Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 22:14

Dimanche 22 septembre, deuxième journée du championnat de proB. Et accueil de ROANNE.

Georges BRASSENS, le 22 septembre, aujourd’hui il s’en fout… Lui peut-être, …mais pas nous !!!

Premier match de pro à Amiens après 15 ans de purgatoire !!!

Le 22 septembre c’était en fait le 25 décembre pour les Amiensportennisdetabliens (c’est lourd à porter, mais c’est comme ça quand tu habites le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly).

Oui, aujourd’hui, salle Labaume, c’était Noël !

Et pourtant, ça ne se sera pas fait de cadeaux entre Roannais et Amiénois cet après-midi. Coup pour coup. Plus l’octogone du MMA que la crèche du petit Jésus ce samedi dans le gymnase amiénois.

Mais au final, belle victoire 3/2 des amiénois, au bout du suspens, et à la belle du double décisif !

Les jeunes supporters du Kop y auront laissé leurs cordes vocales ; le coach Arnaud SELLIER, une coronaire ; et les parieurs sur Betclic leur slip…

Mais quel match !!!

Certes l’absence de Yaroslav ZHMUDENKO (n°42) aura été préjudiciable aux Roannais, mais les amiénois en auront profité comme de petits fourbes, et seront allés chercher le résultat.

Malheureusement, peu de temps pour aller fêter ça à LAS VEGAS.  Enfin, juste un aller-retour.

Car dès samedi se profile la venue de THORIGNE-FOUILLARD.

Et il revient à notre mémoire des souvenirs familiers.  Des souvenirs douloureux de cuisantes défaites quand jadis, dans des temps reculés, nous évoluions en Nationale 1.

Car ces méchants bretons ont deux passions dans la vie : le ping-pong.  Et faire chialer les amiénois.

Cette fois ci au moins, on aura préparé nos mouchoirs…

Le KOP Labaume: plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage !

Le KOP Labaume: plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage !

Les roannais

Paul GAUZY (n°49) (0 victoire): Durant ses deux premiers sets contre Grégoire JEAN, le Paul magnétique : aura attiré tous les regards et les contre-tops coups droits et revers. Au troisième set, le Paul Nord, puis au quatrième, le Paul Sud. Réfrigéré par la fougue grégorienne. Avant de finir par le Paul emploi, quand le DRH amiénois lui aura mis ses affaires dans un petit carton, au cinquième set, en le licenciant sur le champ.

Ibrahima DIAW (n°56) (2 victoires) : Malmené par Alexis MOMMESSIN dans sa première rencontre, aura évité la crise de tachycardie, par son calme, et une bonne dose de béta-bloquants. Car DIAW logue. Et victoire 3/2... Dans son deuxième match, contre Tomi LAKATOS, aura envoyé du revers et de la chiche en ligne à foison, en y mettant du cœur. Un grand cœur même. Car DIAW mégalie. Et victoire sans bavure. Et en rythme sinusal, 3/0.

Dorian ZHENG (n°143) (0 victoire) : Aurait bien voulu signer une victoire sur le torse de Tomi LAKATOS, d’un Zheng qui veut dire Zorro. Mais le Bernardo amiénois ne l’a pas entendu de cette oreille. Et défaite 3/0.

Les roannais

Les roannais

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (1 victoire) : Hongrois au père Noël ce jour. Et belle victoire 3/0 contre Dorian ZHENG dans son premier match. Malheureusement dans sa seconde rencontre, le père Fouettard Roannais Ibrahima DIAW lui aura fait tâter du martinet. Et défaite 3/0.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (victoire en double) : Journées du patrimoine oblige, aura tenté la visite du monument Ibrahima DIAW. Bien parti, mais arrivé au 5ème étage,  le propriétaire des lieux lui aura violemment claqué la porte au nez.  Et défaite 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire + double) : « Mon nom est Maximus Desimus Meridius Jean Gregorius. Commandant en chef des armées du Nord. Général des légions Félix. Fidèle serviteur de l’empereur Marc Aurèle. Ami d’un Mommessin assassiné. Collègue d’un Lakatos martyrisé. J’aurai ma vengeance dans cette vie... ou dans l’autre ! ». Et ben c’était ce soir en fait ! Très belle victoire de notre centurion 3/2, 9 à la belle contre Paul GAUZY. Et belle complémentarité avec le légionnaire Moms, en double. Surtout quand ils ont dû faire la tortue pour l’emporter 3/2 contre la paire roannaise GAUZY/ZHENG.

Les amiénois

Les amiénois

Arnaud SELLIER (coach) : Passé du coaching de Benoît VAQUIER le samedi, à celui de la proB le dimanche. Le choc. Est entré direct dans la 4ème dimension. En fin de journée semblait même avoir développé un 6ème sens.

Arnaud SELLIER à 15h

Arnaud SELLIER à 15h

Le détail

ProB, J2: AMIENS vs ROANNE (3/2). Le dimanche 22 septembre 2019
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 22:02

Dimanche 22 septembre, deuxième journée du championnat de proB. Et accueil de ROANNE.

Georges BRASSENS, le 22 septembre, aujourd’hui il s’en fout… Lui peut-être, …mais pas nous !!!

Premier match de pro à Amiens après 15 ans de purgatoire !!!

Le 22 septembre c’était en fait le 25 décembre pour les Amiensportennisdetabliens (c’est lourd à porter, mais c’est comme ça quand tu habites le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly).

Oui, aujourd’hui, salle Labaume, c’était Noël !

Et pourtant, ça ne se sera pas fait de cadeaux entre Roannais et Amiénois cet après-midi. Coup pour coup. Plus l’octogone du MMA que la crèche du petit Jésus ce samedi dans le gymnase amiénois.

Mais au final, belle victoire 3/2 des amiénois, au bout du suspens, et à la belle du double décisif !

Les jeunes supporters du Kop y auront laissé leurs cordes vocales ; le coach Arnaud SELLIER, une coronaire ; et les parieurs sur Betclic leur slip…

Mais quel match !!!

Certes l’absence de Yaroslav ZHMUDENKO (n°42) aura été préjudiciable aux Roannais, mais les amiénois en auront profité comme de petits fourbes, et seront allés chercher le résultat.

Malheureusement, peu de temps pour aller fêter ça à LAS VEGAS.  Enfin, juste un aller-retour.

Car dès samedi se profile la venue de THORIGNE-FOUILLARD.

Et il revient à notre mémoire des souvenirs familiers.  Des souvenirs douloureux de cuisantes défaites quand jadis, dans des temps reculés, nous évoluions en Nationale 1.

Car ces méchants bretons ont deux passions dans la vie : le ping-pong.  Et faire chialer les amiénois.

Cette fois ci au moins, on aura préparé nos mouchoirs…

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Les roannais

Paul GAUZY (n°49) (0 victoire): Durant ses deux premiers sets contre Grégoire JEAN, le Paul magnétique : aura attiré tous les regards et les contre-tops coups droits et revers. Au troisième set, le Paul Nord, puis au quatrième, le Paul Sud. Réfrigéré par la fougue grégorienne. Avant de finir par le Paul emploi, quand le DRH amiénois lui aura mis ses affaires dans un petit carton, au cinquième set, en le licenciant sur le champ, 9 à la belle.

Ibrahima DIAW (n°56) (2 victoires) : Malmené par Alexis MOMMESSIN dans sa première rencontre, aura évité la crise de tachycardie, par son calme, et une bonne dose de béta-bloquants. Car DIAW logue. Et victoire 3/2... Dans son deuxième match, contre Tomi LAKATOS, aura envoyé du revers et de la chiche en ligne à foison, en y mettant du cœur. Un grand cœur même. Car DIAW mégalie. Et victoire sans bavure. Et en rythme sinusal, 3/0.

Dorian ZHENG (n°143) (0 victoire) : Aurait bien voulu signer une victoire sur le torse de Tomi LAKATOS, d’un Zheng qui veut dire Zorro. Mais le Bernardo amiénois ne l’a pas entendu de cette oreille. Et défaite 3/0.

Les roannais

Les roannais

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (0 victoire) : Hongrois au père Noël ce jour. Et belle victoire 3/0 contre Dorian ZHENG dans son premier match. Malheureusement dans sa seconde rencontre, le père Fouettard Roannais Ibrahima DIAW lui aura fait tâter du martinet. Et défaite 3/0.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (victoire en double) : Journées du patrimoine oblige, aura tenté la visite du monument Ibrahima DIAW. Bien parti, mais arrivé au 5ème étage,  le propriétaire des lieux lui aura violemment claqué la porte au nez.  Et défaite 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire + double) : « Mon nom est Maximus Desimus Meridius Jean Gregorius. Commandant en chef des armées du Nord. Général des légions Félix. Fidèle serviteur de l’empereur Marc Aurèle. Ami d’un Mommessin assassiné. Collègue d’un Lakatos martyrisé. J’aurai ma vengeance dans cette vie ou dans l’autre ! ». Et ben c’était ce soir en fait : très belle victoire de notre centurion 3/2, 9 à la belle contre Paul GAUZY. Et belle complémentarité avec le légionnaire Moms, en double. Surtout quand ils ont dû faire la tortue pour l’emporter 3/2 contre la paire roannaise GAUZY/ZHENG.

Les amiénois

Les amiénois

Arnaud SELLIER (coach) : Passé du coaching de Benoît VAQUIER le samedi, à celui de la proB le dimanche. Le choc. Traumatisme incroyable. Est entré direct dans la 4ème dimension. En fin de journée semblait même avoir développé un 6ème sens.

Arnaud SELLIER à 18h

Arnaud SELLIER à 18h

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 22:02

Dimanche 22 septembre, deuxième journée du championnat de proB. Et accueil de ROANNE.

Georges BRASSENS, le 22 septembre, aujourd’hui il s’en fout… Lui peut-être, …mais pas nous !!!

Premier match de pro à Amiens après 15 ans de purgatoire !!!

Le 22 septembre c’était en fait le 25 décembre pour les Amiensportennisdetabliens (c’est lourd à porter, mais c’est comme ça quand tu habites le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly).

Oui, aujourd’hui, salle Labaume, c’était Noël !

Et pourtant, ça ne se sera pas fait de cadeaux entre Roannais et Amiénois cet après-midi. Coup pour coup. Plus l’octogone du MMA que la crèche du petit Jésus ce samedi dans le gymnase amiénois.

Mais au final, belle victoire 3/2 des amiénois, au bout du suspens, et à la belle du double décisif !

Les jeunes supporters du Kop y auront laissé leurs cordes vocales ; le coach Arnaud SELLIER, une coronaire ; et les parieurs sur Betclic leur slip…

Mais quel match !!!

Certes l’absence de Yaroslav ZHMUDENKO (n°42) aura été préjudiciable aux Roannais, mais les amiénois en auront profité comme de petits fourbes, et seront allés chercher le résultat.

Malheureusement, peu de temps pour aller fêter ça à LAS VEGAS.  Enfin, juste un aller-retour.

Car dès samedi se profile la venue de THORIGNE-FOUILLARD.

Et il revient à notre mémoire des souvenirs familiers.  Des souvenirs douloureux de cuisantes défaites quand jadis, dans des temps reculés, nous évoluions en Nationale 1.

Car ces méchants bretons ont deux passions dans la vie : le ping-pong.  Et faire chialer les amiénois.

Cette fois ci au moins, on aura préparé nos mouchoirs…

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Les roannais

Paul GAUZY (n°49) (0 victoire): Durant ses deux premiers sets contre Grégoire JEAN, le Paul magnétique : aura attiré tous les regards et les contre-tops coups droits et revers. Au troisième set, le Paul Nord, puis au quatrième, le Paul Sud. Réfrigéré par la fougue grégorienne. Avant de finir par le Paul emploi, quand le DRH amiénois lui aura mis ses affaires dans un petit carton, au cinquième set, en le licenciant sur le champ, 9 à la belle.

Ibrahima DIAW (n°56) (2 victoires) : Malmené par Alexis MOMMESSIN dans sa première rencontre, aura évité la crise de tachycardie, par son calme, et une bonne dose de béta-bloquants. Car DIAW logue. Et victoire 3/2... Dans son deuxième match, contre Tomi LAKATOS, aura envoyé du revers et de la chiche en ligne à foison, en y mettant du cœur. Un grand cœur même. Car DIAW mégalie. Et victoire sans bavure. Et en rythme sinusal, 3/0.

Dorian ZHENG (n°143) (0 victoire) : Aurait bien voulu signer une victoire sur le torse de Tomi LAKATOS, d’un Zheng qui veut dire Zorro. Mais le Bernardo amiénois ne l’a pas entendu de cette oreille. Et défaite 3/0.

Les roannais

Les roannais

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (0 victoire) : Hongrois au père Noël ce jour. Et belle victoire 3/0 contre Dorian ZHENG dans son premier match. Malheureusement dans sa seconde rencontre, le père Fouettard Roannais Ibrahima DIAW lui aura fait tâter du martinet. Et défaite 3/0.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (victoire en double) : Journées du patrimoine oblige, aura tenté la visite du monument Ibrahima DIAW. Bien parti, mais arrivé au 5ème étage,  le propriétaire des lieux lui aura violemment claqué la porte au nez.  Et défaite 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire + double) : « Mon nom est Maximus Desimus Meridius Jean Gregorius. Commandant en chef des armées du Nord. Général des légions Félix. Fidèle serviteur de l’empereur Marc Aurèle. Ami d’un Mommessin assassiné. Collègue d’un Lakatos martyrisé. J’aurai ma vengeance dans cette vie ou dans l’autre ! ». Et ben c’était ce soir en fait : très belle victoire de notre centurion 3/2, 9 à la belle contre Paul GAUZY. Et belle complémentarité avec le légionnaire Moms, en double. Surtout quand ils ont dû faire la tortue pour l’emporter 3/2 contre la paire roannaise GAUZY/ZHENG.

Les amiénois

Les amiénois

Arnaud SELLIER (coach) : Passé du coaching de Benoît VAQUIER le samedi, à celui de la proB le dimanche. Le choc. Traumatisme incroyable. Est entré direct dans la 4ème dimension. En fin de journée semblait même avoir développé un 6ème sens.

Arnaud SELLIER à 18h

Arnaud SELLIER à 18h

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 22:02

Dimanche 22 septembre, deuxième journée du championnat de proB. Et accueil de ROANNE.

Georges BRASSENS, le 22 septembre, aujourd’hui il s’en fout… Lui peut-être, …mais pas nous !!!

Premier match de pro à Amiens après 15 ans de purgatoire !!!

Le 22 septembre c’était en fait le 25 décembre pour les Amiensportennisdetabliens (c’est lourd à porter, mais c’est comme ça quand tu habites le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly).

Oui, aujourd’hui, salle Labaume, c’était Noël !

Et pourtant, ça ne se sera pas fait de cadeaux entre Roannais et Amiénois cet après-midi. Coup pour coup. Plus l’octogone du MMA que la crèche du petit Jésus ce samedi dans le gymnase amiénois.

Mais au final, belle victoire 3/2 des amiénois, au bout du suspens, et à la belle du double décisif !

Les jeunes supporters du Kop y auront laissé leurs cordes vocales ; le coach Arnaud SELLIER, une coronaire ; et les parieurs sur Betclic leur slip…

Mais quel match !!!

Certes l’absence de Yaroslav ZHMUDENKO (n°42) aura été préjudiciable aux Roannais, mais les amiénois en auront profité comme de petits fourbes, et seront allés chercher le résultat.

Malheureusement, peu de temps pour aller fêter ça à LAS VEGAS.  Enfin, juste un aller-retour.

Car dès samedi se profile la venue de THORIGNE-FOUILLARD.

Et il revient à notre mémoire des souvenirs familiers.  Des souvenirs douloureux de cuisantes défaites quand jadis, dans des temps reculés, nous évoluions en Nationale 1.

Car ces méchants bretons ont deux passions dans la vie : le ping-pong.  Et faire chialer les amiénois.

Cette fois ci au moins, on aura préparé nos mouchoirs…

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Les roannais

Paul GAUZY (n°49) (0 victoire): Durant ses deux premiers sets contre Grégoire JEAN, le Paul magnétique : aura attiré tous les regards et les contre-tops coups droits et revers. Au troisième set, le Paul Nord, puis au quatrième, le Paul Sud. Réfrigéré par la fougue grégorienne. Avant de finir par le Paul emploi, quand le DRH amiénois lui aura mis ses affaires dans un petit carton, au cinquième set, en le licenciant sur le champ, 9 à la belle.

Ibrahima DIAW (n°56) (2 victoires) : Malmené par Alexis MOMMESSIN dans sa première rencontre, aura évité la crise de tachycardie, par son calme, et une bonne dose de béta-bloquants. Car DIAW logue. Et victoire 3/2... Dans son deuxième match, contre Tomi LAKATOS, aura envoyé du revers et de la chiche en ligne à foison, en y mettant du cœur. Un grand cœur même. Car DIAW mégalie. Et victoire sans bavure. Et en rythme sinusal, 3/0.

Dorian ZHENG (n°143) (0 victoire) : Aurait bien voulu signer une victoire sur le torse de Tomi LAKATOS, d’un Zheng qui veut dire Zorro. Mais le Bernardo amiénois ne l’a pas entendu de cette oreille. Et défaite 3/0.

Les roannais

Les roannais

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (0 victoire) : Hongrois au père Noël ce jour. Et belle victoire 3/0 contre Dorian ZHENG dans son premier match. Malheureusement dans sa seconde rencontre, le père Fouettard Roannais Ibrahima DIAW lui aura fait tâter du martinet. Et défaite 3/0.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (victoire en double) : Journées du patrimoine oblige, aura tenté la visite du monument Ibrahima DIAW. Bien parti, mais arrivé au 5ème étage,  le propriétaire des lieux lui aura violemment claqué la porte au nez.  Et défaite 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire + double) : « Mon nom est Maximus Desimus Meridius Jean Gregorius. Commandant en chef des armées du Nord. Général des légions Félix. Fidèle serviteur de l’empereur Marc Aurèle. Ami d’un Mommessin assassiné. Collègue d’un Lakatos martyrisé. J’aurai ma vengeance dans cette vie ou dans l’autre ! ». Et ben c’était ce soir en fait : très belle victoire de notre centurion 3/2, 9 à la belle contre Paul GAUZY. Et belle complémentarité avec le légionnaire Moms, en double. Surtout quand ils ont dû faire la tortue pour l’emporter 3/2 contre la paire roannaise GAUZY/ZHENG.

Les amiénois

Les amiénois

Arnaud SELLIER (coach) : Passé du coaching de Benoît VAQUIER le samedi, à celui de la proB le dimanche. Le choc. Traumatisme incroyable. Est entré direct dans la 4ème dimension. En fin de journée semblait même avoir développé un 6ème sens.

Arnaud SELLIER à 18h

Arnaud SELLIER à 18h

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 22:02

Dimanche 22 septembre, deuxième journée du championnat de proB. Et accueil de ROANNE.

Georges BRASSENS, le 22 septembre, aujourd’hui il s’en fout… Lui peut-être, …mais pas nous !!!

Premier match de pro à Amiens après 15 ans de purgatoire !!!

Le 22 septembre c’était en fait le 25 décembre pour les Amiensportennisdetabliens (c’est lourd à porter, mais c’est comme ça quand tu habites le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly).

Oui, aujourd’hui, salle Labaume, c’était Noël !

Et pourtant, ça ne se sera pas fait de cadeaux entre Roannais et Amiénois cet après-midi. Coup pour coup. Plus l’octogone du MMA que la crèche du petit Jésus ce samedi dans le gymnase amiénois.

Mais au final, belle victoire 3/2 des amiénois, au bout du suspens, et à la belle du double décisif !

Les jeunes supporters du Kop y auront laissé leurs cordes vocales ; le coach Arnaud SELLIER, une coronaire ; et les parieurs sur Betclic leur slip…

Mais quel match !!!

Certes l’absence de Yaroslav ZHMUDENKO (n°42) aura été préjudiciable aux Roannais, mais les amiénois en auront profité comme de petits fourbes, et seront allés chercher le résultat.

Malheureusement, peu de temps pour aller fêter ça à LAS VEGAS.  Enfin, juste un aller-retour.

Car dès samedi se profile la venue de THORIGNE-FOUILLARD.

Et il revient à notre mémoire des souvenirs familiers.  Des souvenirs douloureux de cuisantes défaites quand jadis, dans des temps reculés, nous évoluions en Nationale 1.

Car ces méchants bretons ont deux passions dans la vie : le ping-pong.  Et faire chialer les amiénois.

Cette fois ci au moins, on aura préparé nos mouchoirs…

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Les roannais

Paul GAUZY (n°49) (0 victoire): Durant ses deux premiers sets contre Grégoire JEAN, le Paul magnétique : aura attiré tous les regards et les contre-tops coups droits et revers. Au troisième set, le Paul Nord, puis au quatrième, le Paul Sud. Réfrigéré par la fougue grégorienne. Avant de finir par le Paul emploi, quand le DRH amiénois lui aura mis ses affaires dans un petit carton, au cinquième set, en le licenciant sur le champ, 9 à la belle.

Ibrahima DIAW (n°56) (2 victoires) : Malmené par Alexis MOMMESSIN dans sa première rencontre, aura évité la crise de tachycardie, par son calme, et une bonne dose de béta-bloquants. Car DIAW logue. Et victoire 3/2... Dans son deuxième match, contre Tomi LAKATOS, aura envoyé du revers et de la chiche en ligne à foison, en y mettant du cœur. Un grand cœur même. Car DIAW mégalie. Et victoire sans bavure. Et en rythme sinusal, 3/0.

Dorian ZHENG (n°143) (0 victoire) : Aurait bien voulu signer une victoire sur le torse de Tomi LAKATOS, d’un Zheng qui veut dire Zorro. Mais le Bernardo amiénois ne l’a pas entendu de cette oreille. Et défaite 3/0.

Les roannais

Les roannais

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (0 victoire) : Hongrois au père Noël ce jour. Et belle victoire 3/0 contre Dorian ZHENG dans son premier match. Malheureusement dans sa seconde rencontre, le père Fouettard Roannais Ibrahima DIAW lui aura fait tâter du martinet. Et défaite 3/0.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (victoire en double) : Journées du patrimoine oblige, aura tenté la visite du monument Ibrahima DIAW. Bien parti, mais arrivé au 5ème étage,  le propriétaire des lieux lui aura violemment claqué la porte au nez.  Et défaite 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire + double) : « Mon nom est Maximus Desimus Meridius Jean Gregorius. Commandant en chef des armées du Nord. Général des légions Félix. Fidèle serviteur de l’empereur Marc Aurèle. Ami d’un Mommessin assassiné. Collègue d’un Lakatos martyrisé. J’aurai ma vengeance dans cette vie ou dans l’autre ! ». Et ben c’était ce soir en fait : très belle victoire de notre centurion 3/2, 9 à la belle contre Paul GAUZY. Et belle complémentarité avec le légionnaire Moms, en double. Surtout quand ils ont dû faire la tortue pour l’emporter 3/2 contre la paire roannaise GAUZY/ZHENG.

Les amiénois

Les amiénois

Arnaud SELLIER (coach) : Passé du coaching de Benoît VAQUIER le samedi, à celui de la proB le dimanche. Le choc. Traumatisme incroyable. Est entré direct dans la 4ème dimension. En fin de journée semblait même avoir développé un 6ème sens.

Arnaud SELLIER à 18h

Arnaud SELLIER à 18h

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 22:02

Dimanche 22 septembre, deuxième journée du championnat de proB. Et accueil de ROANNE.

Georges BRASSENS, le 22 septembre, aujourd’hui il s’en fout… Lui peut-être, …mais pas nous !!!

Premier match de pro à Amiens après 15 ans de purgatoire !!!

Le 22 septembre c’était en fait le 25 décembre pour les Amiensportennisdetabliens (c’est lourd à porter, mais c’est comme ça quand tu habites le 304 de la rue Gaulthier de Rumilly).

Oui, aujourd’hui, salle Labaume, c’était Noël !

Et pourtant, ça ne se sera pas fait de cadeaux entre Roannais et Amiénois cet après-midi. Coup pour coup. Plus l’octogone du MMA que la crèche du petit Jésus ce samedi dans le gymnase amiénois.

Mais au final, belle victoire 3/2 des amiénois, au bout du suspens, et à la belle du double décisif !

Les jeunes supporters du Kop y auront laissé leurs cordes vocales ; le coach Arnaud SELLIER, une coronaire ; et les parieurs sur Betclic leur slip…

Mais quel match !!!

Certes l’absence de Yaroslav ZHMUDENKO (n°42) aura été préjudiciable aux Roannais, mais les amiénois en auront profité comme de petits fourbes, et seront allés chercher le résultat.

Malheureusement, peu de temps pour aller fêter ça à LAS VEGAS.  Enfin, juste un aller-retour.

Car dès samedi se profile la venue de THORIGNE-FOUILLARD.

Et il revient à notre mémoire des souvenirs familiers.  Des souvenirs douloureux de cuisantes défaites quand jadis, dans des temps reculés, nous évoluions en Nationale 1.

Car ces méchants bretons ont deux passions dans la vie : le ping-pong.  Et faire chialer les amiénois.

Cette fois ci au moins, on aura préparé nos mouchoirs…

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Le Kop Labaume, plus puissant qu'un Boeing 737 au décollage

Les roannais

Paul GAUZY (n°49) (0 victoire): Durant ses deux premiers sets contre Grégoire JEAN, le Paul magnétique : aura attiré tous les regards et les contre-tops coups droits et revers. Au troisième set, le Paul Nord, puis au quatrième, le Paul Sud. Réfrigéré par la fougue grégorienne. Avant de finir par le Paul emploi, quand le DRH amiénois lui aura mis ses affaires dans un petit carton, au cinquième set, en le licenciant sur le champ, 9 à la belle.

Ibrahima DIAW (n°56) (2 victoires) : Malmené par Alexis MOMMESSIN dans sa première rencontre, aura évité la crise de tachycardie, par son calme, et une bonne dose de béta-bloquants. Car DIAW logue. Et victoire 3/2... Dans son deuxième match, contre Tomi LAKATOS, aura envoyé du revers et de la chiche en ligne à foison, en y mettant du cœur. Un grand cœur même. Car DIAW mégalie. Et victoire sans bavure. Et en rythme sinusal, 3/0.

Dorian ZHENG (n°143) (0 victoire) : Aurait bien voulu signer une victoire sur le torse de Tomi LAKATOS, d’un Zheng qui veut dire Zorro. Mais le Bernardo amiénois ne l’a pas entendu de cette oreille. Et défaite 3/0.

Les roannais

Les roannais

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (0 victoire) : Hongrois au père Noël ce jour. Et belle victoire 3/0 contre Dorian ZHENG dans son premier match. Malheureusement dans sa seconde rencontre, le père Fouettard Roannais Ibrahima DIAW lui aura fait tâter du martinet. Et défaite 3/0.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (victoire en double) : Journées du patrimoine oblige, aura tenté la visite du monument Ibrahima DIAW. Bien parti, mais arrivé au 5ème étage,  le propriétaire des lieux lui aura violemment claqué la porte au nez.  Et défaite 3/2.

Grégoire JEAN (n°63) (1 victoire + double) : « Mon nom est Maximus Desimus Meridius Jean Gregorius. Commandant en chef des armées du Nord. Général des légions Félix. Fidèle serviteur de l’empereur Marc Aurèle. Ami d’un Mommessin assassiné. Collègue d’un Lakatos martyrisé. J’aurai ma vengeance dans cette vie ou dans l’autre ! ». Et ben c’était ce soir en fait : très belle victoire de notre centurion 3/2, 9 à la belle contre Paul GAUZY. Et belle complémentarité avec le légionnaire Moms, en double. Surtout quand ils ont dû faire la tortue pour l’emporter 3/2 contre la paire roannaise GAUZY/ZHENG.

Les amiénois

Les amiénois

Arnaud SELLIER (coach) : Passé du coaching de Benoît VAQUIER le samedi, à celui de la proB le dimanche. Le choc. Traumatisme incroyable. Est entré direct dans la 4ème dimension. En fin de journée semblait même avoir développé un 6ème sens.

Arnaud SELLIER à 18h

Arnaud SELLIER à 18h

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2019 3 18 /09 /septembre /2019 19:16

Mardi 17 septembre 2019 : premier match de la saison. Mais cette fois en proBAY : la plus belle des divisions françaises. Certes la proA c’est l’étage du dessus, mais on n’y joue pas.  Donc c’est moins bien. Forcément.

Ce mardi marquait  le retour amiénois dans le merveilleux monde professionnel. Après 15 ans à vivre dans le bayou des nationales 3 à 1, parmi les poux, les tiques, et les puces. Incroyable que Laurent DELAHOUSSE (quel bel homme ! …et en plus né à Amiens) n’ait pas ouvert son journal de TF1 sur cette info.

Les Américains quand ils remettront un jour le pied sur la Lune connaitront probablement la même émotion : un petit pas pour l’Homme. Mais un bond de kangourou pour l’Amiens sport tennis de table !

Mais début ce mardi par un très gros morceau : l’équipe de CHARTRES. Un peu comme si tu commençais le repas de communion direct par un combo tartiflette-couscous royal-tajine-choucroute.

Bon, forcément, ça n’est pas passé.

Indigestion et déculottée 3/0 !

Avec un gros mal de bide (et aux fesses également) à la fin de la rencontre.

Mais c’est ainsi : les cuistots chartrains auront été impitoyables.

Des pansements gastriques (et fessiers) ont été prescrits en urgence avant le match de dimanche, contre Roanne.

Une nouvelle aventure culinaire en perspective, avec au menu, sur la carte du n°42, 49, 56 et 143. Oui, même dans un resto chinois, ça pique !

La proBAY d'en haut

La proBAY d'en haut

Les chartrains

Irvin BERTRAND (n°124) (1 victoire) : Aura mis des paillettes dans son top spin coup droit. Et des moulures au plafond de Tomi LAKATOS. Avec une belle victoire, convaincante, 3/1.

Bence MAJOROS (n°17) (1 victoire): On le savait. Si Bence dérouille, Majo rosse. Alexis MOMMESSIN en aura fait la cruelle expérience. Boxé et sonné 3/0.

Florent LAMBIET (n°16)  (1 victoire) : Le wallon dirigeable, menant Grégoire JEAN par le bout du nez pendant deux sets. Puis le wallon de baudruche, un peu crevé au 3ème. Avant de repasser au wallon d’eau froide, en finissant de doucher Greg et les espoirs amiénois à l’eau glacée. Et au final une victoire 3/1.

La proBAY d'en bas (mais qui ambitionne de ne pas y rester !)

La proBAY d'en bas (mais qui ambitionne de ne pas y rester !)

Les amiénois

Tomi LAKATOS (n°23) (0 victoire) : Hongrois que ça va passer. Et puis finalement non... Un peu de crispation et défaite 3/1 sur Irvin BERTRAND.

Alexis MOMMESSIN (n°132) (0 victoire) : Les cheveux longs et la barbe de JESUS. Le bandana de John RAMBO. Sur son premier set, aura donc commencé par faire l’amour à Bence MAJOROS. Avant de lui faire la guerre dans le second. Finira malheureusement crucifié au 3ème. Et défaite christique 3/0.

Grégoire JEAN (n°63) (0 victoire) : Aura goûté ce mercredi les célèbres macarons d’Amiens. Mais c’était après avoir dégusté ce mardi soir les célèbres pralines de Florent LAMBIET. Parfum cuberdon. Seuls les vrais connaissent…Et défaite 3/1.

Le détail: 

PRO B: J1, CHARTRES vs AMIENS SPORT TENNIS DE TABLE: 3/0, le mardi 17 septembre 2019
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2019 5 19 /07 /juillet /2019 17:08

Et c’est parti pour une année en proBay !  

La proB 2019/2020: la présentation

Oui, tu as bien lu : la DIVISION PROFESSIONNELLE !!!

Certes la Ligue 2, la deuxième classe de la SNCF, l’entresol, ton deuxième choix sur Parcoursup… Mais quand même, la proBay ! Fini le Moyen-Âge. Terminé les gymnases de gueux, couverts d’amiante et de moisissures, infestés de punaises, de puces, et de rats !

Surtout, fini la bière chaude à la fin des matchs. Ou pas de bière du tout !!!

Les vestiaires sont magnifiques

Les vestiaires sont magnifiques

Place à l’ère Renaissance, au stupre et à la luxure. Et aux salles toutes en stuc et en enluminures . Place aux Arena de 80 000 spectateurs !

Mais oui, ICI C'EST ZAMIENS !

Mais oui, ICI C'EST ZAMIENS !

L’équipe amiénoise ne voyagera plus que dans de grosses limous blanches. De 12 mètres de long. Avec jacuzzi et bain bouillonnant intégrés, chauffés à 37°C. Et un minibar contenant des bouteilles de Byrrh et de Suze. Encore non entamées !!!  

La limou amiénoise, extérieur jour / intérieur nuit

La limou amiénoise, extérieur jour / intérieur nuit

Mais pour les matchs à plus de 50 km de la maison : déplacement en Concorde. Il ne vole plus ? Et bien Air France va devoir en ré-affréter un.

La patrouille de France sera là également pour chaque match à l'extérieur

La patrouille de France sera là également pour chaque match à l'extérieur

Ça ne jouera pas sur du Taraflex. Mais encore mieux : sur un sol jonché de pétales de roses, jetés par de jeunes vierges, non effarouchées. En robe de vestales blanches, pieds nus, avec une couronne de fleurs ou d’or, tressé dans les cheveux... Mais on le sait, dans certaines régions de France elles seront difficiles à trouver. Et on ne parle pas des roses.

Souriez les filles : c'est pour du PING !

Souriez les filles : c'est pour du PING !

Les maillots seront taillés par Giorgio ARMANI. Ou Jean-Paul GAUTHIER. En tout cas, un styliste qui touche sa bille au ping.

Oui Jean-Paul, merci, le gainage c'est effectivement très important au tennis de table

Oui Jean-Paul, merci, le gainage c'est effectivement très important au tennis de table

Entre les rencontres les joueurs n’attendront pas assis sur un banc. Mais sur des trônes en marbre. Confectionnés sur mesure, épousant parfaitement la rondeur de leurs fesses rebondies. Assis sur des coussins en soie et en duvet de casoar, ils seront éventés par de jeunes éphèbes musculeux, vêtus d’un simple pagne, et agitant, lentement, mais fermement, de grandes feuilles de palmes.

Game of thrones of ping

Game of thrones of ping

Les athlètes ne boiront ni eau d’Evian, ni Cristalline. Mais de l’eau pure d’icebergs de l’Antarctique. Acheminée toute spécialement par jets privés. Pour les coachs, de petites coupettes de champagne Bollinger, cuvée 1961, feront l’affaire. A la bonne franquette.

Un chef étoilé élaborera de petites mignardises et de petits encas pour la renutrition entre chaque match. Servis, forcément, sur des plateaux d’argent. Oui, c’est exactement ça : « Bonne continuation ! ». A la pause, du caviar, forcément à la louche, et du homard thermidor arrosé d’un petit château Yquem, millésimé 2001. Oui, un nouvel expert-consultant, rejoint notre executive board. Bienvenue François de RUGY !

Welcome on board Francisco !

Welcome on board Francisco !

La retransmission de chaque match s’effectuera en direct, et en mondiovision, avec une équipe télé de 12 personnes, deux drones dans la salle, un car-régie sur le parking et un satellite-relais. Avec à la réalisation James CAMERON ou Georges LUCAS. Quelques minimes points de détails encore à finaliser. On ne va quand même pas chipoter sur deux ou trois zéros de plus sur leurs rémunérations.

C'est ça, tu as toute la table dans l'objectif James !

C'est ça, tu as toute la table dans l'objectif James !

A la pause, pas de musique enregistrée. Les groupes et artistes viendront se produire en direct. Et tant pis si RIHANNA ne peut pas blairer BEYONCE. Il faudra bien qu’elles apprennent à chanter l’une après l’autre.

Premier match à domicile le 22 septembre Riri !

Premier match à domicile le 22 septembre Riri !

Pas de désidératas particuliers pour les kinés. Hormis le fait qu’elles devront être ukrainiennes, blondes, mesurer 1.75m, et avoir fait au moins deux fois la page centrale de Newlook.

Engagée !

Engagée !

L’hébergement d’après match ? Forcément des hôtels 5*minimum, ou au pire, et en dernier recours, des Relais et Châteaux. Réservés dans leur intégralité. Pour ne pas gêner de potentiels autres clients. L’essentiel c’est qu’ils puissent proposer quatre suites présidentielles contiguës. Et une piscine à débordement.

Le standard de base

Le standard de base

Alors oui, on entend déjà les rageux :

- « N’importe quoi, ça va coûter une fortune !!! »,

- « Gros mythos !!! »  

- « Il est hors de question que l’argent de la collectivité et de nos impôts servent à financer ces matchs de nababs !!! »…

On les excuse.

Car ils ne connaissent décidément rien au tennis de table.

ça c'est pro-bay !

ça c'est pro-bay !

Donc cette année, en proBay, toujours 10 équipes, pour 9 matchs à domicile, et 9 matchs à l’extérieur.

De bien belles cylindrées cette saison. Comme le niveau des océans, celui de la proBay remonte. L’effet du réchauffement climatique également ?

En tout cas, celui qui nous dit que tout ça « C’est for-mi-dable et c’est bien grâce à la suppression de la multi-appartenance ! » : on commencera par lui briser les os un par un à grands coups de bois Hinotec. Puis on lui limera la peau des testicules avec des raquettes Sandpaper. Non sans au préalable, lui avoir planté des pouces de bambous enflammées sous les ongles, et lui avoir enfoncé deux balles Butterfly G40 dans les globes oculaires. Et on finira par lui balancer sur le crâne des tables Cornilleau Wood 850, jetées du 6ème étage. Le tout en lui faisant écouter du Lara FABIAN. A fond. Sinon le supplice resterait encore trop doux.

Objectivement, le niveau remonte en proBay, car il ne peut que remonter  ! Justement après avoir chuté après la suppression de la double-appartenance et coulé après le départ de moult bons joueurs étrangers. Car une fois au fond du trou, tout corps plongé dans un liquide au repos, subit une force verticale de bas en haut, opposée au poids du volume de fluide déplacé. La théorie d’Archimède appliquée au championnat professionnel en fait.

Certaines équipes pourraient également anticiper, et se renforcer en vue d’une potentielle nouvelle réforme, suggérant une fusion de la proA et de la proB masculine, à l’image du regroupement réalisé cette année chez les filles. Avec les meilleurs clubs de proB aspirés vers le haut, dans une unique division professionnelle élargie, et les plus mauvais, rejetés en N1. Chasse d’eau pour les médiocres. Du ping fiction ? La théorie du complot ? A voir. Mais ce serait quand même incroyable, et pour sûr, la première fois, que l’avenir du championnat se jouerait dans des antichambres obscures, entre amis, seulement éclairés à la lueur de petites bougies (^^). Le tout dans des milieux autorisés, dans lesquels les videurs et physionomistes ne nous laissent jamais entrer…Notre faute aussi : il suffirait peut-être qu’on arrête de porter des baskets, une casquette « I Maître GIMS », et des survêts Tacchini.

Les équipes engagées et leurs compositions prévisionnelles :

AMIENS stt1 : LAKATOS (n°23), JEAN (n°63), MOMMESSIN (n°132), KODJABASHEV (n°137),

BAYARD ARGENTAN  TT 1 : KRIVOSHEEV (n°53), KISELEV (n°76), YARUSHIN (n°112), DOUIN (n°115)

CHARTRES TT1 :  LAMBIET (n°96 mondial, classement français en attente), MAJOROS (n°100 mondial, classement français en attente), ISHIY (N°54), BERTRAND (n°127)

ISSY LES MOULINEAUX EP 1 : ALLEGRO (n°22), BROSSIER (n°38), DE NODREST (n°73), LE GUEN (n°76)

METZ TT 1 : JIAHONG CHEN (n°48), DORR (n°96), BOURRASSAUD (n°120), CHERNOV (n°120)

MIRAMAS AS 1 : HE CHENG (n°31), ZHENG (n°67), VILCHEZ IGLESIAS (n°78), DURAND (n°159)

NANTES TT 1 : PROVOST (n°59), REMBERT (n°71), CALUS (n°81), PICARD (n°103)

ROANNE TT1 : ZHMUDENKO (n°170 mondial, classement français en attente), GAUZY (n°49), DIAW (n°56), ZHENG (n°143)

THORIGNE FOUILLARD TT 1 : ALAMIYAN (n°21), MONTEIRO (n°41), ROLLAND (n°66), MENAND (n°102)

TOURS 4S TT 1 : LORENTZ (n°33), SHAN MENG (n°45), BARDET (n°82), CHEN (n°99)

Les nationalités des joueurs: 21 français, 5 russes, 4 chinois, 2 belges, 2 hongrois, 2 brésiliens, 1 bulgare, 1 autrichien, 1 espagnol, 1 iranien, avec des classements s’échelonnant de n°22 (mais certains joueurs restent à classer et seront dans le top20) à n°143.

Un nombre notable de français (50% de l’effectif), certes souvent cantonnés aux places de numéros 3 ou 4. Mais halte au protectionnisme et à ce nombrilisme franchouillard et réjouissons nous plutôt de l’attractivité européenne, et même internationale, du championnat. Au final, ce qui compte quand même pour le public, c’est que le niveau de jeu, et surtout le spectacle produit, soient au rendez-vous.

Pronostics : Difficile. Mais l’équipe de CHARTRES (descendue de proA après leur dernier match de la saison contre Istres, avec un effectif déjà composé pour évoluer dans la plus haute division) se détache du lot. Elle sera certainement marquée à la culotte et talonnée par les équipes de ISSY LES MOULINEAUX, TOURS, ROANNE, et THORIGNE-FOUILLARD.  Les autres formations ARGENTAN, MIRAMAS, NANTES, METZ et AMIENS évolueront dans le gras du bide ou dans la partie basse du ventre mou de la poule, et se battront pour le maintien. Surtout pour les équipes dont le nom commence par A et finit par MIENS.

L’équipe amiénoise effectivement loin des favoris. Les bizus de la phase et de la division. Le lot de toutes les équipes montantes après des play-off de N1 placés à la fin du mois de mai, quand la plupart des joueurs sont déjà casés, et avec forcément un recrutement compliqué. Et sans vouloir faire pleurer dans les chaumières, ni faire du Maéro-dynamique, ou du Maéro-spatial : oui, on va souffrir, grave.

A priori tous ceux qui ont l’habitude de se mettre du verre pilé, du gravier, et du Tabasco dans l’anus, vont passer une bien meilleure année que nous.

Mais c’est ça qui est bon !!!

Et pour se donner du courage, n’oublions pas les paroles de l’ancien DTN, Pierre DAC : « L’Homme est d’autant plus fort devant l’adversité, que celle-ci est plus faible ».

Bonne saison à tous, en proB !

Avec un « B ».

Pour « BASTON ! »

 

Salute !

Salute !

Le calendrier officiel

Le calendrier officiel

LE PLANNING DES AMIENOIS

1ère phase

Mardi 17 septembre 2019 19h : Déplacement à Chartres

Dimanche 22 septembre 2019 15h : Réception de Roanne

Samedi 28 septembre 2019 19h : Réception de Thorigné-Fouillard

Mardi 22 octobre 2019 19h30 : Déplacement à Nantes

Dimanche 3 novembre 2019 15h : Réception de Metz

Dimanche 10 novembre 2019 16h: Déplacement à Miramas

Dimanche 17 novembre 2019 15h: Réception d’Argentan

Dimanche 1er décembre 2019 16h: Déplacement à Issy-les-Moulineaux

Dimanche 12 janvier 2020 15h: Réception de Tours

2ème phase

Dimanche 2 février 2019 15h : Réception de Chartres

Dimanche 16 février 16h30 : Déplacement à Roanne

Mardi 10 mars 19h30 : Déplacement à Thorigné-Fouillard

Mardi 7 avril 19h00 : Réception de Nantes

Mardi 14 avril 2019 19h30: Déplacement à Metz

Dimanche 26 avril 2019 15h: Réception de Miramas

Mardi 19 mai 2019 19h: Déplacement à Argentan

Mardi 2 juin 2019 19h30: Réception de Issy-les-Moulineaux

Mardi 9 juin 2020 19h30: Déplacement à Tours

Partager cet article
Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 22:20

Le Gardébetteravico

Samedi 23 mars 2019, 4ème journée de la 2ème phase du championnat de nationale 1. Et match Saint Quentin/Amiens : la rencontre de deux clubs équidistants de la gare TGV Haute-Picardie.  Petite verrue ferroviaire vide, isolée, inutile, et neurasthénique, perdue au milieu des champs. Le symbole de la mise sous éteignoir des départements de l’Aisne et de la Somme. Confirmée par le résultat de la fusion récente des régions avec les Hautains de France.

Heureusement il nous reste le ping-pong. Mais pour encore combien de temps ?...

En tout cas ce samedi c’était jour de derby.

Place donc au Garedébetteravico !

Mais le chef de gare VOSTES n’aura pas fait de détail : « Attention, voie 4, passage d’un train sans arrêt, écartez-vous de la bordure du quai … ».

Et victoire rapide et TGVique de l’express amiénois : 8/0 !

A l’affichage en ce samedi soir, gare du Nord, place Alphonse FIQUET : cinq matchs, cinq victoires.

Dans 15 jours nouveau derby contre Abbeville : le SOMMICO !

 

Les Saintquentinois

BOURDON Emilien n°209 (0 victoire) : Pour attraper BOURDON, tactique toute en finesse de Clément CHOBEAU avec un peu d’eau sucrée au fond d’une bouteille plastique retournée. Et défaite 3/0 d’Emilien, prisonnier. Yannick VOSTES lui a réglé cela tout en finesse également. Mais la délicatesse vostérienne. C’est-à-dire à grand coups de tapettes et de serviettes claquées. Et nouvelle défaite 3/0 d’Emilien, sonné.

Vitaly EFIMOV n°200 (0 victoire) : Nouvelles lunettes. Aura été fou, aura été fou, d’Afflelou sur son premier match contre Viktor BRODD. Mais au final défaite 3/1, après un grand match. A la fin de sa seconde rencontre, Alexis MOMMESSIN, un peu colère, finira par lui arracher sa monture et lui écraser ses verres. Avec une défaite méritoire, 3/2. Mais au final pas très tchin-tchin.

Franck DELCAMBRE (n°566) (0 victoire) : Pour Franckie ça n’aura pas été bon, bon, bon en ce samedi. Protocole commotion suite à un raffut de Clément CHOBEAU (défaite 3/0). Puis sera resté au sol, inconscient, après un contre-ruck du bison Yannick VOSTES. Et nouvelle défaite 3/0.

Gaëtan SWARTENBROUCKX n°150 (0 victoire) : En course pour le wallon d’or. Mais aura commencé par prendre un petit passement de jambes par Alexis MOMMESSIN (défaite 3/2). Puis mise à l’amende, avec un petit pont de Viktor BRODD (défaite 3/1). Très Courtois, mais pas de Hazard : Gaëtan a rejoint en fin de rencontre l’équipe du SEUM.

 

Les Zamiénois

Viktor BRODD N°79 (2 victoires) : Il paraît que le métal le plus résistant est un alliage or (10%)-platine (90%). Mensonge ! C’est l’acier suédois !!! En tout cas celui qui compose l’exosquelette de Viktor BRODD. Avec encore deux victoires broddigieuses ce jour pour l’homme de Stockholm, contre Vitaly EFIMOV et Gaëtan SWARTENTBROUCKX, 3/1.

Alexis MOMMESSIN n°129 (2 victoires) : Paris brûle-t-il ? Paris on ne sait pas. Par contre les globules rouges et le plasma d’Alexis seront montés à ébullition ce jour. En surchauffe pendant que les gilets jaunes mettaient à sac sa capitale. Pas très marche pour le climat non plus, la température rectale d’Alexis tout au long de la rencontre. Avec au final deux victoires incandescentes, à l’énergie nucléaire et au fight, contre Gaëtan SWARTENTBROUCKX et Vitaly EFIMOV 3/2.

Yannick VOSTES n°63 (2 victoires) : Nouvelle confirmation du dicton « Le ping-pong est un sport qui se joue en 11 point, et à la fin c’est toujours VOSTES qui gagne ». Avec encore deux châtiments pour Emilien BOURDON et Franck DELCAMBRE (défaites 3/0).

Clément CHOBEAU n°139 (2 victoires) : Gros travailleur : aura commencé par butiner contre BOURDON. Et victoire florale 3/0 de Clément. Avant de polleniser Franck DELCAMBRE. Et nouvelle victoire 3/0... Rentré à la ruche ce samedi soir avec le sentiment du devoir accompli.

La gare TGV des betteraves d'Ablincourt-Pressoir est en plus effectivement très moche.

La gare TGV des betteraves d'Ablincourt-Pressoir est en plus effectivement très moche.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 21:11
Saint Quentin vs Amiens (0/8), Nationale 1, J4, le samedi 23 mars 2019

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE TENNIS DE TABLE
  • : Le blog amiénois du ping
  • Contact

Recherche