Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 20:03

Dimanche 18 avril, réception de THORIGNE FOUILLARD pour la 16ème journée du championnat de proB.

Comme pour le vin rouge le championnat commence à bien décanter. Et pour Amiens, il avait depuis la semaine dernière un petit goût de piquette. Oui, ça a un peu tourné au vinaigre dimanche dernier : suite à la défaite contre CHARTRES 3/1, l’équipe amiénoise maintenant définitivement distancées par CHARTRES et ROANNE pour l’accession aux vignes de la proA.

Mais ce jour un match contre THORIGNE pour l’honneur de rester sur le podium et le 3ème tonneau de la proB.   

Et cet après midi ça n’aura pas été un fond de cubi La Villageoise mais une grande rasade de Château Petrus 1982: victoire 3/0 !!!

La médaille de bronze n’est plus très loin.

Retour aux affaires le mois prochain : le 18 mai à NANTES (qui se refait un peu plus le flacon, et la cerise à chaque match) ; puis le 21 mai, dernier match à la maison, pour la réception de ROANNE (et pour peut-être jouer une petite finale pour l'accession à la proA, dans leur duel à distance avec  CHARTRES).

Les Thoréfoléens

Jules ROLLAND (n°61) (0 victoire): Comme sur le vaccinodrome quand au dernier moment le gars devant toi chope la dernière dose de PFIZER.  Est ainsi venu mourir 11/9 à la belle contre Tomi LAKATOS. Pas vacciné donc. Mais très gros match malgré la défaite 3/2.

Léo DE NODREST (n°62) (0 victoire) : Jesus aura trempé ses balles directement dans le MODERNA pour lui mettre des grosses claquettes. Sur le torse et les cuisses. Vacciné donc. Mais à vif. Et défaite 3/1.

Noshad ALAMYIAN (n°29) (0 victoire) : Arrivé avec ses seringues d’ASTRA ZENECA. Mais le docteur JEAN, un peu fourbe, lui aura injecté direct la double dose dans le bras gauche. Celui qui tient sa raquette. Forcément... Résultat : le muscle deltoïde endolori, et montée en température. Un Noshad un peu fébrile et meurtri. Et défaite 3/2.

Les Amiénois

Grégoire JEAN (1 victoire) : Dès la fin de son match, Arnaud SELLIER aura pris l’empreinte de sa main gauche. Et une mèche de cheveu, en guise d’ADN. Si un jour les techniques de clonage sont au point, il aura une bonne base de travail pour produire du grand joueur. Big match ce jour. Et très belle victoire 3/2 contre Noshad ALAMYIAN.

Tomi LAKATOS (1 victoire) : Parti la semaine dernière s’entraîner en Espagne chez Jesus.  Devenu donc un nouveau disciple. Contre lui Jules ROLLAND n’aura pourtant pas mangé que de l’hostie. Mais une longue liturgie de tops frappés revers. Beau match de Tomi, évangélique. Et victoire 3/2.

Jesus CANTERO (1 victoire) : Contre Léo DE NODREST aura joué son premier set salle LABAUME. Le second, salle LA BIM ! Le troisième, salle L’abyme. Et le dernier, salle LABOUM !!! Et belle victoire 3/1 de Jesus.

Horacio CIFUENTES (qualifié olympique) : Auteur d’un incroyable tournoi à Rosario en Argentine la semaine dernière pour décrocher sa qualif aux JO. Aura montré la voie à ses partenaires. Et comment  planer sur ses adversaires. Muchas gracias Horacio.

Horacio CIFUENTES, le nouveau Christ de Rosario: notre lumière.

Horacio CIFUENTES, le nouveau Christ de Rosario: notre lumière.

La feuille de match

AMIENS vs THORIGNE FOUILLARD, 3/0. J16 de la 2ème phase 2020-2021 de proB

Le classement

AMIENS vs THORIGNE FOUILLARD, 3/0. J16 de la 2ème phase 2020-2021 de proB
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 10:21

Mardi 22 décembre 2020 : 7ème journée et  dernière de la phase et de l’année en proB. Match contre Thorigné Fouillard, près de Rennes. Une rencontre pour la 3ème place et pour rester sur le podium. Un déplacement dans le vent et la pluie. La Bretagne quoi.

Et la Bretagne, ça nous gagne : victoire 3/2 !

Un match incroyable, et à rebondissement.

François TRUFFAUT avait coutume de dire que le cinéma c’est mieux que la vie.

Le ping-pong aussi.

Les Thoréfoléens

Noshad ALAMYAN (n°25) (0 victoire) : A dû, dans la nuit de lundi à mardi, se faire mordre par une chauve-souris qui avait auparavant mordu un pangolin, qui avait lui-même mordu Tomi LAKATOS… Un Noshad forcément en période d’incubation virale. Car pas du tout dans son assiette, et loin de son rayonnement habituel. Avec deux défaites 3/0 contre Grégoire JEAN et Jesus CANTERO.

Léo DE NODREST (n°62) (1 victoire) : Privé de ping-pong depuis plusieurs mois en raison de blessures à répétition, avait emmagasiné une boule de feu de top frappés et au rebond, dans son cœur, et son bras gauche. Aura tout délivré d’un coup contre Horacio CIFUENTES. Et très belle victoire 3/2, 12/10 à la belle après avoir sauvé 2 balles de match.

Damien PROVOST n°73 (1 victoire) : La « Castex touch ». Aura déconfiné Tomi LAKATOS au premier set, pour mieux l’auto-confiner au second, puis le mettre définitivement sous couvre-feu au 3ème set, à partir de 17h15. Et belle victoire premierministresque 3/0.

Les amiénois

Grégoire JEAN (n°65) (1 victoire + double) : Son nouveau look à base de bandana et de petite barbiche d’Artagnesque lui confère de faux airs de Robert de NIRO (dans Voyage au bout de l’enfer), et de Keanu REEVES (pour les filles). Et il aura donc, dans son premier match, sulfaté Noshad ALAMIYAN 3/0 sans lui laisser aucune chance. Avant de dynamiter le double thoréfoléen... L’homme du match. Le John WICK amiénois.

Jesus CANTERO (n°47) (1 victoire): Après avoir passé 40 jours dans le désert de la lose, Jesus aura enfin ressuscité contre Noshad ALAMIYAN (n°23) ! Il est enfin là le fils de Dieu ! Enorme victoire 3/0 à base de gnaque, de grinta et de claquettes coup droit. Alleluia !

Horacio CIFUENTES (n°48) (victoire en double): Très gros match contre Léo DE NODREST, mais défaite 12/10 à la belle. Devrait se faire injecter le vaccin russe fin décembre, dès son retour en Argentine. A base d’ARN de Vladimir POUTINE et d’ADN de  tueur du KGB. C’est très bien, ça devrait lui conférer le caractère froid et impitoyable qui lui permettra à la rentrée de concrétiser ses balles de match pour s’imposer à la belle. On devra par contre lui filer de la vodka et plus d’eau à la fin de chaque set. Adaptation.

Tamas LAKATOS (n°35) (0 victoire): Covidé à 1000% en septembre avec 3 tests PCR positifs de suite. N’a malheureusement toujours pas retrouvé le goût, notamment du ping-pong, ni l’odorat. N’aura donc même pas pu humer que ça sentait le pâté, puis le sapin sur Damien PROVOST (n°78). Et défaite coronavirussienne, sans contestation aucune, 3/0.

Arnaud SELLIER (coach marin-pêcheur) : A l’issue du match, aura fait sienne cette devise : « Donne un poisson à un breton, tu le nourris pour un jour. Apprends-lui à pêcher, il se nourrira toute sa vie. »

 

Le vaccin universel: anti-morosité et anti-lose. A base de gouttes de sueur de Grégoire JEAN.

Le vaccin universel: anti-morosité et anti-lose. A base de gouttes de sueur de Grégoire JEAN.

La feuille de match

La feuille de match

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 16:55

Le calendrier est sorti !

Le vendredi 16 octobre de l’an de grâce 2020 verra donc se dérouler le premier match de la première phase de la saison 2020-2021 de proBAY (ce sera le dimanche 18 octobre pour les amiénois). Une nouvelle aventure. Un nouveau voyage. Bref, une nouvelle saison. Et nous irons tous au paradis car, c’est confirmé, l’Enfer c'est bien ici...

La sortie du confinement pour la proB. On n’y croyait plus!

Le petit virus aura enterré la saison 2019/2020 dans son suaire blanc. Sans montée ni descente. Et donc sans tambour ni trompette. Et nous aura fait enchaîner avec une longue, très longue, quarantaine de 7 mois…

Mais c’est fini !!!! Back to the business ! Back to the office ! 

« Ah sah fé plézir !!!!”

Alors certes, des spécialistes glaçants et pisse-froids de BFM TV nous prédisent déjà une deuxième vague virale en octobre-novembre... Sans déc ?! …

La présentation de la saison 2020/2021 de proB

Déjà,… ça n’est pas possible. La saison sera commencée. A peine sortie de réa, la proBay se retrouverait de nouveau intubée et ventilée, avec des tuyaux partout. Et une petite sonde en plastique pour nous aider à faire pipi ? Mais sérieux ?!?!

On ne peut pas avoir une dérogation ? Dire qu’on se baignera dans de la solution hydro-alcoolique avant chaque match, puis qu’on la boira ? Se faire transfuser du sang de pangolin ? Demander au professeur Didier RAOULT qu’il appose ses mains sur nos fronts pour nous démarabouter ?...

Non. Ne pensons pas au pire. Fermons les yeux, et enterrons-nous la tête dans le sable.

Tout va bien se passer. Car tout doit bien se passer...

La proB, juillet 2020.

La proB, juillet 2020.

MAIS PUNAISE :  METTEZ DONC CES PUTAINS DE MASQUES !!!!

ET RESPECTEZ LA DISTANCIATION SOCIALE !!!

BORDAYL !!!

Voilà c'est ça qu'on veut ! (Et très beau masque, en toute impartialité)

Voilà c'est ça qu'on veut ! (Et très beau masque, en toute impartialité)

LES ÉQUIPES EN PRÉSENCE

En fait on prend les mêmes teams que l’an dernier et on recommence. Mais seulement dans l’intitulé. Car dans les effectifs cela aura pas mal bougé. Pour tous. Sauf pour Chartres.

CHARTRES :

L'équipe chartraise sur parking de la salle Rosskopf

L'équipe chartraise sur parking de la salle Rosskopf

On ne change pas une équipe qui gagne. Ils avaient déjà roulé sur tout le monde l’an dernier. Les quatre mêmes grosses, très grosses, cylindrées, seront réalignées sur la même ligne de départ pour cette saison (Bence MAJOROS/Florent LAMBIET/Vitor ISHYI/Irvin BERTRAND). Et pour sûr, ils ré-enclencheront la première, la marche avant, puis la surmultipliée, dès leur premier match contre Nantes. Et ils carbureront sans freins. Pas installés. Pas besoin. Car ils ne s’arrêteront qu’une fois le mur du son de la proA franchie.

ROANNE :

L'équipe Roannaise dans les douches

L'équipe Roannaise dans les douches

L’ambition retrouvée après une saison en demi-teinte. Et l’équipe s’est donnée plus que les moyens avec la resignature d'Iba DIAW, le recrutement de Martin ALLEGRO, transfuge d’Issy Les Moulineaux et l’un des meilleurs performers de proB l’an dernier, de l’autrichien Alexander CHEN muté de Tours, et surtout l’arrivée de l’indien Hameet DESAI. Le charme et le top spin de l’Orient. La perle du Bengale. Le tigre du Rajahstan !

TOURS :

L'équipe Tourangelle, partie pour charbonner

L'équipe Tourangelle, partie pour charbonner

Déçus par les performances de l’équipe l’an dernier, les dirigeants auront cette fois joué la sécurité. Avec  les arrivées du vétéran Daniel GORAK et le retour de Clément DEBRUYERES. La mission : forcément, en polonisant la team : ne pas avoir peur de se salir les mains, descendre dans la mine, carburer à la vodka. Et aller au charbon ! Na zdrowie !

THORIGNE-FOUILLARD :

Le double thoréfoléen cette saison

Le double thoréfoléen cette saison

 Encore mathématiquement dans la course l’an dernier pour la montée, et les seuls vainqueurs de l’équipe chartraise la saison précédente. Déjà une grosse équipe dans le monde d’avant-Covid. Mais l’essentiel pour les Thoréfoléens était déjà de conserver le meilleur joueur de proB de la saison avortée, l’iranien Noshad ALAMI-2points.  Accomplished mission ! Hyper-important, car avant même de taper la première balle ça part déjà à 2 zéros pour la Bretagne. Et avec l’arrivée de Damien PROVOST en joker de luxe, le recrutement judicieux de Léo 2-NODREST, petite pépite française, et avec un Jules ROLLAND en pleine poussée testostéronique, ayant musclé son jeu, avec la naissance d’un petit duvet sur sa lèvre supérieure, ça va de nouveau, assurément, lutter pour la montée en proA. Avec la conjugaison de la jeunesse et du talent.

ARGENTAN :

La lutte finale pour les Argentanais cette saison

La lutte finale pour les Argentanais cette saison

À la peine l’an dernier, et plutôt mal assis sur le strapontin proche de la descente, le coach a fait le ménage et rameuter la vieille garde rouge. Avec les retours de GADIEV et GUSEV, qui avaient déjà passé toute la proB à la Kalashnikov et au cocktail Molotov il y a quelques saisons. La confiance dans l’acier russe : gage de soliditov. Et une équipe qui, la saison prochaine, pourrait créer de sacrées surprisov.

MIRAMAS :

Dorian ZHENG accueilli par ses nouveaux partenaires

Dorian ZHENG accueilli par ses nouveaux partenaires

Le phénix est toujours là. Et comme chaque année, après une saison longue et éreintante, HE ZHIWEN renaît de ses cendres en septembre. Puis fesse toute la proB à partir d’octobre... Déjà bien épaulé jusqu’alors par Junge, il récupère un autre ZHENG en la personne de Dorian. Qui armé de son nouveau soft-baguette magique, avait fini la saison dernière en boulet de quiddich. Le nouvel Harry POTTER de la proB. C’est écrit :  les Moldus vont encore prendre bien cher en terre Miramassienne.

METZ :

"Metz que un club"

"Metz que un club"

A l’Est, rien de nouveau. Mais pareil que pour Chartres: pourquoi diable bouleverser une équipe jeune, sympathique et qui déboîte tout le monde ? Les trois mousquetaires de la saison passée CHEN-DORR-BOURRASSAUD toujours là, avec en plus l’arrivée de d’Artagnan LLORCA en numéro 4 : un pour tous, tous pour Metz !

ISSY LES MOULINEAUX :

La Bamba, le nouvel hymne des Isséens cette saison

La Bamba, le nouvel hymne des Isséens cette saison

Hémorragie de joueurs en fin de saison. Mais le mercato est passé par là et ça repart, avec un effectif remanié. Avec l’homme de base, l’inamovible Kevin RIVOAL et les arrivées des jeunes Rémi MENAND de Thorigné, d’Alexis DOUIN d’Argentan, et surtout de Marcos MADRID descendant de Caen et de proA. El mariachi mexicain qui fera danser toute la proB la saison prochaine au son de sa guitarron et de ses maracas. Vamos !

NANTES :

Bleu, blanc, rouge, les couleurs nantaises cette année

Bleu, blanc, rouge, les couleurs nantaises cette année

Idem qu’ISSY, départs en masse l’an dernier. Rapport à une saison difficile, l’équipe ayant flotté continuellement sur les dernières places du classement. Mais cette saison, la seule équipe 100% française avec les retours du jeune-vieux routard Paul GAUZY, du vieux-jeune routard (mais avec toujours la grinta) Julien PIETROPAOLI et l’arrivée de Mathieu DE SAINTILAN, spectaculaire défenseur en provenance de Boulogne. Et bien sûr l’inoxydable Dorin CALUS pour tenir la baraque. Au cas où.

AMIENS :

Los hombres de Amiens esta temporada

Los hombres de Amiens esta temporada

L’équipe la plus hispanisante. La plus caliente aussi, forcément, avec les recrutements d’Horacio CIFUENTES, n°1 argentin et de Jesus CANTERO n°2 espagnol. Avec toujours Tomi LAKATOS et Grégoire JEAN comme picadors. Une belle équipe de toréros qui devraient planter quelques banderilles : Olé !  Sans parler de Jesus qui, aux dernières nouvelles change toujours l’eau en vin :  Alleluïa !!!

LES JOUEURS

Toujours du prévisionnel pour le moment (avec ci-dessous une liste provisoire des joueurs pressentis dans chaque équipe).  Elle pourrait être modifiée d’ici au 15 août (date limite des mutations). Et d’autres joueurs pourraient l’intégrer.

La présentation de la saison 2020/2021 de proB

Au doigt mouillé, une moitié de joueurs français (avec 9 petites pépites de moins de 25 ans) et une moitié de joueurs étrangers, de 16 nationalités différentes (8 européens, 3 russes, 3 sud-américains, 3 asiatiques, 2 africains).

Les classements s’étaleront de n°15 à n°152 (moyenne n° 69 : oui, il n’y a jamais de hasard).

Avec 80% des joueurs classés dans les cent premiers du classement français : oui, le spectacle sera au rendez-vous !

Le calendrier des amiénois

Le calendrier des amiénois

Le calendrier de la première phase de proB

Le calendrier de la première phase de proB

LES PRONOSTICS

Compliqué. Car beaucoup de facteurs encore inconnus, entrent en ligne de compte : la programmation de la saison 2 de Covid-19, le retour ? Matchs repoussés/annulés/perdus sur tapis vert ? La re-fermeture des frontières (avec la moitié des joueurs de proB sur le carreau ) ? Un re-confinement à l’étranger, ou national,  ou départemental, ou par ville, à moins que ce ne soit par rue, par gymnase, par discipline sportive ? Les leaders seront-ils au rendez-vous ? Tous pourront-il échapper aux blessures ? Une mauvaise ambiance dans une équipe ? A contrario l’euphorie ou l’état de grâce dans d’autres groupes ? Y aura-t-il de la neige à Noël ? Qui était le masque de fer ? Qui a tiré sur le président JF Kennedy ? Qui sera le nouveau président de la fédé ?...

Beaucoup trop de questions sans réponses. Et difficile pour cela d’activer le logiciel de la win et celui de la lose pour avoir des prévisions ou estimations. Mais lançons-nous quand même. Car le sang de Pierre MENES et de Gilles FAVARD coule aussi dans nos veines. Oui, nous aussi on adore les pronostics pourris et enfoncer des portes ouvertes.

« En fait je m'y connais autant en ping-pong qu’en foot. Mais je vous ai déjà dit que j'étais ami avec Thierry Henry ? »

« En fait je m'y connais autant en ping-pong qu’en foot. Mais je vous ai déjà dit que j'étais ami avec Thierry Henry ? »

Tout le monde en convient, le système actuel permet de s’en sortir en alliant un très fort joueur (2 points) et un double performant (+ 1 point) pour enquiller les victoires.

Mais objectivement et indépendamment de cela, Chartres semble l’équipe la mieux armée, la plus homogène et la plus compacte, pour appuyer sur le bouton proA de l’ascenseur pour l’éternité. Attention toutefois car Roanne a de très solides arguments à faire valoir et a composé l’équipe pour rivaliser. Et il sera sans nul doute là, le grand choc, le GROS match de la saison.

Il faudra également plus que compter sur Thorigné et Tours si Rolland/De Nodrest et Gorak/Bardet se mettent à faire des étincelles.

AmiensArgentan, Miramas, Metz pourraient également créer la (des) surprises.

Issy Les Moulineaux et Nantes peut-être un peu plus en retrait ; mais un grand Marcos Madrid, et l’euphorie nantaise pourraient également renverser des montagnes.

Franchement, ce sera encore très serré, avec une saison encore passionnante en perspective.

Nous, on a hâte…

Et pourtant, certains s’ennuient, paraît-il, en proBay... Mais pas nous !  

Pour illustrer cela, ci-joint le photo-reportage d’une journée type de proBAY à Amiens:

Samedi 9h : Arrivée des joueurs sur le tarmac amiénois

Samedi 9h : Arrivée des joueurs sur le tarmac amiénois

Samedi 9h30 : Le trajet depuis l’aéroport sous les vivas d’une foule venue nombreuse

Samedi 9h30 : Le trajet depuis l’aéroport sous les vivas d’une foule venue nombreuse

Samedi 9h35 : Pas de perte de temps, business meeting dans la limousine avec le comité sportif, à base de power-point

Samedi 9h35 : Pas de perte de temps, business meeting dans la limousine avec le comité sportif, à base de power-point

Samedi 10h : Arrivée au Campanile Amiens Sud

Samedi 10h : Arrivée au Campanile Amiens Sud

Samedi 10h15 : Présentation de l’équipe logistique devant prendre en charge chaque joueur : le plieur de tee-shirt, le nettoyeur de plaques, le laceur de baskets, le porteur de sac.

Samedi 10h15 : Présentation de l’équipe logistique devant prendre en charge chaque joueur : le plieur de tee-shirt, le nettoyeur de plaques, le laceur de baskets, le porteur de sac.

Samedi 11h : Séance avec l’équipe technique pour l’analyse vidéo des adversaires du jour

Samedi 11h : Séance avec l’équipe technique pour l’analyse vidéo des adversaires du jour

Samedi 11h45 : Expertise de l’autopsie des adversaires de la semaine dernière. Enfin, ceux qui avaient un cerveau.

Samedi 11h45 : Expertise de l’autopsie des adversaires de la semaine dernière. Enfin, ceux qui avaient un cerveau.

Samedi 12h30 : Repas préparé par un chef étoilé : léger, fin, gracieux, mais calorique juste ce qu'il faut.

Samedi 12h30 : Repas préparé par un chef étoilé : léger, fin, gracieux, mais calorique juste ce qu'il faut.

Samedi 13h30 : La sieste réparatrice avant le gros match

Samedi 13h30 : La sieste réparatrice avant le gros match

Samedi 16h00 : Arrivée des joueurs salle Labaume

Samedi 16h00 : Arrivée des joueurs salle Labaume

Samedi 18h-20h30: Le match. Grâce, poésie et légèreté.

Samedi 18h-20h30: Le match. Grâce, poésie et légèreté.

Samedi 21h : Repas dans le club-house avec les partenaires

Samedi 21h : Repas dans le club-house avec les partenaires

Samedi 23h : Debrief de la rencontre (on gagne toujours !)

Samedi 23h : Debrief de la rencontre (on gagne toujours !)

Mais oui, on se tue à le dire depuis le début !

Mais oui, on se tue à le dire depuis le début !

Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 05:38

La décision est tombée ce vendredi 10 avril au soir : arrêt du championnat de proB...

Un individu microscopique, du groupe des Orthocoranivirinae-enculado, circonscrit par une mince capside avec un tout petit génome à ARN, sans aucun neurone et incapable d’enchaîner deux tops (ne te moque pas, on connait des joueurs avec les mêmes caractéristiques), aura donc eu raison de la plus grande des divisions pongistes… La proBay, la plus belle ligue (mais seulement depuis cette année, depuis qu’on y évolue en fait; oui, tu auras noté que jusqu’à l’an dernier, le meilleur championnat c’était celui de Nationale 1).

Le coupable: petit mais costaud... Forcément, couvert de picots

Le coupable: petit mais costaud... Forcément, couvert de picots

I) PRELUDE

C’est le printemps d’après le calendrier : le soleil brille et les petits oiseaux chantent. Mais grosse et terrible annonce fédérale hier soir: un froid polaire vient brutalement de s’abattre sur la proB... Et le classement a été gelé. Chartres, premier du groupe, pris dans les glaces ne pourra pas monter en proA... Nantes, dernier, n’ira pas non plus descendre se réchauffer en N1.

C’est court et succint, réglé en 2 punchlines. Mais le message est clair.

C’est court et succint, réglé en 2 punchlines. Mais le message est clair.

Ce coup de froid, brutal, sur la proB, vraiment pas de saison !

Ce coup de froid, brutal, sur la proB, vraiment pas de saison !

Après avoir joué 12 matchs sur 18, soit 66.666% du championnat (le chiffre du diable !), la ligue s’arrête, essoufflée, et fébrile. Avec des quintes de toux débutantes.

Une saison blanche donc. Mais loin d’être sèche !

Car la lutte aura été en effet âpre durant 7 mois. Et les émotions humides. Et intenses.

Oui, ça c'était proBAY !

Oui, ça c'était proBAY !

Quelles leçons tirer de ce confinement forcé ?

Les pâtes cuisinées au PQ, c'était peut-être ça le véritable remède contre le virus. On n'écoute pas assez la sagesse populaire.

Les pâtes cuisinées au PQ, c'était peut-être ça le véritable remède contre le virus. On n'écoute pas assez la sagesse populaire.

On le pressentait, mais maintenant c’est validé : une partie des Français ne sont que des gros cons. A l’approche d’une pandémie sanitaire, ils pensent se protéger en s’abritant derrière des murs gigantesques de PQ ou sous des montagnes de pâtes... Et forcément, en plein confinement, ils se découvrent tous brutalement une âme de runners se préparant pour les JO du footing… Ou se précipitent pour traverser le pays pour une semaine de vacances en Bretagne ou en Normandie… Mais niquez-vous tous !!! Qu’on leur jette des centaines de litres de solution hydro-alcoolique. Mais dans les yeux... Et sur l'anus!

 

Quelles leçons tirer de ce championnat de proB tronqué ?

Un championnat reste un championnat. Même arrêté en pleine course... Même fauché comme un lapin en plein vol (analyse thierryrolandesque).

Cette saison 2019-2020, sidérée par le Coronavirus, aura pourtant tenu ses promesses. Avec, comme toujours, des confirmations (et des leaders pressentis au rendez-vous : CHARTRES, THORIGNE, et ISSY), de petites déceptions (avec TOURS et ROANNE), et des surprises (plutôt bonnes, mais oui, allez AMIENS !!!).

Mais comme au final tout le monde se maintient, sans montée, ni descente, on s’en fout un peu maintenant...

Toujours en phase croissante, le pic de l'épidémie toujours pas atteint en proB

Toujours en phase croissante, le pic de l'épidémie toujours pas atteint en proB

L’analyse évolutive du cumul des scores en fonction des journées (tu noteras que même à la bourse de New-York les graphiques ne sont pas si beaux) permet en fait de distinguer 4 agrégats de points, et donc d’équipes :

- CHARTRES, au dessus, depuis le début,

- puis THORIGNE-FOUILLARD (mais un match en moins) avec ISSY LES MOULINEAUX,

- un grupetto ensuite avec : AMIENS (un match en moins), TOURS, METZ, ROANNE et MIRAMAS,

- et pour terminer, dans la voiture balai : ARGENTAN et NANTES.          

Certes, rien n’était complètement joué pour la montée. Mais elle semblait difficilement pouvoir échapper à CHARTRES. A part incident industriel…Et maintenant on pourra même le remplacer par « pandémie virale » ! Méritaient-ils de monter ?... Oui, probablement... Mais en 6ème B on méritait aussi d’aller en classe de neige. Quand madame Pimbert s’est cassée le pied. Et on est resté au collège à faire des exercices de maths. La vie est, depuis, toujours aussi injuste

Pour la descente en N1, deux équipes étaient un poil décrochées : Argentan à la 9ème place et Nantes à la 10ème place. Mais rien n’était fait non plus pour personne. Car seulement 7 points séparaient le 4ème du 10ème, avec encore 6 matchs à jouer...

L'arrêt du championnat de proB: les réactions.

L'arrêt du championnat de proB: les réactions.

Fallait-il arrêter le championnat professionnel ?

On ne va tergiverser : au vue de la situation actuelle, ben oui… On n’est pas journaliste sur BFMTV, on n’est donc pas spécialiste mondial en virologie-pandémie-et santé publique. Mais bon, à partir du moment où l’ITTF arrêtait toute compétition jusqu’au 30 juin, qu’on sucrait le bac, qu’on annulait Wimbledon et qu’on décalait d’un an les JO de Tokyo…C’était quand même compliqué de faire autrement.

Alors certes, l’arrêt du championnat de ping créera un sacré souk, et un manque à gagner certain pour tous les clubs.

Mais, en plein confinement, ou au sortir de ce dernier, comment faire venir et voyager des joueurs de toute l’Europe ? Comment se déplacer aux quatre coins du territoire français ? Comment faire respecter les règles de distenciation sociale, de lavage de mains, de port de masques lors des rencontres ? Comment organiser des compétitions de haut niveau, accueillir du public? En faisant des matchs à huis clos ? …Mais quel intérêt ?...

Non, il n’y a avait malheureusement pas d’autres décisions à prendre. C’était la plus sage... Peut-être la plus triste et la plus navrante, notamment pour certaines équipes…Mais la plus sage.

Et la sentence est irrévocable...

Et la sentence est irrévocable...

II) LE BILAN PAR EQUIPES

Les Chartrains

Les Chartrains

CHARTRES 1er, 35 points: les Chartrains auront roulé sur le championnat depuis le début avec des jantes extra-larges : 11 victoires pour une seule défaite. Ils ne seront en effet descendus qu’une fois du Porsche-Cayenne des leaders, avec une défaite 3/2, contre le dauphin THORIGNE-FOUILLARD.

Une équipe de cadors (Vitor ISHIY titulaire de l’équipe du Brésil, Florent LAMBIET en équipe Belge, Bence MAJOROS en équipe Hongroise et en remplaçant la pépite française Irvin BERTAND), initialement composée pour jouer en proA, mais qui à la suite de péripéties (blessure d’Alexandre ROBINOT l’an dernier) s’était malencontreusement retrouvée en proB. Ils auront été accrochés sur quelques matchs lorsque le leader d’en face aura fait des étincelles : avec trois victoires 3/2 contre MIRAMAS (2 points d’He ZIWHEN), AMIENS (2 points de Tomi LAKATOS au match retour), THORIGNE (2 points de Noshad ALAMYIAN au match aller, avec encore 2 points pour lui au match retour lors de la seule défaite Chartraise de la saison 3/2). Mais leur homogénéité et leur compactitude (ce mot n’existe pas mais mériterait d’être créé) aura quasiment toujours fait la différence. Si leur effectif reste le même la saison prochaine, ils devraient ré-enclencher le rouleau compresseur, et de nouveau écraser la proB l’an prochain.

Les Thoréfoléens

Les Thoréfoléens

THORIGNE FOUILLARD, 2ème, 30 points (mais avec un match en moins) : L’équipe Bretonne, emmenée par un irrésistible Noshad ALAMYAN aura eu un parcours rectiligne et ascendant, avec de très solides lieutenants Tiago MONTEIRO et Julles ROLLAND. Mais avec quelques accrocs surprenants contre AMIENS et ARGENTAN (avec deux défaites 3/2). Ils s’étaient lancés depuis janvier dans un ultime rush et une dernière ligne droite de folie, presqu’au coude à coude avec CHARTRES, les battant même au match retour. Mais cinq points derrière (avec un match en moins), auraient-ils pu revenir ? No lo se…  Car malheureusement personne ne verra jamais le bout du tunnel cette saison…

Les Isséens

Les Isséens

ISSY LES MOULINEAUX, 3ème, 29 points : Une équipe homogène qui aura ronronné tranquillement, malgré les blessures à répétition de Léo De NODREST et Benjamin BROSSIER. Avec un leader très solide en la personne du jeune Belge Martin ALLEGRO. Et sans ces aléas thérapeutiques, une équipe qui aurait pu mieux faire. Passons rapidement sur le non match à THORIGNE, avec un déplacement à trois joueurs dont deux blessés avant la rencontre, et qui forcément ne joueront pas. Mais pas de forfait général sur cette rencontre, et même un point scoré grâce à la victoire d’ALLEGRO sur MONTEIRO. Masterclass ! Du grand art : la magie de la proB…

Les Tourangeaux

Les Tourangeaux

TOURS, 4ème ex aequo , 23 points : Belle équipe, mais vraie déception car elle devait, sur le papier, se mêler à la lutte pour la montée. L’absence de SHAN Meng sur quelques matchs aura été préjudiciable et ses compères, Romain LORENTZ et Alexander CHEN, malgré un excellent Lilian BARDET, auront parfois galéré. Ce qui explique cette quatrième place un peu décevante, au pied du podium.

Les Messins

Les Messins

METZ, 6ème ex aequo, 22 points : Une équipe adulescente, enthousiaste, sympathique. De jeunes athlètes (Diogo CHEN, Esteban DORR, Florian BOURRASSAUD, CHERNOV) avec de petits abdominaux bien fermes. Mais qui finissent quand même dans le ventre mou du championnat.

Les Roannais

Les Roannais

ROANNE, 6ème ex aequo, 22 points : Là aussi, deuxième petite déception de la saison, car l’équipe devait initialement participer au gros fight pour la montée. Et ils se sont retrouvés durant toute la première partie de saison, à lutter pour ne pas descendre. Malgré un très bon Ibrahima DIAW, ses compères (Paul GAUZY, Vladimir ZHMUDENKO, Dorian ZHENG) auront eu de petites sautes de forme ou d’humeur, et auront parfois joué sur du courant et du ping alternatifs. Ce qui explique cette sixième place, peu conforme avec leur rang et leur niveau, dans le gras du bide du classement.

Les gars de Miramas

Les gars de Miramas

MIRAMAS, 6ème ex aequo, 22 points : Toujours HE Zhiwen-dépendants. Mais à 94 ans il aura encore porté et tenu à bout de bras l’équipe sudiste. Avec ponctuellement un bon petit coup de main de ZHENG Junge en simple et un VILCHEZ performant en double.

Les gars d'Argentan

Les gars d'Argentan

ARGENTAN, 9ème, 17 points : Donnés pour mort en première partie de championnat, ils ont ressuscité, se sont relevés et ont commencé à remarcher sur tout le monde. Les LAZARE du tennis de table. Avec un Segun TORIOLA toujours vert. Et avec l’arrivée de Maksim KISELEV dans le groupe, après quelques tergiversations, ils avaient fini par trouver leur compo et leur rythme de croisière avec un KRIVOSHEEV qui avait repris la confiance. Preuve aussi que les grands clubs ne meurent jamais.

Les Nantais

Les Nantais

NANTES, 10ème, 16 points : Ça commençait à sentir le roussi pour les Nantais. Avec un Damien PROVOST à la peine cette saison, et un Dorian CALUS qui aura dû ressortir le bleu de chauffe (avec encore deux perfs à son actif !). Mais avec un Bastien REMBERT bien en jambes et  qui marchait sur l’eau depuis les Frances, et un Vincent PICARD bien revenu, ils pouvaient aussi espérer sortir la tête de l’eau, frapper très fort en fin de saison, et échapper à la descente fatidique dans le gouffre de la N1.

Les Amiénois

Les Amiénois

AMIENS, 4ème ex aequo, 23 points : Comme avec les desserts, on garde toujours le meilleur pour la fin. La vraie surprise du championnat. Annoncés comme une petite équipe de tocards « Cette saison on ne sait pas encore qui va monter, mais on sait déjà que ce sont les Amiénois qui descendront » (sic)... Bon, certes, tout le monde se maintient cette année, mais une belle quatrième place quand même.  Avec un Grégoire JEAN de gala en début de saison, jusqu’à sa blessure en décembre, et un Tomi LAKATOS qui une fois acclimaté et ayant pris ses marques, pliera tous ses adversaires un par un. Les deux leaders amiénois auront fait le boulot, bien aidés ponctuellement par un Denislav KODJABASHEV sous-côté, et un Alexis MOMMESSIN toujours combattant. Même si la fin de championnat s’annonçait tendue, un maintien bien mérité ! Et le droit, non usurpé, de repartir en proB l’an prochain, pour redisputer une nouvelle saison. Avec la ferme intention de continuer à jouer les trouble-fêtes !

III) LE RETOUR SUR LES RENCONTRES

Cette saison 59 rencontres auront été disputées (manquera le match Thorigné/Amiens pour clore la 12ème journée). Avec 18 rencontres qui se seront achevées sur le score de 3/0 (31%), 20 rencontres sur le score de 3/1 (34%) et 21 sur le score de 3/2 (36%). Quand on se déplace sur un match de proB, on a un risque sur trois d’assister à une raclée, une chance sur trois d’assister à une rencontre accrochée, et une extraordinaire chance sur trois d’assister à un très gros combat.

Mais quel que soit le score, la proB ça barde toujours!

Mais quel que soit le score, la proB ça barde toujours!

Les amateurs de suspens

Au classement des équipes qui auront joué le plus de matchs en 5 points, jusqu’au bout de la nuit, (victoires ou défaites 3/2), AMIENS arrive en tête avec 7 rencontres (64% de leurs matchs), suivi de THORIGNE (6 matchs, 55%), MIRAMAS (6 matchs, 50%), CHARTRES, ROANNE et ARGENTAN (4 matchs, 33%), puis TOURS, METZ et NANTES (3 matchs, 25%). Le 3/2 (ou 2/3, c’est selon l’humeur) ne branche pas trop ISSY, avec seulement deux rencontres disputées en cinq parties (17% des matchs). La conclusion, c’est qu’à Amiens en tout cas, on ne regrette pas sa soirée ! https://www.youtube.com/watch?v=XqhOTzgqHug

Fight-club

Fight-club

Les meilleurs bouchers de la poule (auteurs de victoires 3/0)

Florent-Irvin VITOR-BENCE, installé à Chartres

Florent-Irvin VITOR-BENCE, installé à Chartres

Ce classement reproduit en fait peu ou prou le classement final. Avec CHARTRES, le crayon sur l’oreille, les joues roses, rebondies, nous demandant « Il y en a un peu plus, je vous le mets quand même ?». Oui, les charcutiers Chartrains auront découpé nombre de leurs adversaires, et remporté 5 rencontres sur le score de 3/0. Ils sont suivis de près par THORIGNE  avec 4 matchs gagnés 3/0, puis ISSY et TOURS (3 matchs gagnés 3/0) et enfin METZ, ROANNE et NANTES (1 victoire 3/0). Les 3z c’est pour les équipes de tueurs. AMIENS, MIRAMAS et ARGENTAN, trop sensibles et délicats, des esthètes ou des artistes, on ne sait pas, n’auront, eux, jamais osé gagner un match 3/0. Le respect de leurs adversaires poussé à l’extrême.

Les fragiles de la poule (victimes de défaites 3/0)

Quand tu joues à Nantes et Argentan

Quand tu joues à Nantes et Argentan

NANTES et ARGENTAN mènent la danse cette saison avec 4 défaites 3/0, puis TOURS avec 3 défaites 3/0, MIRAMAS et AMIENS avec deux défaites 3z et enfin ISSY, METZ et ROANNE avec une seule lose 3/0. CHARTRES et THORIGNE se sont auto-exclus de ce classement, aucune de ces deux équipes n’ayant jamais pris un UN, DEUX, ET TROIS ZERO ! Bravo à eux !

Les rois du double

Le double, c'est nul

Le double, c'est nul

Bon, on est tous d’accord (surtout celui qui écrit), pour dire que les doubles, c’est nul !!! Mais en proB on est obligé de les jouer. Les meilleurs dans l’exercice sont CHARTRES et ROANNE avec 75% de leurs doubles gagnés (3 gagnés pour 1 perdu), puis MIRAMAS et METZ avec 67% de doubles gagnés (4 gagnés pour 2 perdus pour Miramas et 2 gagnés pour un perdu pour Metz), ensuite THORIGNE avec 50% des doubles gagnés (3 gagnés, 3 perdus), puis AMIENS avec 47% de doubles gagnés (3 gagnés pour 4 perdus), TOURS et NANTES avec 33% des doubles gagnés (1 gagné pour 2 de perdus), puis ARGENTAN avec 25% de doubles gagnés (1 gagné pour 3 de perdus). Et enfin ISSY avec 0% et aucun double gagné sur les deux joués. A priori les Isséens ne feraient pas non plus trop d’histoires si, un jour prochain (qui sera forcément magnifique !), on supprimait les doubles en proBay !

IV) LES STATISTIQUES DES JOUEURS

 

41 joueurs auront été alignés cette saison par les dix équipes évoluant en proBay. Du jeune, et du vieux, de la catégorie juniore à vétéran.

Les deux équipes ayant utilisé, ou usé, c’est selon, le plus de joueurs, auront été ARGENTAN et ISSY (n=5 joueurs).

L’équipe ayant sollicité le moins de joueurs aura été MIRAMAS (n=3).

 

Les classements

Les classements des joueurs

Les classements des joueurs s’échelonnaient du n°15 au n°229 français. Les joueurs de proB étaient tous dans les 150 meilleurs joueurs français (si on excepte Hugo DESCHAMPS d’Issy n°229, n’ayant joué qu’un match en tant que remplaçant). Treize joueurs étaient classés dans les 50 meilleurs numérotés français (32% de l’effectif), 18 joueurs entre n°50 et n°100 (44%), et 10 joueurs entre n°100 et n°150 (24%). Le classement moyen en proB cette année était n°75, et les ¾ des joueurs sous les 100. Oui, on peut dire que ça joue plutôt pas mal…

Les classements moyens par équipes

Chartres: élevage de champions

Chartres: élevage de champions

CHARTRES (4 joueurs) : moyenne globale n°43, et moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°26

THORIGNE (4 joueurs) : moyenne globale n°57 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°41

ISSY (5 joueurs) : moyenne globale n°97 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°44

TOURS (4 joueurs) : moyenne globale n°68 et moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°55

AMIENS (4 joueurs) : moyenne globale n°86 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°71

ROANNE (4 joueurs) : moyenne globale  n°78 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°54

MIRAMAS (3 joueurs) : moyenne globale n°61 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°61

METZ (4 joueurs) : moyenne globale n° 86 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°71

ARGENTAN (5 joueurs) : moyenne globale n°87 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°72

NANTES (4 joueurs) : moyenne globale n°76 moyenne des 3 meilleurs joueurs: n°69

Notre meilleur analyste, monsieur de La PALICE, a ainsi mis en évidence un lien de cause à effet entre le fait que, mieux les joueurs sont classés, et meilleure est la place de l’équipe au classement final.

Le niveau global des joueurs explique ainsi la présence sur le podium de CHARTRES (montés sur la boîte dès le premier match, et jamais redescendus), THORIGNE et ISSY, talonnés par TOURS et ROANNE. Les moyennes proches permettent également d’expliquer le caractère resserré du classement entre la 4ème et la 10ème place. Amiens avec l’avant-dernière moyenne (n°71) s’en tire plutôt bien avec une belle (et surprenante), quatrième place.

Nombre de matchs joués

239 matchs auront été disputés cette année dans les 59 rencontres de proB.

Les joueurs qui auront le plus joué de matchs sont :

- HE Zhiwen (Miramas, 22 matchs),

- suivi de Tamas LAKATOS (Amiens), Ibrahima DIAW (Roanne) et Bastien REMBERT (Nantes) 17 matchs chacun,

- viennent ensuite Noshad ALAMIYAN (Thorigné), Benjamin BROSSIER (Issy), Diogo CHEN (Metz), Segun TORIOLA et Vyacheslav KRIVOSHEEV (Argentan) avec 16 matchs.

Deux vétérans (HE Zhiwen et TORIOLA) dans le top 10 des joueurs les plus sollicités... C’est ça la proBay : plus tu es vieux, et plus tu bosses. Le système capitaliste pongistique poussé à son extrême !

Les marathoniens de la poule

Les marathoniens de la poule

Les meilleurs performeurs

Il est là le meilleur joueur de proB: Noshad ALAMIYAN !

Il est là le meilleur joueur de proB: Noshad ALAMIYAN !

Les joueurs qui auront enquillé le plus de victoires auront été :

- Noshad ALAMIYAN (Thorigné) avec 14 victoires,

- HE Zhiwen (Miramas) avec 12 victoires,

- Vitor ISHIY (Chartres), Martin ALLEGRO (Issy), Tamas LAKATOS (Amiens), Ibrahima DIAW (Roanne) avec chacun 11 victoires,

- Florent LAMBIET (Chartres), SHAN Meng (Tours), Diogo CHEN (Metz) avec 10 victoires,

- Bence MAJOROS (Chartres), Bastien REMBERT (Nantes) avec 9 victoires,

- Léo DE NODREST (Issy), Esteban DORR (Metz), Vyacheslav KRIVOSHEEV avec 8 victoires.

Si l’on se réfère au pourcentage de victoires par rapport au nombre de matchs joués, le podium est alors :

- Noshad ALAMIYAN (n°23, Thorigné) 88% de matchs gagnés par rapport aux matchs joués,

- Florent LAMBIET (n°15, Chartres) 83%

- Vitor ISHIY (n°48, Chartres) 79%

- Martin ALLEGRO (n°25, Issy) 79%

Carré magique

Carré magique

Pas de secret, les meilleurs performeurs sont les joueurs qui composent les meilleures équipes du groupe, avec une très forte représentativité de Chartres, qui glisse 3 joueurs dans le top 7 (Florent LAMBIET, Vitor ISHIY et Bence MAJOROS (69% de victoires)).

On voit également tout l’intérêt dans le mode de championnat actuel, où tous les points comptent, d’avoir un très solide leader qui tire, à lui seul, ou en grande partie, l’équipe : Noshad ALAMIYAN à Thorigné, Martin ALLEGRO à Issy, SHAN Meng à Tours, Ibrahima DIAW à Roanne, Tamas LAKATOS à Amiens, Esteban DORR et Diogo CHEN à Metz, Bastien REMBERT à Nantes.

Ceci se traduit d’ailleurs dans une statistique intéressante, le pourcentage des points de l’équipe dans lesquels le joueur est directement impliqué quand il a participé aux rencontres :

- 56% des points de l’équipe pour Bastien REMBERT (Nantes)

- implication dans 55% des points de l’équipe pour HE Zhiwen (Miramas) et Ibrahima DIAW (Roanne),

- 53% pour SHAN Meng (Tours),

- 52% pour Noshad ALAMIYAN (Thorigné),

- 48% pour Tamas LAKATOS (Amiens),

- 47% pour Viacheslav KRIVOSHEEV (Argentan),

- 45% pour Diogo CHEN (Metz),

- 42% pour Martin ALLEGRO (Issy)

- 38% pour Vitor ISHYI (Chartres)

- 36% pour Esteban DORR (Metz)

- 35% pour Grégoire JEAN (Amiens) et Segun TORIOLA (Argentan)

Cinq joueurs sont ainsi impliqués dans plus de la moitié des points de leurs équipes lorsqu’ils ont joué les rencontres : Bastien REMBERT (Nantes), HE Zhiwen (Miramas), Ibrahima DIAW (Roanne), SHAN Meng (Tours) et Noshad ALAMIYAN (Thorigné). Bravo à tous ces Misters plus !

PRO-B 2019-2020 : UNE SAISON AU COVIDISTHAN

Les perfs et contres

68 performances (et donc forcément autant de contres) cette saison, soit survenant lors de 28% des matchs. A 0/0 au premier set, tu as donc une chance sur 3 que le match se transforme en une perf ou une contre….

Les rois des perfs :

Les gros performeurs

Les gros performeurs

Cinq performances chacun pour : Lilian BARDET (Tours), Diogo CHEN (Metz), Esteban DORR (Metz), Viacheslav KRIVOSHEEV (Argentan), 4 perfs pour Vitor ISHYI (Chartres), et 3 perfs pour Léo DE NODREST (Issy), Grégoire JEAN (Amiens), CHENG Jung (Miramas), et Bastien REMBERT (Nantes).

Intéressant de voir que les jeunes français (BARDET, DORR, DE NODREST, REMBERT, et JEAN toujours jeune car il joue à Amiens)  profitent de leurs rencontres en proB pour accumuler les belles performances. Et belle présence du centre d'entrainement messin!

Les contreurs

Au palmarès des contres : HE Zhiwen (Miramas) avec 9 contres, Tamas LAKATOS (Amiens) avec 6 contres et Viacheslav KRIVOSHEEV (Argentan) avec 5 contres. Forcément, ceux qui jouent le plus sont plus exposés aux contre-performances. Ces loseries peuvent aussi traduire un sur-classement lorsque le joueur est arrivé en France (pour Tomi LAKATOS, mais les frais de mutation sont ainsi largement majorés, bien joué la fédé). Ces défaites peuvent également discrètement souligner le poids des ans (pour HE Zhiwen, mais n’oublions pas que dans le même temps il aura été le joueur le plus utilisé, et encore auteur de 2 performances !). Ces contres peuvent également témoigner parfois de petites baisses de forme ou de motivation, mais soulignent souvent les différences de niveau fréquemment minimes entre les joueurs (notamment pour KRIVOSHEEV qui trouve le moyen d’être à la fois dans les deux top 5 des meilleurs performeurs et contreurs !).

V) CONCLUSION

 

Voilà, c’est tout pour le bilan de la saison 2019-2020 de proB. On s'excuse par avance pour les quelques erreurs de saisie des résultats du stagiaire de 3ème sur Excel, ainsi que pour les quelques approximations ou formules à l'emporte-pièce....  Une saison 2019-2020 qui restera assurément dans les annales, par sa tournure et son évolution... Mais un championnat au final bien sympathique et intéressant. Et qui donne envie de reparticiper !

Nous repartirons donc la saison prochaine avec les mêmes équipes, dans la même poule.

Avec certes du mouvement en perspective dans certains clubs : ça fera les délices du mercato, des spéculations, et des pronostics farfelus en tous genres pendant le confinement forcé sur les réseaux sociaux.

En espérant que tout roulera quand même, comme sur des roulettes, dés septembre…et pourvu que ce soit 2020...

A la saison prochaine !

Portez-vous bien,

Covidement votre,

Bisous,  (à 1 mètre de distance).

Franchement, c’était trop bien ! A la saison prochaine !

Franchement, c’était trop bien ! A la saison prochaine !

Annexe 1 (le détail des stats par joueur, et par équipe)

PRO-B 2019-2020 : UNE SAISON AU COVIDISTHAN
PRO-B 2019-2020 : UNE SAISON AU COVIDISTHAN
PRO-B 2019-2020 : UNE SAISON AU COVIDISTHAN

Annexe 2 (le classement de proB arrêté au 10 avril 2020)

PRO-B 2019-2020 : UNE SAISON AU COVIDISTHAN
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2019 7 29 /09 /septembre /2019 05:34

Samedi 28 septembre 2019, 3ème journée du championnat de proB.  Et accueil de THORIGNE-FOUILLARD, banlieue de Rennes. Une équipe bête-noire pour les amiénois, qui, sur les trois dernières saisons, en Nationale 1, nous avait dérouillés à deux reprises.

Mais ce samedi 28 septembre les planètes, et les sites SEVESO étaient alignés. Nos adversaires bretons, habitués des marées noires sur leurs côtes, auront repris leur dose d’hydrocarbures ce jour. Une première fois sur la tête après le passage du nuage toxique Rouennais :  il pleuvait du fioul. Puis une seconde fois dans la salle Labaume : avec le super-tanker Mommessin. Qui aura mis le feu et envoyé du kérosène toute la soirée.

Incroyable victoire amiénoise 3/2 ! Encore une fois au bout de la nuit et du suspens. Amazing

Tes yeux piquent, tu as du mal à respirer, ton rythme cardiaque s’accélère, ta température rectale dépasse les 52°C, ta peau se décolle, des sueurs froides te coulent dans le dos : non tu n’as pas un mur mitoyen avec l’usine LUBRIZOL.  Tu regardes juste un match de ping pong salle Labaume !!!

Après  trois rencontres en deux semaines, l’équipe totalise 6 points, alors qu’elle partait pour rouler sur un tricycle avec 3 roues de bicyclette... Certes le championnat est encore long. Très long. Trop long même. Mais ces deux dernières rencontres auront été pure joie. Désormais on pourrait presque prendre des caisses jusqu’au bout : on a découvert ce qu’était le vrai bonheur. Mais on a bien envie que ça dure !!!

Maintenant petit break d’un mois avant la 4ème journée : place aux compéts individuelles et aux opens. Et rendez-vous le mardi 22 octobre. A Nantes.  Pour la reprise des guerres de Vendée !

Alexis MOMMESSIN devant la maison Thorigné

Alexis MOMMESSIN devant la maison Thorigné

Les bretons

Noshad ALAMYIAN (n°21) (1 victoire) : Noshad ALAGONIE dans son premier match sur Alexis MOMMESSIN et défaite 3/2 . Dans sa seuxième rencontre, Noshad ALASSAUT sur Grégoire JEAN. Puis un peu en galère et Noshad ALAVACHE, quand mené 10/8 à la belle. Pour finir par du très grand Noshad ALAMYAN, en repassant devant au 5ème set 12/10, au fight et sur un dernier coup de rein et du sort. Et belle victoire 3/2.

Thiago MONTEIRO (n°41) (1 victoire) : Plus MONTEIRO-riste que Thiago ce soir. Entré dans l’aire de jeu la ceinture de plastique et de C4 autour de la taille. Très grosse déflagration : aura explosé Tomi LAKATOS 3/1.

Jules ROLLAND (n°66) (0 victoire) : A participé cette semaine à la rédaction de la révision des Lois de Bioéthique. En spécifiant page 42, chapitre 12, alinéa 3 que « La torture pongistique n’est pas autorisée. Jamais. ». A l’issue de la soirée, et après sa défaite 3/0, aura donc dénoncé Grégoire JEAN auprès du tribunal international de La HAYE. Pour crimes de guerre.

Thorigné Boys

Thorigné Boys

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (double) : Ses habitudes alimentaires ? Plutôt carnivore, et amateur de steaks et de chair fraîche. Mais contre Thiago MONTEIRO aura surtout mangé du top frappé coup droit. Et défaite3/1. Dans le double aura retrouvé de l’appétit, et quelques revers vengeurs, pour l’emporter 3/1 associé à Alexis MOMMESSIN contre la paire Jules ROLLAND-Thiago MONTEIRO.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire) :  Heureusement Greta THUNBERG n’était pas salle Labaume ce samedi soir. Car Grégoire aura commencé par mettre la clim à fond pour les thoréfolléens en s’imposant 3/0 contre Jules ROLLAND. Puis, en grande partie responsable du réchauffement climatique, aura cette fois tourné les radiateurs à donf, et monté la température de la salle Labaume à 2000°C dans son second match contre Noshad ALAMYAN. Mais pour finir refroidi, 12/10 à la belle. Après avoir eu deux balles de match. Mais superbe rencontre.

Alexis MOMMESSIN (n°131) (1 victoire + double) : Chiraquien. Dans sa première rencontre contre Noshad ALAMYIAN, en hommage, aura envoyé durant les deux premiers sets des pommes. Ainsi que des prunes, des cerises et des chiches ! La perte des 3ème et 4ème sets lui en aura touché une sans même faire bouger l’autre. Et il finira dans un cinquième set abracadabrantesque, et sans faire pschittt…, par l’emporter 8 à la belle. C’est ça un chef :  c’est fait pour cheffer !

Nathan SELLIER (maître chanteur) : Notre chef du kop, parti au stade de France écouter Maître GIMS, alors que le gros récital ce soir c’était salle Labaume avec maître MOMMESS !

Les Zamiénois

Les Zamiénois

Alexis MOMS, au retour, et le sentiment du devoir accompli

Alexis MOMS, au retour, et le sentiment du devoir accompli

Le détail

ProB J3: AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE vs THORIGNE (3/2). Le samedi 28 septembre 2019
Partager cet article
Repost0
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 09:24
Play off 2018: les feuilles de match des 3 rencontres des amiénois
Play off 2018: les feuilles de match des 3 rencontres des amiénois
Play off 2018: les feuilles de match des 3 rencontres des amiénois
Partager cet article
Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 22:41

Dimanche 3 juin 2018, 13h. Dernier match des play off de Nationale 1 2018, contre THORIGNE-FOUILLARD.

On avait pris la foudre le vendredi 1er juin, 8/1contre Nice.

On s’est fait de nouveau réelectrocuter contre Thorigné ce dimanche : avec une défaite 8/5.

Mais bon, avec plus que les honneurs : énorme match en effet. Et ça aura même frissonné jusqu’en Bretagne, et sur les bras d’Olivier MAERO, mais pas pour les mêmes raisons, quand on aura tourné à 5/5 après les doubles...

Mais, moment terrible, pour notre satisfaction personnelle, et la première place virtuelle pour Nice, Damien ELOI aura de nouveau fait le boulot : 3 + double. Le tarif du week-end pour ses adversaires.

Pour clore de petits débats futiles forumesques, Monsieur ELOI (oui, quand tu sors des play-off invaincu, surtout à 49 ans, on peut t’appeler Monsieur) avait signé dans le club breton il y a plus d’un an. On savait tous depuis juin 2017 que Thorigné s’achetait ainsi la montée en proB. Et un an plus tard, pari gagné. Donc juste bravo. Respect.

Après, que tu fasses 14 matchs dans l’équipe, ou zéro avant les play off, aucune importance. Quand tu fais partie de la famille, tu fais partie de la famille. Et l’implication de Monsieur Plus aura été totale ce week-end. Bondissant comme un félin, coachant comme un vieux sage, fightant comme un minime, haranguant le kop breton comme un député mélanchoniste.

Pour certains sa présence à Vittel n’était pas morale... La belle affaire.

Il faut juste se rappeler que les play-off c’est l’odeur du sang séché, et de la chair fraîche jetée à mains nues contre les murs.

Les play-off ne sont pas régis par les lois de l’éthique. Mais juste par l’ELOI de la jungle.

Définitivement.

Les thoréfoléens

Damien ELOI n°36 (3 victoires + double): A l’approche du demi-siècle, il enquille plus de points au ping que sur sa carte vermeil. Le tennis de table, visiblement, ça conserve. Son secret ? Pas donné à tout le monde : avaler 2 litres de formol tous les matins. A jeun. Avec au final trois victoires contre Clément CHOBEAU 3/2, puis Julien INDEHERBERG et Yannick VOSTES 3/0.

Marc DURAN n°75 (3 victoires + double) : Qui cet après-midi pouvait s’asseoir à la table de Marc et lui dire : Je suis meilleur que toi ! Dieu peut-être. Mais il est nul au ping et n’arrive pas à enchaîner deux tops. Trois victoires donc pour le jeune espagnol contre Clément CHOBEAU et Julien INDEHERBERG 3/0, puis Michal OBESLO 3/2.

Jules ROLLAND n°100 (1 victoire) : Yannick et Michal ne diront plus qu’ils ont avalé le ROLLAND. Mais qu’ils ont eu des régurgitations, pas très rapides, toute l’après midi (deux défaites 3/0). Avec sa victoire sur Julien INDEHEBERG (3/2), aura enfin apporté le point du match nul, synonyme de qualif pour la proB Et alors là, plus en mode Thierry que Jules ROLLAND : « Ah là là après avoir vu ça on peut mourir tranquille… » Et une bien belle communion et un petit bain de foule dans le kop breton.

Rémi MENAND n°143 (1 victoire hors délai): Tiré par les oreilles par Michal OBESLO (défaite 3/0) puis Yannick VOSTES (défaite 3/1), le MENAND à l’abattoir.  Dans son dernier match, aura fini par faire de Clément CHOBEAU sa chose, le MENAND un tout petit peu par le bout du nez (victoire 3/1).

Les amiénois

Michal OBESLO n°46 (2 victoires + double) : Le LAZARE du ping amiénois. Donné pour mort après sa bulle niçoise, aura complètement ressuscité deux jours après, sur cette rencontre. Avec un niveau de jeu stratosphérique. Et deux victoires 3/0 contre Jules ROLLAND et Rémi MENAND. Seul Marc DURAN aura fini par le recoucher, mais difficilement, dans son tombeau (défaite 3/2, 9 à la belle).

Yannick VOSTES n°71 (2 victoires + double) : Poursuite de sa cure Vosgienne. Aura maîtrisé Jules ROLLAND et Rémi MENAND 3/0, tranquille. En petit peignoir blanc de curiste, les claquettes aux pieds. Mais ça, c’était avant de passer à la douche froide. Puis  de se faire tabasser sur la table de massage par le kiné Damien ELOI (défaite 3/0).

Clément CHOBEAU n°147 (0 victoire) : Les leaders bretons lui auront d’entrée fait boire ses larmes et la tasse à Vittel (défaite 3/0 contre Marc DURAN puis 3/2 contre Damien ELOI (après un excellent match et quelques coups exceptionnels). Terminera un peu démobilisé et dépité sur son dernier match contre Rémi MENAND (défaite 3/1).

Julien INDEHERBERG n°122 (0 victoire) : Pas trop dans son élément en début de week-end à Vittel. Car beaucoup trop d’eau plate pour ce jeune wallon, élevé à la bière. Mais la cure thermale a du bon pour l’épaule : cloué par Damien ELOI d’entrée 3/0 puis Marc DURAN 3/0. Mais auteur ensuite d’un double exceptionnel (défaite 3/2, 9 à la belle) et d’un très bon dernier match contre Jules ROLLAND (défaite 3/2). Passera ce mardi au contrôle technique et à la révision des 100 000 top-spins. Avec la mise en place d’une nouvelle articulation scapulo-humérale. Bon courage et bon rétablissement Julien !

 

La famille amiénoise

La famille amiénoise

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche