auront ainsi pas fini de voir débouler des joueurs professionnels, pour leur plus grand bonheur. Ça aussi, un mélange des genres, professionnel et amateur, souvent choquant. Qu’on ne dise pas que c’est pour faire jouer les n°4/5/6 de l’équipe pro. Car ils peuvent tout à fait jouer. Mais en pro. Ils y ont leur place. Et s’ils ne l’ont pas, ou n’y évoluent pas régulièrement, et bien c’est qu’ils n’ont pas grand-chose à faire sur la liste.

 Autre effet néfaste de cet allongement du nombre de joueurs : en fin de saison, une fois le maintien acquis, cette liste à la Prévert pourra laisser la place à la foire à la saucisse, avec l’arrivée d’équipes non pas de titulaires, mais de remplaçants. Cela permettra en tout cas de laisser des points aux amis en difficulté, en toute bonne foi. Excellent pour le spectacle et la promotion de la discipline. On s’en délecte d’avance. Surtout après avoir communiqué sur le gros match à venir, quand on verra arriver non pas l’équipe des Avengers mais celle des Marx brothers.

Les nouvelles compétitions internationales

Elle est peut-être là la principale menace pour le championnat par équipes. La refonte des compétitions internationales et l’émergence de nouvelles épreuves WTT con-tender. Oui en deux mots. C’est tout ce qu’elles méritent... Avec comble de l’hérésie, à la clé, la suppression des Championnats du Monde individuels. Pitié… On aura vécu ça. Un sport sans Champion du Monde.. C’est un monde sans Jan-Owe WALDNER, Jean-Philippe GATIEN, WANG Liqin et autre MA Long. Bref un monde pongiste qui ne vaut pas d’être vécu…

Mais l’efflorescence de ces nouvelles compétitions internationales sur un mode tennis, mais sans son environnement économique partenarial et médiatique à part peut-être  ponctuellement en Asie :  on risque quand même à terme le crash au ping. Avec des compéts de 1ère, 2ème, 3ème et 4ème zone. Qui seront à priori très rémunératrices pour les meilleurs joueurs. Et qui vont les mobiliser presque à plein temps. Ils déserteront alors les championnats traditionnels ou n’y feront que des apparitions en « guests ». Le brésilien Hugo CALDERANO a déjà lancé la mode en s’engageant dans un club russe pour n’y jouer que la ligue des champions et de rares week-ends de championnat.

Il sera également très compliqué de trouver des créneaux libres dans le lourd planning ITTF/WTT pour y glisser le petit championnat professionnel. Compliqué aussi de recruter des joueurs stars. Ou alors s’en foutre et n’engager que des joueurs retirés du circuit international. Mais dommage pour l’image, le show, le spectacle et le prestige.

Bref, à suivre. C’est encore flou. Mais à priori pas très engageant.

Puisse la proBAY y survivre.

Et survivre encore longtemps…

 

L’avenir fumeux et brumeux de la proBay

L’avenir fumeux et brumeux de la proBay

Le Best of amiénois en proB et en images cette saison :

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 12:13

Vendredi 21 mai 2021. Dernier match de la saison à domicile, pour clore en beauté cette saison contre ROANNE, second du classement, et jouant encore la montée en proA.

Mais bon, ça c’était sur le programme.

Car ça aura surtout été la journée des déconvenues et de la soupe à la grimace. Pour tous:

-  les Amiénois, tout d’abord, dérouillés sèchement, 3/0 ;

- puis pour les Roannais, la victoire de Chartres contre Thorigné leur soufflant la première place et la montée en proA. Pour un point. Damned, la terrible malédiction dite de Poulidor.

Mais bon, au final, une belle soirée tout de même. Avec du fight, du gros point, du combat.

Et des pâtes carbonara pour réconcilier tout le monde. Surtout les estomacs, un peu noués en début d’après midi des présidents Roannais Yannick BERTHIER et Marcel LIVET. Et qu’on prendra de nouveau plaisir à rassasier l’an prochain !

Le public, en voie de déconfinement, se sera également régalé.

La jauge à 35% : check.

Les masques : check.

La feuille d’émargement : check.  

Le lavage des mains à la solution hydro-alcoolique : check.

La distanciation sociale : ….

Mais bon, comment en vouloir à l’être humain. Cet être grégaire, d’échanges, et de contact social. C’est tout de même grâce à ça qu’on s’est sorti de la préhistoire et du Moyen âge. Et qu’on se sortira un jour des picots longs et des anti-tops.

Peut-être dés la saison prochaine. Oui, on a aussi le droit de rêver…

Rendez-vous en tout cas en septembre, tous vaccinés et décovidés, pour de nouvelles aventures en proBAY !

 

Les ROANNAIS

Ibrahima DIAW (n°55) (1 victoire) : La puissance. Et la maîtrise. Une publicité pour Pirelli à lui tout seul. Aura donc roulé sur Tomi LAKATOS, notamment à la belle. Pour une belle victoire, pneumatique, 3/2.

Martin ALLEGRO (n°29) (1 victoire) : Aura attendu avec impatience l’ouverture du fût de bière en fin de rencontre : Wallon un jour, wallon toujours. Mais dans l’intervalle aura livré un grand match contre Horacio CIFUENTES. Et victoire houblonnée 3/2.

Harmeet DESAI (n°47) (1 victoire) : Le Taj Mahal roannais. Impressionné, Grégoire JEAN n’aura pu que constater qu’il était grand, imposant, et ultra-solide. N’aura d’ailleurs pas eu le temps d’en faire le tour. Et victoire, persane, 3/1.

 

Les AMIENOIS

Tomi LAKATOS (n°36) (0 victoire) : Toujours sur courant alternatif. Passe du 12 volts à du 220V en l’espace de deux balles. Arnaud SELLIER va finir par le faire jouer dans une cage de FARADAY. Mais ce jour, Ibrahima DIAW l’aura finalement court-circuité. Et défaite, les plombs fondus, 3/2.

Horacio CIFUENTES (n°48) (0 victoire) : Commence tout doucement à remonter du puits de décompression dans lequel il barbotait depuis sa magnifique qualification olympique du mois dernier. Mais le puisatier ALLEGRO, sans pitié, lui aura rebalancé trois seaux d’eau sur la tête. Et défaite, de nouveau au fond du trou, 3/2.

Grégoire JEAN (n°65) (0 victoire) : Entré salle Labaume comme dans une forêt du Bengale. Tous les sens aux aguets. Et la raquette à la main. Pour chasser le tigre DESAI. Bon, ça aura mal tourné... On n’aura retrouvé qu’une manche, ensanglantée, de son maillot Cornilleau et un petit morceau de bandana. Et défaite 3/1.

Michael SPIELBERG-ZAKRZEWSKI : Auteur d’une retransmission de la rencontre sur Youtube, de très grande qualité, HD, avec un live scoring incrusté. Aura mis en PLS tout BeinSport et Canal+ ! Elle était là la plus grande performance de la soirée !

Arnaud SELLIER (rhabillé pour la rentrée) : Le choix du nouveau maillot Cornilleau amiénois, bleu-blanc-rose, et LGBT-friendly, c’est lui. Enfin, surtout pour être raccord avec les couleurs de sa nouvelle paire de baskets...A quoi ça tient... Mais bon, résultat, l’an prochain, en fin de saison, on devra aussi défiler sur un char à la marche des Fiertés-Gay Pride parisienne.

 

Un coach heureux avec ses nouvelles couleurs. Et des joueurs qui peinent à cacher leur joie.

Un coach heureux avec ses nouvelles couleurs. Et des joueurs qui peinent à cacher leur joie.

La feuille de match:

AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE vs ROANNE (0/3). J18 de la saison 2020/2021 de proB.

Le classement final:

AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE vs ROANNE (0/3). J18 de la saison 2020/2021 de proB.
Partager cet article
Repost0
19 mai 2021 3 19 /05 /mai /2021 12:32

Mardi 18 juin 2021, avant dernière journée du championnat de proB et déplacement à Nantes. Avec l’objectif d’une victoire pour rester sur le podium de la proB.

Mais il pleuvait sur Nantes ce jour là Barbara.

Donne moi la main,

Le ciel de Nantes, rend mon coeur chagrin.

Car il a plu aussi dans nos petits myocardes, et dans nos têtes : défaite 3/1.

Avec un Horacio resté dans les nuages argentins de sa qualification olympique. Et un Tomi comme encore souvent, dans la lune.

Bravo encore aux Nantais pour leur accueil, leur envie, et leur détermination. Ils iront chercher vendredi leur maintien à Issy Les Moulineaux. Le match de la peur, le match de l’honneur.

Côté amiénois, il va falloir se ressaisir très vite car vendredi déboulent à Amiens les tigres Roannais. Bien décidés à nous déchiqueter et à nous dévorer tout cru.

Les Nantais

Julien PIETROPAOLI  (1 victoire): Rebelle aux normes gouvernementales, aura rouvert sa terrasse avec un jour d’avance, le 18 mai au soir, au lieu du 19. Aura donc ce mardi servi de la prune, de la tatane, de la moujette, et surtout du rêve au public Nantais. Avec une belle victoire 3/1 sur Horacio CIFUENTES.

Paul GAUZY (1 victoire) : Passé par le purgatoire dans son premier match contre Grégoire JEAN, avec une défaite 3/0. Aura fait un retour gagnant d’anthologie dans sa deuxième rencontre contre Horacio CIFUENTES, avec une belle victoire 3/2. Le talent est toujours là : couché d’entrée sur la liste des 26 nantais. Il est là Karim Ben GAUZY !

Mathieu De SAINTILAN (1 victoire) : Plus scintillant que saintilan ce mardi soir. Avec de la chope en  diamant, du service argenté, et du top éblouissant. Et très belle victoire, étincelante, 3/0 contre un Tomi LAKATOS, irradié. Qui aurait mieux fait de porter des lunettes de soleil et une combinaison ignifugée.

Les Amiénois

Horacio CIFUENTES (0 victoire) : Depuis le mois dernier et sa qualification pour les JO marche à un mètre du sol, au son des harpes et des chants des anges. Son esprit et sa raquette déjà tournés vers Tokyo. Mais ce soir, très dur et très rude retour sur terres du milieu impitoyable de la proB. Avec deux défaites 3/1 contre Julien PIETROPAOLI et 3/2 contre Paul GAUZY. Gros mal de crâne ce mercredi matin pour Hori. Mais ça va remonter sur le trapèze dès ce soir pour recharbonner et rebalancer du gros top spin !

Tomi LAKATOS (0 victoire): Quelques petits problèmes digestifs, mais encore plus sur la défense acharnée de Mathieu De SAINTILAN ce mardi soir. Gros mal de bide pongiste. N’aura donc pu régurgiter qu’une petite bouillie de ping-pong. Et lourde défaite 3/0.

Grégoire JEAN (1 victoire): Réouverture des galeries d’art ce 19 mai. Aura donc fait visiter en avant première à Paul GAUZY la sienne, avant l’accueil de tous les publics. Avec du service rentrant sculpté dans du marbre, du top spin ciselé au fusain, et du toucher de balle soyeux d’aquarelliste. Et belle victoire 3/0. Grégoire JEAN, profession : artiste.

Arnaud SELLIER (dépité): Va profiter de la ré-ouverture des commerces essentiels ce mercredi pour se racheter une dizaine de slips et une paire d’ongles : indispensables pour juguler le stress du coaching des amiénois.

Le roi Grég et ses sujets

Le roi Grég et ses sujets

La feuille de match: 

NANTES vs AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE (3/1), J17 de la saison 2020/2021 de proB, le mardi 18 mai 2021
Partager cet article
Repost0
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 20:03

Dimanche 18 avril, réception de THORIGNE FOUILLARD pour la 16ème journée du championnat de proB.

Comme pour le vin rouge le championnat commence à bien décanter. Et pour Amiens, il avait depuis la semaine dernière un petit goût de piquette. Oui, ça a un peu tourné au vinaigre dimanche dernier : suite à la défaite contre CHARTRES 3/1, l’équipe amiénoise maintenant définitivement distancées par CHARTRES et ROANNE pour l’accession aux vignes de la proA.

Mais ce jour un match contre THORIGNE pour l’honneur de rester sur le podium et le 3ème tonneau de la proB.   

Et cet après midi ça n’aura pas été un fond de cubi La Villageoise mais une grande rasade de Château Petrus 1982: victoire 3/0 !!!

La médaille de bronze n’est plus très loin.

Retour aux affaires le mois prochain : le 18 mai à NANTES (qui se refait un peu plus le flacon, et la cerise à chaque match) ; puis le 21 mai, dernier match à la maison, pour la réception de ROANNE (et pour peut-être jouer une petite finale pour l'accession à la proA, dans leur duel à distance avec  CHARTRES).

Les Thoréfoléens

Jules ROLLAND (n°61) (0 victoire): Comme sur le vaccinodrome quand au dernier moment le gars devant toi chope la dernière dose de PFIZER.  Est ainsi venu mourir 11/9 à la belle contre Tomi LAKATOS. Pas vacciné donc. Mais très gros match malgré la défaite 3/2.

Léo DE NODREST (n°62) (0 victoire) : Jesus aura trempé ses balles directement dans le MODERNA pour lui mettre des grosses claquettes. Sur le torse et les cuisses. Vacciné donc. Mais à vif. Et défaite 3/1.

Noshad ALAMYIAN (n°29) (0 victoire) : Arrivé avec ses seringues d’ASTRA ZENECA. Mais le docteur JEAN, un peu fourbe, lui aura injecté direct la double dose dans le bras gauche. Celui qui tient sa raquette. Forcément... Résultat : le muscle deltoïde endolori, et montée en température. Un Noshad un peu fébrile et meurtri. Et défaite 3/2.

Les Amiénois

Grégoire JEAN (1 victoire) : Dès la fin de son match, Arnaud SELLIER aura pris l’empreinte de sa main gauche. Et une mèche de cheveu, en guise d’ADN. Si un jour les techniques de clonage sont au point, il aura une bonne base de travail pour produire du grand joueur. Big match ce jour. Et très belle victoire 3/2 contre Noshad ALAMYIAN.

Tomi LAKATOS (1 victoire) : Parti la semaine dernière s’entraîner en Espagne chez Jesus.  Devenu donc un nouveau disciple. Contre lui Jules ROLLAND n’aura pourtant pas mangé que de l’hostie. Mais une longue liturgie de tops frappés revers. Beau match de Tomi, évangélique. Et victoire 3/2.

Jesus CANTERO (1 victoire) : Contre Léo DE NODREST aura joué son premier set salle LABAUME. Le second, salle LA BIM ! Le troisième, salle L’abyme. Et le dernier, salle LABOUM !!! Et belle victoire 3/1 de Jesus.

Horacio CIFUENTES (qualifié olympique) : Auteur d’un incroyable tournoi à Rosario en Argentine la semaine dernière pour décrocher sa qualif aux JO. Aura montré la voie à ses partenaires. Et comment  planer sur ses adversaires. Muchas gracias Horacio.

Horacio CIFUENTES, le nouveau Christ de Rosario: notre lumière.

Horacio CIFUENTES, le nouveau Christ de Rosario: notre lumière.

La feuille de match

AMIENS vs THORIGNE FOUILLARD, 3/0. J16 de la 2ème phase 2020-2021 de proB

Le classement

AMIENS vs THORIGNE FOUILLARD, 3/0. J16 de la 2ème phase 2020-2021 de proB
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche