Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 07:41

Samedi 10 mars, 4ème journée de la seconde phase 2017/2018. Et réception de l’équipe de Boulogne. Mais à peine sortis de leur bois, les joueurs de Paname se seront fait tronçonner par les bûcherons de la salle Labaume : victoire amiénoise 8/4 !

Mais très bon, très beau, et très gros niveau cet après-midi. Du fight et du bel échange à foison.

C’est ça qu’on aime !

Dans 15 jours, enchaînement avec un déplacement périlleux à Tours.

Surtout prendre soin de ne pas se faire déchiqueter en Indre et Loir. Car les joueurs tourangeaux commencent déjà à faire des ronds, hauts dans le ciel. Prudence… Ne devenons pas leurs proies.

Car on sait ce que vaut Tours.

Les parisiens

WANG Chen n°127 (1 victoire): Du gros combat, en dolby stéréo sur Julien INDEHERBERG : du bon Chen Hifi, et victoire 3/1. Puis coup de pompe et sortie de route sur Michal OBESLO. Finira crevé 3/1 : chen de vélo.

Hugo BATOCHI n°149 (1 victoire, + double) : Toutes voiles dehors contre Julien INDEHERBERG, et victoire 3/1. Mais percussion de l’iceberg OBESLO ensuite (défaite 3/1). Puis le destin du Titanic sur Clément CHOBEAU, avec une défaite 3/1. Et le BATOCCHI coule...

Alexis MOMMESSIN n°172 (1 victoire, + double) : Le parichien contre Clément CHOBEAU. N’aura rien lâché, avec à la clé une belle victoire 3/1. Mais Yannick VOSTES puis Michal OBESLO finiront par lui limer les dents, et dompter le pitbull boulonnais. Pour le renvoyer à sa niche, avec deux défaites 3/1. Mais gros niveau tout l’après -midi.

Louis REUSEAU n°464 (0 victoire) : Contre le chêne VOSTES, le Reuseau Louis aura commencé par plier. Avec une défaite 3/1. Avant de se faire arracher par l’amateur de fables, Clément DELAFONTAINE-CHOBEAU (nouvelle défaite 3/1).

Les amiénois

Michal OBESLO n°46 (3 victoires + double) : Encore un match parfait pour Michal avec 3 victoires + double : 3/0 contre Hugo BATOCCHI, puis 3/1 contre Chen WANG et Alexis MOMMESSIN. En mode Champs Elysées et les rendez-vous du dimanche. Le gendre idéal : le Michal DRUCKER de la salle Labaume

Yannick VOSTES n°71 (2 victoires) : Le VOSTES d’argent depuis son titre le week-end dernier de Vice Champion de Belgique 2018. Aura pourtant aujourd’hui brillé comme l’or contre Louis REUSEAU (victoire 3/1), puis Alexis MOMMESSIN (victoire 3/1). Yannick, le nouvel orfèvre de la salle Labaume

Clément CHOBEAU n°147 (2 victoires + double) : En mode PSG sur son premier match contre Alexis MOMMESSIN (défaite 3/1). Avant de replacer MODRIK au milieu de terrain pour Réaldemadrider Louis REUSEAU (victoire 3/1), puis Hugo BATOCCHI (victoire 3/0).

Julien INDEHERBERG n°122 (0 victoire) : Le Neymar de l’épaule gauche ce samedi après-midi. Mais, malgré la douleur, de bons matchs contre Wang CHEN et Hugo BATOCCHI (défaites 3/1 et 3/2). Aimerait bien lui aussi se faire rapatrier au Brésil dans la semaine, pour se faire masser sur les plages de Copacabana.

Carré magique

Carré magique

Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 07:59
J3 de la 2ème phase 2017/2018 Nationale 1: les résultats des autres équipes de la poule C
J3 de la 2ème phase 2017/2018 Nationale 1: les résultats des autres équipes de la poule C
J3 de la 2ème phase 2017/2018 Nationale 1: les résultats des autres équipes de la poule C
Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 07:46

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 07:33

Samedi 17 février : troisième journée de la seconde phase du championnat de nationale 1. Et déplacement à Saint Quentin.  Pour rencontrer une équipe picarde, distante de moins de 100 kilomètres : la définition même du derby, enfin, d’après whiskypédia .

« Et ouais, Euch derby, min tchiot fiu !!! »

Mais lors de ce match fratricide, ça parlait tchèque, anglais, russe, portugais, wallon. Et picard quand même.  Réconfortant quand même de voir que, bien qu’engloutie, phagocytée, en cours de digestion et d’effacement suite à la fusion dans les Hauts de France, la Picardie s’est ouverte sur le monde.

Oui Charles 2 Goals : « La Picardie outragée, la Picardie brisée, la Picardie martyrisée…Oui mais la Picardie libérée !!! ». Pour construire l’Europe, et l’avenir, il suffit juste, en fait de s’inspirer des clubs de ping-pong comme modèle.

Et donc, dans ce match polyglotte, Amiens s’impose finalement 8/3.

 Contre une bonne équipe saint-quentinoise, très homogène. Un match plus serré et plus âpre que le score ne le laisse supposer. Avec quatre matchs gagnés à la belle pour un seul perdu en 5 sets côté amiénois.

Rendez-vous dans 15 jours à la maison, le 10 mars, contre Boulogne Billancourt.

En espérant rester sur la même lancée.

Les saint-quentinois

Clément DROP n°135 (0 victoire) : Attire le beau jeu comme Lemmy KILMISTER le métal : le clément magnétique. Mais panne d’électrons aujourd’hui. Et déboussolé par Michal OBESLO (3/0), Yannick VOSTES (3/1) et Clément CHOBEAU (3/1).

Gaëtan SWARTENBROUCKX n°158 (1 victoire + double): Le wallon de rugby contre Julien INDEHERBERG. Avec un beau cadrage débordement pour effacer 3 balles de match. Et l’emporter sur la ligne 3/2. Puis gonflé à bloc contre Clément CHOBEAU. Avant d’éclater 3/2 : le wallon de baudruche.

Emilien BOURDON n°165 (1 victoire) : Plus frelon que bourdon cet après-midi. Aura d’entrée piqué  Clément CHOBEAU, victime d’un gros choc anaphylactique, 3/1. Avant de se prendre un coup de bombe insecticide par Julien INDEHERBERG (défaite 3/2). Puis de finir écraser par les coups de torchon de Michal OBESLO (défaite 3/2).

Vitaly EFIMOV n°257 (0 victoire + double): La même réussite qu’un descendeur français aux JO d’hiver ce jour : aura raté une porte sur Yannick VOSTES (défaite 3/0). Avant de déchausser 3/0 sur Michal OBESLO.

Les amiénois

Michal OBESLO (n°46) (2 victoires + 1 victoire après délai) : Aura passé l’après midi à repeindre le plafond de la chapelle sixtine saint-quentinoise aux couleurs du sol. Mais avec le sang et les viscères de Clément DROP (3/0), Vitaly EFIMOV (3/0) puis Emilien BOURDON (3/2). Le Michal ANGE amiénois.

Yannick VOSTES (n°71) (2 victoires + double): Après sa victoire, et son déchiquetage, 3/0 contre Vitaly EFIMOV, Yannick a quitté la peau du lion pour enfiler celle du chasseur. Et c’est peut-être lié à son flegme désormais si britannique, mais monsieur VOSTES nous arrache toujours des larmes quand il tire DROP. Avec une victoire 3/1 contre Clément (aussi tirée par les cheveux que ce jeu de mots so british).

Clément CHOBEAU (n°147) (2 victoires): Un protocole commotion d’entrée sur Emilien BOURDON (défaite 3/1). Puis une fois sorti du coma aura fait la loi en touche, malgré les 2 mètres de Gaëtan SWARTENBROUCKX  (victoire 3/2). Avant de passer un DROP à l’ultime seconde, dans le match des Cléments (victoire 3/1).

Julien INDEHERBERG (n°122) (1 victoire + double) : Après avoir bien fait mijoter Gaëtan SWARTENBROUCKX, petite désillusion après avoir mené 10/8 puis 11/10 à la belle. Le soufflé qui s’effondre. Et cruelle défaite 3/2. Mais le mitron Julien s’est ensuite formidablement ressaisi. Et est retourné aux fourneaux, en s’arrachant de nouveau l’articulation acromio-claviculaire, et le reste aussi. Pour s’imposer au courage et à l’énergie contre Emilien BOURDON (victoire 3/2). Très bel hommage à l’épaule BOCUSE.

Lionel LARUELLE (supporter-photographe) : Aura renoncé à un 0/0 au stade de la Licorne entre Amiens et Toulouse, pour un 8/3 à Saint-Quentin pour l’ASTT. Bon choix ! Et encore merci pour le soutien !

 

Le club des 5.

Le club des 5.

Partager cet article
Repost0
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 08:25
J2 Phase 2 2017/2018: les résultats des autres équipes de la poule C
J2 Phase 2 2017/2018: les résultats des autres équipes de la poule C
J2 Phase 2 2017/2018: les résultats des autres équipes de la poule C
Partager cet article
Repost0
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 00:07

Samedi 3 février 2018. Seconde journée de la deuxième phase du championnat de Nationale 1.

Et réception de LA TRONCHE-MEYLAN-GRENOBLE.

Avec des isérois descendus en rappel des Alpes, jusque dans la vallée samarienne. Et arrivés à Amiens après 700 km en traineau. Mais petite erreur d’aiguillage et drame de la montagne: c’est en fait l’équipe de N3 grenobloise qui se sera présentée salle Labaume.  Et pas l’équipe de N1, avec la disparition des trois leaders de la Tronche : KHEROUF, BEN YAHIA et PERAL PARENT, probablement dans une crevasse.

Cueillis à froid, mais tout de même renforcés par leur capitaine Valentin FLORE, les grenoblois n’auront donc guère eu le temps de se réchauffer : Verglacés direct par les amiénois, 8/0.

Fin du match à 18h26. Tout le monde aura donc bien profité de l’apéro et des radiateurs du club-house. Heureusement, il reste deux semaines pour éliminer.

Avec un retour sur les pistes dans 15 jours contre les saint-quentinois.

Les grenoblois

Valentin FLORE n°369 (0 victoire) : Se sera bien battu, avec un joli tour de table contre Michal sur la balle de match.  Mais avec au final deux défaites contre Michal OBESLO et Julien INDEHERBERG (3/0). Mais quand Valentin met ses tripes sur la table, c'est vraiment le FLORE intestinal.

Gabriel GENESTOUT n°947 (0 victoire) : Plus une soirée GENESRIEN que GENESTOUT aujourd’hui. Avec deux défaites 3/0 contre Clément CHOBEAU et Yannick VOSTES.

Romain BLANCHET 1947 points (0 victoire) : Le héros du jour avec ses deux sets arrachés contre Julien INDEHERBERG et Michal OBESLO. Mais finira comme tous les isérois en mode Himalaya : les pieds et les mains gelés, réfrigéré par Michal et Julien (3/1 à deux reprises).

Adel DO NASCIMENTO SOBRAL 1804 point (0 victoire) : Un patronyme qui fleure bon le cigarillo cubain et la révolution. Clément CHOBEAU El Commandante et Yannick VOSTES Soy Capitan, lui auront donc fait danser deux fois la salsa devant la table (deux défaites 3/0).

Les amiénois

Michal OBESLO n°46 (2 victoires) : Le jour où l’ASC foot recevait Saint Etienne, aura rentré quelques coups francs directs contre Valentin FLORE (victoire 3/0), puis quelques passements de jambes contre Romain BLANCHET (victoire 3/0) : un grand Michal PLATINI.

Yannick VOSTES n°71 (2 victoires) : Du gâteau pour notre capitaine-pâtissier. Sur sa feuille de match aurait souhaité aligner contre la Tronche, deux cakes. Mais Benoît VAQUIER et Louis VANDEWOESTYNE n’étaient pas disponibles. A donc dû faire le boulot lui-même : en envoyant de l’éclair contre Adel DO NASCIMENTO SOBRAL (victoire 3/0). Puis de la tarte tatin contre Gabriel GENESTOUT (victoire 3/0).

Julien INDEHERBERG n°122 (2 victoires) : Une reprise en douleur contre Romain BLANCHET avec l’épaule toujours en vrac (victoire 3/1). Puis tout de même  l’épaule position contre Valentin FLORE, avec une belle victoire 3/0. Mais parfumée au camphre.

Clément CHOBEAU n°147 (2 victoires) : S’était déjà bien chauffé la semaine dernière avec quelques bastons dans les supermarchés pour se choper ses deux pots de Nutella journaliers. Est donc arrivé incandescent devant la table, avec une glycémie à 4 grammes .Et aura envoyé de l’huile de palme tout l’après-midi, avec deux victoires 3/0 contre Gabriel GENESTOUT et Adel DO NASCIMENTO SOBRAL.

Encore un grand Michal PLATINI ce samedi.

Encore un grand Michal PLATINI ce samedi.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 11:11
J1 2ème phase 2017/2018: les résultats des autres équipes de la poule
J1 2ème phase 2017/2018: les résultats des autres équipes de la poule
J1 2ème phase 2017/2018: les résultats des autres équipes de la poule
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 19:39

Viper soft, Rasant chaos, Curl P4, Piranja, Octopus, Grass D Tecs, Pistol, Killer pro… : seuls les vrais savent...

Des revêtements aux noms guerriers. Parfumés, et frottés au soufre.  Adoptés par tous ceux, qui comme le colonel KILGORE aiment l’odeur du picot (et accessoirement du napalm), au petit matin.

Des plaques cauchemardesques pour l’éphèbe, l’adepte du beau jeu, le Pierce BROSNAN du ping. Posé de l’autre côté de la table, avec ses deux backsides >2mm, souvent boostés et/ou gommés. Mais le vrai tricheur, le sous-joueur, le mother fucker, c’est forcément l’Autre : l’être vil et méprisable, aux plaques crénelées, chevelues, ou à la bordure en brosse.

Il n’est même pas digne du qualificatif d’adversaire. Il est juste le son of a Bitch avec des plaques de «….. » (oui, tous les synonymes de matière fécale que tu connais fonctionnent).

Il est vrai que monsieur Picot n’est pas là pour enflammer le dance-floor. La moyenne des échanges avec lui avoisine le 1,25. Le public durant ses matchs, reste assis, et somnole, l’œil torve, des bâillements dans la glotte. Car sa principale activité est de s’appuyer sur les effets et la vitesse impulsés par son adversaire du jour. Il neutralise. Il anesthésie. Il annihile. Il détruit... En fait il pratique un ping-pong très moche. Mais il le fait bien. Consciencieusement.

Un match contre lui c’est l’éternel recommencement : Caïn contre Abel, le combat du Bien contre le Mal, Bip-Bip contre le Coyote…

Mais alors, bon sang, pourquoi avoir créé ce type de revêtement ?  Et bien, mon petit monsieur, parce que tout le monde a droit à une seconde chance. Et pas seulement dans les films américains.

Car tout le monde a le droit de gagner des matchs au ping-pong. Même les petits,  même les gros. Et plus encore, même les petits gros. Car tout le monde ne naît pas avec une cicatrice en forme de Z sur le front droit, ni avec des lunettes cerclées sur le nez. Tout le monde n’est pas plongé par sa mère dans le Styx, tenu par le tendon d’Achille ; et plus rares encore sont ceux qui en ressortent avec le physique de Brad PITT.

Oui  tout le monde mérite de gagner des rencontres et des trophées au ping-pong. Surtout ceux à qui on n’a  pas trempé la main, ni le poignet, dans l’eau bénite, à la naissance.

Et c’est pour toutes ces raisons que des créateurs inspirés, que leurs détracteurs traiteront de machiavéliques et d’invertis (probablement des anglais), bref, des designers de génie, ont inventé des picots longs, mi-longs, des softs,  et des anti-tops.

Des types extraordinaires. Qui auraient pu, et dû, postuler au prix Nobel. Pour avoir redonné une nouvelle vie à tant de joueurs perdus.

Mais comme l’a déjà écrit Simone de BEAUVOIR, on ne naît pas picoteur. On le devient !

Ça commence, comme dans tous les mauvais contes de fée par deux backsides. Puis par un entraîneur qui va commencer par t’administrer des anti-épileptiques durant quelques semaines pour tenter, en vain, d’améliorer ta gestuelle désordonnée et inefficace. Après quelques mois, il  hésite encore à te faire entrer dans un SEGPA, à te réorienter vers le Mikado, ou à t’envoyer consulter dans un service de rééducation psycho-motrice.

Jusqu’à l’idée de génie. Le tir à trois points de la dernière chance : il t’envoie consulter un praticien. Mais coup de bol, c’est le docteur NEUBAUER !!!  Le doc te colle une de ses plaques magiques sur le revers, ou dans le coup droit. Ou des deux côtés. Dans les cas vraiment désespérés.

Et là, c’est le miracle.

Tu ne dépassais jamais 5 points. Et désormais, de manière extraordinaire, tu arrives à 11 avant ton adversaire. Comme dans un rêve.

Mais il te faut néanmoins apprivoiser cet outil du Diable, cette plaque de caoutchouc démoniaque. Bref, créer des liens avec elle. Comme le petit Prince avec le Renard. Car Antoine de SAINT-EXUPERY, ton premier entraineur te l’a dit : « Tu es un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et le picot n’a pas besoin de toi.. Mais si tu l’apprivoises, vous aurez alors besoin l’un de l’autre. Tu seras pour lui unique au monde. Et il sera pour toi unique au monde…».

C’est beau. C’est bien dit... On le savait déjà, l’essentiel est invisible pour les yeux. On ne voit bien qu’avec le cœur...Mais bref, il te faut désormais travailler. Et tu découvres que ta gestuelle de pantin désarticulé devient brutalement un atout. Ainsi que ta position d’attente de grenouille.

Tu explores également des pans entiers de la face noire de l’âme humaine. Et d’une discipline qui t’était jusqu’alors inconnue : la psychiatrie. Car tu remarques que tes adversaires se mettent à pleurer. A parler aux murs. A hurler même. Shootant les sépas, fracassant leur raquette contre la table. Tu deviens le Sigmund FREUD du bloc coupé, le Jacques  LACAN de la balle flottante et dégueulasse. Tu comprends que ces plaques magiques dévorent certes la balle, mais avant tout, et surtout, le cerveau de tes adversaires.

Tu commences alors à regarder des documentaires sur les araignées. Ces insectes supérieurs te fascinent désormais. Comme elles, tu te mets à tisser des toiles, lentement. Dans lesquelles tu attends que tes adversaires du jour viennent s’engluer, comme les papillons au printemps. Tu découvres la patience. Comme le crocodile tapi au fond de la mare. Tu détectes et analyses les failles du joueur d’en face. Tu appuies dessus, et tu t’engouffres lentement dans les béances et les trous noirs de sa technique pongiste, forcément imparfaite. Puis, une fois que ton adversaire a définitivement perdu la raison et son ping-pong, lentement tu t’approches. Pour mieux finir de lui aspirer la cervelle. Avec une paille.

Tu investis dans un serre-tête éponge. Et tu développes une seconde membrane tympanique, que tu actives à bon escient, pour ne plus entendre les insultes du joueur d’en face. Par contre ses pleurs et ses chialeries te galvanisent. Et te font jubiler... Tu portes de petites lunettes rondes, cerclées de métal. Que tu prends plaisir à te remonter sur le nez à chaque point gagnant. Et à essuyer dès que tu as pris 3 points d’avance. Pour laisser un peu plus de temps à ton adversaire pour mijoter et ruminer.

Tes mains deviennent moites. Tu commences à onduler devant la table comme un serpent. Chez les plus doués, des écailles peuvent même commencer à pousser sur la peau. Certains au stade ultime peuvent même se mettre à parler le fourchelangue. Mais là on frise alors la perfection…

 

Alors oui, c’est vrai, on l’admet volontiers, monsieur Picot n’est pas un créateur. Ni un esthète.

Sa technique est souvent sommaire. Primitive. Apprise en solitaire, comme un Robinson sur son île de détresse pongistique. Il utilise des plaques probablement préparées dans les cuisines des Enfers.

Mais remarque bien que grâce à elles, tous les physiques et tous les psychismes peuvent s’exprimer derrière une table de ping. Avec elles, tout le monde a sa chance.

Le picot c’est l’outil égalitaire par excellence. Un mix de travail, d’intelligence, de ténacité, de roublardise, et d’un peu de filsdeputerie… La quintessence du ping-pong en fait.

Leur présence est indispensable au paysage pongiste. Comme le Yin a besoin du Yang.

Monsieur Picot est le croque-mitaine. Il est là pour terroriser les enfants de moins de 50 ans. Il est même parfois leur pire cauchemar.... Mais il est tout à la fois la maladie, et le remède du beau jeu.

Car s’il est là pour permettre à tous les Tom CRUISE du top spin de briller et de flamber derrière la table.  Il est aussi là, souvent, et avant tout, pour dégonfler leurs poussées d’hydrocéphalie.

 

Allégorie: la lutte à mort du picot contre le backside

Allégorie: la lutte à mort du picot contre le backside

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 12:18

LE CALENDRIER DES AMIENOIS

Samedi 20 janvier 2018 : Déplacement à NIORT TT1

Samedi 3 février 2018 : Réception de LA TRONCHE MEYLAN GRENOBLE 1

Samedi 17 février 2018 : Déplacement à SAINT QUENTIN TT1

Samedi 10 mars 2018 : Réception de BOULOGNE BILLANCOURT AC2

Samedi 24 mars 2018: Déplacement à TOURS 4S TT2

Samedi 7 avril 2018: Déplacement au CREUSOT VARENNES UP1

Samedi 5 mai : 6/4 : Réception de ROANNE LOIRE NORD TT2

 

LES COMPOSITIONS PREVISIONNELLES DES EQUIPES ADVERSES

CREUSOT VARENNES UP1 (n°2 poule C N1)

Ioannis VLOTINOS n°73

Florian BOURASSAUD n°210

Xu CHEN n°243

Théophile DHOTEL n°281

Ionnais PAPADAKIS n°349

NIORT TT1 (n°3 poule C N1)

Simon SOULARD N°140

Guillermo MARTINEZ N°155

Alin Gabriel BOBONETE n°236

Gaetan RENAUDON n°264

Clément GIRET n°265

ST QUENTIN TT1 (n°4 poule C N1)

Clément DROP n°127

 SWARTENBROUCKX n°165

Emilien BOURDON n°179

Vitaly EFIMOV n°272

BOULOGNE BILLANCOURT AC2 (n°5 poule A N1)

WANG Chen n°109

Hugo BATOCHI n°161

Alexis MOMMESSIN n°201

Enrique MASSARO n°321

Louis REUSEAU n°583

ROANNE LOIRE NORD TT2 n°6 poule C N1

Jérôme BAHUAUD n°96

Nolan GIVONE n°141

Yan Feng FAN n°186

JuiliangWANG n°230

Antoine TISSANDIER n°750

TOURS 4S TT2 (montant de N2, 1er poule C)

Clément DEBRUYERES n°106

Nicolas GAUDELAS n°160

Lucas MOLAND n°170

Matthieu PIGNER n°173

Lucas RIGAULT n°262

LA TRONCHE MEYLAN GRENOBLE 1 (montant N2 1er poule G)

Sami KHEROUF n°238

Kerem BEN YAHIA n°246

Xavier PERAL PARENT n°270

Valentin FLORE n°369

Simon STALLA n°374

 

LES COMMENTAIRES

Une poule encore bien homogène pour cette seconde phase

Avec de nouveau, beaucoup d’équipes trapues.

Niveau déplacement, c’est forcément pire qu’en première phase. La chattoune ne dure jamais toute une saison : avec quatre déplacements à St Quentin (90 km), Tours (400 km), Le Creusot (450 km), et Niort (550 km). On reçoit Boulogne Billancourt (140 km), Roanne (550 km), Grenoble (775 km), en échappant quand même au déplacement à la montagne.

Aux points l’équipe amiénoise est favorite, composée de Michal OBESLO (n°51), Yannick VOSTES (n°74) Julien INDEHERBERG (n°111), et Clément CHOBEAU (n°158). Il faudra voir maintenant devant la table...

Avec de gros matchs en perspective contre Boulogne (J4), Tours (J5), Le Creusot (J6), et Roanne (J7): trois sur quatre à l’extérieur, vraiment pas verni. La roue tourne a définitivement routourné…

Mais bon, comme d’hab, prudence sur toutes les équipes. Il faudra être à fond sur tous les matchs. Car on est des habitués des sorties de route de deuxième phase…

Une deuxième partie de championnat passionnante en tout cas, en perspective.

Le vrai championnat de Hénain débute maintenant.

Le 21 janvier quand même.

Ou comme même

Si toi aussi tu fréquentes Facebook.

 

Les quat zamis

Les quat zamis

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 11:06

Michal OBESLO (n°51) : 10 matchs joués, 10 victoires, 0 défaite, 0 contre, 0 perf. 100% de victoires.

Notre lumière, notre lampe-torche dans l’obscurité des bas-fonds du championnat. Notre guide, notre leader. Bref notre Ché. Invaincu et impérial : le roi de la guérilla en Hénain.

Yannick VOSTES (n°74): 17 matchs joués, 16  victoires, 1 défaite, 1 contre, 0 perf. 96% de victoires. Notre capitaine, oh notre capitaine. Le John KEATING du top frappé. Le boucher du cercle des poètes disparus. Avec presqu’un sans faute durant l’équarrissage. Avec au final, juste une seule petite défaite durant la phase. Pour faire croire au monde entier qu’il lui reste encore un petit pan de fragilité. Et un reste de sensibilité.

Julien INDEHERBERG (n°111) :  16 matchs joués, 11 victoires, 5 défaites, 3 contres, 0 perf. 69% de victoires.

Malgré son épaule gauche déboîtée, a continué à avancer, à marcher sur ses adversaires, en restant notre arme fatale. Le Mel GIBSON belge. Avec une articulation acromio-claviculaire en Liège. Normal quand tu viens de Wallonie.

Clément CHOBEAU (n°158) : 15 matchs joués, 10 victoires, 5 défaites, 4 contres, 3 perfs. 67% de victoires.

Le jeune bizut du groupe. Mais le Jean-Paul BELMONDO amiénois a pu montrer aux vieux singes Jean VOSTES et Gabin OBESLO, que même en hiver, il pouvait apprendre à faire la grimace. Surtout à ses adversaires. 

Arnaud SELLIER (n°498) : 8 matchs joués, 0 victoire, 8 défaites, 0 contre, 0 perf, 0% de victoire.

La Hénain c’est dur. Et en remplaçant Michal sur trois matchs, aura passé autant de  temps dans les bâches que Benoît VAQUIER dans celles de N3, ou que ce dernier sur le zinc d’Au fût et à mesure, son QG amiénois. Mais grosse présence d'Arnaud au coaching et dans les doubles. Et supporter indéfectible à l’extérieur. Le sergent ELIAS de l’ASTT. Sacrifié sur l’autel du fight, dans le Vietnam de la N1. Aura donné sur cette phase son corps à la science et à l’équipe: Magnifique.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche