Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 07:39

Samedi 17 mai. Les PLAY OFF à Poitiers. Pour résumer : La-compétition-du-bout-du-monde-qui-ne-sert-à-rien-mais-qu’on-t’oblige-à-faire-sinon-tu-ne-montes-pas. Christophe HARLE et Arnaud SELLIER avaient donc joué leurs jokers. Denis CHATELAIN aurait bien voulu aussi. Mais Raphael CHATELAIN n’avait son permis que depuis 72h, Benoît VAQUIER le code depuis 48h, et Antoine HUON aura les deux. Un jour.

Donc direction le Futuroscope. Et Poitiers. Là où Charles MARTEL a arrêté les Sarrasins en 732.

Bon, nous, on n’y a pas arrêté les Toulousains : Défaite 8/4.

Mais d’un autre côté c’était compliqué, car sur le chemin du retour, Dima, Samso, Alexei, Jian Jun, Khristian et Marcos nous avaient également donné rendez-vous. Pour les play-off de la Ligue des Champions cette fois. Avec une victoire 3/1 de PONTOISE contre ORENBURG et un match énormissime. Ça nous a changé du matin.

LES PLAY-BOF

Raphael CHATELAIN (3 victoires) : Invaincu toute la phase et jusqu’aux play off. Le mois dernier ils ont canonisé Jean Paul II et Jean XXIII. Ils ont juste oublié Raphy I. Invaincu durant toute la phase, et jusqu’aux play-off avec ce jour encore 3 victoires, 3/0 contre Jules CAVAILLE et Casmin TUPANGUI, et 3/1 contre Nicolas ROUCHER. Vaticanesque.

Denis CHATELAIN (0 victoire) : Des bas, la barbe, et le toucher d’une balle d’une saucisse. Avec 2 défaites contre Jules CAVAILLE 3/2 et Nicolas ROUCHER 3/0. Va bientôt pouvoir entamer son tour de chant à l’Eurovision. Conchita WURST approves this.

Benoit VAQUIER (0 victoire) : Un petit manque d’envie aujourd’hui. Et beaucoup de mauvais choix. A commencer par le Quick au lieu du MacDo le midi…Donc bulle avec 3 défaites contre Nicolas ROUCHER et Fabien BENOIT 3/0, et 3/1 contre Casmin TUPANGIU. En plus, incroyable !!!!, s’est déchiré l’ischio-jambier droit. Probablement en refaisant son lacet. Ne pourra donc plus utiliser pendant quelques semaines un truc qui ne lui a jamais servi au ping-pong : ses jambes.

Antoine HUON (1 victoire) : Le tapis rouge du festival de Cannes avait été déroulé jusque Poitiers pour son Match de gala contre Casmin TUPANGIU, avec une victoire 3/0. Mais n’a pas pu refaire sa starlette contre Fabien BENOIT (défaite 3/0).

LES PLAY ON

Nicolas ROUCHER (2 victoires + double) : A perdu le concours de zits contre VAQUIER. Mais lui a quand même collé 3/0. Sa lime coup droit a détruit Denis CHATELAIN (victoire 3/0). Mais Raphaël CHATELAIN s’est curé les ongles avec (défaite 3/1).

Casmin TUPANGIU (1 victoire + double) : Un peu en difficulté aujourd’hui avec deux défaites contre Raphael CHATELAIN et Antoine HUON (3/0) et une victoire 3/1 contre Benoit VAQUIER. Presqu’autant de mal que l’arbitre pour prononcer son nom de famille.

Jules CAVAILLE (1 victoire + double) : Une victoire 3/2 contre Denis CHATELAIN et une défaite 3/0 contre Raphael CHATELAIN. Assurément un futur grand. A déjà le prénom. Et l’assurance d’un Empereur romain.

Fabien BENOIT (2 victoires + double) : A failli jouer torse nu aujourd’hui. Car les maillots toulousains avaient été refusés au contrôle technique d’arbitres daltoniens. Pour éviter de mettre le feu au gymnase, les amiénois ont donc joué avec leurs maillots d’entrainement. Mais on aurait aussi pu jouer en chemise hawaïenne. Fabien a donc pris son Ukulélé pour faire danser Antoine HUON et Benoit VAQUIER 3/0.

LES PLAY-BEAUFS A POITIERS: AMIENS 4 / TOULOUSE 8

Si toi aussi tu notes que ces deux maillots sont de la même couleur, et que tu empêches Amiens de jouer avec le maillot bleu, et Toulouse de jouer avec le maillot rouge, tu peux également valider ta pratique arbitrale de JA National.

De petits détails qui montrent que le ping-pong est vraiment devenu un très grand sport en France.

Les équipes

Amiens STT1

CHATELAIN Raphael (2331 points, n°345), CHATELAIN Denis (2133 points, n°719), Benoît VAQUIER (1924 points), Antoine HUON (1735 points)

ASPTT Toulouse 1

Nicolas ROUCHER (2263 points, n°432), Casmin TUPANGIU (2147 points, n°673), Fabien BENOIT (2071 points, n°920), Jules CAVAILLE (1869 points)

Le détail

CHATELAIN Raphael (2331 points, n°345) bat Nicolas ROUCHER (2263 points, n°432) (-11,9,9,8)

CHATELAIN Denis (2133 points, n°719) perd Jules CAVAILLE (1869 points) (-4,10,10,-5,-6)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Casmin TUPANGIU (2147 points, n°673) (8,-6,-,4-7)

Antoine HUON (1735 points) perd Fabien BENOIT (2071 points, n°920) (-8,-11,-10)

CHATELAIN Raphael (2331 points, n°345) bat Jules CAVAILLE (1869 points) (9,5,5,)

CHATELAIN Denis (2133 points, n°719) perd Nicolas ROUCHER (2263 points, n°432) (-7,-2,-4)

Antoine HUON (1735 points) bat Casmin TUPANGIU (2147 points, n°673) (10,11,8)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Fabien BENOIT (2071 points, n°920) (-9,-9,-9)

Raphael et Antoine perdent Nicolas et Casmin –10,-8,6,-4)

Denis et Benoit perdent Jules et Fabien (-8,-6,-8)

CHATELAIN Raphael (2331 points, n°345) bat Casmin TUPANGIU (2147 points, n°673) (7,8,8,)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Nicolas ROUCHER (2263 points, n°432) (-5,-7,-6)

Le bilan : 1 perf, 1 contre, 0 carton

Les play-beaufs, rois du Quick.

Les play-beaufs, rois du Quick.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 21:29

La différence entre Dieu et le petit Chatelain ?

Dieu, lui, parfois, commet des erreurs.

Oui : invaincu cette phase. Du sang pour sang.

Prosterne-toi, mécréant, devant ce bilan parfait :

Journée 1 : Amiens / Rambouillet (8/3)

Raphaël CHATELAIN (3 victoires + double) : L’alchimiste de la salle Labaume. A transformé toute l’après-midi des balles de plomb en points en or. Avec des victoires 3/2 contre Damien FAVE et Kaffé Maurice SALLAH DUSE et 3/0 contre Daniel OEUR. A scoré le point de la victoire et stoppé la remontée fantastique des rambolitains. Evitant à Denis CHATELAIN de devoir jouer un dernier match pour la gagne avec un triple protège-slip.

Journée 2 : Neuves Maisons / Amiens (8/3)

Raphaël CHATELAIN (3 victoires + double) : Le magnifique. Le Bob SINCLAR amiénois. C’est vrai qu’avec ses 3 victoires + double, le grain de sa peau va également très bien avec BACH.

Journée 3 : Amiens / Charleville Mézières (8/0)

Raphaël CHATELAIN (2 victoires/2) : A laissé autant de sets à ses adversaires que Dub de curly à l’apéro. La taille de son tee shirt ? M ? L ? XL ? Non. Juste la taille patron.

Journée 4 : Annequin / Amiens (7/7)

Raphaël CHATELAIN (3 victoires) : A du représenter le bac français et ses exercices de conjugaison ce samedi. Est PASSÉ d’un cheveu sur Cédric KONURY (victoire 3/2). Très PRÉSENT sur Stéphane GUIOT (victoire 3/0). PLUS-QUE-PARFAIT sur Cyril DEVIN (victoire 3/0). Louis-Nicolas BESCHERELLE approves this.

Journée 5 : Amiens / Villepinte (8/3)

Raphael CHATELAIN (3 victoires) : Toujours invaincu dans cette phase. Avec des trapèzes et des grands dorsaux hyper-développés. Ne s’est pas encore broyé le dos, à toujours tirer l’équipe vers le haut. Allez, courage,… plus que deux rencontres. Le bout du tunnel et la lumière de la N2 pourraient être au bout.

Journée 6 : Amiens / Petit Quevilly (8/3)

Raphaël CHATELAIN (3 victoires + double) : C’est un roc, c’est un pic, c’est un cap… Que dis-je c’est un cap ? C’est une péninsule !! Après avec voir fait 2 + double, un match énormissime pour clore la soirée sur Nicolas COULON (victoire 3/2, 11/9 au 5ème set). Pour nous offrir la victoire : Cyrano de CHATELAINAC.

Journée 7 : Berck / Amiens (3/8)

Raphael CHATELAIN (2 victoires/2 + double) : La saint Parfait, le vendredi 18 avril. En fait elle aurait dû être célébrée ce samedi 19. Encore 2 + double aujourd’hui avec des victoires convaincantes 3/0 sur Corentin HENRIOT et 3/1 sur Valentin HENRIOT. Termine la phase invaincu : une très grosse performance. Notre Moïse nous a montré le chemin toute la phase. Lors de la promenade sur la plage d’avant match, s’il avait ouvert les bras, il aurait écarté les eaux de la mer du Nord.

Un Summer break bien mérité pour Raphi 1er.

Un Summer break bien mérité pour Raphi 1er.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 21:04

Les bilans te saoûlent. Et les résumés te piquent les yeux.

Et puis seuls les résultats de Benito t’intéressent.

D’autant que tu as vu que dans une semaine il allait jouer les Plaies-ouf à Poitiers.

La Hérain est mon royaume facilite le travail des recruteurs des autres clubs.

Et te livre le bilan de sa phase.

C’est cadeau.

Journée 1 : Amiens / Rambouillet (8/3)

Benoît VAQUIER (0 victoire + double): Le Philippe L’HOTE de la N3. Comme son alter ego flixecourtois, s’est fait défoncer tout l’après-midi (défaites 3/0 contre Damien FAVE, Daniel OEUR et Pierre MAREST). Finalement, comme ça arrive parfois chez certains êtres bioniques, peut-être que toutes les connexions neuronales n’ont pas été soudées correctement par les techniciens de la NSA. Ou alors… Il joue de la main gauche alors qu’en fait il est droitier depuis le début.

Journée 2 : Neuves Maisons / Amiens (8/3)

Benoît VAQUIER (1 victoire + double) : Le nouveau VAQUIER sur son 1er match et dans le 5ème set du double. The old VAQUIER pour le reste de la rencontre. Mais il est sorti du coma. Et a gagné son premier match de la saison. Le jour où Michael MAZE, le Vaquier danois, atteignait la finale de la DHS cup à Lausanne. Le lien invisible, la connexion entre ces deux grands joueurs relève vraiment du surnaturel. Oui Benito s’est élevé à la hauteur des plus grands. Oui il a bien grandi. Ses godasses et le fond de son sac n’ont d’ailleurs plus du tout l’odeur du Mixa Bébé.

Journée 3 : Amiens / Charleville Mézières (8/0)

Benoît VAQUIER (2 victoires) : Plus en mode Bernard LAVILLIERS que Benito MOZART ce soir. Oui, de n’importe quel pays, de n’importe quel couleur, le zit est un cri qui vient de l’intérieur… Mickaël GAGNEREAUX approves this.

Journée 4 : Annequin / Amiens (7/7)

Benoit VAQUIER (0 victoires) : Aussi perdu qu’un Boeing de la Malaysia Airlines au dessus de la mer de Chine. A disparu des écrans radars durant toute la rencontre. La dernière fois que DUDU l’a vu, il planait à 15 000. Si on retrouve un jour les boîtes noires peut-être que l’on saura réellement ce qui s’est passé.

Journée 5 : Amiens / Villepinte (8/3)

Benoît VAQUIER (2 victoires + double) : A passé commande d’une tonne de marbre de Carrare pour sa statue dans le club house. Fait suer. On va devoir désormais passer un peu plus de temps sur le bas-ventre. En effet, en 15 jours, contrairement au match contre ANNEQUIN, pour le match de la gagne, deux petites excroissances gonadiques semblent lui avoir poussé à ce niveau.

Journée 6 : Amiens / Petit Quevilly (8/3)

Benoît VAQUIER (1 victoire + double) : Ultimate fighter : est rentré dans LACAGE lors du premier match pour détruire Stéphane (victoire 3/1). Par contre s’est ensuite pris une grosse clé de bras par Romain GONOT (défaite 3/0). Mais est désormais un spécialiste du catch à quatre. Et dans le double, associé au bourreau de Béthune DUDU, a maté les deux petits Quevillais (victoire 3/0).

Journée 7 : Berck / Amiens (3/8)

Benoît VAQUIER (Ecrivain en devenir, sur le banc) : Envisage d’ouvrir un blog concurrent pour mieux y décrire les prestations pathétiques de Denis CHATELAIN. Mais seulement dès qu’il aura trouvé la place des verbes. Un indice : pas très loin entre le sujet et le complément.

Benoît VAQUIERATOR. En fait, à côté Russel CROWE a l'air d'une gonzesse.

Benoît VAQUIERATOR. En fait, à côté Russel CROWE a l'air d'une gonzesse.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 20:35

LE BILAN D'EQUIPE

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Que dire ?.....Un parcours, comme un dîner : Presque parfait.

Avec 6 victoires (contre Rambouillet 8/3, Neuves Maisons 8/3, Charleville Mézières 8/0, Petit Quevilly 8/3, Villepinte 8/6 et Berck 8/2) et un seul match nul contre Annequin (7/7).

Nous terminons donc premier de la poule de N3G. Et accédons à la Nationale 2.

Pourtant, fin décembre 2013 quand nous vîmes la poule (oui nous aimons nous la raconter avec le passé simple), De battre notre cœur s’arrêta. Ça sentait la boucherie, la Hérain. Et les problèmes…

Nous avons donc appelé la base. Chez nous, à HOUSTON, près d’Amiens.

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Mais Neuves-Maisons et Charleville-Mézières permutèrent leurs équipes. Et nous rencontrâmes Annequin et Petit Quevilly diminués.

Un petit CHATELAIN impérial toute la phase, la blessure du thrombotique CHATELAIN, l’entrée dans la ronde du danseur-étoile SELLIER, un VAQUIER survolté contre Villepinte, un HARLE transcendé contre Berck. Et voilà… Premier de la poule.

Avec encore le goût du sang dans la bouche. Et la vision des corps de nos adversaires se tordant de douleur dans la boue collante des tranchées de la N3.

Et ce doux parfum de victoire... Apre et acidulé…Comme l’odeur du napalm au petit matin….

Soulagés tout de même d’avoir remis l’équipe une du club sur une nouvelle rampe de lancement. Comme APPOLO 13.

Prêts pour de nouvelles aventures en N2. Pleines de bruit, de fureur, et de ferveur.

Et en espérant ne plus jamais avoir à dire ou à entrendre : « Houston. We have a problem ».

LE BILAN INDIVIDUEL

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Raphaël CHATELAIN [19 matchs joués, 19 matchs gagnés (100% de victoires), 1 perf, 0 contre] :

Une phase « esseptionnelle ». Avec 100% de victoires. What else ? Un peu comme si Bob SINCLAR buvait un nespresso au bord de la piscine. Et jetait le fond de sa tasse sur les sandales de Maximus DECIMUS MERIDIUS.

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Arnaud SELLIER [13 matchs joués, 10 matchs gagnés (77% de victoires), 1 perf, 2 contres] :

Sans maitrise la puissance n’est rien. L’assurance et la sécurité . Dit qu’il joue avec du matériel CORNILLEAU. Mais en fait ce doit être avec un bois Audi et des plaques Mercedes.

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Christophe HARLE : [17 matchs joués, 8 matchs gagnés (47% de victoires), 0 perf, 4 contres] :

Une superproduction américaine. A commencé par en prendre plein la face contre Appolo CREED. Puis Ivan DRAGO…Est allé plusieurs fois au tapis. Mais n’a jamais été compté. Ni n’a jamais été mis KO. A terminé en héros. Par un 2/2 + double lors du gros match contre Berck.... Rocky Marciano BALBOA likes this.

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Benoît VAQUIER [15 matchs joués, 6 matchs gagnés (40% de victoires), 5 perfs, 0 contre] :

Si Jan-Owe WALDNER avait été gaucher. Il se serait probablement appelé Benoît VAQUIER. Mais heureusement pour lui, il a finalement choisi d’être droitier…Un Benito sur courant alternatif. En mode Paul BISMUTH sur Annequin et Rambouillet (avec un 0/6). Mais heureusement pour nous, en mode Paul NEWMAN sur Villepinte et Petit Quevilly. Pour nous sauver la mise et la peau (avec un 3/5).

Le bilan de la seconde phase 2013/2014, Poule N3G

Denis CHATELAIN [6 matchs joués, 3 matchs gagnés (50% de victoires), 1 perf, 1 contre] :

Une phlébite contre Neuves-Maisons et son avenir en N3 en a été tout thrombosé. Mais finalement une chance pour l’équipe. Car avec le retour de NONO SELLIER dans les rangs, les résultats en ont été boostés. Avec ses bas de contention, a maintenant un petit côté Ange Bleu. Mais a malheureusement désormais le même niveau que Marlène DIETRICH. Mais période post-ménopausique.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 10:09

Les Berckilibristes

Samedi 19 avril. Dernier match, avancé, de la deuxième phase contre BERCK.

Pour la montée en N2.

Un match difficile en perspective. Sur le fil. Au dessus du précipice de la loose. Et sans balancier.

Contre la terrible famille HENRIOT : Denis, le Maestro : à la baguette, au micro, à la buvette, au barnum, à l’arbitrage, au four et au moulin. Et les solistes, les 3 frères SCOTT : Clément au top, Corentin à la claquette et Valentin à la grosse caisse. Et le cousin Pierre ROUSSEL, dans la fosse d’orchestre, pour compléter le quatuor.

Une après-midi commencée par la promenade d’avant match, avec nos 3 supporters Dub, Vaquero et Antonio. Séquence nostalgique pour Nono et Dudu, avec le passage par le Cottage des Dunes, la plage et la fête des cerfs-volants…

Puis gros fight. Direct.

Avec une rencontre commencée tambour-battant par Christophe et Arnaud : 2/0 pour Amiens, puis 3/1, 6/2, pour finir par la victoire à 8/2.

On n’est pas tombé. Enfin, surtout Raphaël, Arnaud et Christophe…

La tête et les deux pieds cette fois en Nationale 2.

Pour un nouvel élan. Un nouveau départ pour la saison prochaine. Et celles à venir…

Oui, on pouvait repartir de Berck le cœur léger.

Comme un cerf-volant.

Les Cotes d’Opale

Clément HENRIOT (0 victoire) : Trop près de son prénom. Oui trop clément avec ses deux adversaires du jour, avec deux défaites contre Arnaud SELLIER et Christophe HARLE. Mais toutes les deux à l’arrache et au cinquième set. De bons matchs et de belles fulgurances. Mais le monsieur Dommage-Presque du jour. Validé par Mr MARYSSE.

Valentin HENRIOT (1 victoire) : La journée du cannibalisme. N’a fait qu’une bouchée de Denis CHATELAIN (victoire 3/0). Mais s’est fait à son tour dévorer par Raphaël CHATELAIN, le super-prédateur (défaite 3/1). Manger ou être mangé… La loi de la Nature. Et du ping…

Corentin HENRIOT (1 victoire) : Sur son premier match, Coco-Chanel : parfumé 3/0 par l’embaumeur Raphaël CHATELAIN. Mais sur le second Coco-rico, après avoir volé 3/0 dans les plumes de Denis CHATELAIN.

Pierre ROUSSEL (0 victoire) : La patte était là. Le talent également. Mais la grinta flottait dans le ciel de la plage de Berck. A côté du cerf-volant de Denis CHATELAIN… Défaites 3/1 et 3/0 contre Christophe HARLE et Arnaud SELLIER.

Les Cotes et matchs

Raphael CHATELAIN (2 victoires + double) : La saint Parfait, le vendredi 18 avril. En fait elle aurait dû être célébrée ce samedi 19. Encore 2 + double aujourd’hui avec des victoires convaincantes 3/0 sur Corentin HENRIOT et 3/1 sur Valentin HENRIOT. Termine la phase invaincu : une très grosse performance. Notre Moïse nous a montré le chemin toute la phase. Lors de la promenade sur la plage d’avant match, s’il avait ouvert les bras, il aurait écarté les eaux de la mer du Nord.

Arnaud SELLIER (2 victoires + double) : Le pacte d’austérité. Un modèle de rigueur et de fiabilité. Pas de fioritures sur Clément HENRIOT (victoire 3/2). Pas de déficit sur Pierre ROUSSEL (victoire 3/0). Manuel VALLS pourrait le solliciter pour un poste de secrétaire d’état.

Christophe HARLE (2 victoires + double) : Carbonisé lors des deux dernières rencontres. Mais les plaques Vario bougeaient encore sous le petit tas de poussières. Est donc rené de ses cendres. Comme le Phénix. Pour le gros match. Victoire 3/1 contre Pierre ROUSSEL et surtout 3/2 contre Clément HENRIOT après un énorme match, 12/10 à la belle. Legends never die.

Denis CHATELAIN (0 victoire + double) : Le look d’un joueur de district avec ses bas de contention et son bas de survêtement. Le style de jeu également. A donc joué comme un âne contre Valentin HENRIOT (défaite 3/0). Puis a allumé le filet comme un bœuf sur Corentin HENRIOT (défaite 3/0). A donc réservé sa place dans la crèche aux côtés de Jésus en Décembre prochain.

Benoît VAQUIER (Blogueur-blagueur) : Envisage d’ouvrir un blog concurrent pour mieux y décrire les prestations pathétiques de Denis CHATELAIN. Mais seulement dès qu’il aura trouvé la place des verbes. Un indice : pas très loin entre le sujet et le complément.

Antoine HUON, Lucas DUBOIS, Andréi & Amélie & Yan & Valérie DEGUINGAND : Encore merci pour le soutien !

Les compositions

ASTT 1

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345), Arnaud SELLIER (2252 points, n°445), Christophe HARLE (2203 points, n°527), Denis CHATELAIN (2133 points, n°719)

BERCK TT 1

Valentin HENRIOT (2203 points, n°529), Clément HENRIOT (2184 points, n°580), Corentin HENRIOT (2133 points, n°719), Pierre ROUSSEL (1876 points)

Le détail

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Clément HENRIOT (2184 points, n°580) (10,-9,12,-8,5)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) bat Pierre ROUSSEL (1876 points) (3,4,-9,9)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Corentin HENRIOT (2133 points, n°719) (9,5,8)

Denis CHATELAIN (2133 points, n°719) perd Valentin HENRIOT (2203 points, n°529) (-9,-8,-8)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) bat Clément HENRIOT (2184 points, n°580) (5,-6,-8,7,10)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Pierre ROUSSEL (1876 points) (9,2,8)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Valentin HENRIOT (2203 points, n°529) (-6,8,9,6)

Denis CHATELAIN (2133 points, n°719) perd Corentin HENRIOT (2133 points, n°719) (-4,-15,-11)

Raphaël et Arnaud battent Valentin et Corentin (5,-11,7,4)

Denis et Christophe battent Pierre et Clément (5,9,6)

Bilan : 0 perf, 0 contre, 0 carton jaune

La barbe ça vieillit un peu le petit CHATELAIN.

La barbe ça vieillit un peu le petit CHATELAIN.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 06:52

A UNE MARCHE DU BONHEUR

Samedi 12 avril, 6ème et avant-dernière rencontre de la seconde phase. Contre PETIT QUEVILLY. Une équipe solide mais venue à Amiens sans Mohamed GUEYE (n°412).

Une bonne entame de match, le gain des deux doubles, et un super petit CHATELAIN nous auront mis sur les bons rails. Pour finir au terminus de la victoire, 8/3. Nous avons évité le GUEYE tapant. Mais ça n’est pas passé loin…

Toujours premier avant le dernier match. Avec cinq victoires et un nul. Et à une marche du bonheur.

Mais ça s’est resserré dans l’escalier de la poule de N3G : RAMBOUILLET second avec une seule défaite. BERCK 3ème avec une défaite et un nul.

Si on gagne, ou qu’on arrache le match nul, contre BERCK, on finit premier et on pourra poser nos sacs de course sur le palier de la N2.

Si on perd, et que RAMBOUILLET l’emporte sur VILLEPINTE, on pourra chialer toutes les larmes de notre corps. Et rester au rez-de-chaussée de la N3.

Si on perd, et que RAMBOUILLET perd contre VILLEPINTE, nous serions trois équipes avec une défaite et un match nul. Mais ça commence à être science-fictionnesque. Il faudra sortir les calculettes. Et les maths ça nous a toujours gavés.

Benoît VAQUIER propose donc qu’on gagne la prochaine rencontre. Pour simplifier…

En plus on sera fixé rapidement : on joue samedi prochain.

En match décalé. Oui, pour pouvoir rencontrer une équipe berckoise au complet…

En cas de défaite la semaine prochaine, mes coéquipiers pourraient fêter ça.

Je risque de finir le week-end dans la Somme. Mais pas le département. Le fleuve...

Avec deux blocs de béton aux pieds.

PETIT QUEVILLY

Nicolas COULON (1 victoire) : Deux gros matchs, mais avec malheureusement à la clé deux défaites contre Arnaud SELLIER (3/1) et Raphaël CHATELAIN (3/2). A fini tout de même par inverser les rôles et a renfilé sa blouse d’endoscopiste pour passer à son tour Christophe HARLE à la coulonoscopie (victoire sans polype, 3/0).

Romain GONOT (1 victoire + 1 victoire hors délai): Lithurgique sur Benoît VAQUIER et Arnaud SELLIER avec deux victoires 3/0. Net et pur. Comme l’Ave Maria de GONOT. Bon match mais avec toujours un petit temps de retard sur Samuel BECKETT-CHATELAIN : en attendant GONOT (défaite 3/0).

Stéphane LACAGE (0 victoire) : N’a pas assez fermé le jeu contre le moineau VAQUIER, qui s’est engouffré dans la zouverture : Ouvrez, ouvrez LACAGE aux oiseaux (avec une défaite 3/1). A ensuite failli devenir dingue sur les flips banana et poignet cassé du petit CHATELAIN : LACAGE aux folles (et défaite 3/0).

Robin WEBER (1 victoire) : Petit justaucorps vert et rouge, et cape jaune contre Christophe HARLE : en mode ROBIN, le compagnon de BATMAN, sur Christophe HARLE (victoire 3/2). S’est par contre ensuite fait griller par Arnaud SELLIER. Et a été passé au barbecue WEBER (défaite 3/2). Mais non, Robin ne fait pas n’importe quoi : il envoie juste de la chipolata en coup droit. Et parfois quelques merguez en revers.

GRAND AMIENS

Raphaël CHATELAIN (3 victoires + double) : C’est un roc, c’est un pic, c’est un cap… Que dis-je c’est un cap ? C’est une péninsule !! Après avec voir fait 2 + double, un match énormissime pour clore la soirée sur Nicolas COULON (victoire 3/2, 11/9 au 5ème set). Pour nous offrir la victoire : Cyrano de CHATELAINAC.

Arnaud SELLIER (2 victoires + double) : Si tu dois réviser tes cours de physique, ne passe pas trop de temps dans tes bouquins. Viens salle Labaume regarder jouer NONO. A lui seul il te résume l’état solide. A liquéfié Nicolas COULON (victoire 3/1). Et a gazéifié Robin WEBER (victoire 3/2). S’est juste fait pyrolyser par Romain GONOT dans son dernier match (défaite 3/0).

Christophe HARLE (0 victoire + double) : Comme une après-midi de Ligue des champions. Mais en mode PSG, oui : Punaise Sam Gave ! Avec un 0/2, et deux défaites sur Robin WEBER (3/2) et Nicolas COULON (3/0). Mais Mourinho-DUDU redeviendra The Special One sur le prochain match, dans une semaine. Obligé : les grands coachs ne meurent jamais.

Benoît VAQUIER (1 victoire + double) : Ultimate fighter : est rentré dans LACAGE lors du premier match pour détruire Stéphane (victoire 3/1). Par contre s’est ensuite pris une grosse clé de bras par Romain GONOT (défaite 3/0). Mais est désormais un spécialiste du catch à quatre. Et dans le double, associé au bourreau de Béthune DUDU, a maté les deux petits Quevillais (victoire 3/0).

Denis CHATELAIN (Silence s’il vous plaît ; les joueurs sont prêts.) : Phlébiteman envisage de venir la prochaine fois avec un coussin. Ou alors de se faire mouler une chaise d’arbitre directement sur les fesses.

Papa VAQUIER (Allez Benoît !) : Donne toujours de la voix pour encourager tout un samedi VAQUERO. Mériterait rien que pour ça une médaille. Mais après 25 ans de matchs de championnat, ce serait bien que la prochaine fois il garde suffisamment de salive et n’épuise pas complètement ses cordes vocales pour faire sa demande en mariage à madame TASI.

Les compositions

ASTT 1

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345), Arnaud SELLIER (2252 points, n°445), Christophe HARLE (2203 points, n°527), Benoît VAQUIER (1924 points)

CP QUEVILLAIS 1

Nicolas COULON (2257 points, n°436), Romain GONOT (2091 points, n°846), Stéphane LACAGE (2036 points), Robin WEBER (2060 points, n°960).

Le détail

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Romain GONOT (2091 points, n°846) (9,8,7)

Benoît VAQUIER (1924 points) bat Stéphane LACAGE (2036 points) (8,-9,4,9)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Nicolas COULON (2257 points, n°436) (-11,7,6,12)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) perd Robin WEBER (2060 points, n°960) (4,-10,-10,3,-9)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Stéphane LACAGE (2036 points) (7,8,5)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Romain GONOT (2091 points, n°846) (-7,-8,-5)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) perd Nicolas COULON (2257 points, n°436) (-9,-9,-6)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Robin WEBER (2060 points, n°960) (4,5,-9,-9,5)

Christophe et Benoît battent Robin et Stéphane (7,7,7)

Arnaud et Raphaël battent Nicolas et Romain (5,5,-7,5)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Nicolas COULON (2257 points, n°436) (-9,8,-9,7,9)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) Romain GONOT (2091 points, n°846) (-4,-6,-8)

Le bilan: 2 perfs, 2 contres, 0 carton

La montée de l'escalier de N3G? Facile pour Denis CHATELAIN.

La montée de l'escalier de N3G? Facile pour Denis CHATELAIN.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 08:49

BENITO Ier, ROI de LABAUMIE

Samedi 29 mars. 5ème journée de la seconde phase. Rencontre contre VILLEPINTE, salle Labaume.

C’est l’été dehors : 25°C. Mais c’est l’enfer dedans : 2000°C.

La fournaise. Pour un match incandescent, avec un mano à mano jusqu’aux doubles : 5/5 (Christophe et Benoît sauvant une balle de match dans leur double), puis 7/5 pour Amiens.

Benoît VAQUIER, royalissime, clôturant la rencontre 8/6 en notre faveur contre Bruno RICHARD.

Laisser ton destin entre ses mains, c’est pire que de jouer à la roulette russe. Avec cinq balles dans le barillet. Tu vois toute ta vie et ta saison défiler. Et la dernière chose qui te passe habituellement par la tête c’est plus une balle de calibre 7,65 qu’une balle Nittaku.

Mais aujourd’hui, Benito nous a sauvés. En toute modestie il a juste demandé qu’on l’appelle désormais El Grandissimo, Le nouveau Messie. Le Roi-Sommeil se fera couronner en son Royaume, salle Labaume, dimanche 30 mars à 14h. Et comme il est pressé, sa première mesure a été d’avancer l’horloge d’une heure cette nuit.

Il ne nous reste plus qu’à aller sculpter son visage sur le portail de la Cathédrale d’Amiens. A la place de celui de Robert de LUZARCHES. Qui de toute façon a toujours été nul au ping.

A l’approche de la 6ème journée, et à l’aube du 7ème jour, nous occupons donc toujours la première place. Jusqu’au prochain gros match contre PETIT QUEVILLY.

Oui, Alleluïa quand même. Et gloire à Benito Ier, mes frères.

Les adversaires du Royaume de Vaquiérie

Denis YONG (2 victoires + double) : Le vainqueur des Municipales Villepintoises. En ballotage favorable au premier tour contre Arnaud SELLIER (victoire 3/1). Ré-élu dans un fauteuil au deuxième tour contre Christophe HARLE (victoire 3/0). Mais victime du remaniement ministériel contre Raphaël CHATELAIN (défaite 3/2).

Maxime YONG (1 victoire + double) : Aura débuté la rencontre comme Austin POWERS, martyrisé par le docteur DENFER-VAQUIER (défaite 3/1) puis par le numéro 2 Raphaël CHATELAIN (défaite 3/0). N’aura retrouvé son Mojo que sur Christophe HARLE (victoire convaincante 3/1).

Yaosing HONG (1 victoire) : HONG de choc, soufflé par les jeux explosifs de Arnaud SELLIER (défaite 3/1) et Raphaël CHATELAIN (défaite 3/2). Puis HONG électromagnétique, enfermant Benoît VAQUIER dans la cage de FARADAY (victoire 3/1).

Bruno RICHARD (1 victoire) : RICHARD Cœur de Lion contre Christophe HARLE (victoire sèche 3/0). Puis RICHARD Cœur d’artichaut, épluché par Arnaud SELLIER 3/0. Et enfin RICHARD cœur artificiel, victime d’un court circuit sur Benoît VAQUIER, avec une défaite 3/1.

Les sujets de Benito Ier

Raphael CHATELAIN (3 victoires) : Toujours invaincu dans cette phase. Avec des trapèzes et des grands dorsaux hyper-développés. Ne s’est pas encore broyé le dos, à toujours tirer l’équipe vers le haut. Allez, courage,… plus que deux rencontres. Le bout du tunnel et la lumière de la N2 pourraient être au bout.

Arnaud SELLIER (2 victoires) : Avait repotassé Sun TSU avant d’entrer dans l’arène. Oui, l’Art de la Guerre. Economise-toi une lecture fastidieuse. En plus, comme l’a remarqué Benoît VAQUIER, c’est écrit petit et sans images. Regarde donc plutôt jouer NONO : Du combat. Du fight. De l’envie. Et au bout la victoire. Wesley SNIPES likes this.

Christophe HARLE (0 victoire + double) : Dans la peau de John MALKOVITCH dans le double avec une superbe frappe biquetée. Dans la peau de Benoît VAQUIER dans sa période Annequinoise, pour les simples, avec une petite bulle. Et pour finir dans la peau de Laurent CANY sur le banc, période équarisseur de raquette.

Benoît VAQUIER (2 victoires + double) : A passé commande d’une tonne de marbre de Carrare pour sa statue à l'entrée de la salle. Fait suer. On va devoir désormais passer un peu plus de temps sur le bas-ventre. En effet, en 15 jours, contrairement au match contre ANNEQUIN, pour le match de la gagne, deux petites excroissances gonadiques semblent lui avoir poussé à ce niveau.

Laurent CANY (Envoyeur de patates) : Expert raclée et raclette. Est passé de l’écriture de résumés & traités, à Traiteur. Encore merci pour la soirée.

Les compositions

ASTT 1

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345), Arnaud SELLIER (2252 points, n°445), Christophe HARLE (2203 points, n°527), Benoît VAQUIER (1924 points)

VILLEPINTE ST TT1

Yaosing HONG (2134 points, n°715), Maxime YONG (2139 points, n°700), Denis YONG (2246 points, n°453), Bruno RICHARD (1998 points).

Le détail

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Yaosing HONG (2134 points, n°715) (-10,9,3,-8,4)

Benoît VAQUIER (1924 points) bat Maxime YONG (2139 points, n°700) (8,9,-6,8)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) perd Denis YONG (2246 points, n°453) (8,-4,-9,-4)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) perd Bruno RICHARD (1998 points) (-5,-8,-9)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Maxime YONG (2139 points, n°700) (10,9,5)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Yaosing HONG (2134 points, n°715) (-5,-9,7,-4)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) perd Denis YONG (2246 points, n°453) (-1,-10,-6)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Bruno RICHARD (1998 points) (7,8,-6,8)

Christophe et Benoît battent Bruno et Yaosing (5,9,-9,-3,10)

Arnaud et Raphaël perdent Maxime et Denis (12,-8,-6,-19)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Denis YONG (2246 points, n°453) (9,-10,-10,7,7,)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Yaosing HONG (2134 points, n°715) (6,9,10)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) perd Maxime YONG (2139 points, n°700) (4,-9,-7,-5)

Benoît VAQUIER (1924 points) bat Bruno RICHARD (1998 points) (7,8,-4,6)

Le bilan: 2 perfs, 3 contres, 1 carton jaune (Christophe HARLE)

La statue de Benoît sur le fronton de la salle Labaume. Plus que deux ou trois trucs à fignoler.

La statue de Benoît sur le fronton de la salle Labaume. Plus que deux ou trois trucs à fignoler.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 08:53

CHEZ GÉRARD

Samedi 15 mars. 4ème journée de la deuxième phase, et déplacement à ANNEQUIN.

Entre Cambrin et Noyelles-les-Vermelles. Oui, tu auras reconnu : dans le pays chtimi.

Parti défendre notre invincibilité sur les terres de GÉGÉ, le président annequinois. Le propriétaire de la plus belle buvette de tout l’Artois (3 glacières dans le guide binouze des joueurs de Charleville Mézières).

Au milieu des corons et du charbon. Là où chaque verre de vin est un diamant rose. Mais sur fond de silicose… Ce n’est toutefois pas Pierre BACHELET qui aurait le mieux résumé la rencontre. Plutôt Anne SINCLAIR. Avec son regretté 7 sur 7.

Match nul donc. Mais pas si nul au final. Avec du fight et de l’intensité. Et un 4/4 jusqu’aux doubles. Avec envolée Annequinoise suite au gain des deux doubles aux 5èmes sets : 4/6. Puis retour du diable vauvert amiénois, 7/6. Avant que Benoît VAQUIER ne se fasse brognardiser. Donc score final de parité à 7/7.

Qui fait que l’on garde quand même toujours la première place de la poule. Mais sans plus aucun droit à l’erreur. Ne boudons toutefois pas notre plaisir. On a tant de fois occupé les derniers sièges. Que l’on peut encore savourer pour 15 jours ce moment de bénédicité.

En France tout finit par des chansons. Mais pas chez Gérard. Où tout se finit à la buvette.

Avec Raymond, un barman, en état de grâce. Formé au Vatican. Et qui comme à Lourdes, aura provoqué un miracle. En ressuscitant Benoît VAQUIER. Que la médecine avait laissé pour cliniquement mort à l’issue du dernier match. Après sa poussée de pétochite aiguë. Les traitements de Raymundo, à base de whisky-coca, l’auront miraculeusement ramené à la vie. Faisant disparaitre sa crispation jambière, sa paralysie têtale et membriale. On aura ainsi pu voir avec plaisir qu’au moins au bar il n’avait plus le petit bras.

Merci professeur Raymond. Merci professeur Gérard.

On savait déjà que les gens du Nord avaient dans les yeux le bleu qui manquait à leur décor. On a eu confirmation qu’ils avaient effectivement dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors.

Les boyaux rouges

Cyril DEVIN (2280 points, n°420) : Le pacte de compétitivité sur Arnaud SELLIER (victoire convaincante 3/1). Le pacte de croissance sur Christophe HARLE (victoire rapide 3/0). Mais a pris de plein fouet la crise économique, la chute du CAC 40, et l’effondrement de l’indice 6 ryl 2,20 sur Raphaël CHATELAIN (défaite 3/0).

Cédric KONURY (2146 points, n°659) : Volcanique. En période d’activité la lave lui coule dans les veines. Et lui monte au nez. Comme la moutarde. Aura failli faire succomber Raphaël CHATELAIN sous ses nuées ardentes (mais défaite finale 3/2). Aura difficilement englouti Benoît VAQUIER sous le magma (victoire étriquée 3/1). Mais aura finalement été refroidi par Haroun TAZIEFF-SELLIER (défaite 3/1).

Stéphane GUIOT (2106, n°787) : Aura eu sa tête sur le GUIOT avant de se faire décapiter par Raphaël CHATELAIN et Christophe HARLE (défaites 3/0). Mais aura par contre à son tour tranché d’un coup vif l’extrémité céphalique de Benoît VAQUIER (victoire 3/0). Ça nous aura permis de confirmer expérimentalement que, comme les canards, Benoît pouvait continuer à courir et à jouer sans tête durant tout le reste de la rencontre.

Samuel BROGNARD (1956 points) : Gérard NAPOLÉON peut toujours compter sur le vieux BROGNARD de sa garde impériale. Extirpé à l’arrache de la garnison de R3. Comme à Waterloo, est mort sur Christophe HARLE et Arnaud SELLIER (défaites 3/0). Mais ne s’est pas rendu sur Benoît VAQUIER (victoire 3/0).

Les pitchards

Raphaël CHATELAIN (3 victoires) : A du représenter le bac français et ses exercices de conjugaison ce samedi. Est PASSÉ d’un cheveu sur Cédric KONURY (victoire 3/2). Très PRÉSENT sur Stéphane GUIOT (victoire 3/0). PLUS-QUE-PARFAIT sur Cyril DEVIN (victoire 3/0). Louis-Nicolas BESCHERELLE approves this.

Arnaud SELLIER (2 victoires) : A commencé la rencontre presqu’aussi stressé qu’un diplomate ukrainien, à poil et à genou sur une règle, dans le bureau de Vladimir POUTINE (défaite 3/1 sur Cyril DEVIN). Mais a ensuite enfilé sa combinaison de Cosaque pour sabrer Samuel BROGNARD (victoire 3/1) et passer au knout Cédric KONURY (victoire 3/1).

Christophe HARLE (2 victoires) : Alors que tous les Geeks se gargarisent avec leur web 2.0, DUDU est lui déjà passé au 3.0. Ça gagne (contre Stéphane GUIOT et Samuel BROGNARD) ou ça perd (contre Cyril DEVIN). Mais au moins ça envoie du haut débit.

Benoit VAQUIER (0 victoires) : Aussi perdu qu’un Boeing de la Malaysia Airlines au dessus de la mer de Chine. A disparu des écrans radars durant toute la rencontre. La dernière fois que DUDU l’a vu, il planait à 15 000. Si on retrouve un jour les boîtes noires peut-être que l’on saura réellement ce qui s’est passé.

Denis CHATELAIN (le transporteur) : Le Jason STATHAM de la phlébite. A deux doigts de l’embolie pulmonaire de stress ce soir.

Les compositions

ANNEQUIN TT 1

Cyril DEVIN (2280 points, n°420), Cédric KONURY (2146 points, n°659), Stéphane GUIOT (2106, n°787), Samuel BROGNARD (1956 points).

ASTT 1

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345), Arnaud SELLIER (2252 points, n°445), Christophe HARLE (2203 points, n°527), Benoît VAQUIER (1924 points)

Le détail

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) perd Cyril DEVIN (2280 points, n°420) (8,-6,-7,-5)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) bat Samuel BROGNARD (1956 points) (4,7,1)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Cédric KONURY (2146 points, n°659) (-9,12,8,-8,7)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Stéphane GUIOT (2106, n°787) (-8,-6,-9)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) perd Cyril DEVIN (2280 points, n°420) (-5,-8,-3)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Samuel BROGNARD (1956 points) (5,5,4)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Stéphane GUIOT (2106, n°787) (11,7,6)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Cédric KONURY (2146 points, n°659) (3,-10,-10,-9)

Christophe et Raphaël perdent Cyril et Cédric (8,-9,8,-7,7)

Benoît et Arnaud perdent Samuel et Stéphane (8,5,-7,-4,-6)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Cyril DEVIN (2280 points, n°420) (7,6,5)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Cédric KONURY (2146 points, n°659) (4,-3,8,8)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) bat Stéphane GUIOT (2106, n°787) (6,5,7)

Benoît VAQUIER (1924 points) perd Samuel BROGNARD (1956 points) (-7,-10,-8)

Bilan : 0 perf, 0 contre, 0 carton

Chez Gérard: Le viandox à commander la veille. La prochaine fois, juré, il y aura de la fricadelle.

Chez Gérard: Le viandox à commander la veille. La prochaine fois, juré, il y aura de la fricadelle.

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:02

On l'a accroché dans notre chambre. Entre le poster de Jan-Owe WALDNER et celui de Tracy LORDS.

L'image du week-end
Partager cet article
Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 22:00

La victoire est en nous (Zinnedine Zizou 1998 ; Benoît Vaquier 2014).

Samedi 22 février 2014, troisième rencontre de la deuxième phase. Et réception de Charleville-Mézières. Pour le hat-trick. Ou la passe de trois : Dominique STRAUSS-KAHN likes this.

Une rencontre au bout du compte à sens unique, malgré quelques sets et parties accrochés. Mais avec une victoire au final 8/0. Oui un score saint-sébastianesque.

Les ardennais auront donc passé plus de temps au club-house que dans la salle. Dommage personne ne se prénommait FANNY au bar. Par contre ils auront collé une grosse branlée collective au chanoine KIR. Ça va, le prochain match n’est que dans 3 semaines ; ils devraient avoir regagné Charleville d’ici là. Peut-être.

Prochaine rencontre amiénoise à Annequin le 15 mars. Pour tenter le quatre-trick.

Les carolomacérés

Olivier CORABEUF (0 victoire) : Procrastinateur. A remis à demain la balle de match qu’il pouvait concrétiser aujourd’hui contre Christophe HARLE (défaite 3/2, après avoir mené 2 sets à 1 et 10/9). Aurait pu mettre son équipe sur de bons rails d’entrée, et éviter la bulle. Ses partenaires ne lui en ont pourtant pas tenu rigueur… Quand ils ont brûlé son sac et sa raquette au milieu de la salle à la fin de la rencontre.

Mickaël GAGNEREAUX (0 victoire) : Deux défaites 3/0 contre Arnaud SELLIER et Benoît VAQUIER. Bredouille donc. Après avoir réuni le Conseil, son capitaine a donc décidé qu’à partir du prochain match, sur la feuille de rencontre, en inscrivant la composition des équipes, il remplacerait le « REAUX » de la fin de son nom par « RIEN ».

Christophe LASSAUX (0 victoire) : LASSAUX mnolent sur Benoît VAQUIER, menant 2 sets à 0, avant de sombrer dans le coma pour perdre 3/2. Puis LASSAUX piqué sur Arnaud SELLIER avec une défaite 3/0, et quelques belles tatanes relevées et épicées.

Matthieu VALETTE (0 victoire) : Selon une prophétie viking, la fin du Monde était prévue pour ce samedi. En fait, erreur pour 7 milliards d’individus. C’était juste vrai pour Matthieu VALETTE. Avec 2 défaites 3/0 contre Raphaël CHATELAIN et 3/2 contre Christophe HARLE, 12/10 au 5ème set. Fumiers de vikings.

Les carolomassacreurs

Benoît VAQUIER (2 victoires) : Plus en mode Bernard LAVILLIERS que Benito MOZART ce soir. Oui, de n’importe quel pays, de n’importe quel couleur, le zit est un cri qui vient de l’intérieur… Mickaël GAGNEREAUX approves this.

Raphaël CHATELAIN (2 victoires) : A laissé autant de sets à ses adversaires que Dub de curly à l’apéro. La taille de son tee shirt ? M ? L ? XL ? Non. Juste la taille patron.

Arnaud SELLIER (2 victoires) : Joker médical. A été obligé de retrouver son sac Cornilleau au fond du garage. A soufflé la poussière et arraché les toiles d’araignées de ses plaques Pilot Advance. Puis a instantanément retrouvé ses jambes de junior et son envie de cadet : 6 sets de gagnés, pas un de perdu. Même pas besoin de le tremper dans un bain de formol ou de le cryogéniser jusqu’au prochain match. Il sera prêt. Et d’attaque. Au cas où.

Christophe HARLE (2 victoires) : En hommage au salon de l’Agriculture qui ouvrait ses portes aujourd’hui, aura commencé par jouer comme une chèvre contre Olivier CORABEUF, mené 2 sets à 1 et 10/9, avant de passer en mode Monsieur SEGUIN pour l’emporter 3/2. Aura souffert et soufflé comme un bœuf dans son deuxième match, contre Matthieu VALETTE, mais pour s’imposer en puissance et dans l’enthousiasme 3/2, 12/10 au 5ème.

Denis CHATELAIN (arbitre en bois): Les veines thrombosées et le mollet douloureux. S’était donc brossé les dents pour avoir l’haleine fraîche sur la chaise d’arbitrage lors du premier match de Christophe HARLE, avec sa phlébite au dentifrice. Puis aura frotté les jolies baskets vert-flashy de monsieur SELLIER, avec sa phlébite au cirage. Aura enfin regardé Benoît VAQUIER, le bourrin, envoyer pour remporter brillamment ses deux matchs, avec sa phlébite de cheval.

Curlp3 : Dédicace à la famille… Merci pour tous les messages d’encouragement sur le Forum Tennis de Table.com. Personne ne s’est encore aperçu que tu étais en fait notre tonton.

Les compositions

Charleville Mézières 3

Mickaël GAGNEREAUX (2046 points), Matthieu VALETTE (1968 points), Olivier CORABEUF (1910 points), Christophe LASSAUX (1832 points)

ASTT 1

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345), Arnaud SELLIER (2252 points, n°445), Christophe HARLE (2203 points, n°527), Benoît VAQUIER (1924 points)

Le détail

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Matthieu VALETTE (1968 points) (1,8,6)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) bat Olivier CORABEUF (1910 points) (12,-9,-6,10,5)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Mickaël GAGNEREAUX (2046 point) (12,7,8)

Benoît VAQUIER (1924 points) bat Christophe LASSAUX (1832 points) (-5,-9,7,8,6)

Raphaël CHATELAIN (2331 points, n°345) bat Olivier CORABEUF (1910 points) (3,9,5)

Christophe HARLE (2203 points, n°527) bat Matthieu VALETTE (1968 points) (4,-5,6,-9,10)

Benoît VAQUIER (1924 points) bat Mickaël GAGNEREAUX (2046 points) (3,5,5)

Arnaud SELLIER (2252 points, n°445) bat Christophe LASSAUX (1832 points) (5,4,11)

Bilan : 1 perf, 0 contre, 0 carton

Renault-Flins 1968 / ASTT 2014. Même combat.

Renault-Flins 1968 / ASTT 2014. Même combat.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche